The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 16/02/17 à 18h38

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Bon on va torcher ça avant le week end finalement, double dose aujourd’hui et demain !

 

Quatrième cercle

 

On arrive donc enfin à Silent Hill, à force j’allais commencer à croire que je n’avais pas mis le bon jeu. Donc, on prend une chambre au Inn local, décors connus de la série. C’est un peu con mais ca m’a fait quand même beaucoup rire parce que tu te demandes vraiment comment ils ont fait pour louer la chambre. Je veux dire, y à qu’a sortir sur le parking pour voir a quel point tout est mort dans la ville. Le concierge ou la réception sont inexistants ou fermés. Silent Hill c’est un peu le paradis des agoraphobes. Là où ça ne pose pas de problème dans le 1 et le 2 c’est que les protagonistes sont de passage donc bon ils n’utilisent pas les facilités de ville, ça fait ville fantôme et c’est bien comme ça. Mais la, t’as vraiment l’impression qu’ils ont pété un carreau pour rentrer dans la chambre. Et si c’est le cas, une petite cinématique n’aurait pas nui à l’immersion.Enfin, je pinaille mais bon tout ce qui cloche comme ça casse un peu le délire quand même. Alors, Columbo va faire des courses pendant qu’on doit aller s’occuper de l’hôpital parce que… attends, parce que Vincent, le mec le plus louche de l’histoire des mecs louches, nous a dit qu’il fallait y aller… Et la jeune fille de 17 ans en minijupe y va en solo, ok, pas de souci, on est en Amérique, les jeunes sont précoces. Ca ne choque personne, mais allons-y.

 

Je ne veux pas passer pour le mec misogyne de base en disant que Heather a des réactions totalement aberrantes aux diverses situations qui se présentent à elle. Déjà, les protagonistes des deux premiers épisodes en tant que mâles trentenaires se chiaient relativement dessus en traînant en ville, mais elle, jeune branleuse de 17 ans semble rigoler en permanence. Alors je veux bien passer pour un gros baltringue mais à sa place, moi, je pense que je serais déjà mort de crises cardiaques carabinées. Mais non, elle, elle s’en fout, elle fait des blagues. Passons.

 

On se balade et on retourne à l’hôpital, oui je dis on retourne parce que ça sent le réchauffé là sérieusement. Mais bon, endroit culte, passage obligatoire. Donc on retrouve l’endroit familier et on part dans la classique exploration. Au fait profitez bien du temps que vous avez dans la rue parce que vous n’aurez pas l’occasion de vous balader beaucoup plus que ça dans la ville, et c’est dommage car on a l’impression d’enchainer les lieux sans vraiment profiter de la petite bourgade. Donc une fois à l’hôpital, on retrouve les classiques infirmières, des mecs qui rampent, des messages étranges qui semblent nous parler de l’au-delà et puis on doit retrouver le père de Claudia. Ca sent bien l’embrouille quand après un n-ième jump scare tout cheap il nous parle par téléphone. Mais bon on s’en fout on y va, parce que Heather elle n’a pas peur, c’est une dingue et puis c’est tout. Bon je me suis un peu fait chier là, et un peu déçu des ficelles faciles de la peur à base de bruit fort et impromptu. Pas d’oppression comme dans SH2, juste de la mise en scène un peu facile et du gore a la truelle. Ca sent un peu la paresse ces décors réutilisés. Il me faut une pause.

 

Cinquième cercle

 

Bon cette fois ci je repars à l’hôpital pour la dernière partie. Comment dire, c’est un peu gros quand même de la part des développeurs de nous refaire faire un lieu déjà vu. Les gars sont un peu avares sur le renouvellement, pour une fois qu’on est dans la ville, déjà, elle est beaucoup moins vaste que dans l’épisode précèdent et en plus ils se permettent de réutiliser ce passage. Enfin bref, on continue à suivre les indices et on finit par arriver dans une partie du dark world inconnue avec une espèce de labyrinthe qui n’en est pas vraiment un vu que c’est un couloir à embranchement assez linéaire pour finir sur un boss qu’on n’avait pas vu venir. Mais attends, là c’est louche quand même un mec qu’on ne connaît pas et qui nous parle par des moyens très… inhabituels et un admirateur inconnu nous dit de nous méfier de lui depuis une bonne heure. On trouve le gars dans la cave du monde parallèle de l’hôpital, serait-il finalement un méchant ? Nom de nom, j’en suis bouleversé ! J’en suis presque tombé de mon canapé.

 

Encore une fois il nous raconte un truc qu’on ne comprend pas très bien, mais notre héroïne toujours aussi hard core s’en fout, pour elle, être dans un sous-sol avec de l’eau moisie jusqu’ aux genoux et une espèce de broyeur en guise de mur et parler a un monstre géant, c’est la routine quoi. Du coup, elle lui parle comme si elle était en train de converser avec un vieux pote au milieu d’un parc en plein après-midi de printemps… Donc le boss finalement pas content nous attaque avec une fougue et une stratégie imparable, à base de je me jette sous l’eau, j’apparais aléatoirement pas du tout en fonction de là où se trouve ma cible et je tape dans le vide voir si ça fait quelque chose.

 

Section pro Tips pour le vaincre : Restez ou vous êtes, prenez le fusil à pompe, visez, quand il sort de l’eau, plombez. Voila, comme ca, no damage et no panic. Merci qui ?

 

 

Une fois sorti de l’hôpital, on retourne naturellement à notre chambre ou après une cut scène, on trouve Vincent, cet homme si rassurant, comme s’il était chez lui pépère qui nous dit que Chinaski est parti en avance et qu’on ferait mieux de couper par le parc d’attraction pour aller de l’autre côté du lac. Bon au moins, on n’aura pas à se taper une section pédalo comme dans le 2. Encore une fois vu que c’est ce qui a le plus de sens de suivre les instructions de ce personnage dont on ne sait rien, c’est en écoutant toute notre jugeote de gamine de 17 ans qu’on part faire du manège. Nom de dieu ca commence à se voir la…

Voir aussi

Jeux : 
Silent Hill 3
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

 

Quand on atteint la trentaine et que ça fait plus de vingt ans qu’on joue à la console arrive un moment où on se rend compte qu’on n’a pas eu le temps de jouer à tout ce qu’on a acheté. Alors c’est cool il y en a plein les armoires de la NES à la PS3 et puis ça s’entasse et puis on en rajoute encore et encore. Les années passent, il faudrait jouer à tout, mais la tâche est laborieuse, que dis-je, TITANESQUE, j’irais même à dire que c’est une hérésie !!

 

Un jour on se dit qu’il va falloir s’y mettre sinon ça n’a aucun sens tout ça ! Ca va nous permettre surtout de jouer à des jeux qu’on a acheté en se disant « Putain faut trop que j le fasse celui-là !! » et qui ont fini sur l’étagère à prendre la poussière avec ses congénères.

 

On va les finir ces putains de jeux, quelque soit l’époque, le style ou la console, on s’en fout faut que ça se passe, faut faire de la place pour pouvoir acheter d’autres jeux avec l’esprit tranquille parce que la collection dépasse les milles pièces et qu’avec la crise et le taff sous payé, on n’est pas près de lâcher 500€ pour une nouvelle génération alors qu’on n’a pas fait la moitié de ce qui a été produit jusqu’ici !

 

Bref si il n’y avait que les jeux, mais à côté des jeux y a les films et les livres qui s’accumulent, les vide-greniers pour se balader le week-end, les cash-converters à aller explorer pendant la pause déjeuner, bref trop de trucs à jouer, lire, voir, écouter, boire…

 

Alors à chaque fois qu’on finit un jeu on mettra le test en ligne, même si il ne fait que 2 lignes parce que le jeu ne mérite pas plus, et sur le blog on mettra tout le reste, enfin, vous verrez bien.

En tout cas, on rattrape le retard, enfin, on essaie.


Mais bon, ENOUGH SAID !!!!

Archives

Favoris