Adipose Blog
Signaler
Actualité Ciné

Captain America : The First Avenger se présente décidément très bien. Avec un réalisateur de qualité et un casting sympathique (Chris Evans, Toby Jones, Samuel L.Jackson...) l'adaptation d'un moment de vie du plus célèbre des Vengeurs s'offre un nouveau talent de très grande classe : Tommy Lee Jones. Décidément increvable, dans le bon sens du terme, l'acteur jouera le rôle du général Chester Phillips qui n'est pas moins que l'homme qui choisit Steve Rogers (Captain America) pour le programme du Super Soldat, menant au superhéros que l'on connait aujourd'hui.

Sortie prévue pour le 22 juillet 2011 !

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux Vidéo

Je n'ai jamais été un très grand fan de la saga des Final Fantasy, lui préférant de loin des oeuvres moins connues, mais tout aussi sublimes qu'un Chrono Cross, un Radiata Stories, j'en passe et des meilleurs. Seul le IV et le X sont vraiment de pur chef-d'oeuvre pour moi. Mais jamais, non jamais je n'aurais pensé un jour être aussi déçu et choqué par la basse qualité d'un jeu estampillé FF. Final Fantasy XIII est une vraie claque. Non pas pour ces graphismes exceptionnels (malgré les nombreuses fautes de gout "Power Ranger + Transformers" des Eidolons et le changement brutal changement de graphismes entre cinématiques en temps réel et du type "Advent Children"), mais bien pour son manque total d'intérêt. Treize chapitres longs, ennuyants comme ce n'est pas permis, ou tout est cousu de fil blanc : voilà ce que j'ai dû endurer.

Les trésors ? Cachés dans les angles morts de la caméra. Les quêtes annexes : Chapitre 11, Grand Pulse. Les personnages ? Ridicules au possible. Que penser de Snow et de son "je suis un héros" plus qu'agaçant, sans qu'un perso à la Yuna ne vienne tempérer ce petit air prétentieux comme Square l'avait si bien fait, dans Final Fantasy X, face à Tidus ? Light est quant à elle complètement déshumanisée pendant trois chapitres pour devenir joliment Chamallow du point de vue émotionnel quelques épisodes plus tard. Le jour et la nuit. Vanille ? Énervante. Bref, il n'y a pas un seul perso pour rattraper les autres et au bout de douze chapitres, je n'en pouvais vraiment plus. Pas de déception, mais une vraie colère. Un scénario raté, des émotions inexistantes, des situations complètement à côté de la plaque (Snow bloqué par un petit tas de glace ? Sérieusement ? Il contrôle Shiva !). En détail, je vous dirais aussi qu'Odin à un cheval à quatre pattes (alors que l'original en a six), que son Zantetsuken est ridicule et ne fait jamais de dégâts, que le nouveau look des Bombos et juste un grand n'importe quoi de manque de créativité et que Final Fantasy XIII est un véritable supplice, une oeuvre totalement inégale qui, bien entendu, a ses fans. Que je respecte, mais que j'ai beaucoup de mal à comprendre. Généralement, parler avec eux devient rapidement un règlement de comptes à base de "non, mais tu ne comprends rien". Tant pis (tant mieux ?) pour eux.

Chapitre 13. Je m'ennuie toujours autant, mais les boss sont un peu coriaces et j'ai envie d'en finir avec ce jeu. Alors, je me dis que Gran Pulse, l'aire de jeu très complexe et complètement bordélique du chapitre 11 , devrait peut-être résoudre ce problème. C'est avec beaucoup de colère que je me laisse emporter par ce téléporteur maudit, qui va me rallonger la durée de vie d'un jeu totalement horrible à parcourir et... Ah. Tiens. Cette fois j'ai un niveau correct face aux ennemis. Je vais pouvoir faire une mission ou deux, voire trois. Un chocobo ? Ils ont une sale tronche et leur thème musical me fait le même effet que des lames de rasoir dans les tympans, mais après tout pourquoi pas ? Et c'est ainsi que Final Fantasy XIII se transforme en Monster Hunter du pauvre.

