The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 24/09/17 à 17h01

Retard gaming

Ajouter aux favoris
  
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Un mois après avoir ouvert la Wii U sous le sapin, il est temps de donner les impressions sur le jeu qui nous faisait le plus envie sur la plateforme de Nintendo depuis son lancement.

 

Perception pré gaming

On n'a rien contre les jeux de Zombi, mais il faut bien avouer qu'il y a quand même de quoi faire une overdose de morts vivants en ces temps de pop culture peu créative. Malgré tout, ZombiU avait l'air avant sa sortie de tirer son épingle du jeu en montrant un gameplay totalement adapté à la Wii U et sa tablette, mais aussi en faisant rudement penser à 28 jours plus tard ce qui est généralement vu comme un point fort. Tout avait l'air de se passer plutôt bien jusqu'à ce que le jeu sorte, fasse vaguement du bruit et soit vite enterré avec le flop annoncé  de la console (sur lequel on reviendra peut être dans un autre article).

 

Une fois le pad en main et le jeu lancé, on ne peut pas vraiment dire que l'excitation est à son comble vu la séquence d'intro qui manque de fluidité et d'ambition, mais l'ambiance pesante nous prend assez rapidement et une fois arrivé au refuge et la station de métro nettoyée, on est dedans jusqu'au cou.

 

Bien entendu, l'aspect graphique est la première chose à laquelle on prête attention, qu'on le veuille ou non. Pour être honnête, au début, on a trouvé ça pas trop mal, mais à la longue l'utilisation abusive et intensive de filtre sur l'écran, finit par lasser l' 1/2 il et ne suffit plus à camoufler les faiblesses techniques. La direction artistique quant à elle est très soignée et les endroits visités, même si ils ne sont pas crédibles un instant en tant que véritable lieux de vie, ont le mérite de diversifier les atmosphères.

Dans la logique, après la lumière de l'écran c'est le son qui nous arrive. Là rien de méchant à dire, l'ambiance est vite posée, la musique est discrète mais accompagne bien l'action. Les effets sonores sont plutôt bien rendus notamment les coups de batte de criquet, les grincements de porte etc... Le seul vrai reproche vient de nos survivants qui crient comme des pucelles à chaque coup de latte qu'ils mettent, ce qui peut être un peu agaçant. Mais en général, la bande son est quand même un point fort du titre.

Ce qui va démarquer le jeu de toutes les autres productions à base de chair putréfiée c'est le gameplay : le c 1/2 ur du jeu. Tout est basé sur la mablette ou presque. En l'intégrant dans le jeu en lui-même, les développeurs en font du coup un élément crédible au sein de l'expérience. Elle vous servira en tant que joueur à regarder vos objectifs, garder un 1/2 il sur votre carte et à trier et organiser votre sac à dos, fouiller dans les meubles ou les coffres. Bref on s'en sert tout le temps. Elle nous sert de radar qui se met à jour en temps réel au fur et à mesure de l'aventure. Elle sert aussi à scanner l'environnement, ce qui facilite grandement l'expérience car cela permet de marquer tous les objets, zombis et autres points d'intérêt de la zone que l'on regarde.

Mais est ce que le fait d'avoir cette mablette change radicalement l'expérience ? C'est un peu la question que l'on peut se poser après quelques heures de jeu. On peut dire sans trop se mouiller que le jeu aurait été beaucoup moins intéressant sans cet accessoire, mais ce n'est pas vraiment un compliment. La plus grosse différence avec un jeu classique va venir du fait que le jeu continue quand on regarde sa mablette et donc quand on fouille dans son sac ou dans les meubles, quand on crochète une porte etc... Alors on ne va pas se mentir, ça augmente le stress lié à la situation mais ça ne fait pas non plus des miracles. Un bouton menu et un affichage classique n'auraient pas assassiné le jeu. Ca le rend juste plus fun et n'est-ce pas ce qu'on demande à un jeu vidéo de ce genre avant tout ? Ben si. Donc où est le mal à vouloir rendre l'expérience plus immersive ?

On peut dire aussi que la mablette et son utilisation sauve un peu les meubles et c'est là ou ce n'est pas un compliment. Le jeu reste très classique dans son déroulement, ce qui n'est pas un mal mais qui aujourd'hui n'est plus suffisant. Le scenario ne vaut rien, les personnages que l'on rencontre sont des blagues plus que des êtres humains, les zombis, finiront par ne plus vous faire peur mais plus vous faire chier.

Tant qu'on est dans les reproches, on peut aussi ajouter un manque de finition qui fait que des fois, à cause d'un script pourri ou un bug de collision, vous allez devoir faire reset à la console. On ajoute à cela le fait que changer de survivant à chaque mort est cool les deux premières fois mais sans intérêt le reste du temps. Cela devient une source de frustration et n'ajoute pas grand-chose. Enfin le jeu est très dirigiste et de ce fait, le coté exploration est très limité, voir quasiment inexistant.

 

Mais alors, me direz-vous, après avoir défoncé le soft de cette manière, on ressent quoi une fois le pad en main, le casque sur les oreilles et les lumières éteintes, seul, face à son écran ?

Comme on l'a vu plus haut, malgré son classicisme, ZombiU est fun. Fun à jouer, facile à prendre en main, on se laisse porter par nos élans de survivant qui une fois les premières heures de jeu passées à flipper, veulent essayer de se la jouer hollywoodien. Le jeu vous remet les idées en place rapidement, avec une bonne sensation de vulnérabilité et une difficulté relativement élevée. Il faut bien comprendre que tout son charme vient de la sensation claustrophobe qui s'en dégage. De ce dirigisme découle un enfermement relativement étouffant qui vous forcera à prendre une bonne respiration a chaque fois que vous apercevrez un peu de ciel Londonien. Parfois vous aurez l'impression de jouer à un des Resident Evil de la première trilogie, ce qui est un bon point, mais sans les énigmes. C'est ce genre d'ambiance qui vous fait avancer pas à pas ne sachant pas ce qui se cache derrière la prochaine porte. La mort vous guette sans arrêt (enfin on vous le fait croire parce que les items de soin sont légion il ne faut pas avoir peur d'en utiliser).

 

La fin quant à elle n'a rien de transcendant. C'est tout ce que je dirais. Prévisible depuis quasiment le début, personne n'en tombera le cul par terre. Pour finir sur la comparaison avec Resident Evil, on se retrouve avec le même syndrome de l'écureuil. On s'attend tout le jeu à ce que les armes récoltées tout au long de l'aventure soient quasiment indispensables à sa survie pour la séquence finale, ce qui n'est pas le cas. Et une fois le jeu fini, on se dit, putain, dire que je me suis fait chier à leur batter la gueule jusqu' à la fin alors que j'avais une putain de mitraillette, 2 fusils à pompe, un sub machine-gun, etc etc.


Non mais ok on a compris mais alors, on le prend ou pas ce jeu ? On va dire oui, on s'est  bien marré et il y a quelques moments de bravoure plutôt sympa. En plus si vous êtes des bons bourrins, les moments de bravoure, vous pouvez vous les créer en essayant d'y aller comme un porc pour voir si ça passe. Bref, un bon jeu mais qui ne restera dans les mémoires plus comme un jeu pour justifier le gamepad qu'un vrai bon jeu. On ne dirait pas non à un 2 plus travaillé avec des zones de jeu plus grandes et un scénario qui ne sentirait pas la série Z ou le film du jeudi soir sur Syfy.

Voir aussi

Jeux : 
ZombiU, ZombiU (Wii U)
Plateformes : 
Wii U
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris