The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 18/11/17 à 20h00

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Oh mon dieu... Par où commencer.

Déjà, il faut remettre le jeu dans son contexte. Aqua teen hunger force est à la base une série de courts dessins animés diffusée sur adult swim. Réputée pour ses choix particuliers humoristiques, décalés et grossiers, l'émission diffuse le pire et le meilleur. Le meilleur, c'est par exemple American dad ou autre Griffins et le pire c'est (de mon point de vue), Aqua teen. C'est donc fort de ce background, que cette série qui marchait bien aux USA, a eu droit à une adaptation videoludique, portée et soutenue par les deux créateurs de la série, ce qui est assez rare et important. Voilà la base.

Parlons du disque en lui-même. Les menus sont beaux avec leur coté retro, le manuel de jeu est sympa. Sur le disque vous trouverez des épisodes de la série, histoire de prendre connaissance de ce à quoi vous allez jouer. Il y a des interviews des créateurs etc.... Le contenu annexe est assez plaisant et intéressant, pour peu qu’on accroche à la série.

Parlons du jeu maintenant.

Il se présente comme un jeu de golf. Oui, un jeu de golf avec un twist. Déjà, le jeu comporte 12 niveaux, 9 trous comme un demi-parcours classique sauf que chaque trou est un niveau différent, ce qui implique des décors qui changent et parfois des "boss" en fin de parcours. Oui parce qu'entre chaque coup, il va falloir se déplacer dans un mode beat them all, jusqu'à sa balle en dégommant à coup d'armes diverses les ennemis inspirés de la série. Il y a aussi 3 niveaux parmi les 12 qui sont des courses de voiturettes de golf. Donc un petit méli-mélo qui n’a pas l'air dégueulasse. Ajoutons que tout cela se passe dans une espèce d'épisode allongé de la série avec des cut scène avant et après chaque niveau, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Mais...

Mais déjà, graphiquement, c'est dégueulasse. Il y a des belles couleurs et il y en a beaucoup. Beaucoup trop même, vos yeux vont un peu saigner.

Mais techniquement, c'est plus qu'à la ramasse. Les bugs foisonnent. Sur 9 niveaux originaux, ne pas être capable de blinder les out of bonds, c'est inacceptable. C'est donc ce qu’il m’est arrivé sur 3 niveaux, sorti des décors sans pouvoir mourir ou revenir sur le terrain, ce qui oblige à redémarrer le niveau. La caméra est imbuvable, les personnages se déplacent à une vitesse proche de la limace, dans des mouvements saccadés et avec des chutes de frame rate qui frisent le ridicule.

Mais au niveau bande sonore, préparez-vous à devenir fou si vous oubliez de couper les voix et de baisser le niveau des effets. C'est à la fois inaudible car trop de choses parlent et font du bruit en même temps. La répétition en boucle des mêmes phrases navrantes est également extrêmement agaçante.

Mais au niveau précision du gameplay, pfff… n'en parlons même pas, ce terme n'étant visiblement pas dans le cahier des charges des développeurs.

Les courses en voiturette sont tellement imprécises qu'elles en deviennent un calvaire plus qu'un bol d'air. Enfin si, un bol d'air de déchetterie quand on sort de toilettes puantes.

Qu'on aime ou pas l'humour d'aqua teen, ça ne change rien. Ça fera peut-être passer un peu mieux la pilule, mais dans tous les cas, le jeu est une infâme production. Rien n'est à retenir en termes videoludiques. En termes vidéo oui, surement même pour le fan de la série, mais ludique non.

 Le seul point positif de cette galette bonne à jeter, c'est sa durée de vie. 4h, mais c'est déjà 4h de gâchées.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris