Trafalgar Square

Catégorie : [ Archives - 2011 ]

Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Je n'ai pas fait que glander ces dernier jours. Si je joue beaucoup moins en ce moment, je lis un peu plus, pour ne pas dire beaucoup plus. Et si je m'étais lancé dans la lecture de deux trois bouquins à la fois, il y en a un qui a retenu mon attention. L'Histoire de Mario.

Evidemment, le fait que je sois un grand fan de la série et un gros amateur du personnage a beaucoup joué. Mais en dehors de tout ça, ce sont surtout une écriture très agréable et légère, un récit complet, précis, des anecdotes innombrables et des révélations étonnantes sur une création que l'on pensait connaître par coeur qui m'ont convaincu.

 


A la lecture de ces 400 pages ( qui se dévorent ! ), vous en apprendrez beaucoup sur le plombier italien le plus célèbre du monde. De son second rôle dans Donkey Kong jusqu'à sa médaille d'or dans Super Mario Bros, en nous contant son lien avec Popeye et les raisons de l'échec de l'adaptation au cinéma, la première décennie de la vie de Mario se révèle passionnante.

Il s'agit, qui plus est, d'un beau bouquin, avec une couv' classieuse, agréable à lire et à tenir en main. Certes, l'oeuvre coûte 22 € hors frais de livraison mais en achetant le livre, vous soutenez le travail de William Audureau qui nous livre là une enquête historique fantastique et étonnante et une maison d'édition, Pix'n Love, qui séduit les joueurs que nous sommes et même les profanes.

 


C'est donc avec un grand enthousiasme que je vous recommande l'Histoire de Mario. Je vous assure que vous ne le regretterez pas. Et puis, ça vous fera quitter votre manette pour une fois.

 

Acheter L'Histoire De Mario par William Audureau depuis le site des éditions Pix'n Love


 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Nous sommes le 1er Août aujourd'hui ce qui signifie...Bilan ! Et oui, je suis une feignasse et pour me motiver à chaque début de mois, je me lance des fleurs au visage pour m'encourager et me persuader que le blog est le meilleur du monde. Ironie, bien évidemment.

Parlons plus sérieusement, si cela est possible. Déjà, statistiques. Qu'a donné Juillet 2011 ? 12 500 visites. C'est pas mal, non ? Je ne sais pas s'il s'agit d'un record pour moi mais on ne doit pas être très loin, il me semble. De toutes manières, comme à mon habitude, je vous remercie encore et toujours pour votre participation que ce soit dans les commentaires ou en appuyant sur le célèbrissime bouton "j'aime". Ca fait super plaisir et j'espère pouvoir continuer à vous satisfaire, mes cochons.

 


En même temps, faut dire que j'avais pas trop mal bossé, vous ne trouvez pas ? D'accord, seulement durant la première quinzaine du mois, je le concède, mais c'est déjà pas mal. Et oui, ça ne se pond pas comme ça un dossier sur la saga Zelda. Si si, je certifie. En tout cas, si vous souhaitez vous re-lancer dans la lecture de cette pseudo-rétrospective, c'est par ici que ça se passe.

Sinon, pour mon absence ces derniers jours, je m'en excuse mais avec le taf' qui bouffe mes heures de nuit, période de la journée où j'ai justement l'habitude de me lancer dans l'écriture de posts en tout genre, je n'arrive plus à autant participer qu'auparavant. Mais le contrat s'achève le 12 normalement donc d'ici peu, je devrai revenir pour vous vanner.

 


En attendant, pas grand chose de plus à vous dire donc je vais vous laisser. En vous souhaitant un beau mois d'Août ensoleillé. Sur ce, à la prochaine.


Ajouter à mes favoris Commenter (5)

     
Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Je n'y connais pas grand chose en peinture, gravure...Mais en tant qu'ancien lycéen, j'ai étudié les contes de Charles Perrault. Et l'on sait que Gustave Doré fait partie de ceux qui auront parfaitement su retranscrire l'idée de l'auteur sur le papier.

En naviguant sur la vague du net, je suis tombé sur ce petit dessin qui me fait justement penser au tracé de l'artiste. Et à regarder cette image, on se dit que les Pookas, créatures de l'univers de Odin Sphere, auraient pu faire partie du monde de Perrault.

