Purement subjectif

Par Socrates Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 17/02/10 à 17h45

L'archétype de l'ex étudiant hardcore gamer devenu trentenaire et casual, c'est moi.

Ajouter aux favoris
Signaler
A venir

Pour les plus anglophones d'entre vous, voici un bel article sur le futur du jeu vidéo

Pour les moins anglophones :

Il s'agit d'une interview d'une quinzaine de personnes dont Jeremiah Slaczka de 5th Cell (les gens qui ont crée Scribblenauts) , Yannis Mallatle DG d'ubisoft Montreal, Randy Pitchford de Geabox, Denby Grace de 2K

L'article se divise en 4 parties :

le futur de l'industrie du jeu vidéo, ou l'on nous dit (c'est assez partagé par la quinzaine de personnes interviewés) que l'industrie deviendra de plus en plus grosse, de plus en plus mainstream (dans le sillage de la Wii et de nintendo)

L'évolution de la " gaming technology"  et des supports: Les réponses sont variés, dématérialisation des supports, fin du système de plate forme sont pronostiqués.

Mais ce qui m'intéresse en tant que Gamer c'est la question sur les différences entre les jeux de 2010 et de 2020 (page 3):

De manière assez surprenante on a des réponse très opposés :

Jeremiah Slaczka nous dit qu'"en 10 ans on a vu la naissance et la mort de genre"  (pardonnez la traduction il dit bith and death of all kinds of genres)

A l'inverse Paul Denning de Rocksteady (à qui on doit Batman Arkham asylum) trouve qu'en 2000 nous avions les mêmes genres de jeu qu'aujourd'hui et que cela va continuer.

Question annexe quel nouveau est apparu depuis 2000 ? Les jeux musicaux ? les Wii sports ? Lesquels ont disparu ? les point n click ? (pas vraiment)

Certains parient sur l'interopérabilité entre plateforme /industrie (films/ jeux sur PC ou console/ jeux sur téléphone...)

d'autres parient que le joueur sera de plus en plus impliqué (level design, partage des créations, etc...) comme c'est déjà le cas sur Little Big Planet.

On n'échappe pas à l'auto promotion : "le futur c'est ce qu'on a fait dans borderland " (je caricature un peu)

L'avénement du online, quelque soit le jeu, quelque soit la plateforme.

On trouve des fervents partisans du "choix" (à la fable, Mass effect ou Heavy Rain) chaque choix générant une histoire, une situation différente.

Dans l'ensemble ça ne vous donnera pas une idée claire du futur mais 15 avis différents tous intéressants, parfois droles, pas toujours révolutionnaire.

 Le mot de la fin à Steve Stamatiadis de Krome (Star Wars-clone wars, Spyro, Pinata) :

The more things change the more they stay the same.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives

Catégories