The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 15/10/17 à 15h49

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Je ne vais ici bien sûr pas parler de la fin, que j’ai trouvé plutôt cohérente encore une fois (surtout après avoir maté le speedrun qui confirme cette cohérence). A vous d’aller au bout comme des grands, ou d’aller sur YouTube c’est comme vous le sentez.

Une fois le jeu terminé, une pensée émue m’a traversé. Ce moment affolant où on se rend compte que quelqu’un qui joue rarement, en moyenne 2 ou 3h tous les weekends, pourrait y jouer pendant une année complète voire plus, sans jamais se lasser.

Oui BOTW est bel et bien le monstre magnifique que l’on a pu lire ici ou là. Il l’est à tant de niveaux que ça en devient dingue.

Niveau durée de vie donc, débat interminable ces dernières années (à savoir si un jeu doit être long pour être bon) qu’il relègue au niveau de question annexe avec brio. Chacun fait ce qu’il en veut de cette durée de vie. Tu te sens l’âme d’un guerrier ? Tu peux aller directement mettre une raclée a Ganon si tu en as le cran et les compétences pouçales (c’est tout ce qui se passe au niveau des pouces quoi), t’en a pour 3/5h. Tu es un completiste, bon courage et à l’année prochaine.

Ce qui est sûr c’est que l’aventure sera à l’image de celui qui la joue et c’est pour cela, qu’à aujourd’hui, malgré ses emprunts à beaucoup de titres, Zelda Breath of the Wild est ce qui se fait de mieux en matière d’open world. Et je dis bien en matière d’open world comme un type de jeu à part entière, comme la plateforme, la réflexion ou le fps. Ce n’est pas le meilleur jeu d’aventure, ce n’est pas le meilleur jeu d’action, peut être celui d’exploration et encore certains sont bien plus retors, mais c’est le meilleur dans ce genre du « monde ouvert » peut-être même son seul véritable représentant sur les consoles actuelles.

Sa structure et son gameplay transverse transcendent les catégories imposées du jeu vidéo. Il y installe une base extrêmement solide d’actions et de réactions dans un monde construit spécifiquement pour répondre à ces fonctions. Après, libre à vous d’en faire ce que bon vous semble. Tout y est cohérent et accessible sans être simpliste, évident ou dirigiste avec un équilibre rarement atteint à tous ces niveaux.

Le jeu, tel un de la série des Souls, joue sur le fait de faire monter en compétence et en expérience non pas l’avatar (ici Link) mais le joueur en lui-même.

Bref pour résumer, comme j’en ai beaucoup dit déjà, je conclurai sur une formule injustement oubliée : c’est de la bombe de balle bébé. Et si tu en doutes encore après ça, je ne peux plus rien y faire.

 

La bise

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris