The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 18/11/17 à 20h00

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Je viens de finir Inside. Enfin je crois parce que je n'aurai pas appelé ça une fin mais apparemment c'est bien ça.

Je n’ai rien compris, enfin, c'est ce que je croyais.

J'ai eu l'impression de jouer à Pitfall, en noir et blanc. Mais en plus un Pitfall bobo artsy avec un double discours super profond tu vois quoi (je remets ma mèche en place). Pour moi, le jeu est juste une fable torturée de gens qui ont clairement un problème psychiatrique pour raconter l'histoire de la vie dans nos sociétés, c'est à dire des gens qui contrôlent d'autres gens pour avancer. Parce que ce n'est pas suggéré pour le coup, c'est là en face de vous. Votre personnage contrôle d'autres humanoïdes et on se rend compte à la fin qu'il est sans doute contrôlé lui-même dans son cheminement par les "scientifiques". Qui contrôlent donc le joueur (vous quoi) dans sa progression. Bref. Wow mind blown. Enfin, si c'était il y a dix ans a peu prés.

Puis on m'a dit « il y a une autre fin ». Je suis allé la voir car il était hors de question que je me refasse le jeu, même un petit peu. J’en ai profité pour aller lire les explications et les théories sur l'interprétation du jeu.

Bon, finalement, j'ai compris, c'est bien ça. C'est encore un jeu pour des gars qui aiment se toucher le scrotum en cercle et fumer la pipe. Parce que quand même il faut reprendre les choses à la base. Un jeu ou tout media d'ailleurs qui porte son contenu sur le fait de raconter une histoire doit avoir, justement, une bonne histoire. Ici on nous donne l’impression d’avoir quelque chose de bon et d’intelligent mais à mon avis, ce n’est pas le cas. Alors je ne dis pas, il y a plein de manières de raconter une histoire compréhensible, même si c'est par couche, par parabole etc etc. Mais de base il faut donc vouloir raconter une bonne histoire.

J'ai un gros défaut, je ne me considère pas plus con que la moyenne. On ne revient pas dessus c'est le propre de l'intelligence de l'homme de juger en fonction de ses propres capacités. Mais du coup, je me dis forcement que si je n'ai pas compris le sens caché du jeu c'est que soit il n'y en a pas, soit je suis trop con, soit c'est mal fait. J’avais pris le parti du « je dois être trop con pour comprendre cette finesse que tout le monde adule ».

Dans le cas d'Inside c'est encore pire que prévu, non seulement le propos est clairement décrit dans le jeu, mais les gens planchent dessus pour comprendre et justifier chaque chose... Bref, je ne comprends ni son intérêt, ni les notes dithyrambiques de la presse. Un jeu qui décrit le totalitarisme ? La pression et le contrôle du cadre social ? La violence symbolique des puissants ? L’enfermement et l’aliénation des populations ? Quel chamboulement philosophique et puis quel brio dans le choix de la violence graphique pour exprimer cette thématique novatrice. Je pensais que les journalistes étaient des gens instruits et curieux. Tiens tant qu’on est dans le sujet, hasard du calendrier mais je viens de poster une redécouverte de Behond good and Evil qui traitait peu ou prou de sujets du même acabit avec à mon avis beaucoup plus de finesse et masquait sous sa véritable légèreté artistique le même discours sombre. Tout son génie venait de là, le décalage entre le propos et le média. Mais aussi l’utilisation du jeu, donc du gameplay (ce qui différencie le jeu vidéo des autres formes de narration je rappelle hein au passage) comme moyen.

Alors attention ici, je ne dis pas que le jeu est terriblement mauvais. Mais quand même, qu'est ce qui justifie un métacritique à plus de 90% ? De mon point de vue il est tout juste moyen.

Reprenons le jeu pour ce qu'il est.

Dans les points positifs il y a sa réalisation. C'est propre, c'est discutablement beau, car à mon avis trop vide et trop sombre. D'un autre côté vu le temps entre Limbo et celui-ci j'ai envie de dire heureusement que c'est propre. Heureusement qu'ils ont corrigé un peu la latence de Limbo et ses approximations de physique. Donc ok, c'est dans la moyenne attendue pour un jeu de ce genre. Faut pas rêver non plus ça reste un side scroller en 2D avec un moteur physique vu et revu depuis quelques années. Il n'y a pas non plus à gérer des milliards de systèmes et sous-systèmes. Venant de la même presse qui descend des jeux AAA en monde ouverts pour leurs chutes de framerates, j’ai du mal à saisir.

