Blog à part

Par Spooky Blog créé le 05/06/11 Mis à jour le 22/07/12 à 14h24

Un essai de blog, sur les pérégrinations et tribulations d'un retro et hardcore gamer qui aime à penser que le jeu est un art... en plus, le costume d'Académicien irait super bien à Michel Ancel!

Ajouter aux favoris
Signaler
Blabla

Après quelques mois (au final plus d'un an!) sans poster, je ressuscite mon blog! Différentes choses m'ont empêché de faire des mises à jours plus régulières, mais maintenant que j'ai récupéré mon mot de passe (une des raisons pour lesquelles mes précédentes tentatives de come back ont échoué...) et que j'ai du temps libre (vive les vacances!), je vais pouvoir rattraper le temps perdu.

Et pour commencer, je vais en réalité parler d'un autre hardcore gamer, Mamoky, que je connais depuis quelques années maintenant et qui a lui aussi décidé qu'il avait des choses à dire (et surtout à montrer) sur sa chaîne YouTube. Je vous encourage à aller voir ses quelques émissions (7 pour le moment concernant le thème principal, et 2 spin-offs dédiés à Modern Warfare 3).

Cette émission s'intitule Collector's Mania, et comme son nom l'indique, elle se consacre au déballage de jeux en édition Collector. Ces fameuses boîtes qui nous font parfois baver d'envie, que l'on expose fièrement ou au contraire que l'on cache, tant la déception était grande lors du déballage.
Le principe est de montrer clairement ce que contient la boîte, de livrer son avis sur la qualité du produit et sur le tarif pratiqué. Parfois, quelques bons plans vous permettront de dénicher l'objet en question, même si cela reste valable dans les délais de publication de l'émission.

N'hésitez pas également à laisser votre avis et à l'aider à améliorer son émission!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Gamer teacher

J'ai pu remarquer que parmi les "Gamebloggers" (oui, je l'écris à l'anglaise... déformation professionnelle!) beaucoup faisaient partie de cette grande "famille" qu'est l'Education Nationale... Eh oui, beaucoup ont la "chance" de faire le "plus beau métier du monde" (remarquez l'usage intensif de guillemets...). Sachez que l'Education Nationale a pensé à vous pour que vous puissiez concilier votre passion du jeu avec votre métier: désormais, vous pouvez jouer à être prof:

 

Bien évidemment, le titre de mon article était ironique, ce jeu n'est pas officiellement soutenu par l'Education Nationale (heureusement...). Mais je suis tombé par hasard sur ce jeu parmi les soldes de la FNAC. Mais en quoi consiste ce jeu exactement? Regardons le dos du boîtier d'un peu plus près:

"Découvre ta nouvelle classe: 8 garnements prêt à te rendre fous (...)":

Une classe de 8 élèves? Faudrait dire aux développeurs du jeu qu'une classe de 8 élèves, ça n'arrive jamais... faudrait plutôt multiplier le chiffre par 4 pour coller à la réalité!

"Fais-les progresser: améliorer la moyenne de classe, évite les bavardages et les tricheries pendant les interros. Un vrail challenge!"

Là, pour le coup, on colle un peu plus à la réalité du terrain... Mais bon, personnellement j'aurais rajouté "fais-en sorte qu'ils veuillent bien rester assis et écrire leur cours" comme challenge supplémentaire...

"Organise l'emploi du temps des élèves, enseigne-leur les matières, participe au conseil de classe: tous les éléments d'une véritable année scolaire"

Cette fois, le jeu est plutôt visionnaire: enseigner plusieurs matières, ce que beaucoup de profs sont déjà obligés de faire et ce qui risque d'arriver de plus en plus souvent... histoire de pouvoir supprimer encore plus de postes. Finalement, peut être que le jeu est bien sponsorisé par le Ministère?

"Des mini-jeux délirants! Empêche les élèves de dormir en classe, évite les lancers de yaourts et plein d'autres activités"

Ah ouf! Heureusement qu'ils disent que c'est "délirant"... Ca veut dire que ça ne se passe jamais en vrai et que c'est juste une caricature de la réalité. J'ai eu peur... faudrait pas non plus faire croire que le métier de prof nécessite une patience à toute épreuve, beaucoup de psychologie et un mental d'acier! Si?...

 

Tout ça pour 15€... je ne comprends pas comment j'ai pu résister à cet achat. Parce que je suis sain d'esprit? Peut-être oui...
Si quelqu'un possède ce jeu, je serais curieux d'en savoir plus à propos du "jeu" (remarquez encore une fois les guillemets...)

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Retro-collectionneur

Suite du "making of"... Histoire de ne pas surcharger la page en photos, j'ai préféré diviser l'article en 2. (bon OK, j'ai aussi voulu ménager le suspense...)

 

Une fois le montage des meubles terminé, il me restait bien évidemment à remplir  ces meubles. Pensant disposer d'une place suffisante, le stress est progressivement monté en voyant les meubles se remplir un à un, et un stock de jeux à exposer toujours aussi énorme... Finalement, j'ai dû refaire un saut chez le même fabriquant de meubles suédois que tout le monde connaît, pour acheter quelques colonnes de rangements (photo ci-dessous):

Sur la photo, on peut voir un aperçu des éditions collectors de certains jeux Xbox 360, un arcade stick SF IV, une partie de ma collection NES et SNES en boîte, ma collection Neo Geo ainsi que mes jeux Dreamcast, Mega CD, Virtual Boy, N-Gage, Saturn et Neo Geo Pocket. A l'origine, les 2 colonnes de droite n'étaient pas prévues...

 

Pour ce qui est du reste des meubles, voici un petit aperçu qui vous montre à quel point chaque tiroir est bien rempli:

Jeux Xbox 360, Wii et Atari 2600 (oui, l'écart entre ces 2 générations est assez énorme...) et quelques jeux collectors sur la gauche qui n'ont pas encore trouvé de place... (faut dire que vu la taille des boîtes, c'est un peu compliqué)

 

Ici, ma collection PS1 et Game Gear

 

La plupart des tiroirs sont pleins, il ne me reste que peu de place pour étoffer ma collection, ou alors il me faudra trouver d'autres rangements. C'est une des raisons pour lesquelles j'ai mis fin à ma "collectionite" et décidé de me concentrer sur certains titres précis, quite à débourser un peu plus (la preuve en est avec la récente acquisition de Conker's sur N64). L'inconvénient reste cependant les éditions collectors de jeux récents, qui prennent beaucoup de place...

Outre les meubles, il fallait également penser à avoir une assise suffisamment confortable pour donner encore plus envie de passer du bon temps dans ce p'tit coin de paradis. Vu la somme investie dans les meubles, les promotions de Carrefour sont tombés à point nommé et j'ai pu acquérir un petit canapé pour 90€. Voici le résultat final:

Une petite modification depuis: une table basse, avec tiroirs, est venue s'insérer entre le canapé et les TV, ce qui me permet de ranger un bon paquet de manette.

Il reste toutefois quelques petits aménagements à faire: prévoir un grand nombre de prises éléctriques derrière le meuble TV et également fixer la TV HD au mur, afin de pouvoir rajouter les quelques consoles manquantes au dessus du meuble TV.

Evidemment, comme tout bon collectionneur, j'aurais voulu pouvoir exposer les boîtes de mes consoles, mais j'ai préféré y renoncer pour ne pas donner un aspect "fourre-tout" à la pièce... d'autant qu'elles sont toutes dans la pièce juste à côté!

Il ne restait plus qu'à agrémenter de quelques petites décorations très "gamer":

 Le locataire principal de la pièce: R.O.B (qui montre avec fiereté une cartouche de Bart vs. The Space Mutants signé par Marcus)

Deux consoles "à part", le Virtual Boy et la Vectrex

 

Voilà en quelques mots et quelques photos mon p'tit coin de paradis... N'hésitez pas à me donner vos impressions, vos conseils sur la déco, ou me poser des questions...

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Retro-collectionneur

Dans mon billet précédent, je parlais des dilemmes des gamers en manque de budget... heureusement, il existe aussi de nombreuses joies dans la vie des gamers, et la mienne en particulier (également responsable du manque de budget en question...). Maintenant que je suis l'heureux propriétaire d'un crédit.... heu, je veux dire d'une maison, plutôt spacieuse (le crédit aussi d'ailleurs...), j'ai pu transformer une des pièces en salle de jeu (avec la bénédiction de ma tendre moitié...). Il a fallu faire quelques petits travaux, quelques aménagements et enfin, transférer toute ma collection et ranger tout ça. Voici donc l'évolution de la pièce jusqu'au résultat final, avec quelques renseignements sur les meubles, le matos, en espérant que cela puisse aider d'autres gens avec un projet similaire.