Je m'amuse à Grand Pulse, juste parce que j'ai le niveau pour battre les ennemis (chose pratiquement impossible en jouant normalement lorsque l'on atteint le Chapitre 11 pour la première fois). Du coup je fais quelques missions annexes. Il serait temps ! Et dire qu'ils veulent nous faire une saga autour de cet opus... Remarquez, si c'est pour lui rajouter une histoire pourquoi pas. Parce que le coup des deux mondes qui s'affrontent, c'est un peu vu et revu. Au hasard : Tales of Symphonia ? Il n'est pas en HD mais au moins on s'y amuse comme un fou et sans vouloir jouer les mauvaises langues, on peut y voir un soigneur qui ne fait pas que ça de sa vie et qui sait aussi se battre un minimum, bref être multitâche. Chose en fait possible depuis Final Fantasy premier du nom. Merci la régression ! Mais si n'y avait que ça... FFXIII ? Je vais vite l'oublier. J'espère.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Jeux Vidéo

Si je vous dis Romero, vous me dites Daikatana. Si je vous dis American McGee, vous me dites Alice. Mais si je vous dis ID Software ? Alors la série des Wolfenstein, des Doom et surtout des Quake vous revient en tête. Je viens de finir Quake premier du nom pour la énième fois en vingt ans et un constat s'impose : ça a vieilli, c'est super lourd à jouer, mais quel level design ! Les niveaux ont architecture exemplaire et de nombreux FPS actuels devraient en prendre de la graine. Certes on reste dans un jeu très cloisonné ou tout n'est que couloirs et labyrinthes, mais on ne s'ennuie pas une seule seconde à travers les quatre épisodes proposés par le jeu original.

La palme des meilleurs niveaux revient sans aucun doute à American McGee et à son chaotique, mais très fendard "Satan's Dark Delight" de l'épisode 3. Celui-ci est d'ailleurs presque totalement composé de niveaux créés par McGee et c'est sans doute le meilleur épisode des quatre. Le seul défaut de Quake ? Ces boss franchement lamentables et, forcément, le certain manque d'intérêt pour les jeunes joueurs qui ne jurent que par Modern Warfare. Quake est disponible pour moins de 10 € sur Steam. C'est un peu cher pour un jeu aussi vieux, mais on en a pour son argent niveau durée de vie.

 

    

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux Vidéo

Après Bayonetta et Dante's Inferno, les éditeurs veulent clairement la tête de  Kratos. Aujourd'hui c'est Namco Bandai et son Knights Contract qui marchent sur les plates-bandes du fils de Zeus avec un trailer qui donne envie, malgré la présence de quelques bugs de collisions qui gâchent tout de suite le plaisir de la découverte. Notez au passage que Knights Contract s'inspire de légendes d'outre-Rhin qui nous parlent de Faust, de démons et de deux héros : Heinrich et Gretchen qui vont se battre contre les forces du mal. Rien de nouveau, donc. À voir à l'E3 !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Series T.V

Je ne voulais pas faire un petit commentaire sur ce double épisode final dont tout le monde parle, mais après avoir lu certaines réactions je ne peux pas m'en empêcher. On passera la centaine de commentaires qui affirment que "Lost s'est paumé après la première saison", chose complètement fausse et sans doute provoquée par une Saison 2 effectivement un peu ennuyeuse. Mais au-delà de ça, la série a toujours été un maximum maitrisée. Autre erreur de jugement : le manque de réponses aux nombreuses questions de la série, provoquées pour la plupart par le Hype, le marketing, la volonté de prolonger un show qui rapporte beaucoup à une chaine qui en a besoin. Évidemment, toutes les réponses ne sont pas incluses dans les six saisons de Lost et c'est franchement tant mieux. Si on nous mâche toute la découverte, ou est notre propre avis sur la question ? Le final est déjà assez explicite pour que l'on n'ait pas besoin d'avoir en sus des commentaires des créateurs pour bien nous expliquer ce qu'il en est. Chacun ira de sa petite théorie et c'est ce qui a, globalement, toujours fait le succès de la série et son intérêt.

Autre point important : cela m'insupporte terriblement de lire que tout n'est pas révélé sur l'île, que celle-ci n'est au final pas du tout exploitée et autres bêtises de commentaires qui prouvent que beaucoup n'ont pas franchement compris l'intérêt de la série. Lost a toujours été une série basée sur des personnages ordinaires devant survivre à des situations extraordinaires. Lost est une série humaine avant tout, sans vouloir jouer dans le tragique et le commentaire cliché du Fanboy de base (que je ne suis franchement pas, tant j'ai pesté sur cette série durant deux longues et interminables saisons). C'est l'histoire de simples gens, de clans, de confrontations idéologiques, de façon de penser et de libertés individuelles, de cultures littéralement différentes, de religions opposées, qui s'entrechoquent dans un joli feu d'artifice paranormal. Le double épisode de fin met d'ailleurs largement l'accent sur ceci. Regarder cette fin en finissant avec un gout amer dans la bouche en se disant "oui, mais, l'île c'est quoi son mystère ?" c'est résumer Citizen Kane par un simple "c'est l'histoire d'un mec". Je trouve ça triste que beaucoup n'ait alors jamais saisi l'intérêt principal de la série. Tant pis pour eux. Moi, de mon côté, j'ai chialé comme un môme et de mémoire cela ne m'était pas arrivé depuis la fin de Six Feet Under. Là aussi, il s'agissait d'idées sur la vie, la mort et le reste. Est-ce que de ne pas connaître la véracité des pensées finales de Claire Fisher ,dans cette superbe scène musicale qui clôture Six Feet Under, a empêché les spectateurs d'apprécier cette aventure télévisuelle ? Lost, c'est pareil. Avec un ours polaire.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Series T.V

Sommairement basé sur un comics éponyme, Human Target diffusé sur la FOX (la chaine qui annule à tout-va) s'est bien imposé le mercredi aux États-Unis. Grâce à quoi ? On pourrait citer un générique stylé, une musique de Bear McReary (Battlestar Galactica) très réussie ou encore une réalisation léchée et franchement plaisante à découvrir. Mais Human Target, c'est avant tout un trio de héros d'exception avec trois transfuges de plus ou moins grands succès : Mark Valley joue Christopher Chance et est déjà apparu comme le boyfriend "traître" de l'agent Dunham dans la première saison de Fringe. L'inclassable Jackie Earle Haley joue Guerrero et s'était déjà bien fait apprécier dans le rôle de Roschach (Watchmen) ou avec moins de réussite dans le dernier Freddy. Enfin, sorti tout droit d'un Pushing Daisies qui n'a pas eu le droit à sa Saison 3, Chi McBride reprend son rôle de détective bourru à merveille avec seulement un peu plus de sérieux.

L'histoire nous entraîne dans le quotidien d'un "héros" qui vient sauver les personnes qui se trouvent au mauvais endroit, au mauvais moment. Souvent, celles-ci sont la proie d'une énorme conspiration gouvernementale ou industrielle et si la victime est une fille, alors Christopher Chance jouera les James Bond de base et sortira avec. Ça semble vraiment naze aux premiers abords et il faut avouer que les trois ou quatre premiers épisodes ne sont pas des plus palpitants. Puis vient le scénario, déjà bien pensé par les scénaristes de la série, qui se met en place doucement, mais surement et avec assez de malice pour rendre vite accro. Qui est réellement Christopher Chance ? Pourquoi ces trois héros des temps modernes (comme Michael Knight en son temps) mettent-ils leur vie en péril pour de "simples" vies humaines ? Aussi, on appréciera la découverte d'un perso à la James Bond qui est en fait rapidement bien plus profond et plus terre à terre que l'espion British. Le charisme du personnage n'est pas surjoué et les situations sont presque toujours rocambolesques, mais jamais stupides.

Human Target est, à mon sens, l'une des plus grandes surprises de ce début d'année 2010 en terme de série télévisée américaine. Composée de seulement 12 épisodes, la première saison met en place une intrigue globale bien ficelée et enchaîne avec de vraies révélations dans le dernier épisode, suivi d'un Cliffhanger vicieux, mais honnête qui nous promet une Saison 2 déjà commandée qui, espérons-le, tiendra ces promesses. En attendant, on se délectera des quelques photos promotionnelles et de certaines scènes sublimes de la série à se passer en boucle entre deux exceptionnels épisodes de Doctor Who : Series 5. Vivement l'année prochaine. Déja ?

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Adipose Blog

Par Skywilly Blog créé le 24/05/10 Mis à jour le 13/02/13 à 09h31

Jeux Vidéo, Séries TV, Livres, Cinéma... Tant qu'à faire, autant partager non ?

Ajouter aux favoris

Édito



Archives

Favoris