Premium
Ma "carrière" de joueur : 80% d'histoire - 20% d'Histoire

Ma "carrière" de joueur : 80% d'histoire - 20% d'Histoire

Par sseb22 Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 01/07/14 à 11h07

Joueur depuis 1985, j’ai écrit un petit texte sur mes souvenirs et mes impressions correspondant à 25 ans de « carrière » que je présente machine par machine, sauf deux exceptions. Afin de rendre les 105 pages hautement subjectives plus digestes, je vous en propose une publication bihebdomadaire

Ajouter aux favoris
Signaler

Les trophées (sur Playstation 3) ou succès (sur Xbox 360) sont des récompenses honorifiques accordées au joueur lorsqu'il accomplit certaines actions aux conditions prédéfinies dans le jeu. Ces conditions sont, ou non, connues par le joueur via un menu. Ces récompenses sont centralisées par la console et les données consolidées sont accessibles dans le menu de cette dernière via une interface dédiée. La Xbox 360 a été la première à introduire ces récompenses à sa sortie en 2005. Suite au succès de ces succès, Sony a implémenté un système équivalent sur Playstation 3 en juillet 2008 via le firmware 2.40. Une différence notable est que le système de trophées sur PS3 sépare les différentes récompenses en fonction d'une échelle arbitraire de difficulté en trois types dans l'ordre croissant de difficulté : les trophées de bronze (réussite du premier niveau d'un jeu, passage sous un temps facile dans une course,...), les trophées d'argent (atteindre un niveau élevé dans un RPG, finir le jeu en mode facile,...) et les trophées d'or (fini le jeu en mode difficile, récupérer toute une série d'objets dissimulés dans le jeu, ...). Enfin, si le joueur parvient à obtenir tous les trophées du jeu, il se voit décerné le trophée de platine du jeu en question. Cette répartition a l'avantage, par rapport aux succès sur Xbox 360, de pouvoir discerner un joueur qui jouerait beaucoup d'un joueur qui joue très bien.

Sur PC, Team Fortress 2 introduit des récompenses en 2007 permettant de débloquer de nouvelles armes. Quake Live permet aux joueurs d'en obtenir aussi en 2008 en fonction du temps passé à jouer, par exemple. Apple a également créé, en réponse aux réseaux sociaux pour les joueurs par des éditeurs tiers comme OpenFeint, le Game Center pour son iPhone et son iPad en septembre 2010 qui propose lui aussi des succès. Enfin, le phénomène atteint également des réseaux non spécifiques aux jeux puisque le site www.senscritique.com propose un certain nombre de badges inspirés des succès et trophées mais moins dans une optique d'émulation que de caractérisation des membres du site. Il existe même maintenant des sites qui permettent de s'accorder des "succès" par rapport à des actions effectuées dans la vie réelle, afin de donner un peu d'enjeu et de motivation au quotidien.

Techniquement, les trophées et succès dans les jeux vidéo ne servent à rien puisque les seules choses qu'on en retire sont une certaine fierté et éventuellement de la reconnaissance. On pourrait même penser qu'ils ne servent que pour les joueurs arrogants qui veulent « se la jouer ». Et pourtant, alors que je n'avais qu'une vague connaissance des succès sur Xbox 360, j'ai rapidement été envoûté par leur chant enchanteur et leurs atours addictifs. Finalement, qu'est-ce qu'un trophée ou un succès si ce n'est la marque pérenne d'accomplissements que beaucoup de joueurs exécutaient déjà ? De nombreux joueurs effectuaient, bien avant l'arrivée des trophées, des quêtes annexes dans les RPG, battaient les temps de référence dans les jeux de course ou (re)faisaient les jeux dans une difficulté plus élevée. En accomplissant ces différents actes, le joueur ressentait une grande fierté et, bien souvent, il en parlait alors avec ses amis qui, en retour, l'admiraient, le respectaient ou encore se sentaient piqués dans leur ego et tentaient de faire mieux. Avec l'avènement d'internet et l'invention des succès et trophées, cette émulation entre joueurs peut être portée à une échelle mondiale. Grâce aux « trophycards », chacun peut montrer à tous ceux qui fréquentent les mêmes milieux (forums, en l'occurrence) qu'il a la plus grosse. Ce côté frimeur apporte un sentiment de reconnaissance qui est appréciable mais ce n'est qu'un bonus pour moi.

La raison principale qui me pousse à la chasse aux trophées est bien plus pragmatique, presque pécuniaire mais finalement plus respectueuse des développeurs. Les trophées sont pour moi la carotte permettant de profiter un maximum des jeux que j'achète. En effet, quand j'achète un jeu à 70€ (enfin, 35€ plutôt grâce à l'import), je souhaite en avoir tout simplement pour mon argent. Et les trophées sont, je trouve, un excellent moyen pour avoir le sentiment d'avoir exploré le jeu en long, en large et en travers. Obtenir le trophée de platine ou les 1000G, c'est ainsi pouvoir se dire qu'on a eu la capacité et la dextérité de réussir tous les défis proposés par les développeurs. Accessoirement, c'est aussi une certaine marque de respect envers eux. Il existe plusieurs enquêtes, notamment par RAPTR ou les statistiques de Steam, montrant qu'il est rare qu'un jeu soit fini par tous les joueurs (ici, le jeu le plus « terminé » est Modern Warfare 2 avec 66% des joueurs). Quand on travaille 2 ans ou plus sur un jeu pour se dire que certains assets (un décor, un objet, un boss) ne seront jamais vus par la moitié des joueurs, ça doit être frustrant.Et beaucoup de journalistes et bloggeurs se posent la même question.

Prenons également quelques exemples concrets. Je ne suis pas créatif du tout mais j'ai obtenu tous les trophées de  Alone in the Dark : Inferno. Grâce aux trophées, j'ai exploré des possibilités de combinaisons d'objets auxquelles je n'aurais jamais pensé. Par moi-même, je n'aurais tout simplement jamais eu la motivation pour essayer d'autres combinaisons que celles de base et ainsi tirer parti des possibilités du gameplay du jeu à son maximum.

Autre exemple encore plus probant : GTI Club+. Ce petit jeu de course au gameplay 100% arcade ne propose que 3 courses et quelques voitures. Ayant profité d'une promotion pour me le procurer, je n'y avais, au début, joué qu'une heure ou deux. Il y avait même une course à laquelle je n'avais pas participé ! Pourtant, après l'achat d'un DLC, j'ai été motivé par les nouveaux trophées et j'ai ainsi joué plusieurs heures supplémentaires, triplant ainsi mon temps de jeu initial grâce aux trophées. Finalement, l'avantage de ces systèmes, pour un joueur, est de pouvoir jouer autrement, faire en sorte d'être  incité à découvrir des pans entier de jeu qu'il n'aurait pas voulu ou tout simplement pas eu l'idée de tester ou d'explorer en temps normal. On peut penser au succès de Mirror's Edge demandant de faire tout le jeu sans tuer personne ou le trophée « Irony » de Bioshock, mentionné dans un épisode d'Extra Credit, une émission de The Escapist, dans lequel on doit prendre une photo du cadavre de l'ennemi vaincu. Il peut donner au joueur matière à réflexion sur ce qu'il vient de faire. Et, comme je l'ai entendu dans l'émission Respawn n°9, quand on retourne sur une machine sans trophées, on peut avoir l'impression de jouer « pour rien ». C'est techniquement faux et c'est comme ça qu'on a toujours joué avant mais ils ont réussi à créer un nouveau besoin, pour certains. Cela se rapproche même d'un comportement pavlovien quand on sait que certains joueurs en arrivent à s'impatienter d'entendre le son caractéristique qui retentit lors de l'obtention d'un trophée ! C'est aussi un moyen de fidélisation. Prenons un joueur chanceux qui possède une Xbox 360 et une Playstation 3. Il va acheter un jeu disponible sur les 2 supports. Lequel choisir ? S'il a plus de trophées que de succès, il est possible qu'il penche en faveur de la version PS3 si tous les autres arguments sont équivalents.

Bien sûr, tous les trophées ne sont pas amusants. Typiquement, les trophées réclamant de partir à la recherche de 100, 200 ou 1001 objets dissimulés partout dans l'univers du jeu sont souvent les plus décriés par les chasseurs de trophées. La plupart ne voit pas l'intérêt de parcourir pendant des heures la carte afin de trouver plumes, pigeons ou orbes. Personne ne les oblige à continuer la chasse s'ils ne la trouvent plus amusante mais cela permet de découvrir des recoins inexplorés ou obliger à utiliser des techniques du gameplay du jeu peu utiles en temps normal (même si la Wii n'a pas de trophées, ce dernier point me fait penser aux étoiles vertes de Super Mario Galaxy 2).

 

Section précédente : PS3

Sommaire

Section suivante : Neo-Geo

Voir aussi

Plateformes : 
Xbox 360, PlayStation 3
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

MrPomme
Signaler
MrPomme
Perso je me fiche complètement des succès / trophées. Je joue au jeu je le finis (ou pas) et je le range point. Je ne vais même pas voir la liste des succès avant ou après les avoir obtenus.
Joniwan
Signaler
Joniwan
Très bon article ^^ je te conseille le mien sur le sujet ;)
Krunkenstein
Signaler
Krunkenstein
J'adore les succès Xbox, et je hais les trophées PS3, pour la simple est bonne raison que j'trouve ça super mal branlé sur la console de sony. Après en dehors de ça, je trouve le système vachement sympa, inutile certes, mais indispensable. C'est con à dire mais j'aurais du mal à jouer à un jeu qui n'a pas de succès. (Sauf si c'est une tuerie évidemment.)
Krystalwarrior
Signaler
Krystalwarrior
Mais elle pose ses lèvres sur quoi la fille ? O____O
Jaydes
Signaler
Jaydes
Je hais ce système, pour moi mis en place pour afficher une durée de vie à travers les divers comparatif qu'on voit comme le top dix des jeux les plus joué en ligne.