Ensuite les mécaniques. Clairement, je m'attendais à une progression depuis Limbo. Ce n'est pas le cas. Je dirais même que les "énigmes" sont plus simples. A aucun moment je ne me suis arrêté pour réfléchir à quoi faire pour progresser. Extrêmement déçu donc, j'ai eu l'impression de marcher vers la droite pendant 2h30. Donc pour moi, dans un jeu de plateforme réflexion, déjà, la réflexion n'est pas à retenir. Pour la plateforme c'est pareil, aucun challenge, ce n'est pas le but du jeu non plus.

Il reste quoi alors ? Il reste donc l'enrobage, la couche narrative et artistique et l'ambiance. En bref ce qui, une fois enlevé révèle un jeu extrêmement pauvre. Donc ce lubrifiant est constitué de quoi ?

Une histoire comme vu plus haut plutôt convenue, qui à environ 5/10 ans de retard. Une violence malsaine maladroitement mise en scène et justifiée par le contexte. Oui, le contexte justifie tout comme à chaque fois. Imaginons une minute que quand Mario se fait tuer par un goomba, il se fasse piétiner plusieurs secondes en une masse sanguinolente. Scandale dans les familles parce que ce n'est pas compréhensible dans le contexte.

Reprenons donc cet exemple. Ici au début, on incarne un enfant qui fuit. C'est tout, le contexte se limite à ça. Donc pour le joueur, c'est un enfant. Alors quand ce même enfant se fait choper par les chiens de garde, on ne comprend pas pourquoi les développeurs ont choisi de nous laisser 10/15 secondes pour voir les chiens se régaler à le déchiqueter. Dans n'importe quel autre média, si les développeurs n'ont pas de problème de santé mentale, on aurait eu une animation où le chien chope le gosse et le tue clairement puis, fondu au noir. Non, ici, on laisse tourner pour nous faire profiter de ce délice. Pourquoi ? Pour nous mettre mal à l'aise. Moi je dirais plutôt parce que c'est non nécessaire mais que les gens qui ont fait le jeu trouvent cela jouissif quelque part. Déjà parce qu'ils l'ont sciemment programmé et qu'ensuite ils l'ont volontairement laissé dans le jeu final.

Alors, une fois n'est pas coutume, j'aurais aimé que cette violence sordide et gratuite soit justifiée. Ou même ne soit pas là. Car je le répète, dans le contexte que le joueur connait de base il s'agit froidement d'un enfant qui se fait déchiqueter par des chiens. Cette violence me choque par sa gratuité beaucoup plus que n'importe quel Call of Duty sur le marché (qui met en scène des adultes professionnels de la guerre qui se tuent pour de l'argent).

Enfin enfin, je sais que tout ceci est "fait exprès" et c'est bien là mon propos. Si cela est fait exprès, comme je l'ai dit, c'est pour nous choquer et nous mettre mal à l'aise. Ma réflexion porte justement sur ce ressort de la violence sale et inacceptable comme seul outil d'ambiance. Je trouve que c'est le niveau 0 du ressort narratif visuel et si c'est le seul moyen qu'ils ont trouvé pour nous mettre dans cette ambiance c'est qu'ils manquent clairement de talent.

 

Bref, je n'ai pas aimé Inside pour toutes ces raisons et je ne comprends pas que les professionnels se soient laissés berner par un jeu qui ne propose ni mécanique spécifiquement novatrice, ni univers fin, ni scenario intelligent ou en tout cas intelligemment pensé. Juste un jeu moyen qui n'a pour lui qu'une direction artistique sympa et une couverture médiatique extraordinaire dû à sa parenté avec Limbo qui lui en son temps m'avait mis une véritable claque, comme au reste de l'industrie.