 

Bien souvent, le grenier, réaménagé est une bonne solution pour disposer d'une salle de jeu sans avoir à "sacrifier" une chambre, à moins que la maison ne dispose déjà d'un grand nombre de chambres... Dans mon cas, il s'agit un peu des 2, à savoir d'une pièce ressemblant à un grenier mais qui servait de pièce à part entière pour le précédent propriétaire. Voici à quoi ressemblait la pièce lorsque nous sommes arrivés (avec une petite partie de ma collection)

Sur le sol, vous pouvez voir une moquette à la couleur peu accueillante, décolorée par endroits, avec tous les inconvénients que comporte ce type de revêtements (poussières, allergies, difficultés à nettoyer, etc...) La première étape consistait donc à enlever tout ça. Assez simple sur le papier, nettement moins dans la pratique. Après quelques déboires et beaucoup de poussières, voici la même pièce sans la moquette (et sans les cartons...)

 

 Restait maintenant à poser un autre type de revêtement au sol. J'ai opté (pour diverses raisons) pour un revêtement en dalles PVC, pour le résultat suivant:

 

Sur la photo, la différence n'est pas flagrante, mais dans l'ensemble ce genre de revêtement est beaucoup plus "propre". L'étape suivante était de meubler... et bien souvent dans ce domaine, rien de tel qu'un petit voyage en "Suède"...

Comme vous pouvez remarquer sur les photos, 2 des 4 murs sont mansardés, c'est à dire qu'ils ne sont pas droits. Donc il était impossible d'envisager des bibliothèques, type BILLY pour exposer ma collection. J'ai donc du me rabattre sur des meubles relativement bas (moins de 92cm de hauteur), en l'occurence des commodes (MALM) avec 3 tiroirs larges. Il m'a fallu pas moins de 6 commodes de ce type pour stocker l'ensemble de ma collection, couvrant ainsi l'ensemble des murs mansardés.Ensuite, il me fallait également un meuble TV pouvant accueillir une télé HD ainsi qu'une télé à tube cathodique (les retro gamers me comprendront). De plus, il fallait également un meuble pouvant accueillir la quinzaine de consoles de salon dont je dispose (et encore, j'ai éliminé des consoles comme la PS1 ou l'Atari 2600 car leur "grande soeur" respective pouvait faire tourner leurs jeux). Au final, j'ai opté pour 2 "bancs TV" (BENNO) mis côté à côté, avec une porte transparente pour un effet "vitrine".

Voici en aperçu de la pièce "en cours de montage":

 

 

La suite au prochain numéro...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Blabla

J'avoue, ça faisait un petit moment que j'avais délaissé ce blog... non pas par manque d'envie, mais bien par manque de temps!

Eh oui, petit gamer deviendra grand: je suis désormais propriétaire! (d'une maison, pour ceux qui ne suivent pas...) Et forcément, ça occupe! En même temps, je ne peux pas me plaindre puisqu'une grande partie du temps consacré à aménager a été consacré à ma salle de jeu! MA salle de jeu! Mon rêve depuis quelques années... je ne m'y étendrai pas davantage, j'attendrai mon prochain article pour livrer tous les détails (pour donner quelques idées à ceux qui partagent ce même rêve, pour aussi avoir quelques conseils de la part d'experts ès salle de jeu, et il faut bien l'avouer, pour faire un peu baver d'autres gamers!).

Le manque de temps est une chose, mais évidemment, une acquisition de ce type nécessite un investissement en conséquence, et si le prix d'une maison peut faire tourner la tête (j'ai jamais fait un chèque aussi énorme... et pourtant c'était juste l'apport personnel sur la maison, une petite partie du montant total!), on en oublie bien souvent les dépenses qui arrivent juste après... si l'heureux acquéreur a la chance d'emménager dans une maison en bon état (sans travaux), ce qui était mon cas, on en oublie qu'il faut décorer, meubler, etc... et au final, les finances fondent comme neige au soleil! Alors forcément, il faut se serrer la ceinture et freiner les dépenses inutiles...

D'emblée: NON, acheter des jeux vidéo n'est pas devenu une dépense inutile! Fort heureusement d'ailleurs... j'aurais probablement eu du mal à l'accepter. En revanche, il m'a fallu restreindre au maximum mes achats et faire baisser les coûts. L'avantage d'un déménagement, c'est qu'on retrouve souvent des trésors oubliés. Dans mon cas, il s'agissait de jeux rétro en double que j'ai bien vite revendu à un magasin local. (d'ailleurs, pour ceux que ça pourrait intéresser, il me reste un Super Mario Bros. sur NES complet, Donkey Kong 64 et des jeux Atari 2600 en loose, ainsi qu'un Wing Commander 3 complet sur PS1) Cela permet de faire baisser le prix et en même temps de faire de la place. Mais une fois cette étape passée arrive le moment le plus cruel dans la vie d'un gamer: le choix...

Comme tout hardcore gamer, je consulte les sites Internets, je lis la Presse (RIP Joypad au passage...) et je m'informe des futurs hits à venir. Autant l'été a été calme, autant là, ça afflue de partout et je ne sais plus où donner de la tête! Comment choisir??? Argh! Cruel dilemme! Entre un Gears of War 3, Batman Arkham City, Assassin's Creed Revelations, Dead Rising 2: Off the Record (OK, celui là est dispensable pour beaucoup, mais moi j'adore...), FIFA 12 et j'en passe... A tout ceci s'ajoute le fait que je suis collectionneur, et qui dit collection dit "édition collector". Et bien sûr, l'addition n'en est que plus salée!

Alors oui, je suis obligé de sacrifier certains jeux au profit d'autres, et quand mes moyens me permettront d'acheter ce titre sacrifié, d'autres subiront le même sort... La vie est injuste! Comme on dit dans la langue de Shakespeare: "So many games, so little time". Et le sort en a décidé ainsi: Gears 3 en September, Batman en Octobre, Assassin's Creed en Novembre... et pour Décembre, j'attendrai que le vieux barbu vienne réparer cette injustice, après tout je pense avoir été sage?

 

P.S.: Ce message n'est évidemment pas une vraie plainte, au contraire. C'est beau d'avoir le choix, et tant de qualité. Ce n'est que partie remise et un jour, le plus tôt possible, je pourrai enfin m'essayer à tous ces titres qui m'ont échappé! (Red Dead Redemption, je pense à toi!!!)
Et je compatis sincèrement avec ceux qui sont aussi passionnés que moi, et qui n'ont pas les moyens d'assouvir leur passion.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

This is my first entry in English... but it'll be a quick one!

I'm not sure if any English-speaking people read the Gameblog website or any blog, but I'll try my luck...

I'm trying to advertise the upcoming release of the History of Nintendo vol. 1, by Florent Gorges (and translated into English of course...) in the UK.

The book was launched a year ago on the Pix'n Love publishing website but there was no real marketing campaign behind it and consequently, it did not sell very well. It's quite impossible to rely only on word of mouth when you're new in the business. Therefore, the book is being re-launched in UK stores this time.
I've been a big fan and supporter of every French Pix'n Love publication and it's only logical that I'm trying to support them again, especially since I'm an English teacher.

Vol. 2 of the History of Nintendo is also scheduled but it might be cancelled if vol. 1 doesn't sell... since the online sales have been disappointing, the future doesn't look very bright for any further releases. Which is why I need all the help I can get to promote this book.

Here is the official Facebook page: http://www.facebook.com/pages/The-History-of-Nintendo/132061403550995?sk=wall

Please like this page if you have a Facebook account and share this link to make sure vol. 2 (and other titles) see the light!

Thanks for your help!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Blabla

 

C'est pas comme si on n'était pas habitué, mais évidemment, quoi de mieux pour illustrer les mots "jeunes" et "violents" que le jeu vidéo?

Et pour avoir parcouru l'article, on trouve bien entendu le témoignage d'un pédopsychiatre (pseudopsychiatre?) qui nous explique que les jeux vidéo sont à l'origine de tous les maux. (même le déficit de la Grèce je parie!)

La question que je me pose est la suivante: la télévision et le cinéma ont-ils eu le même "traitement de faveur" à l'époque où ils étaient encore des médias nouveaux?...

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler

Vu sur le mur de Berlin... ceci explique le penchant de Mario pour casser des briques!

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler

 

Une fois n'est pas coutume, parlons un peu d'un jeu récent... A la lecture du titre, vous avez forcément deviné que je veux parler de Duke Nukem Forever! Au vu des critiques et articles que j'ai pu lire sur ce dernier opus estampillé Duke Nukem, on pourrait croire que l'on a affaire à une sombre daube, méritant un peine que l'on pose son regard sur la jaquette du jeu sur les étals des revendeurs. La pire critique étant probablement la dernière entrée du blog d'AHL (cliquez sur le lien à droite pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle). Moi qui était impatient de pouvoir incarner à nouveau Duke, et qui avait déjà pré-commandé la version collector des mois à l'avance, je suis tombé de haut...

Puisque j'ai désormais fini le jeu plusieurs fois et que c'est encore frais dans ma mémoire, je vais pouvoir livrer ma version des faits. Le jeu mérite-t'il ce déluge de mauvaises critiques?

 

Une fois n'est pas coutume, je vais commencer par la conclusion: NON! Très honnêtement, j'ai adoré le jeu du début à la fin. Et avant même d'avoir le jeu, j'ai adoré la démo. Et cela faisait bien longtemps (depuis la démo de Bioshock) que je n'avais pas terminé une démo en me disant: "Vite! Je veux le jeu complet!!!". Je ne regrette pas un seul euro dépensé, ni même ceux dépensés en plus pour la version collector. Hail to the King, baby!

Bien sûr, ce serait être de mauvaise foi que de nier tous les reproches adressés au jeu. Je reconnais volontiers plusieurs défauts au jeu. Faisons la liste:

 

  • Probablement le pire à mon sens: le doublage en VF! Fort heureusement, j'ai commandé le jeu sur un site anglais et j'ai échappé à ce sacrilège sans nom, cette hérésie infâme! La voix originale de Duke, interprétée par Jon St-John, est tellement inimitable, mythique et incontournable que je n'avais même pas envisagé une seule seconde que l'on puisse commettre à nouveau le crime du doublage de Time to Kill et Land of the Babes (sur PS1).
    J'espère que pour les malheureux ayant fait l'acquisition du jeu en France, il est possible de rétablir la version originale (une option qui devrait être obligatoire pour tous les jeux, et je ne dis pas ça parce que je suis prof d'anglais!). Ce choix est impardonnable car il rend le personnage de Duke complètement ringard. La traduction de certaines répliques comme "Come get some" en français, aussi précise et fidèle soit-elle, n'a pas du tout la même résonance (au propre comme au figuré) et détruit complètement l'ambiance si particulière de Duke Nukem.


  • D'un point de vue graphique, le jeu est loin d'être horrible comme j'ai pu le lire ici ou là. Mais je dois reconnaître que certaines textures sont particulièrement moches, et chose aujourd'hui impensable, certaines d'entre elles pixellisent! C'est même tellement surprenant que je me demande si ce n'est pas un clin d'oeil volontaire des développeurs pour rappeler l'original... Mais si, vous savez, les posters sur le mur du strip club que l'on voulait voir de plus près mais qui finalement devenaient illisibles dans Duke Nukem 3D?

  • Le niveau du strip club... WTF? Je me demande encore ce que ça vient faire là et à quoi ça sert? Soyons honnête, ce niveau n'a d'autre intérêt que le fan service: comme le scénario met en scène les aliens enlevant toutes les "babes" et qu'un jeu estampillé Duke Nukem sans le fameux "babes & boobs" n'en est pas un, alors il fallait bien faire quelque chose... Sauf que là, ce niveau arrive comme un cheveu dans la soupe, une parenthèse inutile dans la progression. Il aurait fallu l'intégrer de façon plus logique au déroulement de l'histoire au lieu de venir le greffer de façon complètement artificielle.

  • Enfin, les temps de chargement sont tout bonnement inhumains! Si vous avez le malheur de mourir, il faut attendre très longtemps pour recharger le niveau, même s'il s'agit exactement du même endroit où vous êtes mort! C'est tout simplement intolérable à l'heure actuelle. A croire que le jeu pousse la machine dans ses ultimes retranchements d'un point de vue technologique alors que c'est plutôt l'inverse!

 

Pour certains, ces défauts peuvent paraître rédhibitoires, ou du moins fortement gâcher l'expérience de jeu. Mais pour d'autres (moi!), cela ne gêne en rien le plaisir éprouvé à incarner ce cher Duke, après une si longue attente ("12 fuckin' years" comme il le dit si bien dans la séquence d'intro). Toutes ces failles sont largement compensées par l'ambiance et l'atmosphère du jeu, le charisme du personnage et l'humour.
Je ne comprends pas pourquoi certaines critiques reprochent un "humour graveleux" (peut-être parce qu'ils ont joué à la VF?). Tout est à prendre au 2nd degré, voire plus! Evidemment que Duke Nukem est une caricature, tout comme les babes, les aliens, etc... Ma femme était souvent à mes côtés lorsque je jouais, et elle se marrait autant que moi à entendre les répliques de Duke. Les références "extérieures" dans le jeu sont nombreuses (références à d'autres jeux ou à des films) et drôles, alors pourquoi prétendre qu'il s'agisse de "référence pour la référence"? (cf. Podcast Gameblog #191)

Par ailleurs, contrairement à certains FPS très populaires de nos jours (pas besoin de les nommer je pense), l'aventure offrait un peu de variété dans le déroulement pour changer de la routine: "je shoote et j'avance jusqu'au prochain script." Certes, ça restait assez limité, mais j'ai apprécié l'effort.

Bien évidemment, le fait d'être un fan inconditionnel de Duke Nukem aide à faire passer la pilule. Après 14 années d'un développement chaotique, il ne fallait pas s'attendre à un titre incontournable. Duke Nukem Forever est un jeu sorti en retard de plusieurs années, et il vaut mieux le juger comme un titre datant de 2002 par exemple. Gearbox Software a eu le mérite de donner aux fans ce qu'ils attendaient: un titre Duke Nukem, coûte que coûte. Ils ont bien sûr essayé d'améliorer un peu le tout, et je comprends qu'un joueur ne connaissant pas la série puisse ne pas aimer. Mais pour tous ceux qui ont suivi les péripéties du développement, nous ne pouvons que nous réjouir du résultat final.

 

Duke is still great

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Blabla

 

A l'occasion de la sortie de la Bible NES, un véritable ouvrage de référence pour tous les retro gamers (disponible ici: http://www.editionspixnlove.com/Tous-nos-ouvrages/La-Bible-NES/Famicom/flypage.tpl.html), j'ai décidé de consacrer cette entrée dans mon blog à tous les historiens du jeu vidéo, qui oeuvre (parfois dans l'ombre) pour la préservation et la diffusion de la culture vidéoludique. L'objectif de cet article est double: faire connaître leur travail et leur rendre hommage.

 

Editions Pix'n Love

Commençons d'abord par les éditions Pix'n Love. Depuis plusieurs années maintenant, cette maison d'éditions publie des ouvrages tous plus indispensables les uns que les autres. Il existe tout d'abord Pix'n Love, le "mook" (j'ai toujours trouvé que ce mot sonnait mal, mais bon, apparemment c'est la désignation officielle de ce qui se situe entre le magazine et le livre, "book", d'où la contraction), qui donne ses lettres de noblesse au retro gaming. Le prochain numéro (#16) devrait paraître sous peu et les anciens numéros sont disponibles sur le site des éditions Pix'n Love (http://www.editionspixnlove.com/).

A cette parution viennent s'ajouter les autres titres répartis dans différentes collections: les grands noms du jeu vidéo proposent des biographies de Takahashi Meijin, Michel Ancel et Gunpei Yokoi.

La collection Les cahiers du jeu vidéo s'intéresse à différentes thématiques, le dernier en date étant Les filles dans le jeu vidéo, un chef d'oeuvre d'analyse et de réflexion qui montre encore une fois que le jeu vidéo est un sujet d'étude des plus riches.

La série "La Bible..." recense et présente tous les jeux d'une plateforme, et dont le dernier tome consacré à la NES est un travail de titan.

Enfin, d'autres titres "inclassables" viennent étoffer le catalogue et viendront également grandement enrichir votre culture.

Outre le fait que tous les ouvrages de chez Pix se doivent de figurer en bonne place dans votre bibliothèque, chaque bouquin est accompagné d'un petit "post it" de remerciement personnalisé. Le genre de petite attention qui fait chaud au coeur... (et qui donne encore plus de travail aux Pixmen!)

J'aurai l'occasion de vous reparler un peu plus en détail d'un des titres mentionnés plus haut, mais pour l'instant, chut! C'est un secret...

 

A noter que les éditions Omake books, fondées par un ancien de chez Pix, Florent Gorges, publient également le volume 3 de l'Histoire de Nintendo (dédié à la NES) avec une couverture inédite. Le prochain volume sera consacré à la Game Boy et il s'annonce d'ores et déjà aussi incontournable que ses prédécesseurs! Et puisqu'il n'y a pas que les jeux vidéo dans la vie, je vous conseille également l'Anthologie du Franponais. (http://omakebooks.com/)

 

En dehors du monde de l'édition, mais toujours dans le but de préserver la culture vidéoludique, il est important d'évoquer le travail de l'association MO5.com, que beaucoup d'entre vous connaissent probablement. Les missions de l'association et les moyens de leur venir en aide étant nombreux, le plus simple pour moi est de vous conseiller de visiter leur blog ainsi que leur site: http://mo5.com/   et http://www.gameblog.fr/blogs/mo5com/

 

Enfin, étendons un peu nos horizons en traversant la Manche. Evidemment, comme tout prof d'anglais, je lis énormément de livres et magazines anglais. Et la première publication consacrée au retrogaming qu'il m'ait été donné de lire est le mensuel Britannique Retro Gamer.

 

Ce magazine existe depuis plusieurs années et après avoir disparu pour mieux ressusciter peu de temps après ses débuts, cette publication semble avoir trouvé son rythme de croisière, sous la houlette de son rédacteur en chef, Darran Jones. S'agissant d'une publication britannique, beaucoup d'articles sont consacrés aux ordinateurs de l'époque (C64, Spectrum, affectueusement surnomée "Speccy", etc...) et aux développeurs britanniques ayant développé sur ces machines. Par conséquent, pour un public français, certains titres et certains noms sont bien souvent inconnus. En revanche, le magazine s'intéresse à la scène "homebrew" et propose désormais un "collector's corner", qui établit une liste des titres à posséder selon les consoles avec un indice de rareté pour chaque titre.

Une autre qualité de cette publication réside dans la volonté d'impliquer ses lecteurs et membres du forum, qui peuvent rédiger des critiques de jeux, donner leur opinion, participer à des sondages, etc...

Alors évidemment, si vous ne maîtrisez pas la langue de Shakespeare, passez votre chemin. (non, c'est promis, je ne ferai pas mon "prof" en vous martelant qu'il faut y rémédier, apprendre son vocabulaire, etc...) Pour les autres, si vous avez l'occasion d'aller faire un tour chez la Perfide Albion (l'Angleterre quoi...), je ne saurais trop vous conseiller que d'acheter ce magazine pour vous faire une idée, et pourquoi pas vous abonner par la suite. (le cours de la livre sterling étant encore très bas, c'est l'occasion d'en profiter)
Une compilation des meilleurs articles du magazine a été traduite en français et est actuellement disponible en presse. Mais la traduction est parfois calamiteuse, donc comme bien souvent, rien ne vaut la version originale!

 

Tous ces ouvrages entretiennent ma passion pour le retro gaming et me permettent d'en apprendre toujours plus sur ce loisir qui m'est cher. Que ce soit de simples anecdotes sur des titres connus ou la découverte d'un titre injustement méconnu, la lecture de ces ouvrages me paraît indissociable de la pratique du jeu vidéo. La littérature ne serait pas un art sans l'analyse et la critique littéraire, donc le jeu vidéo ne deviendra un art que grâce aux initiatives de ces mécènes du jeu vidéo... (bien sûr, je ne les ai pas tous cités)

Pour leur travail et leur dévouement, pour toute cette richesse qu'ils nous font partager: MERCI!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

La tradition exige que je commence par me présenter... C'est bien beau de vouloir donner son avis sur tout et n'importe quoi, il faut quand même répondre à la fatidique question: pour qui il se prend lui???
Eh bien "lui" a 27 ans, gamer depuis l'âge de 5 ans avec l'Atari 2600, puis la NES, Super NES, PS1, PS2 et actuellement Xbox 360. Mais entre temps et par hasard, au fil de cette progression technologique dans les consoles (à l'étape PS1 plus précisément), je me suis mis à être un peu nostalgique de mes anciennes consoles, revendues pour pouvoir m'offrir la dernière machine qui en avait plus sous le capot.
Donc en bref, je suis devenu en plus d'être un hardcore gamer, un retro gamer passioné. On accélère des quelques années, et me voilà aujourd'hui: professeur d'anglais en collège, toujours aussi passionné de jeux et une collection ayant accumulé au fil des années plus de 1200 jeux et une trentaine de consoles...

 

Archives

Favoris