Et surtout un de mes souvenir les pire, était dans Battlefiel Bad compagnie ou un des "achievement" étais "Coupe mille arbre" alors c'est développé pendant au moins un moi une bande de gogol qui s'amusaient à couper des arbres en multi au lieu de jouer.

Idem pour assassin creed ou il fallait trouver toutes les plumes. Mais franchement ça apporte quoi ? La PS3 devrait ajouter les trophées "connerie suprême" parce que là je pense qu'on pourrait compter avec certitude les crétins gamer.
sseb22
Signaler
sseb22
Attention, je ne dis pas que c'est une échelle absolue de "bon joueur" mais une échelle relative entre la PS3 et la Xbox360.

En effet, les trophées et succès sont très souvent les mêmes. À partir de là, on a 2 systèmes différents : la 360 qui ne fait "que" cumuler les points et la PS3 qui sépare les différentes actions à accomplir selon 3 difficultés différentes (parfois, c'est fait n'importe comment, il est vrai).

Donc, sans entrer dans la liste entière des succès, on n'a qu'un chiffre : le nombre total de G gagnés alors que sur PS3, on a le nombre des 4 différents types de trophées obtenus. Pour un même nombre de points pour 2 joueurs PS3 (qu'on peut aussi calculer car bronze = 15pts, argent=30pts, or=90pts et platine=180pts), on pourra voir que l'un a surtout des platines et des trophées Or alors que l'autre a surtout des trophées de bronze.

Maintenant, est-ce que le fait de n'avoir que des trophées de bronze fait qu'un joueur est forcément mauvais ? Je ne crois pas, faut pas exagérer.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
L'idée des trophées à la base est plaisante, et c'est vrai que lorsque c'est bien fait, ça permet de grossir la durée de vie.

Mais soyons honnête ; 99% du temps, c'est de la merde répartie en 3 catégories :
1. Les trucs que tu débloques automatiquement juste en finissant le jeu (1 trophée par chapitre, plus les "tu as battu bob le boss !", etc.).
2. Les trucs débiles du genre "Hihi lololol joue à ton jeu avant 7 heures du matin".
3. Les trucs hardcore-débilos genre "Tuer 7200 ennemis alors qu'on peut juste en buter 100 en une partie, trouve les 300 drapeaux qu'on a foutu n'importe comment sur la map".
Plus les trophées qu'on débloque en faisant de l'anti-jeu.

Donc quand tu dis que sur PS3, ça permet de voir qui joue très bien... Ben pas forcément, en fait.
sseb22
Signaler
sseb22
Loin de moi l'idée de promouvoir le fait de s'astreindre à "platiner" tous ses jeux, même si ça devient éreintant psychologiquement.

Il y en a qui le font. Mais ce n'est plus du loisir. Pourquoi continuer à jouer alors qu'on n'y prend plus de plaisir ?
Mais je dois avouer que ça peut m'arriver lorsqu'il reste 1 seul trophée pour avoir le platine....
Hakayami
Signaler
Hakayami
A peu près pareil que le post au dessus. Je ne m'intéresse à ces récompenses que si j'adore le jeu, que j'accroche à son gameplay. Pour moi, il ne sert à rien de se tuer dans un jeu au mauvais gameplay juste pour avoir un maximum de trophées. D'ailleurs, ce genre de chose je le faisais déjà avant la PS3 ou la 360.

M'enfin, le coup de la recherche des trophées par respect pour les dév' m'a plutôt surpris. En fait, c'est pas bête du tout! J'avoue que c'est un très bon argument pour compléter son jeu au maximum :)
yukito
Signaler
yukito
Très bon article!

Pour ma part, les trophées ne me motivent pas plus qu'avant à aller à fond dans un jeu, il faut vraiment que le jeu en question me passionne et que je sois vraiment absorbé par l'univers pour tenter d'obtenir le platine (comme ça a été le cas avec AC 2, mon seul platine).

Après la composante temps est, elle aussi, très importante, même si comme tu le dis quand tu payes un jeu 70€ tu t'attends à le rentabiliser un max, le fait est que j'ai tellement de jeux en attente que si jamais je n'ai pas accroché à mort à l'ambiance du jeu, je me contente de le finir "simplement".

Archives

Favoris