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Commentaires

mcguffin
Signaler
mcguffin
jJai arrêté de lire au mot "Bobo"...
Atred
Signaler
Atred
Je comprends ce que vous dites pas de soucis, moi en tout cas je n'ai rien ressentit de la sorte. A part énervement sur la violence gratuite et lassitude dans les mécaniques. Le jeu n'a pas réussi à m'emmener dans son délire... ça arrive.
La est la limite de l'art (s'il y en a une^^) l'approche de celui qui le contemple. Des fois ça marche des fois non.
TeamDouceur
Signaler
TeamDouceur
Quand le dernier arrêt sur image est survenu, j'ai lancé à voix haute un bon "mais qu'est-ce que c'est que cette merde", en génial crétin que j'étais. Puis en une fraction de seconde je suis re imprégné des émotions vécu au cours de cette courte expérience, des phases clés, et j'ai compris. Aujourd'hui la seule reproche que je peux faire au jeu c'est d'avoir des mécaniques de gameplay vraiment répétitive, mais dans son concept global c'est un véritable petit chef d'oeuvre.
niknikko
Signaler
niknikko
C'est fou, j'ai tellement l'impression d'avoir joué à un autre jeu que celui que tu décris !
Je l'ai trouvé absolument impressionnant en tout point. Quand tu parles des puzzles trop simples par exemple, ça n'est pas le propos du jeu, car on n'est pas dans un jeu d'énigmes. Ça n'est pas non plus un platformer qui te demande du skill, l'intérêt n'est pas du tout là. Il s'agit d'un 'cinematic platformer'. Ce qui prime, c'est l'aventure, l'enchaînement des séquences. On voit bien qu'ils ont tout fait pour offrir l'expérience la plus fluide possible. Une fois commencé, je n'avais plus envie de m'arrêter, avec ce sentiment d'urgence et de fuite.

C'est une expérience sensorielle, et non narrative. Les premières secondes suffisent à voir le soin apporter à chaque détail pour impliquer le joueur dans cette atmosphère pesante. Je viens de me faire Little nightmares, qui est aussi un 'cinematic platformer', et diantre, le fossé de conception entre les deux saute aux yeux. J'avais du mal à oublier Inside en le faisant, tellement tout fonctionne moins bien, est moins bien peaufiné. Je ne pense pas qu'il faille chercher dans le jeu de Playdead à comprendre l'histoire de manière rationnelle. Aucun mot n'est prononcé ou affiché hormis le nom au début. On est dans du ressenti, de l'émotion. Et ils m'ont complètement chamboulés. Je me permets de compléter mon propos avec mon test vidéo, sans spoil, où j'essaie de partager cette vision: https://youtu.be/kUXdpKKW5JQ
Atred
Signaler
Atred
@Fache:
Non mais après j'ai l'air un peu énervé là ^^ mais tu soulèves des points intéressants c'est clair.

En fait je dis pas que c'est un mauvais jeu, je l'ai trouvé seulement très moyen et je pense que le fait de voir des tests élogieux en permanence sur ce titre + Limbo que j'avais vraiment aimé à l'époque et qui pour le coup n'expliquait rien, m'a encore plus poussé vers la déception.

Comme (une foi n'est pas coutume normalement j'essai de prendre le temps de la digestion) j'ai écris juste après avoir fait le jeu, ça se ressent de manière peut être un peu excessive sur certains point :)

Je maintiens quand même mes avis exprimés, mais je comprends que c'est critiquable... et heureusement! :D
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
Je voulais pas du tout remettre en question ton jugement, juste débattre sur ta manière de l'exprimer :D


Evidemment y'a des "bonnes histoires", mais ce que je voulais dire c'est que c'est pas nécessaire. Les histoires les plus simples peuvent aussi être les meilleures. On peut surement prendre la majorité de nos films préférés et les résumer en une phrase sans louper grand chose. Perso les mauvaises histoires se limitent aux trucs pas logiques ou aux personnages qui ont des motivations insensées (parce qu'après soit c'est pas important et c'est le reste qui va influencer la qualité du film, soit parce que ça devient beaucoup trop subjectif)


"Ce que je dis c'est que pour créer le malaise c'est un ressort que JE trouve facile et non nécessaire."

Okay je vois. Du coup ça m'a pas trop dérangé là mais j'peux comprendre. J'espère aussi que leur prochain jeu reposera pas encore une fois là dessus par contre.


"je n'est pas besoin de ton avis pour valider ma maniéré de penser"

Ahah c'était pas ma volonté :D Oui il faut que le système de jeu soit bon, dans des rares cas la couche du dessus peut être excellente au point de sauver un truc foireux, mais c'que je voulais dire, c'est si un truc est bon dans son ensemble, y'a pas vraiment de raison d'enlever des couches d'au dessus pour juger la base. Enfin, c'est un peu comme pour l'histoire, tu peux avoir un truc basique, mais qui dans le tout donne quelque chose de très bon. Et ça apporte pas forcément grand chose d'isoler ce truc basique.
Maintenant si le gameplay te plait vraiment pas, tu peux en parler sans l'isoler du reste. Mais une méthode d'argumentation qui se base sur l'éclipsage (?) de certains éléments pourra toujours être refusée assez facilement, sans pour autant que les arguments soient mauvais. C'est juste dommage.


"ce n'est pas un probleme vu que c'est le but de ce billet de blog."

D'accord, mais j'aurais préféré ton point de vue de manière plus indépendante de tout ça, j'imagine. Mais c'est un peu dommage pcq du coup tu contredis surtout un point de vue sans trop approfondir (sauf sur le "gore", et en fait j'avais loupé le dernier paragraphe là dessus :P)
Atred
Signaler
Atred
@Fache :
J'aimerai reprendre tout les points que tu as noté mais on pourrait les résumés par : Un jugement sur un art est forcement un ressenti personnel de celui qui l'exprime. Sinon,

"D'une y'a pas de bonnes ou mauvais histoires, et de deux c'est pas ça qui fait qu'un jeu ou un film ou une série est bon". Je ne suis pas d'accord. Il y a des très bonnes histoires et de très mauvaises. La narration c'est autre chose il en a aussi des bonnes ou des mauvaises. Dans les deux cas c'est un jugement là aussi. ex: Le dernier Levy a une histoire mauvaise mais bien narré. Le dernier Houllebecq a une tres bonne histoire avec une narration faible (comparativement à ce qu'il a ecris avant).

"J'ai un peu du mal à comprendre là. S'ils veulent créer le malaise..." Ce que je dis c'est que pour créer le malaise c'est un ressort que JE trouve facile et non nécessaire. On a compris si on le voit mourir que c'est dangereux, pas la peine de le laisser se faire dechiqueter, ca n'a pas d'interet c'est gratuit.

"Le plus gros problème de cet avis c'est qu'il prend beaucoup trop en compte ce qui est dit sur le jeu en se faisant une image attendue" ce n'est pas un probleme vu que c'est le but de ce billet de blog.

"Oh et, il faut vraiment arrêter avec les ..." non je n’arrêterai pas parce que pour moi, pour qu'un jeu me plaise, en général, il faut que ses mécaniques de jeux me divertissent, sinon je vais mater la diffusion en streaming. Oui une oeuvre est un tout, mais c'est intrinsèquement ce qui différencie un jeu video des autres médias. Désolé :) je n'est pas besoin de ton avis pour valider ma maniéré de penser le média qui m’intéresse (sans rancune hein!)

Limbo m'a bien plus touché car plus pertinent comme tu dis. Depuis il y en a eu beaucoup d'autres dans le genre et Inside n'est pas meilleurs que ceux ci.
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
"Un jeu ou tout media d'ailleurs qui porte son contenu sur le fait de raconter une histoire doit avoir, justement, une bonne histoire."
Non. D'une y'a pas de bonnes ou mauvais histoires, et de deux c'est pas ça qui fait qu'un jeu ou un film ou une série est bon. Y'a que très peu d'histoires originales ou ayant des qualité intrinséques dans les média modernes. Au niveau de l'histoire, ce qui compte bien plus c'est la narration.

"Je pensais que les journalistes étaient des gens instruits et curieux."
T'as pas obligé de mentir pour argumenter :3

"Venant de la même presse qui descend des jeux AAA en monde ouverts pour leurs chutes de framerates, j’ai du mal à saisir."
T'as du mal à saisir en effet. Inside est bien plus abouti sur le plan technique qu'on pourrait le croire quand on n'y voit qu'un sidescroller 2D, c'est un des jeux les plus polished de ces dernières années.

"Donc pour moi, dans un jeu de plateforme réflexion, déjà, la réflexion n'est pas à retenir. Pour la plateforme c'est pareil, aucun challenge, ce n'est pas le but du jeu non plus."
Et si on te dit que c'est un walking simulator et pas un puzzle plateformer ? :D

"Non, ici, on laisse tourner pour nous faire profiter de ce délice. Pourquoi ? Pour nous mettre mal à l'aise. Moi je dirais plutôt parce que c'est non nécessaire mais que les gens qui ont fait le jeu trouvent cela jouissif quelque part. Déjà parce qu'ils l'ont sciemment programmé et qu'ensuite ils l'ont volontairement laissé dans le jeu final."
J'ai un peu du mal à comprendre là. S'ils veulent créer le malaise, ils sont bien obligés de le faire vonlontairement non ? ça veut pas dire qu'ils kiffent ça de voir des enfants se faire torturer. C'est leur styles ça marche bien, j'trouve ça toujours moins gênant que :
ça c'est du torture porn, ça ça n'a aucun message à faire passer, ça c'est malsain, ça ça a dérangé personne.

"je ne comprends pas que les professionnels se soient laissés berner"
professionnels :'D (a moins que tu parles des autres développeurs, mais dans ce cas ils ont bien d'autres critères)


Le plus gros problème de cet avis c'est qu'il prend beaucoup trop en compte ce qui est dit sur le jeu en se faisant une image attendue pour ensuite la contredire, mais tu zappe beaucoup d'aspect qui rendent inside intéressant. Du coup j'ai compris que t'as pas aimé le jeu, mais sans vraiment comprendre pourquoi, si ce n'est que tu pensais que l'histoire te mettrait une claque et que ça a pas été le cas.

Et au final le problème de choisir d'argumenter autour de l'histoire d'un jeu c'est qu'il y a aucun argument à faire. On peut tout aussi bien lacher des "waouh c'est génial" que des "bobo artsy", ou des "toujours d'actualité" que des "en retard de 20 ans".
Ce que ça nous dit juste là c'est que l'histoire t'as pas plu et que tu comprends pas pourquoi d'autres gens ont accroché, mais l'histoire en soi n'a aucun problèmes (et pas vraiment de qualités non plus). Fin bref, c'est une histoire, c'est un contexte, c'est pas important.

Sinon en quoi tu trouves limbo meilleur ? Ou alors il est pas meilleur mais juste qu'à l'époque tu le trouvais plus pertinent ? C'est rigolo pcq en général les gens préfèrent inside (et encore plus chez les professionnels, les vrais, ceux qui font aussi des jeux), et tu parlais des "puzzles" ici comme si c'était un regression, mais ce qui est présent dans inside est bien plus abouti que dans limbo. Y'a encore quelques problèmes, mais ils ont virré la majorité des trucs hors contexte et des pièges "die & retry", qui faisaient effectivement la plus grosse partie de ce qui freinait la progression dans limbo.

Oh et, il faut vraiment arrêter avec les "Il reste donc l'enrobage, la couche narrative et artistique et l'ambiance. En bref ce qui, une fois enlevé révèle un jeu extrêmement pauvre.", c'est vraiment pas une manière valide de penser, un jeu (ou n'importe quoi d'autres) c'est un tout. On juge pas une musique en enlevant le piano ou la basse pour le juger, on juge pas un film sans sa post prod, pas de raison qu'on juge un jeu uniquement sur ses mécanismes (sinon on pourrait aussi bien jouer aux version prototypes sans aucun asset ou textures).


[oui j'ai aimé Inside mais si je devais écrire un truc dessus j'insulterai tout le monde pcq ce que j'ai kiffé moi c'était les animations et personne n'en parle è_é]
StephaneLink
Signaler
StephaneLink
C'est la philosophie du Comptoir du Jeu Vidéo ;)
Atred
Signaler
Atred
Merci! Bien d'avoir d'avoir des avis différents mais de les acceptés :) rare sur le net !
StephaneLink
Signaler
StephaneLink
Effectivement, on n'a pas le même avis! Je comprends ta vision du jeu car tu l'expliques bien, mais je pense quasiment tout le contraire :) Bonne critique élaborée en tous cas ;)

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris