The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 08/09/17 à 19h21

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Questions existentielles (Divers)

Je vois bien mes potes me dire : « Ce soir on va rétro jouer à la pétanque ! ».

Ce terme me sort par les yeux. Il n’a pas de sens. Certes le jeu vidéo est intimement lié à la technologie qu’il utilise, mais c’est la même chose pour tous les autres médias de divertissement.

Le cinéma n’appelle pasles films anciens « rétro films » et la littérature n’a pas de« retro livre ». Ils les appellent films ou livres. C’est pareil pour les jeux de société ou le sport.Parmi eux on trouve des classiques bien sûr, ce qui nous pousserait peut être à parler de Classique gaming, mais dans le terme de « Classique » transparait la notion d’œuvres de qualité qui ont traversé le temps. Ce qui n’est pas le cas de tout. Mais est-ce que les gens qui jouent à des jeux de la période 8/16/32 bits jouent à des daubes infâmes pour le plaisir ? Je ne le crois pas. Pour rigoler, oui de temps en temps mais majoritairement, quand on dépoussière une cartouche et qu’on souffle dedans c’est pour se faire une partie d’un grand jeu. Mais c ‘est une autre question.

Au-delà de ça, le terme de Classique gaming ne me satisfait pas non plus, il est trop connoté par l’aire des bornes arcades et des jeux vidéo pré-NES type Atari.

Alors quel serait le bon terme, quel pourrait être la dénomination la plus adaptée à une activité de jeu vidéo, toutes périodes et toutes technologiesconfondues ?

De mon point de vue, c’est tout simplement jouer. Donc quand je joue à Tetris sur ma Game boy, à Soleil sur ma Megadrive ou à Fallout 4, je dis que je joue à des jeux vidéo. S’il vous semble impératif de signaler à la personne qui vous parle ou vous lit de préciser à quoi, alors il suffit de lui dire le nom du jeu. Si elle ne connait pas, c’est aussi à vous, amoureux du vidéo ludique de faire la démarche didactique nécessaire pour que la personne comprenne ce à quoi vous jouer. Cela peut paraitrefastidieux ou inutile, mais ce n’est pas le cas.

Tant que nous utiliserons le terme retro gaming, cela impliquera dans le discours une dimension de vieux jeux vidéo, cette époque où c’était pour les enfants. C’est le lieu commun le plus répandu, encore aujourd’hui. Mais c’est tout à fait erroné. Alors jouez, jouez à tout et de toutes les époques si vous le pouvez, car les jeuxvidéo c’est ça.

Un bon jeu d’il y a 20 ans est toujours un bon jeu, il n’y a pas besoin de mettre retro devant pour qu’il soit meilleur, mais si vous le faites, il sera perçu forcement autrement. Expliquez le contexte si nécessaire mais ne cédez pas à ces foutaises.

Et ce n’est pas tout. Pourquoi je me pose cette question ? C’est en réponse à plusieurs choses qui m’horripilent en ce moment.

Un jeu comme Shovel Knight, un parmi tant d’autres, on le classe dans quoi ? Retro gaming ? Ou nouveau retro gaming ? Arrêtons les non-sens ! C’est du jeu vidéo, en 2D de plateforme action. C’est déjà bien assez spécifique comme classement vous ne trouvez pas ?

Je me révulse aussi à l’évocation systématique de la « vague rétrogaming » si abondamment relayé par la presse spécialisée. Non il n’y a pas de vague ou de mode rétrogaming ! Tout simplement parce que, sauf dans le petit milieu des rédacteurs JV peut être, le soit disant retro gaming n’a jamais arrêté d’existé ou d’être joué par les gens. Avant l’avènement des e-shops, les gens avaient leurs consoles à la maison ou jouaient sur des émulateurs. Mais ils y jouaient encore. Tout simplement parce que encore une fois, si un jeu est bon, il est bon, qu’il soit sur NES ou PS2.

Combien de joueurs ont continué à jouer à leur Super NES une fois la PS1 sortie ne serait-ce que par manque de moyen?

Alors oui, forcément, on se dirige vers les nouvelles consoles et on joue moins aux anciennes, c’est logique, une fois le catalogue de sortie terminé ou arrêté. Oui les gens évoluent avec ce que leur marché leur propose, mais il ne faut pas se leurrer, les collectionneurs réels de jeux anciens ne sont pas légion, par contre les gars qui jouent sur émulateurs à la NES/SNES etc… eux sont bien présents depuis un bon moment.

 

Le retro gaming n’existe pas, ça ne veut rien dire, vive la pratique du Jeu Vidéo.

Ajouter à mes favoris Commenter (36)

Commentaires

Waldotarie
Signaler
Waldotarie

On est de plus en plus d'accord, ça m'inquiète. 

 

M'enfin bon, j'avais éviter de pointer ces points, je préférais te les laisser ! :P

(Allez, je nuancerais juste un peu en disant que le terme à eu un sens, disons, au moment du passage à la 3D. Ça voulait dire : "allez-vous faire voir avec vos effets de mode, vos jeux en 3D dégueulasse avec des couleurs infâmes, des caméras insupportables et un gameplay en bois, je retourne finir mes vieux RPG en 3D iso colorée et mes plateformers au gameplay au poil sur SNES." Ça n'a pas duré longtemps  - c'est à dire que ça n'a jamais existé, parce que personne n'avait encore pensé à ça pour vendre cher des trucs périmés qui prennent la poussière.)

Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Y'a juste des mecs un jour qui ont décidé de coller une étiquette sur ce qui n'en avait pas besoin, et comme internet est le royaume des suiveurs, le terme a fait boule de neige. Mais comme l'a très justement pointé du doigt Atred, parler de retrogaming, ça n'a aucun sens. C'est juste que ça fait vendre du magazine, du jeu en boîte et que ça fait hipster (ou que ça faisait hipster, avant que tout le monde ne s'y mette).
Waldotarie
Signaler
Waldotarie

Tu résumes pas mal ce que j'ai dit, dis donc. Impressive.

 

...m'enfin quelque part, répéter la même chose que les autres, c'est un peu enculer les mouches aussi...

Luciole
Signaler
Luciole
retrogaming ça vient de retro ("avant") et de gaming ("jeu" ou "jouer"). Ca veut juste dire en gros "jouer aux jeux d'avant. Bien entendu d'avant maintenant, donc des générations précédentes. Waldo fait une comparaison avec les grands mouvements de la musique, de la peinture, etc. Mais déjà je trouve assez malhonnête de comparer des arts millénaires avec un simple produit de divertissement qui a 30 ans d'âge (je ne considère pas comme de l'art un produit pensé pour ramasser du fric comme but premier, avec marketing et communication à la clé), mais en supposant que le jeu vidéo soit bien de l'art, on remplace rétrogaming par quoi? 8 bits et 16 bits n'ont pas plus de sens car ils correspondent aussi à une temporalité sans faire de distinction entre les jeux. Et le jeu vidéo n'a jamais eu de tendances particulières en dehors de "vendre un max de jeux pour se faire du fric".

Waldo et Atred, je pense que vous aimez vraiment enc... les mouches.
Atred
Signaler
Atred
A oui pardon,
Olff : continue à penser qu'un post de blog d'une demi page est un exposé sophiste parce que je donne un exemple. Ça ne me dérange pas, je ne suis le prof de personne hein :)
Par contre j’espère que tu as déjà eu ton bac de lettre ou de philo, sinon tu risques de mal prendre tes notes.

T as raison et à la fois tord sur un point (ouais j'arrive pas à me décider en fait), si je post ce genre de choses sur le blog, c'est peut être simplement pour partager un moment d'égarement dans mes réflexions quotidiennes, sans m'attendre à lancer un débat. Ou c'est peut être pour lancer un débat, mais une tribune libre n'a pas vraiment pour but de lancer une discussion, plutôt d'afficher un point de vue.
Ouais, non, en fait, tu sais quoi? J'en sais rien, je sais toujours pas, mais je note pour plus tard d'y réfléchir.

Allé, on s'en fiche de toute manière, vive le JV dans son ensemble! Bisous à toi!
Waldotarie
Signaler
Waldotarie

Ahhhh, bah voilà une argumentation bien construite, simple, claire et efficace ! :)

Atred
Signaler
Atred
Effectivement Merci à elle :)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Haaaa, enfin un peu de bon sens dans ce débat.
Merci, Jennifer.
Waldotarie
Signaler
Waldotarie

... remarque pertinente.. 

Waldotarie
Signaler
Waldotarie

Il m'a juste saoulé avec son ton agressif, et son exemple bidon ! ;)

 

Mais effectivement, je dois pousser trop loin. Disons que le jeu vidéo est à ma connaissance le seul média qui utilise un terme servant uniquement à définir un état passé. Ça doit être la volonté de s'en créer un... :genre:

Terme qui disparaitra certainement, de par son intérêt discutable... M'enfin ce n'est que mon opinion.

 

Tout ça pour dire que je préfère également simplement parler de gamer, ou de ludophile, ou whatever... 

KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Sauf que The Witcher 3, dans 5 ans, c'est du retrogaming. Du coup, on peut déjà dire que ça en est, quelque part.

 

Je ne vois pas trop comment une chose peut être dans deux états différents simultanément.

Un jeu ne peut pas être nouveau et ancien à la fois. The Witcher 3 deviendra un jeu retro, mais pour l'instant il ne l'est pas, justement parce qu'à l'heure actuelle c'est un jeu "du présent", il est sorti sur cette génération de machine et non une précédente.

 

Comme dit Black, tu pousses trop loin ta réflexion.

 

 

King :"Les gens jouent aux jeux retro parce que ça les amuse."

Je pense que non, je crois que des fois c'est une question de curiosité. Tu te forces à jouer parce que c'est autre chose qui t'intéresse.

 

Parlant d'expérience, je peux te dire que quand moi ou les potes ont fait du retrogaming c'est pas par curiosité. Et on ne se "force" pas. :D

Olff
Signaler
Olff

C'est un peu toi qui fait une démonstration par l'absurde en fait... parler de classiques, ce n'est pas dire "je fais du rétro-truc". C'est juste renvoyer à des oeuvres qui par la patine du temps acquièrent ce statut... C'est ce qui définit la notion même de "classique" !!!

 

Et c'est bien le temps, les générations de jeux/consoles, qui font rentrer les oeuvres dans le retrogaming.

Le vocabulaire s'accorde aux spécificités du média, il est donc logique d'avoir des termes appropriés.

 

 

Hé bé :) Quel débat, pour une réflexion qui n'engage que la personne qui l'écris, comme je l'ai dit.
Après juste en aparté (parce que j'ai du mal avec les auto-proclamés donneurs de leçons), Olff, je n'ai rien contre les gens qui ne partage pas mon point de vu, au contraire. Mais, relis ton post parce qu'avant de sortir des belles grandes phrases:
1. Ce post n'a rien de comparable avec du sophisme, c'est un post de blog qui parle de mon point de vue, pas une étude tronqué sur la sémantique du mot retro.
2. Les classiques de la littérature et de l'art en général peuvent tout à fait être actuels de part un statut particulier, donc désolé mais si, un classique aujourd'hui peut être de 2015. Ce que tu dis était peut être vrais il y à 20 ans, mais les abus de langage et de traitement journalistiques et critiques l'ont tué de son sens.
3. Quand au jeu d'échec ce que tu dis va exactement dans mon sens. A savoir on dit pas retro-jeux de sociétés car il n'ont pas besoin d'être daté dans leur création pour être apprécié.

Et les gens, c'est juste un point de vue comme un autre hein ;)

 

Si tu partages ta réflexion -qui n'engage que toi- c'est bien pour quelle soit discuter a priori.

 

Je fais des phrases, ni belles ni grandes.

 

Prendre le postulat que le terme retrogaming ne serait point pertinent comme terme, notion, en argumentant par "on ne dit pas retrocinéma, retropétanque..." si ce n'est pas du sophisme, de l'argumentation fallacieuse, qu'est-ce ?

 

On ne date pas un jeu vidéo en le qualifiant de retro pour l'apprécier, mais simplement pour l'inscrire dans une temporalité. Le retrogaming vient simplement en "opposition" au jeu vidéo contemporain. Il se qualifie par son époque antérieure, ni plus ni moins.

La comparaison avec le jeu d'échec est juste fallacieuse, puisque c'est un jeu, un seul et unique, et que sa nature est immuable. Quand le jeu vidéo est lui multiple, incarné par des jeux, dont la nature évolué au fur et à mesure des évolutions techniques duquel il dépend en partie.

 

Dire "la planète terre est plate" ce n'est pas un point du vue. Tu fais là un exposé pour expliquer que le terme "retro" ne serait pas pertinent, en t'appuyant sur des comparaisons... cocasses.

Personnellement j'utilise jamais le terme de retrogaming, puisque même si dans l'imaginaire collectif la notion est comprise de tous, elle ne m'intéresse pas dans mon discours et approche que j'ai des jeux. Et si comme toi a priori, quand j'allume ma SNes je me dis pas "je fais du retrogaming", puisque pour moi je joue tout simplement à un hit sorti en 90's, dans le fond et la forme, c'est bien du retrogaming puisque je joue à un ancien jeu sur une ancienne console. Car oui il y'a bien des nuances et des précisions à faire au sein du paradigme retrogaming, mais le terme dans son éthymologie à tout son sens, sa pertinence.

Waldotarie
Signaler
Waldotarie

Sauf que The Witcher 3, dans 5 ans, c'est du retrogaming. Du coup, on peut déjà dire que ça en est, quelque part. Et que dire retrogaming, c'est plus proche de dire "c'est une couleur". Analogie d'une pertinence rare...

Mais comme je n'aime pas ton ton, je vais m'arrêter là...

BlackLabel
Signaler
BlackLabel

@Black : ben non justement, tout le monde ne voit pas ce que cela veut dire.




Évidemment y'a toujours des gens qui, au lieu de voir le ciel en bleu, vont voir ça indigo ou autre. Parce que bleu ça veut dire quoi au juste ? C'est pas précis. Est-ce que c'est bleu roi, bleu outremer, bleu schtroumpf, bleu azur, bleu ciel (oui mais bleu ciel ça marche pas, on essaye justement de définir le bleu du ciel qui est pas toujours bleu de la même manière). Et c'est tellement importat de définir le bleu du ciel quand au final on veut juste savoir s'il fait beau ou va pleuvoir !

Mais si on arrête les conneries juste 30 secondes, les gens qui connaissent l'expression rétrogaming savent ce que ça veut dire.

Après on peut couper les cheveux en 4, en 12, en 60, et là plus rien ne veut plus rien dire. Si pour quelqu'un rétrogaming c'est jouer à The Witcher 3, ou encore mieux si le rétrogaming c'est jouer à un jeu qui vient de sortir car à partir de sa sortie il est déjà dépassé par des jeux bêta pas encore sortis, je milite pour que ces gens gardent leurs réflexions stériles pour eux-mêmes afin de soigner leur plus grand mal, attirer l'attention.


King :"Les gens jouent aux jeux retro parce que ça les amuse."

Je pense que non, je crois que des fois c'est une question de curiosité. Tu te forces à jouer parce que c'est autre chose qui t'intéresse.
Pimousse_Fraise
Signaler
Pimousse_Fraise
Bon article, j'utilise le terme retrogaming, dans le sens où j'aime bien retrouver des sensations que j'avais quand j'étais plus jeune. Et je regarde dans mon "rétroviseur" temporel. Je pense que chacun peut avoir son point de vue. Pour moi, ce qui est "rétro", au sens large du terme, est quelque chose, d'ancien, mais qui a sa place dans le quotidien actuel. Mais sinon, je suis d'accord sur le fait que j'ai joué à des consoles en attendant d'avoir une machine plus récente, et il m'arrive encore de jouer à des jeux plus anciens car je ne peux pas jouer aux consoles actuelles.
Bref, ton débat est intéressant Atred.
Atred
Signaler
Atred
Hé bé :) Quel débat, pour une réflexion qui n'engage que la personne qui l'écris, comme je l'ai dit.
Après juste en aparté (parce que j'ai du mal avec les auto-proclamés donneurs de leçons), Olff, je n'ai rien contre les gens qui ne partage pas mon point de vu, au contraire. Mais, relis ton post parce qu'avant de sortir des belles grandes phrases:
1. Ce post n'a rien de comparable avec du sophisme, c'est un post de blog qui parle de mon point de vue, pas une étude tronqué sur la sémantique du mot retro.
2. Les classiques de la littérature et de l'art en général peuvent tout à fait être actuels de part un statut particulier, donc désolé mais si, un classique aujourd'hui peut être de 2015. Ce que tu dis était peut être vrais il y à 20 ans, mais les abus de langage et de traitement journalistiques et critiques l'ont tué de son sens.
3. Quand au jeu d'échec ce que tu dis va exactement dans mon sens. A savoir on dit pas retro-jeux de sociétés car il n'ont pas besoin d'être daté dans leur création pour être apprécié.

Et les gens, c'est juste un point de vue comme un autre hein ;)
Waldotarie
Signaler
Waldotarie

Ils jouent pour un tas de raisons, allant de la curiosité au ludisme, en passant par la nostalgie et le snobisme (parce que c'était mieux avaaaaaaaant et que c'est tellement hipster maintenaaaaaant). 

 

 

Je vous laisse jeter un oeil à la vidéo d'Usul, juste parce que justement, sa définition de rétrogaming est d'ores et déjà dépassée... :/

(Enfin sa présentation succinte, on ne peut parler réellement de définition).

KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

 les anciennes oeuvres sont souvent approchées dans un rapport de curiosité plus que de ludisme

 

Sur ça je ne suis pas d'accord. Il y a une part de curiosité, oui (Cas typique du joueur qui veut découvrir les origines d'une licence ou d'un genre) mais le ludisme est toujours là. Les gens jouent aux jeux retro parce que ça les amuse.

 

 

 

 

Ton exemple avec Contra, c'est exactement comme si je disais que la Joconde ou le Jardin des Délices ont disparus. C'est juste une oeuvre isolée, pas un mouvement... Et ils ne sont pas disparus, puisqu'ils existent toujours !! (et sont toujours accessibles).

Mais c'est sûr, sans retro-arting on ne les verra pas !! ;)

 

Et alors? Qu'est ce que ça peut foutre que ce ne soit pas un mouvement?

Le jeu Contra, il n'est plus possible d'y jouer autrement que via le retrogaming. C'est tout.

 

 

 

 


De la même manière, tes exemples renvoient à des artistes, à la limite à des périodes, pas au fait de regarder/lire/entendre quelque chose d'ancien, disparu, dépassé, sans plus de précision. D'ailleurs, il y a toujours du punk, des écrivains réalistes et les 80's font un gros revival. Personne ne dit jamais qu'il lit "des vieux livres", pare que ça ne définit rien.

 

Il y a toujours du Punk de nos jours. Mais écouter le premier disque des Sex Pistols c'est écouter une oeuvre qui correspond à une époque précise, à des considérations précises (parfois même techniques. Tu l'entends quand un enregistrement a été fait il y a quelques décennies)

 

Les 80's qui vont un revival, comme je disais plutôt c'est autre chose. Quand sort en 2014 un film qui transpire les 80's, ça reste un film de 2014 et pas des 80's. L'hommage, le Oldschool, ça n'est jamais la même chose que le produit d'une époque.

 

Et j'en reviens donc à ce que je disais avec les indés. Ils font des jeux en Pixel Art mais ce n'est pas pourtant que ces jeux auraient réellement pu tourner sur les machines de l'époque. C'est quelque chose qu'on voit très souvent en musique chiptune. Ça ressemble aux sons d'une Gameboy ou d'une NES mais jamais tu aurais eu ça dans un jeu tournant sur l'une de ces machines.

 

Des "vieux livres" c'est encore ce qu'il y a de plus visible. Ne serait-ce que par l'évolution de la langue française.

 

 


 

C'est pareil, tu reconnais toi-même que ta définition du retrogaming est subjective. Pour moi, la PS3 n'en est pas, il y a encore des jeux qui sortent dessus, j'y joue encore... C'est les mêmes jeux en moins beaux que ceux qui sortent demain !! Du coup, je vois pas en quoi c'est du retrogaming...

 

Tu vois, c'est ça le problème de cette dénomination. Pour moi, quand on créé un terme destiné à expliciter quelque chose, il faut qu'il explicite (plus ou moins) quelque chose. Sinon il ne sert à rien. Voir même il est source de conflits ! (Et pourtant, je déteste mettre les choses ou les gens dans des cases. Mais là, il s'agit juste de définir des goûts - par nature subjectifs).

Et en l'occurrence, pour les raisons que j'ai exposées, je trouve ce terme déjà dépassé, trop flou, sans intérêt. Même plus, je le trouve vaguement malsain. Quand on aime jouer, on aime jouer. Quand on aime la plate forme, on aime la plate forme.  Quand on aime les Shmup, on aime les Shmup. Quand on aime le retrogaming, on aime quoi ?...

 

Quand on aime le retrogaming, on aime jouer à des jeux anciens. Ce qui vaut autant pour une façon de faire les jeux (Pas de sauvegarde, die and retry etc...) que pour des jeux/genres qui ont disparu. Ça ne va pas plus loin que ça.

 

Moi j'adapte juste la définition à ma façon de voir l'ancien.

Waldotarie
Signaler
Waldotarie

Ton exemple avec Contra, c'est exactement comme si je disais que la Joconde ou le Jardin des Délices ont disparus. C'est juste une oeuvre isolée, pas un mouvement... Et ils ne sont pas disparus, puisqu'ils existent toujours !! (et sont toujours accessibles).

Mais c'est sûr, sans retro-arting on ne les verra pas !! ;)

 

De la même manière, tes exemples renvoient à des artistes, à la limite à des périodes, pas au fait de regarder/lire/entendre quelque chose d'ancien, disparu, dépassé, sans plus de précision. D'ailleurs, il y a toujours du punk, des écrivains réalistes et les 80's font un gros revival. Personne ne dit jamais qu'il lit "des vieux livres", pare que ça ne définit rien.

 

C'est pareil, tu reconnais toi-même que ta définition du retrogaming est subjective. Pour moi, la PS3 n'en est pas, il y a encore des jeux qui sortent dessus, j'y joue encore... C'est les mêmes jeux en moins beaux que ceux qui sortent demain !! Du coup, je vois pas en quoi c'est du retrogaming...

 

Tu vois, c'est ça le problème de cette dénomination. Pour moi, quand on créé un terme destiné à expliciter quelque chose, il faut qu'il explicite (plus ou moins) quelque chose. Sinon il ne sert à rien. Voir même il est source de conflits ! (Et pourtant, je déteste mettre les choses ou les gens dans des cases. Mais là, il s'agit juste de définir des goûts - par nature subjectifs).

Et en l'occurrence, pour les raisons que j'ai exposées, je trouve ce terme déjà dépassé, trop flou, sans intérêt. Même plus, je le trouve vaguement malsain. Quand on aime jouer, on aime jouer. Quand on aime la plate forme, on aime la plate forme.  Quand on aime les Shmup, on aime les Shmup. Quand on aime le retrogaming, on aime quoi ?...

 

@Black : ben non justement, tout le monde ne voit pas ce que cela veut dire. Pour certains, c'est les vieux jeux 2D, pour d'autres ça va jusqu'à la période 32/64 bits, pour d'autres à la PS3, pour d'autres jusqu'au mois dernier. Plus le temps passe, plus les évolutions techniques arrivent, plus ce terme perd de son sens. (Sens qui au passage est fortement lié à la société de consommation, et au fait que le jeu vidéo peine à s'inscrire en tant que produit culturel. En gros, tout ce qui est du retrogaming, c'est du périmé, et il faut acheter le neuf, les nouveaux graphismes, la nouvelle console, même si au final, tout est pareil qu'avant... :()

Je milite juste pour arrêter d'utiliser des termes qui seront dépassé sous peu (et qui même le sont déjà). Mais je ne m'en fais pas, ça se fera tout seul... 

BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Je suis d'accord avec KingTeddy. En littérature on appelle ça des Classiques, en cinéma aussi. L'âge d'une oeuvre est connotée. De plus en dehors de quelques titres qui peuvent encore faire mouche, les anciennes oeuvres sont souvent approchées dans un rapport de curiosité plus que de ludisme, d'où une appellation qui les range "dans le temps".


Waldo : C'est imprécis, et ? Tout le monde comprend ce que ça veut dire tant que personne vient couper les cheveux en quatre. C'est comme Watch-Dogs, c'est un open-world. Après on peut gloser pendant 3 heures sur la partie RPG puisque XP plus arbre de compétences, etc. qui fait qu'au final Watch_Dogs c'est de la daube qui a aucun sens. Mais à la base, le terme open-world sert à catégoriser, non à définir.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

 

Enfin, comme pour la musique classique, ces éléments n'ont pas "disparu" (de même qu'on trouve toujours des peintures d'inspiration romantique, ou impressionniste..). On conçoit encore aujourd'hui des jeux similaires à Contra dans leurs mécaniques, ce qui induit que ce genre n'est en aucun cas disparu. De même qu'on peut toujours réaliser un film en Super 8, en Technicolor ou en noir et muet, ou écrire une pièce en alexandrin. C'est un choix. Un choix définit par une catégorie, elle-même en grande partie définie par une histoire.

 

Sauf que le jeu Contra, lui, il a disparu (Jusqu'à ce que Konami décide d'en sortir un nouveau). De même, sans retrogaming je peux me brosser pour jouer à Tetris Sphere ou Wetrix. Les rail-shooters (façon arcade j'entends) disparaissent. Les FPS en multi local, ce sera prochainement de l'histoire ancienne.

 

Bien sûr il peut y avoir de nouveaux titres qui s'inspirent de Contra, mais lui il a disparu.

 



D'où l'absurdité à mon sens de ce terme de retrogaming, gloubiboulga informe qui ne définit ni un style de jeu, ni un niveau technologique, ni des mécaniques, mais simplement le fait de jouer à des jeux anciens. Chose tellement évidente dans n'importe quel autre "art" que l'on ne prend même pas la peine de le nommer...

 

Il n'y a pas d’appellation officielle, mais indirectement on le nomme.

 

"Ce soir avec les potes on va se regarder quelques vieux films des années 80!"

 

"Je me suis acheté le premier album des Sex Pistols."

 

"J'ai lu un super livre de Balzac".

 

Aussi, en quoi ça te gène qu'une appellation serve à décrire la simple pratique de jouer à des jeux anciens? Pourquoi faudrait-il absolument que cela désigne une époque ou une technologie précise? Je ne comprends pas ta logique...

 

 

 

 

(D'ailleurs, ce terme est déjà un peu périmé. La next-gen Est retrogaming, le jeu sorti il y a deux semaines est retrogaming, Pong est retrogaming, le jeu sorti il y a deux heures est retrogaming si l'on prend ta définition... ;))

 

Personnellement, et je ne pense pas être seul dans ce cas, quand je parle retrogaming je réfléchis en terme de génération technologique. Jouer à la PS3 c'est aujourd'hui faire du retrogaming au même titre que de jouer à la Gameboy. Mais jouer à un jeu PS4 sorti l'an dernier, non.

Après il y a effectivement beaucoup de gens qui visent uniquement les très vieux jeux lorsqu'ils parlent de retrogaming. Pas moi.

Waldotarie
Signaler
Waldotarie

Bien sûr que ce sont des pratiques existantes et vivaces. Je n'ai jamais dit qu'elles n'existaient pas, juste que personne ne leur donnerait le nom de retro-musique ou retro-lecture, car il ne définit rien. La pratique est même tellement vivace en fait, que TOUT LE MONDE voit/lit/entend des oeuvres passées. Plus ou moins passées, suivant les goûts et les habitudes... (comme en jeu vidéo, certains ne peuvent pas jouer aux anciens jeux, parce qu'ils ne supportent pas les graphismes. On retrouve les mêmes chose dans le cinéma, dans la littérature, la musique... question d'éducation et d'apprentissage des codes, avant tout).

 

Ton exemple de la musique classique est parlant en ce sens. C'est un genre qui est définit grossièrement par des techniques (arpèges, tremolos et fingerpicking à la guitare, son pur et archet pour les instruments à cordes, chant réglé sur des notes, défini par des tessitures...), des instruments (pas d'électrique, d'électronique ou de batterie...), des règles de composition, mais absolument pas par une temporalité. On joue toujours les oeuvres de Haendel, Mozart, Bach ou Chopin (déjà d'époques diverses...), mais on joue dans le même temps et sous la même dénomination globale des oeuvres contemporaines ou du Moyen Age... C'est l'histoire de la musique qui a définit ce genre, avec (ou en opposition à) l'apparition de nouvelles technologies, de nouveaux instruments, de nouvelles manières de composer et de chanter. 

Et comme pour tous les styles musicaux, il existe des passerelles entre les genres, et des artistes un peu à part, une certaine porosité dans les dénominations, justement parce qu'elles sont induites par l'histoire du média, et donc mouvantes, non totalement théorisées. Et des sous-genres, beaucoup. 

 

Cette dénomination est un terme contemporain, réalisé a posteriori de cette évolution (sous Bach, personne ne parlait de musique classique...), comme on dénomme différemment aujourd'hui les jeux produits il y a 20 ans. A l'époque, personne n'aurait parlé de plateformer 2D, ou de RPG Japonais tour par tour en vue isométrique... Les manières de nommer viennent d'un recul et d'une étude (même informelle) de l'état actuel des choses...

 

Enfin, comme pour la musique classique, ces éléments n'ont pas "disparu" (de même qu'on trouve toujours des peintures d'inspiration romantique, ou impressionniste..). On conçoit encore aujourd'hui des jeux similaires à Contra dans leurs mécaniques, ce qui induit que ce genre n'est en aucun cas disparu. De même qu'on peut toujours réaliser un film en Super 8, en Technicolor ou en noir et muet, ou écrire une pièce en alexandrin. C'est un choix. Un choix définit par une catégorie, elle-même en grande partie définie par une histoire. 

 

Et cette histoire n'est pas encore nette dans le monde du jeu vidéo, même si elle commencent à émerger (2D/3D/Oculus...)... 

 

D'où l'absurdité à mon sens de ce terme de retrogaming, gloubiboulga informe qui ne définit ni un style de jeu, ni un niveau technologique, ni des mécaniques, mais simplement le fait de jouer à des jeux anciens. Chose tellement évidente dans n'importe quel autre "art" que l'on ne prend même pas la peine de le nommer... (D'ailleurs, ce terme est déjà un peu périmé. La next-gen Est retrogaming, le jeu sorti il y a deux semaines est retrogaming, Pong est retrogaming, le jeu sorti il y a deux heures est retrogaming si l'on prend ta définition... ;))

oliveroidubocal
Signaler
oliveroidubocal
Et puis "Rétro", c'est un terme que mes parents utilisaient déjà pour le mobilier "qui faisait ancien", pour le look de la vieille télé, pour la tapisserie 70's de ma chambre...
oliveroidubocal
Signaler
oliveroidubocal
Il faut comparer ce qui est comparable. Le terme rétro vient de la rétro compatibilité. C'est un terme technique qui est entré dans le langage courant
Et comme le public, les joueurs, se sont appropriés le terme Retrogaming, je ne vois pas en quoi qui que ce soit pourrait s'insurger contre ça. Que vous n'ayez pas envie de l'utiliser, je comprends, mais de là à le nier... c'est juste idiot.

Retro Gaming, ça veut dire jouer à des jeux d'anciennes générations. Le terme est utilisé à outrance, il vous gonfle, soit ... mais il existe bel et bien et je l'utilise quand j'ai besoin de parler de gens qui jouent à des jeux d'anciennes générations, puisque le jeu a été, plus que le cinéma ou la musique, sujet à un effet de génération technique. Surtout que ça ne remet pas en cause la qualité des anciens jeux, ni même le fait que des jeux modernes s'inspirent de techniques anciennes pour leurs visuels ou leurs mécaniques.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Sauf que justement, personne ne fait de la rétro-littérature, du rétro-art ou du rétro-cinéma. Précisément parce que cela ne définit rien. La différence est abyssale entre le Quattrocento et le cubisme. De fait, utiliser un terme regroupant les deux est un non sens qui ne viendrait à l'idée de personne s'intéressant à l'art.

Ou plutôt si, ça a un nom, et ça s'appelle l'histoire de l'art. Comme on parle d'histoire du cinéma ou de la littérature, en les remettant en perspective avec l'Histoire tout court.

 

A terme, c'est ce qui me parait préférable, plutôt que de parler d'une pratique, parler d'une histoire du jeu vidéo. Et tous les livres qui fleurissent nous montrent qu'elle est déjà dans les esprits... Même si trop jeune pour être vraiment significative !!

 

Parler de retrogaming, pour moi, c'est un peu se mettre de côté par rapport aux autres médias culturels, refuser l'histoire, le contexte, établir une distinction sans nuance entre passé et présent... C'est naze...

 

Elle n'a pas de nom "dédié" mais lire des livres anciens, regarder de vieux films ou admirer un tableau de la Renaissance, sont des pratiques existantes.

 

En musique, la pratique est tellement vivace que c'est devenu un genre avec des artistes qui jouent ad vitam les œuvres de Mozart, Beethoven et compagnie. Quand les gens se rendent au concert de l'orchestre philharmonique de Prague qui joue le Requiem de Mozart, ils n'étudient pas l'histoire de la musique. Ils écoutent juste de la musique classique. Idem pour la personne qui va aller lire des nouvelles d'années du début XXè siècle.

 

L’appellation "Histoire de", à mon sens, relève plutôt d'une pratique scientifique/académique. C'est une étude.

Quelque chose qu'on ne retrouve pas forcément quand un type décide de rebrancher sa Master System pour jouer à Shinobi. Or, je ne vois pas pourquoi la simple pratique de jouer devrait être snober.

 

Aussi, n'oublions pas que contrairement au cinéma, à la musique ou à la littérature, il y a des choses qui "se perdent" avec le temps pour le jeu vidéo. Je ne parle pas de la vieille ritournelle "C'était mieux avant nananère" mais du simple fait qu'avec le temps et les évolutions des technologies ou du marché il y a des jeux et même des genres qui n'existent plus ou presque.

 

Le retrogaming peut servir alors à jouer à ces jeux/genres "disparus". Exemple tout simple : si je veux jouer à Contra, je suis obligé de passer par le retrogaming (Console virtuelle chez Nintendo, émulation ou tout simplement en achetant Contra 4 sur DS).

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris