The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 13/12/17 à 20h25

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Autre (Divers)

Salut à tous,

 Comme vous avez pu le remarquer, il ne se passe plus rien sur ce blog depuis quelques temps et malgré une année plus ou moins active, je n'ai simplement plus le temps ni l'envie de m'investir sur ce genre de plateforme. Mais avant de partir (comme dirait Roch Voisine), je vais répondre à une question qui taraude nombre des gens qui me rencontrent et se rendent compte que ma collection de jeux dépasse aujourd'hui allégrement les 1000 pièces, toutes plateformes confondues, allant de la NES à la PSvita.

 Alors pourquoi ? Pourquoi stocker et garder autant de jeux.

 Déjà il faut bien se mettre une chose en tête. Ce n'est pas parce que vous possédez beaucoup de jeux que vous êtes un collectionneur. Je ne me définirai jamais comme cela, sauf peut-être pour quelques sériesparticulières qui me tiennent à c 1/2 ur. Le collectionneur va sans cesse chercher à avoir les jeux les plus rares dans le meilleur état possible. Ce n'est pas mon cas, sauf pour les séries que j'affectionne particulièrement comme Castlevania, Zelda ou autre Silent Hill. Mais pour le reste, c'est-à-dire 95% de ce que je possède, on ne peut pas utiliser ce qualificatif.

 En fait si certains d'entre nous se retrouvent avec autant de jeux, c'est tout simplement que nous sommes des gros joueurs, rien de plus, mais nous avons une particularité, celle de ne pas revendre systématiquement les pièces une fois finies ou jouées.

 Il faut bien se rendre compte que pour moi par exemple, cela ne s'applique pas qu'aux jeux, cela s'applique aussi aux livres. Une fois que j'ai lu un livre, il ne me viendra jamais à l'idée de le vendre. En tout cas pas pour l'instant. C'est pour les même raisons qu'après avoir fréquenté les bibliothèques municipales, je ne peux plus y mettre les pieds. En fait, tout comme les livres, les jeux auxquels je joue m'emmènent dans leur univers, dans leur propos... ils font partie du chemin que j'ai parcouru jusqu'ici. Un livre comme un jeu n'a pas qu'une fonction divertissante, il a une fonction éducative et culturelle. La majeure partie de ce que vous lirez vous impactera d'une manière ou d'une autre ; vous le comprendrez et le ressentirez d'une façonparticulière selon votre environnement, votre étatémotionnel ou tout simplement votre intelligence propre. Il en va de même pour les jeux. Cette sensibilité au média peut être altérée, dans tous les cas elle change pendant la vie d'une personne et, si je garde mes jeux et mes livres pour l'instant, c'est parce que je pense sincèrement que certains d'entre eux finiront de nouveau dans mes consoles ou entre mes mains... pour tout un tas de raisons. C'est déjà le cas, quand je recherche un passage particulier que je n'arrive plus exactementà me remémorer. La source est là si besoin est. Il ne faut pas oublier aussi que les posséder permet de les faire partager aux autres.Peut-être qu'un jeu m'aidera àsurmonter une épreuve ou un livre m'extirpera quelques larmes, aux momentsoù j'en aurai le plus besoin.

 Tout ça pour revenir sur une chose. Avoir beaucoup de jeux ne veut pas dire qu'on les collectionne, pour moi c'est simplement garder à portée de main un objet qui m'est cher, avec lequel j'ai partagé des choses. La plupart de mes jeux sont achetés en brocante ou d'occaz dans des cashs, ils ne sont pas vraiment en bon état mais ils marchent tous (bon sauf 3 que j'ai explosé), tout comme mes consoles et ils ne me coûtent pratiquement rien (moins que mes clopes en tout cas). Il me semble aberrant que le début d'un nouveau cycle de console me demande de me débarrasser de celui qui vient de se finir. Nous ne sommes pas des retrogamers nostalgiques comme voudrait le faire croire notre média presse préféré, nous sommes simplement des joueurs et, si un jeu était bon il y a 20 ans, je ne vois pas en quoi il est mauvais aujourd'hui. Quand quelqu'un qui aime le cinéma regarde un vieux film, ou quand vous lisez un classique de la littérature du 18ème, vous êtes quoi ? Des retro-cinéphiles, ou des retro-lecteurs ? Je sais, notre média préféré est extrêmement lié et impacté par les avancées technologiques mais comme souvent, ce n'est pas que la forme qui compte, c'est aussi le fond. Toutes les époques de jeux peuvent coexister, de fait elles le font déjà.

 Deal with it.

 A plus les gens, j'ai quand même bien ris de veau ici. Une dernière pour la route:

 


 

Merci beaucoup à tous ceux qui ont participé au Blog, mention spéciale pour mes deux correcteurs.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Atred
Signaler
Atred
Ah ben non j'ai pas vu! Merci, continuerai à traîner ici comme lecteur.
Joniwan
Signaler
Joniwan
t'a vu, t'es nominé dans les blogs de l'année :) Bon vent !

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris