The 47 Org

The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 09/01/18 à 22h08

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Quand on parle jeu de skate sur PS1 ou PS2 soyons clair le roi incontesté et incontestable s’appelle Tony Hawk. Véritable institution, cette série a su donner à nos pouces du plaisir, du contrôle et du Kickflip. Puis, la formule c’est étouffée dans ses propres limites pour finalement décevoir et se faire casser la figure à coups de trucks par Skate sur les consoles HD.

Alors à quoi bon se lancer dans la découverte d’un jeu aussi marketing que Disney’ Extreme Skate Adventure. En effet, si l’on regarde son boitier mochissime et qu’on étudie un minimum le concept, on se dit rapidement que mettre des personnages d’enfants Disney sur des planches à roulette, ça n’a pas vraiment de sens. Encore moins de sens quand on se rappelle qu’à l’époque, à part le maitre étalon et ses ailes de faucon, le reste de la production vidéoludique sur les jeux du genre est carrément catastrophique.

Et si je parle de Tony Hawk Pro Skater ce n’est pas innocemment car comme certains ont pris le temps de le lire, l’éditeur de Disney’s Extreme Skate Adventure est bien le même que la boite à l’½il qui se promène tout seul : Neversoft.

Ce Disney’s Extreme Skate Adventure (je vais faire des copier-coller en fait pour le titre) est la définition même d’un hidden gem. Alors que bon nombre de jeux se font qualifier de la sorte, celui-ci en comporte tous les éléments. On pourrait carrément parler de spin off de THPS.

Sans surprise on retrouve donc des univers Disney avec des personnages de ces différents univers, qui font de la planche. Après quelques minutes de prise en main et pour qui à suriné THPS une fois dans sa vie, on se rend compte avec un certain plaisir que se sont tout bonnement les mêmes moteurs physique et graphique qui sont à l’½uvre. Malheureusement, nos kickflip et 36 flip ne sortent pas, à la place nous avons des figures étranges et improbables qui correspondent aux personnages incarnés.

Alors, on a une réaction humaine. On se dit, mais pourquoi ? Pourquoi ne pas avoir laisser la même maniabilité que dans les Tony Hawk ?? Tant qu’à prendre un jeu et changer son skin pour une apparence Disney, autant ne pas s’embêter plus que ça !

Mais Neversoft a pensé à nous les copains. Un rapide tour dans le menu d’option permet de changer les commandes en mode Tony Hawk et là : c’est le plaisir !

Plaisir de reprendre en main tout ça et de parcourir des nouveaux niveaux sur un Tony Hawk farfelu. Les niveaux sont moins vastes mais tout aussi bien foutus que n’importe quel jeu de la série se déroulant dans des environnements urbains. Ça donne même une bonne dose d’originalité à l’ensemble et on prend vraiment plaisir à aller grinder le lit de la chambre de Toy Story ou les souches d’arbres de Tarzan.

Et double couche de plaisir, avec cette sensation particulière de jouer à un jeu THPS perdu, une espèce de jeu bonus de la série. La série que l’on a retournée dans tous les sens, pleurant un peu intérieurement à chaque nouveau jeu depuis Tony Hawk Shred. Ici on a le même fun que sur les épisodes canoniques, des nouveaux niveaux etc… Réaction de base, en quelques instants tous les mécanismes ancrés dans votre cerveau et vos muscles se remettent en marche. On enchaine les grinds, weelings et tricks dans tous les sens. On pose la manette un instant pour passer un coup de fil à un pote en lui disant de vite se ramener les miches et on se retrouve comme 10 ans auparavant devant THPS 1/2/3/4… A deux sur le canapé, avec une bière, en train de chercher les lettres, finir les objectifs, débloquer les niveaux, faire du score…

Bref une petite pépite que je conseille vivement de redécouvrir pour tous ceux qui comme moi et mes potes à l’époque étaient passés à côté, devant même en se disant que ce n’était qu’un jeu attrape-couillons pour faire cracher le portefeuille des parents.

Voilà pourquoi il est important de piocher aujourd’hui dans les jeux oubliés, on ne sait jamais et le plaisir de la découverte ou de la redécouverte est grandiose.

  

A plus bande de riders.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris