The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 20/11/16 à 14h15

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinema (Cinéma)

King of Kong: A fistful of quarter

2007 de Seth Gordon

Alors déjà pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, allez voir Karim Debache en parle très bien:

https://www.youtube.com/watch?v=NaB8JBfE7DY

Le film est un petit bijou de documentaire. Un ovni qui parle du jeu vidéo comme on aimerait en entendre parler plus souvent. Les personnages et les situations sont absolument surréalistes. A tel point qu’on se demande constamment si c’est une fiction ou si c’est un documentaire scripté où tout le monde est de mèche… ou pas… bref, c’est absolument dingue !

Mais au final, réel ou pas, ce n’est pas important. Le film en lui-même est magistralpar sa manière de traiter le sujet du jeu compétitif. Non pas à travers le jeu en lui-même mais ce que ça implique dans la vie des gens qui s’y plongent. Leur famille, leur quotidien, le monde dans lequel ils se plongent est surréaliste pour quelqu’un qui ne saisirait  pas l’importance de leur démarche. Mais le film montre bien comment cela peut devenir une chose toute aussi essentielle que le sport quotidien pour certains ou manger bio pour d’autres.

Bref, le film marque constamment sa maestria par sa mise en scène de la vie de cette classe moyenne américaine qui cherche,par tous les moyens, une raison d’exister aux yeux du monde. Il donne aussi l’impression de regarder de l’extérieur une belle personne se révéler et se reconstruire à travers cette démarche. Je ne spoilerai pas, mais le film va jusqu’au bout de ce discours sous-jacent et, que la fin soit gaie ou triste, il montre une véritable victoire dans tous les sens du terme. L’aventure embarque donc le spectateur dans un monde qui lui est obscur et étrange de prime abord mais qui est composé d’êtres humains fantastiques de par leur naturel, la force de leur passion et leur faiblesse à fleur de peau.

Une petite merveille, à regarder en famille, avec les enfants ou les parents (selon votre âge) car il apporte beaucoup de recul sur ce que peut être une passion et ce qu’elle implique pour celui qui la vit et ceux qui l’aiment.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

 

Quand on atteint la trentaine et que ça fait plus de vingt ans qu’on joue à la console arrive un moment où on se rend compte qu’on n’a pas eu le temps de jouer à tout ce qu’on a acheté. Alors c’est cool il y en a plein les armoires de la NES à la PS3 et puis ça s’entasse et puis on en rajoute encore et encore. Les années passent, il faudrait jouer à tout, mais la tâche est laborieuse, que dis-je, TITANESQUE, j’irais même à dire que c’est une hérésie !!

 

Un jour on se dit qu’il va falloir s’y mettre sinon ça n’a aucun sens tout ça ! Ca va nous permettre surtout de jouer à des jeux qu’on a acheté en se disant « Putain faut trop que j le fasse celui-là !! » et qui ont fini sur l’étagère à prendre la poussière avec ses congénères.

 

On va les finir ces putains de jeux, quelque soit l’époque, le style ou la console, on s’en fout faut que ça se passe, faut faire de la place pour pouvoir acheter d’autres jeux avec l’esprit tranquille parce que la collection dépasse les milles pièces et qu’avec la crise et le taff sous payé, on n’est pas près de lâcher 500€ pour une nouvelle génération alors qu’on n’a pas fait la moitié de ce qui a été produit jusqu’ici !

 

Bref si il n’y avait que les jeux, mais à côté des jeux y a les films et les livres qui s’accumulent, les vide-greniers pour se balader le week-end, les cash-converters à aller explorer pendant la pause déjeuner, bref trop de trucs à jouer, lire, voir, écouter, boire…

 

Alors à chaque fois qu’on finit un jeu on mettra le test en ligne, même si il ne fait que 2 lignes parce que le jeu ne mérite pas plus, et sur le blog on mettra tout le reste, enfin, vous verrez bien.

En tout cas, on rattrape le retard, enfin, on essaie.


Mais bon, ENOUGH SAID !!!!

Archives

Favoris