The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 09/12/17 à 20h56

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Premier cercle

 

Il fait nuit, il y a du vent et le ciel est couvert. Il est donc bien temps de démarrer le troisième opus de la saga horrifique.

En faisant chauffer l’eau pour le thé, je me rappelle du premier et de son ambiance étrange sans trop de frissons mais surtout du deuxième et ses propos lourds de sens et sa plongée dans la folie qui nous guette tous. La bouilloire siffle, je verse l’eau chaude dans ma tasse Johnny Halliday, éteins les lumières en laissant une veilleuse dans un coin, j’allume la console. Le ronronnement du ventilateur encrassé préfigure du changement de monde, les carrés bleus disparaissent pour laisser place au noir profond… Merde, le dvd ne passe pas. Je me relève, rallume les lumières, sors le dvd, passe un coup de chiffon, remets la galette… Bordel coté immersion j’ai un peu foiré l’entrée en matière. Bon, on relance, on croise les doigts, quelques secondes d’attentes interminables, ok, ça passe. On re-éteint les lumières, on se recale sur le canapé, on va voir les options, on règle l’image de la tv pour que le 4/3 natif soit bien là, on se prend un coup de tisane et c’est parti.

 

Tout commence dans un parc d’attraction version sanglant. Notre jeune héroïne, dont on ne connaît pas encore le nom, se demande ce qu’elle fait là et franchement, nous aussi. J’ai pour habitude de fouiller ce genre de jeu comme un clodo fouille les poubelles de restaurants, surtout au début. Il y a souvent des trucs planqués. Je fouille donc et je tombe comme une grosse bite dans un des trous qui jonche le sol. Je me réveille dans le resto… même pas eu le temps d’aller jusqu’à la porte au fond. J’ai bien conscience que j’ai fait de la merde et que j’ai potentiellement raté le début et l’entrée en matière. Je peste, je suis à deux doigts de reseter la console, mais étrangement, un calme m’envahit et une petite voix de sagesse me murmure au fond de mon cerveau : si tu es tombé dans ce trou, alors c’est que tu en as voulu ainsi, va au bout de ta quête, au pire, tu feras une nouvelle boucle, espèce d’abruti orgueilleux. Je cède et continue à jouer.

 

Une fois la cinématique passée, où Jean-Michel Clichédedetectiveprivé se fait berner par une gamine (vous) qui s’échappe par la fenêtre des toilettes, l’ambiance lourde arrive, prenante, oppressante, on n’est pas encore à Silent Hill mais on sent bien qu’elle nous poursuit, cette petite ville des enfers. Le centre commercial se transforme en antichambre de l’enfer (ca y est, elle est placée celle-là, c’est fait) après avoir croisé Claudia et on s’enfonce dans le monde parallèle de nouveau avec plaisir. Sûrs de nous, on y va comme des porcs vu que le précédent opus était généreux sur les munitions et les soins. Mais après avoir vidé des chargeurs pour rien sur des monstres géants, on s’aperçoit qu’au final, passer à côté en courant est une technique qui marche plutôt bien. Je ne suis pas là pour faire un walkthrough donc on passera les détails, ce n’est qu’au sortir du centre commercial, après un boss anecdotique bien qu’impressionnant, descendant vers le métro, qu’épuisé, déjà fourbu de l’expérience, j’arrête la console. Ma tisane est finie, le vent s’est calmé dehors, je décide d’aller me coucher.

Voir aussi

Jeux : 
Silent Hill 3
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Spooky54
Signaler
Spooky54
Best série ever! :3
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees

Oui, mon problème, c'est que j'ai essayé de tuer les monstres. 

Il m'a fallu du temps avant de comprendre qu'à moins d'avoir platiné Dark Souls, valait mieux faire une croix dessus.

Atred
Signaler
Atred
Il est pas vraiment dur, il faut pas trop traîner en fait. La suite demain.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
J'adore la licence, mais la difficulté du titre et la sensation d'être livré à soi-même m'a découragé avant de trouver la sortie. Il va falloir que je retente dès que j'aurais bouclé Project Zero 3. Il en va de mon honneur ou, à défaut, de ma santé mentale...

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris