Trafalgar Square

Catégorie : [ HomeRun ]

  
Signaler
[ HomeRun ]

Les temps indiqués dans ce post étaient ceux en date il y a quelques jours. Les progrès et évolutions étant fréquents, je vous encourage à consulter les leaderboards et vérifier auprès des sites des streamers pour vous informer de toutes évolutions.

A sa sortie lors de l'Automne 2010, Super Meat Boy a fait sacrément parler de lui. Maniabilité subtile et précise, personnages rigolos et difficulté intolérable, voici tant d'éléments qui ont fait le succès de la Team Meat, composée alors de Edmund McMillen et de Tommy Refenes, avec le soutien d'un certain Danny B. aux instruments.

Hommage aux grands jeux de la plate-forme 2D dont il récupère les initiales ainsi qu'aux titres indépendants qui pullulent sur la toile, Super Meat Boy se forge une très belle réputation. Le défi est au rendez-vous, et la sensation de progression demeure ici extrêmement forte et grisante. Il ne fut donc pas surprenant de voir débarquer les speedrunners pour tenter de réaliser des choses improbables dans un monde où scies sauvages et sels marins assaisonnent le parcours de l'ami décharné.

Parmi les premiers à s'illustrer, Breakdown, membre de la SDA, connu pour son amour du titre et ses facultés extraodinaires à achever le jeu avec une étonnante facilité. L'autre, plus célèbre mais tout aussi discret, ExoSDA, demeure toujours un point de repère. Pourquoi cela ? Tout simplement car le bestiau germanique est encore aujourd'hui en possession d'un temps impressionnant sur la run Any % Single Segment (atteindre le plus rapidement la fin du jeu d'un seul trait) qui date de...Octobre 2011.

D'ailleurs, l'animal reconnu pour son abnégation à façonner les runs les plus optimisées possibles vient tous juste d'être vaincu, plus de deux ans après sa performance en 18 : 39.

Cela est d'autant plus passionnant que malgré la découverte de nouveaux skips, l'optimisation progressive des déplacements et des sauts ainsi que des astuces pour toujours trouver des secondes à gratter, Exo occupait toujours la première position.

Toutefois, l'inconcevable était à prévoir, la faute à la découverte d'un nouveau raccourci trouvé récemment sur le boss de The Salt Factory, Brownie, qui permet l'économie d'une vingtaine de secondes si correctement réalisé. Moralité :  VorpalSDA en est désormais le glorieux détenteur avec sa run en 18 : 30 qui devrait subir encore quelques modifications et évoluer étant donné la forte concurrence sur la spécialité. Cela n'empêche cependant pas la prestation de l'Allemand de demeurer un modèle de skill et d'exécution, notamment.

Au-délà des considérations de performance, que peut-on cependant trouver à cette run et à cet exercice ? Tout simplement, le travail est extrêmement amusant, gratifiant ainsi que très simple à apprendre. Et oui, contrairement aux apparences, Super Meat Boy est un jeu très simple à runner. Véridique. 

Tempérons quelque peu nos propos. L'any % Single Segment est simple à maîtriser, très difficile à optimiser. Mais disons qu'il vous faudra peu de temps pour parvenir à vaincre Dr. Fetus et sauver votre dulcinée, Bandage Girl, en moins de 30 minutes. Et ouaip. Et si vous ne me croyez pas, regardez quelques runners et lancez-vous à l'aventure, vous ne verrez que ce n'est pas si terrible.

Cela ne remet cependant pas le talent et la capacité de travail des meilleurs performeurs en question car avant de franchir la barre symbolique des 21 minutes, bon courage, ça vous prendra des heures, de très grosses dizaines d'heures. Quant à ceux qui le font en 19 minutes, voire moins, là...

Autre argument qui joue dans le succès du speedrun de Super Meat Boy : la communauté. Cette dernière est très amicale, très curieuse, accepte et réclame de la concurrence ce qui donne régulièrement naissance à des Personal Bests (meilleurs temps personnels) plus proches les uns des autres. Qui plus est, nombreux sont les Français à s'attarder sur l'Any % : Sevla, MisterMV, Brother_Main, Jolenou, Dingodrole & Cie dosent fortement le speedrun. Très fortement même. Si vous voulez vite vous tenir au courant des derniers progrès et obtenir des conseils, des astuces ou des explications sur le leaderboards, ils seront ravis de partager leur forte expérience de la catégorie.

L'autre catégorie, très différente mais aussi extrêmement complexe et nerveusement difficile est la 106 %. Si si, des gens comme vous et moi enchaînent tout les niveaux du jeu, récupèrent tout les bandages, sauvent toutes les Bandage Girls, en moins de 1 : 30 : 00. 

Autant vous le signaler tout de suite, si la run Any % est un modèle de concentration et d'exécution, la 106 % oblige à conserver ses nerfs au frais au cours d'une performance très intense. Ils sont d'ailleurs bien moins nombreux à accepter la contrainte mais cela n'empêche pas ces runners de se révéler extrêmement spectaculaires. Actuellement, le WR est entre les mains de Ouga, un runner Nordique qui, je le crois, joue au clavier (une torture) et arbore un temps splendide de 1 : 25 : 00. Du très très lourd, je vous le dis tout de suite. 

Néanmoins, pas besoin de chercher ces temps plus monstrueux les uns que les autres, la run, intégrale ou plus courte, demeurent de véritables plaisirs. Clairement, des quelques jeux qui m'ont fait découvrir le milieu du speedrunning, Super Meat Boy est le plus attrayant. N'hésitez donc pas à vous lancer à l'eau, à interroger les runners avec courtoisie, vous découvrirez une pratique à la fois accessible et stimulante, car il n'est pas nécessaire de s'acharner pour produire des performances tout à fait correctes.

Sachez aussi que les runs qui s'approchent du WR donnent aussi lieu à des streams où la tension peut très vite monter une fois que les splits se révèlent avantageux et que le stress du runner s'intensifie. Et malheureusement pour eux, admirer leurs talents est un véritable régal.

 

Voir aussi

Jeux : 
Super Meat Boy
Sociétés : 
Team Meat
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

     
Signaler
[ HomeRun ]

Dans le merveilleux milieu du speedrun, il y a les fous qui passent des années à gagner quelques secondes et ceux qui s'accordent plusieurs heures pour terminer une seule run. Dans la seconde situation, on se confronte le plus souvent à des runners de jeux de rôle. Si si, ça existe. D'ailleurs, Final Fantasy est une série particulièrement appréciée des speedrunners. Il faut dire qu'avec la réputation de la licence, il paraît évident de découvrir des gens capables de le terminer rapidement.

Toutefois, il est plus étonnant de connaître ces inconscients capables de les terminer "très" rapidement. Ysangwen en fait partie. Sa spécialité : Final Fantasy IX. Notre sympathique compagnon, aussi runner de Ocarina of Time, s'est en effet pris d'affection pour cette épreuve difficile qu'est le speedrun de Final Fantasy IX, Titre très apprécié mais souvent oublié des amateurs de la saga.

RNG (Random Number Generator, le facteur aléatoire), stratégies risquées, rapidité d'exécution dans les menus, longues périodes d'attente et longues périodes de jeu, l'exercice réunit toutes les difficultés qu'un speedrun peut présenter. Le plus dur relève aussi tout simplement du fait qu'il faut, grand minimum, 9 heures et quelques minutes pour terminer le jeu.

 

 

Et oui, les runs de rpg sont de véritables épreuves, aussi bien physiques que spirituelles, et parfois, il ne faut pas grand chose pour foutre en l'air des heures de travail. Et plus cela dure, plus violente est la chute.

En effet, je devais vous parler de K. mais notre streamer FrançaisYsangwen a battu très récemment son Personal Best (record personnel), d'environ 20 minutes, alors qu'il n'avait pas réussi à terminer une seule run lors des cinq derniers mois. Pourquoi cela ? Parfois, seule Fortune peut vous aider à parvenir à vos fins. Triste histoire.

Et si la run est sur le papier améliorable, il se confronte déjà aux difficultés que les très bons performeurs parviennent à appréhender : optimiser la run. Le menuing semble correct et pourtant, du temps peut y être gagné. Espérer une rng plus favorable aussi mais pour cela, il est nécessaire d'essayer encore et encore, jusqu'au moment où l'on peut percevoir ce fameux soutien tant espéré.

Il devrait s'y remettre même si visiblement, il va profiter de sa réussite pour souffler un peu. En attendant, il vous est possible de découvrir toutes les subtilités de la run via ses vidéos concoctées avec amour. Si vous êtes assez maso, n'hésitez pas à tenter votre chance, vous verrez que de nombreuses personnes seront prêtes à vous soutenir au cours de cette pénible épreuve.

Quant au résultat de ce dernier exercice, que peut-on dire ? 9 : 44 : 22 ? Ecoutez, je ne suis pas spécialiste de l'exercice mais ça semble plutôt bon. En tout cas, plutôt propre. Ysangwen semble le mieux placé pour nous dire quels sont les points sur lesquels il peut progresser mais déjà, on peut annoncer qu'il n'y a pas d'erreur majeure, susceptible de faire perdre beaucoup de temps.

 

 

 

 

 

Et pourtant, ça semble si loin des records. C'est dire si le niveau de certains runners est impressionnant. Tenez, Caracarn, le spécialiste des speedruns des FF 3D, achève son calvaire en 9 : 08 : 06 avec la même version du jeu. Sa performance demeure d'ailleurs un record sur cette version. Puwexil, autre grand praticien, reste toujours plus de dix minutes derrière et pourtant, Dieu sait que le larron a dosé. Vraiment.

Petite nuance : la run de Ysangwen est effectuée via émulateur. Et si ces derniers respectent grosso modo le hardware d'origine, il s'agit tout de même des runs les plus lentes avec celles de la Playstation originale, du fait des temps de chargement. Pour ce qui est de Caracarn et Puwexil, cités plus haut, les deux préfèrent utiliser la Playstation 2 et son option de Fast Loading pour raccourcir ces temps morts, ce qui fait tout de même gagner quelques minutes sur l'intégralité de la prestation.

Vous saurez aussi qu'en matière de chargement, jouer sur PS3 offre des chargements plus courts que sur PS2 et que la console la plus rapide pour réaliser des speedruns est la PSP, tant que l'on parle de la famille des Sony. Véridique.

La performance la plus rapide, toutes consoles confondues, tout supports concernés, serait celle d'un certain Rushiru るしる, un Nippon, apparemment. Et si son temps sur version japonaise du jeu, plus rapide du fait des textes plus courts d'où une économie non négligeable de minutes, est plus important que la plupart des résultats américains, c'est tout simplement parce-que la pratique veut que l'on stoppe le timer au moment de l'apparition des mots "The End", soit après une copieuse cinématique de fin. Les runners qui s'exercent sur la version américaine préfèrent, eux, interrompre le chronomètre une fois Necron vaincu.

Autre avantage des Japonais dans cet exercice, ces derniers acceptent le recours aux manettes "turbo" qui permettent de réaliser certaines astuces plus facilement et plus efficacement. Cela fait notamment gagner des minutes sur la carte du monde où il est possible de ne faire aucune rencontre aléatoire en alternant entre arrêts et petits pas.

Rassurez-vous, ces différences dans les timers sont fréquentes et si le tout peut prêter à confusion, on finit par s'y retrouver avec un peu d'habitude.

 

 

Voilà pour le topo. Je n'entrerai pas plus dans les détails car cette run extrêmement longue contient énormément de subtilités à défaut de glitchs susceptibles de grandement faciliter la corvée. Pas de triche, du moins, pas beaucoup, on joue avec les possibilités, les armes, les compétences et souvent avec la chance, en espérant que le tout passe sans trop de casse.

Je vous invite fortement à suivre la chaîne Twitch de Ysangwen où il devrait bientôt présenter un nouveau jeu faisant office de speedrun ainsi que sa chaîne Twitter, si vous souhaitez être à l'affût de ses moindres faits et gestes.

 

Voir aussi

Jeux : 
Final Fantasy IX
Plateformes : 
PlayStation
Sociétés : 
Squaresoft
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
[ HomeRun ]

Débutons par un peu de chauvinisme, voulez-vous ? Gameblog aime quand on le brosse dans le sens du poil. Ce qui est bien, c'est que je n'ai même pas besoin de mentir pour alimenter cet article.

En revanche, ne sous-estimez jamais la capacité de Subby Sama à réaliser des choses extraordinaires. Il nous l'a encore prouvé très récemment. Lui, le fervent défenseur de la Master System, à la manière des RealMyope et Rayas de l'équipe NesBlog, a révélé toute l'étendue de son talent dans la connaissance de jeux que l'on pourrait qualifier de..."difficiles".

L'idée fixe du bonhomme, Wonderboy III The Dragon's Trap. Célèbre plateformer de la première de Sega, teinté de quelques éléments tirés des jeux de rôle, cet épisode de la saga est évidemment réputé pour sa richesse, ses énigmes cryptées ainsi que pour sa maniabilité quelque peu flottante.

 

 

Néanmoins, le personnage achève le titre. Littéralement. Pour être franc, le jeu de la SMS est peu runné. Du moins, les runners qui passent du temps sur l'oeuvre ne sont pas si nombreux. En revanche, cela n'empêche pas de disposer de quelques informations sur le domaine. Les temps de référence ? On va dire qu'ils tournent autour de la cinquantaine de minutes. Dans ces eaux-là, votre run est bonne, pour ne pas dire excellente.

Pas suffisant pour Subby néanmoins. Armé de sa manette anguleuse ainsi que de son bouton Select (pour le rappel, il se situe sur la console), l'animateur de La Caz' Retro prouve au monde toute sa force, diffusant lors de leur dernier live une superbe prestation, où le timer indique 40 minutes. Véridique.

Petit tempérament, il s'agit d'une run multi-segmentée, pas tout à fait légitime donc mais dont l'intérêt pour la sphère privée à laquelle elle est adressée n'est pas à remettre en question. En effet, le multi-segment consiste à optimiser différents passages de la run situés entre deux points de sauvegarde ou entre un point de sauvegarde et le début/la fin du jeu.

Ici, il s'agit de savestates, c'est à dire de sauvegardes retenues par le logiciel d'émulation et non pas par la rom, l'image de la cartouche. Cela permet toutefois de se faire une idée théorique du temps optimisé que l'on pourrait faire en single segment, en terminant le jeu d'une traite, de son commencement jusqu'à son terme. Cet exercice bien différent et évidemment plus difficile, plus exigeant et plus pénible, n'est toutefois pas un obstacle pour notre blogger adoré. 

Sachez que ses essais lui révèlent la possibilité de terminer WonderBoy III en à peine 45 minutes, ce qui est déjà en une performance monstrueuse. En guise de comparaison, la run légitime mais pas nécessairement la plus optimisée pourrait être celle de Jack '#endgame' Kelly en 0:55:46. Mais cette dernière date de 2006 et demeure peut-être qu'une ébauche abandonnée, tant le jeu souffre du manque de compétition et d'attractivité. Sans oublier qu'il s'agit d'une version 50 hz, donc 17 % plus lente que celles américaines et japonaises.

Autre nuance, les catégories de run. L'ami Rayas joue avec des règles différentes. En effet, ce dernier n'utilise pas la Tasmanian Sword qui permet de changer à volonté de forme en usant de petites manip'. Lui, s'exerce dans les runs "goldenblocks %", usant donc d'une combinaison d'items pour créer d'autres manières de terminer le jeu. Certes, il ne s'agit pas du format de run le plus rapide mais d'une autre catégorie, chose fort fréquente dans la discipline du fait de la classification des glitchs, des modes de difficulté choisis et autres paramètres.

Je vous propose donc une chose. Militez pour que l'ami Subby étale tout son skill en direct. Si cela était possible, je serai forcément parmi les premiers à suivre ses performances. Pour vous rassurer, il semble qu'il travaille sur un enregistrement vidéo qu'il pourrait envoyer à SpeedDemosArchive. Si l'intéressé dispose du matos pour enregistrer ses runs et les expédier aux membres de l'une des deux plus grosses communautés de speedrun, chapeau.

 

 

Mais observer les runners butter sur des obstacles difficiles est toujours un bonheur, cela permet de comprendre à quel point cet exercice est difficile. Certes, on peut assimiler ceci à du voyeurisme mais rien que pour ça...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Trafalgar Square

Par Sirocco Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 17/12/13 à 11h42

Toulousain sympathique, fantastique, folklorique, féérique, symphonique, éclectique, chimérique, mirifique, artistique, acoustique, exotique...et autres adjectifs en -ique que j'accepte volontiers.

Ajouter aux favoris

Édito


 

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, bonjour/bonsoir à toutes et à tous.

Je suis Sirocco, étudiant en 5e année de Droit à Toulouse, blogger à mes heures perdues, mais avant tout grand amateur du Jeu Vidéo, marmite dans laquelle je suis tombé tout petit.

Trafalgar Square, c'est le nom de ce tout petit site qui privilégie notamment la musique tirée du média mais qui parle aussi de tout et de n'importe quoi. Ne vous étonnez pas d'entendre beaucoup parler de Nintendo, c'est parce-que j'en suis grand fan mais cela ne m'empêche pas de passer de nombreuses heures sur PS3 ainsi que sur les jeux Steam dont le prix défie toute concurrence.

N'hésitez pas à commenter les articles et à "liker" si vous avez apprécié la lecture de mes articles. Vous pouvez évidemment me joindre par MP si vous souhaitez me poser une question ou parler d'une chose, d'une autre. En attendant, j'espère que la lecture vous plaira et rendez-vous ici-bas ou bien ailleurs, si mon activité vous intéresse.

 


 

 

J'arbore fièrement une récompense aujourd'hui plus tellement valable mais que voulez-vous, c'est la seule que j'aie ^^. Elle fut attribuée par l'ami Anfalmyr sur la base des votes des Gamebloggers et elle me plaît tout particulièrement du fait que je tente de soigner le mieux possible l'apparence du blog, pour un plus grand confort de lecture. Et vi, je pense à vous et à vos petits yeux fatigués...

 

Archives

Favoris