 

© AirJar


Voir aussi

Jeux : 
Odin Sphere
Plateformes : 
PlayStation 2
Sociétés : 
Vanillaware Ltd.
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Je suis en ce moment en plein dans Assassin's Creed et attend avec une certaine curiosité le prochain AC Revelations. En attendant, les fans ne chôment pas pour imaginer Ezio Auditore dans les pires conditions.

 

© Lintufriikki


Ajouter à mes favoris Commenter (2)

     
Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Ah, Juin ! Quel beau mois durant lequel j'ai pu retrouver mes chères consoeurs Wiimotes et Dualshock ainsi que mon PC, bien évidemment. Et de bonnes expériences, j'en ai vécu, je peux vous le garantir. Entre les découvertes, les jeux terminés, les retours dans le passé, j'en ai pris plein la gueule.

Suffit de voir la liste des jeux qui arrive pour s'en faire une idée.

 

 PS3 / 360 Red Dead Redemption

Je comprenais pas vraiment pourquoi les gens s'emballaient tant sur ce titre qui n'était pour moi qu'un GTA like dans le Nouveau Mexique du XIXe.

Et bien, c'est quand on chevauche pour la première fois dans les déserts du Sud des Etats-Unis et du Mexique, que l'on part à la chasse de gibier en tout genre, que l'on capture les brigands de la région ou que l'on s'associe à eux pour divers larcins que l'on commence à comprendre pourquoi RDR plaît tant.

 


Je ne vais pas m'attarder plus sur le contenu du jeu mais l'immersion est telle, le sentiment de liberté est si important, l'ambiance est tellement unique dans l'univers plus si varié du Jeu Vidéo, que l'on ne peut s'empêcher de savourer le bonheur et la sensation de dépaysement que nous procure ce titre.

Une de mes grosses claques de l'année, même si cela fait déjà plus d'un an que l'oeuvre de Rockstar est disponible dans les rayons.

 

 PS3 / 360 Enslaved

En revanche, on a là à faire à une de mes grosses déceptions de l'année. Enslaved, le dernier titre de Ninja Theory, les développeurs du prochain Devil May Cry, souhaitait proposer une expérience atypique. Car si le jeu ressemble à peu de choses près à un Uncharted dans son fonctionnement, ce dernier préfère axer son offre sur la narration.

Deux personnages occupent le centre de l'histoire, la charmante Trip, ingénieuse damoiselle qui va asservir le puissant Monkey afin que celui-ci l'accompagne contre son gré jusqu'à sa patrie familiale.

 


Et si la relation développée se révèle intéressante et les premières heures grisent par les couleurs chatoyantes de décors situés dans les ruines de cités de béton et de verre, la deuxième partie de l'aventure met en valeur tout les defauts de Enslaved.

Oui, on sent que le jeu est bâclé, malheureusement. Gameplay simple mais limité, paysages marécageux à vomir, progression répétitive malgré un effort de variété...bref, tout ce qui enchantait aux débuts dégoûte par la suite. Je ne vous parle même pas de la fin abracadabrantesque car tombant comme un cheveu dans la soupe et qui ruine tout effort d'immersion.

Vraiment dommage, d'autant plus que la création de Ninja Theory avait vraiment des argument à faire valoir.

 

 Super Nes / DS / PlayStation / Wii Virtual Console Chrono Trigger

Mesdames, messieurs, on tutoie les dieux ici bas. Chrono Trigger est le meilleur RPG qui m'ait été donné de faire. Certes, j'ai des lacunes dans ma culture mais entre les Final Fantasy, Baten Kaitos, Fire Emblem, Dragon Quest, Breath of Fire et tant d'autres, jamais un titre du genre ne m'a autant passionné du début jusqu'à la fin.

Sa réputation, Chrono Trigger la doit à des graphismes colorés et fins, une direction artistique unique grâce au tracé de Akira Toriyama, un système de combat vif et dynamique, son gameplay simple et efficace avec ses subtilités bienvenues, son histoire plus complexe que l'on ne pourrait l'imaginer...

 


Bref, des qualités, on en trouve tout le tour du ventre. Et que ceux qui ne l'auraient pas encore fait se précipitent sur la version disponible sur Wii Virtual Console ( 10 € ) en anglais, certes, mais abordable ou sur l'adaptation de grande qualité sur DS si vous arrivez à le trouver pour pas trop cher.

 

PS3 / 360 Castlevania Lords of Shadow 

Cette génération de console aura connu pas mal de beat'em all de qualité même s'il faut reconnaître que la formule a bien changé. God of War 3, Bayonetta, Devil May Cry 4...Castlevania LoS s'inspire très largement de ces références là mais pioche aussi parmi des jeux plus éloignés du sujet. Shadow of the Colossus, Uncharted...Bref, le dernier représentant d'une saga illustre semblait s'éloigner de sas aînés, chose qui déplaisait à de nombreux fans.

En attendant, force est de reconnaître que le jeu est de grande qualité. Joli, esthétiquement soigné, gameplay riche et précis, histoire sympathique, personnage charismatique...tout est ici réuni pour faire de ce Castlevania un énième concurrent.

Seul petit point noire, les phases de plate-forme ne se révèlent pas forcément très agréables à accomplir tant il est difficile de savoir où l'on doit aller.

 


Mais honnêtement, avec une grosse durée de vie, une replay value très intéressante et les différents challenges proposés, Castlevania LoS est clairement une réussite, n'en déplaise aux détracteurs. En tout cas, il parvient à se donner une image unique pour notre plus grand plaisir. N'oublions pas qu'il s'agit sûrement de la meilleure version 3D de la série, les volets Playstation 2 et Nintendo 64 n'étant pas forcément des plus convaincants.

DLC Reverie / Resurrection

En revanche, les contenus additionnels de cet opus sont une pure arnaque. 4 heures de jeu pour terminer les deux, le tout pour plus d'une quinzaine d'euros.

Si le premier se défend encore pas trop mal avec ses trois niveaux, la possibilité d'incarner un nouveau personnage ( idée pas géniale d'ailleurs ) et de poursuivre l'aventure, Resurrection quant à lui déçoit énormément. Deux niveaux dont un dans lequel vous devrez échapper à un boss. L'autre...vous ne ferez qu'affronter le boss en question qui est soit trop difficile à vaincre en difficulté moyenne, soit trop facile. D'autant plus que la fin que l'on attendait tous est minable.

Grosses déceptions que sont ces DLC d'un jeu pourtant excellent.


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Nous sommes désormais en Juillet, synonyme de vacances pour nombre d'entre vous, de soleil, de baignades, de bronzette, de gonzesses...pardon, de damoiselles exhibant leurs formes dans l'espoir de brunir le moindre cm² de peau visible, j'en passe et des meilleures.

Et même si le temps radieux qui s'annonce promet de belles heures en dehors de votre maison, il ne faudra tout de même pas négliger le média qui nous fédère, mesdames et messieurs. Allons bon, ce n'est pas parce-qu'il fait beau et chaud qu'il faut laisser tomber vos pads. De quoi auriez-vous l'air, bande d'hypocrites ?

Tout ça pour dire que ce blog ne devrait pas tomber en désuétude dans les temps qui courrent malgré la tentation de fêter les beaux jours, de se coucher à pas d'heure, de profiter de la vie.

En attendant, je tenais à vous remercier de vos visites ici bas car ce petit coin n'a jamais eu autant de visiteurs en un seul mois. Environ 15 650 passages en Juin, il s'agit pour moi de quelque chose de jamais vu et c'est en partie grâce à votre participation, aussi minime soit-elle. Trafalgar Square s'est d'ailleurs offert une place dans le Top 50 des blogs les plus visités du site ce qui m'incite à continuer sur ce rythme.

 


Vous avez d'ailleurs particulièrement apprécié cet article, celui consacré à l'amour que j'ai pour Metal Gear Solid The Twin Snakes ( GameCube ) qui comptabilise à lui tout seul presque 1 000 visites et qui a fait l'objet de nombreux commentaires ce qui pour moi signifie qu'il amenait un minimum, pertinent ou pas.

Juin, c'était aussi un E3 controversé, certes, mais un E3 quand même, avec ses nuits quasi-blanches, des réactions parfois virulentes, d'autres passionnées, d'autres élogieuses. Un grand moment tout de même.

Il s'agit aussi de la naissance d'un podcast mis en place par la communauté de Gameblog et plus particulièrement par cinq amoureux du JV. Seblecaribou, Kaminos, Kokoro-dono, Parodius et Papayou animent depuis quelque temps désormais le fameux Plan A 4, que je vous incite fortement à écouter dans les jours qui suivent.

Ce fut aussi l'occasion de m'essayer à plein de jeux, moi qui surmonte encore aujourd'hui la frustration d'avoir dû plus ou moins me priver de tenir une manette pendant plus de deux mois à cause de ces fichus examens. Mais je me suis déjà bien rattrapé et tout ça ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin. En tout cas, je l'espère.

 


J'oubliais une chose. Je vous avais annoncé que je travaillais sur un dossier consacré à la saga Zelda. Et bien, sachez qu'avec un peu retard ( beaucoup, même ), il devrait très rapidement pointer le bout de son nez ici même. Un premier article dans la semaine, ça vous tente ?

De toutes manière, ce fut un beau mois de Juin, riche en expériences diverses et variées et j'espère bien que cette sensation se reproduira durant les 30 jours qui arrivent.

Encore merci à tous pour votre participation et sur ce, je vous laisse vaquer à vos occupations.


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

     
Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Depuis quelques mois, je me redécouvre un certain intérêt pour les jeux Sonic notamment depuis la sortie de Sonic Colours sur Wii l'hiver dernier, jeu de plate-forme de fort bonne facture.

Et honnêtement, comme j'ai pas vraiment d'idée qui me vienne à l'esprit, là, maintenant, tout de suite, je me suis dit que vous faire part de mes premières impressions de Sonic Generations ne pouvait pas me faire de mal.

Sonic Generations est censé célébrer les 20 ans de la série ( 20 ans déjà... ) et propose pour donc pour fêter ça de concilier le meilleur des deux mondes : le Sonic de la période Megadrive / Genesis rondouillard que l'on aime tous et le Sonic plus agressif des dernières versions 3D qui n'a pas toujours convaincu.

En attendant, la démo se montre particulièrement radine en contenu. Un seul niveau. Un seul. Sachant que dans la majorité des Sonic, les niveaux se plient en trois minutes chrono, vous avez un aperçu du rachitisme de l'offre.

Mais attention, quel niveau ! Green Hill Zone, vous connaissez, j'espère. Et bien, entièrement refait, accompagné des effets de lumière, d'une belle profondeur des décors et des effets 3D qui sied, le jeu convainc esthétiquement même s'il conserve une certaine simplicité. Sûrement pour l'hommage.

Côté maniabilité, pas grand chose à dire si ce n'est qu'elle est plutôt bonne. Encore heureux, une mauvaise sensation manette en main pouvant tuer l'intérêt de jouer à un titre du genre. On est d'ailleurs agréablement surpris par la réactivité du petit hérisson bleu, lui qui pouvait parfois se montrer lent à la détente notamment dans les courbes où il avait la fâcheuse tendance à patiner ce qui rendait les sauts imprévisibles. L'ami Sonic se montre toutefois un peu lourd ce qui se révèle gênant pour les sauts de précision, ce dernier ayant la fâcheuse habitude de retomber très vite.

 


Le petit détail qui m'a séduit est l'apparition d'une touche unique consacrée à la roulade, celle qui permet à Sonic de foncer tête baissée sur ses adversaires et les obstacles qui pourraient se dresser sur son chemin. Utilisable quasiment partout, ce petit ajout facilite grandement la prise en main et évite les très énervantes situations où il faut stabiliser l'animal avant de pouvoir espérer se replier sur soi-même. Une bonne idée.

Sinon, on a à faire à un jeu de plate-forme tout ce qu'il y a de plus classique pour un Sonic. Ca va vite, très vite mais on prend plaisir à défiler dans les superbes vallées de Green Hill Zone. Reste toujours le problème qu'est celui de l'imprévisibilité du parcours mais le sujet est beaucoup trop complexe pour être évoqué ici.

Bien qu'assez courte, la démo rassure sur l'aspect 2D de l'aventure en attendant d'en savoir plus sur les courses de son alter ego des temps modernes. Il faudra tout de même se faire un avis sur plus de contenu pour savoir si un tel jeu peut justifier un investissement à 70 €.


Voir aussi

Jeux : 
Sonic Generations
Plateformes : 
Xbox 360, PS3, Nintendo 3DS
Sociétés : 
Sega, Sonic Team
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

On connaît tous le coup de crayon somptueux de Yoji Shinkawa, en attendant, d'autres se montrent capable de dessiner l'ami Snake et de lui donner un style vraiment spécifique.

 

© hydrofobic

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

     
Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Je vous ai déjà parlé de 88 Miles A L'Heure, cette émission géniale dédiée au tool assisted speedrun, pratique consistant à terminer un jeu le plus rapidement possible en s'aidant d'un émulateur pour cerner les éventuelles failles de la programmation et permettre des manipulations impossibles malgré vos mimines aguerries.

 


Cette fois-ci, prouesse, un gars a réussi l'exploit de jouer simultanément à Super Mario Bros, Super Mario Bros. 2, Super Mario Bros The Lost Levels et Super Mario Bros. 3 et de les terminer en une dizaine de minutes, tout simplement. Autant vous dire que la vidéo fait très peur, d'autant plus à l'écoute des explications de RealMyope et CoeurDeVandale qui vous assurent que tout cela se fait uniquement avec...une seule "manette".

 

 


En bonus, vous avez la première partie d'un TAS consacré à Goldeneye, ce merveilleux étendard de la Nintendo 64. Accrochez-vous, le nombre de headshot visibles dans cette vidéo est hallucinant.


Ajouter à mes favoris Commenter (7)

     
Signaler
[ Archives - 2011 ]

 

Précédent : Bibi, L'Incarnation du Mage Noir


Heros & Zeros #05 Chrono Et Ses Compagnons

Vous n'avez pas encore joué à Chrono Trigger, ce merveilleux titre modelé par les mains des talentueux développeurs de Square ? Jetez-vous dessus, vous ne le regretterez pas. L'ayant terminé encore une fois il y a très peu de temps, je peux vous assurer que le jeu en vaut la chandelle. De toutes manières, il s'agit selon moi du meilleur représentant du genre en 2D. Tout simplement.

 Mais trêve de bavardages, je ne suis pas ici pour vanter les mérites d'un jeu mais plutôt pour vous parler de ses personnages.

"Qu'ont-ils de si particulier ?", allez-vous me dire. Ben, ils sont tout simplement dessinés par le célèbre Akira Toriyama, créateur de Dragon Ball. Et bien qu'il ait déjà fait ses armes sur Dragon Quest ( Enix ), c'est bien de par son travail sur Chrono Trigger que l'on se souvient de lui dans le milieu du Jeu Vidéo. Vous allez vite comprendre pourquoi.

 


Une grande aventure doit avoir son héros, évidemment. Le titre de la SNes ne déroge pas à la règle et met en scène les aventures de Chrono, jeune adolescent aux cheveux rouges hérissés, intrépide et courageux, expert en maniement du sabre. Il s'inscrit d'autant plus dans cette tradition qu'il est muet mais marque cependant par les événements dont il va être victime. Sans spoiler, je peux vous annoncer tout de suite que si Chrono Trigger est reconnu, c'est aussi en partie à cause de son scénario loin d'être naïf et proposant des retournements de situation relativement innattendus.

Mais ce sont surtout les compagnons de Chrono qui donnent toute sa richesse à l'aventure. Commençons tout d'abord avec la Princesse Nadia, fille unique du Roi de Guardia, être inflexible et autoritaire, personnalité qui ne s'accorde guère avec celle de la joviale et tonique Marle ( le nom par lequel elle se présente ) qui préfère de loin se frotter à la population locale durant les fêtes millénaires plutôt que de suivre le protocole pompeux de l'environnement royal.

Bien qu'elle excelle dans les magies de soin et de glace et qu'elle se révèle habile arbalète en main, la damoiselle n'est pas superficielle car hantée par le manque d'affection, sa mère ayant quitté sa vie des suites d'une longue maladie. Et c'est donc en quête d'aventure qu'elle va se joindre à l'ami Chrono et l'assister dans sa quête, tout ça pour sauver l'Humanité.

 


Elle ne sera d'ailleurs pas la seule femme du jeu car Chrono compte dans ses très proches amies une certaine Lucca, gamine extrêmement douée pour manipuler les machines et pour en créer dans tout les styles. C'est d'ailleurs elle qui va mettre au point avec son père Taban un prototype de système de téléportation qui va interagir avec un pendentif aux pouvoirs étonnants, ouvrant des portes vers des époques diverses et variées. Elle aussi est torturée par un passé funeste, où elle garde en tête son incapacité à pouvoir aider sa mère qui va perdre l'usage de ses jambes lors d'un contact avec une des machines qui envahissent le domaine familial.

C'est aussi elle qui va sauver Chrono de la sentence qui l'attend suite à un procès truqué et l'emmener en un lieu sûr, un futur ravagé par la puissance de Lavos, une créature mystérieuse vivant au coeur de la planète.

 


Futur où les jeunes compagnons vont tomber sur Robo, un humanoïde mécanique qui va très vite se lier d'affection avec Lucca et même finir par ressentir des émotions humaines, lui qui est rejeté par ses congénères automatisés chargés de réduire à néant les représentants de l'espèce humaine.

Bien qu'il soit extrêmement puissant, capable de recourir à la technologie qui l'anime pour abattre des adversaires plus coriaces les uns que les autres, Robo est une créature extrêmement sensible au sort de ses camarades, qui va donner de sa personne à de nombreuses reprises durant l'aventure. Fort heureusement, Lucca est toujours là pour réparer l'automate.

 


C'est en voyageant dans le passé et plus particulièrement durant le Moyen-Âge que Chrono et ses amis vont rencontrer Frog. Un chevalier maudit par l'infâme Magus et condamné à vivre sous les traits d'une grenouille pour le restant de ses jours. Ecuyer du célèbre chevalier royal Cyrus avec lequel il va se lier d'amitié, il cherche à se venger du cruel sorcier qui aura asséné un coup fatal à son ami de toujours.

Glenn, comme on l'appelait sous sa forme humaine, n'en est pas moins un bretteur de talent, équipé d'une épée lourde, capable de soigner ses alliés au combat et de recourir aux magies de l'Eau. Il part en quête de la médaille du Héros et de l'épée Masamune ( Granléon, en français ) pour combattre Magus au terme d'une quête qui va finalement le mener bien plus loin qu'il ne l'aurait imaginé.

 


La petite équipe va aussi faire un détour par la Préhistoire, y rencontrer des Hommes en conflit avec les terribles Reptites. Ces tribus sont dirigées par une femme fatale, Ayla. Cette guerrière bien qu'extrêmement séduisante n'en est pas moins une combattante redoutable. Elle n'a besoin que de ses poings pour infliger des dégâts terribles à ses ennemis et les Reptites avec lesquels elle lutte sans relâche vont l'apprendre à leurs dépends.

Mais il s'agit aussi d'une personne fière et capable de reconnaître la force de ses rivaux. Azala vaincu, elle n'hésitera pas à lui annoncer qu'elle vantera ses qualités de combattant pour les années à venir. Ayla aime tout de même les gens forts et n'hésitera pas à noter qu'il faudra à Marle de faire un peu de musculation pour avoir de beaux enfants, scène censurée dans la version américaine du jeu.

 

 

Toutefois, on ne peut terminer de parler de Chrono Trigger sans évoquer Magus, le grand méchant de l'aventure. Être sombre aux pouvoirs démesurés liés à la magie de l'Ombre, Magus est un personnage qui sème le chaos durant le Moyen-Âge. Capable des pires vilennies, il est entre autre responsable de la mort du chevalier Cyrus et de la transformation de Glenn en grenouille.

Pourtant, son passé se révèle assez obscur. Adopté très jeune par un magicien du nom de Ozzie, Magus est en réalité un enfant issue des Dark Ages, période durant laquelle des Hommes nourris de l'énergie de Lavos jouissent de pouvoirs bien plus important que celui du commun des mortels. A la recherche de sa soeur Schala qui disparaît suite à un coup de folie de sa mère aveuglée par le pouvoir du monstre vivant dans les profondeurs, Magus le dessein de détruire Lavos et se lie donc avec l'équipe de Chrono. Armé de sa faux et capable de recourir à la magie des Ténèbres, Magus est un personnage très puissant. Et le fait qu'il soit particulièrement classieux va inciter de nombreux joueurs à l'intégrer à leur équipe dès que l'opportunité se présentera, bien qu'il ne soit capable de s'associer à ses alliés pour effectuer des techniques en duo.

 


Ainsi donc, Chrono Trigger marque entre autre par la qualité de ses personnages. Déjà que leur design est réussi, Toriyama oblige, le titre de Square peut aussi se vanter de n'avoir pas négligé tant que ça leur background. S'il n'est évoqué qu'à de rares moment durant l'aventure, il permet toutefois de bien les distinguer et de leurs trouver des qualités humaines pas toujours évidentes à mettre en scène.

 


De toute manière, les personnages de Chrono Trigger font partie des plus mémorables des sagas de chez Square et font figure d'excellent souvenir pour le joueur que je suis. Je n'attendrai pas de vous recommander de partir à leur rencontre, tant l'aventure qu'ils mènent est culte en tout point.


Voir aussi

Jeux : 
Chrono Trigger
Plateformes : 
DS, Super NES, PlayStation
Sociétés : 
Square Enix, Squaresoft
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Trafalgar Square

Par Sirocco Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 17/12/13 à 11h42

Toulousain sympathique, fantastique, folklorique, féérique, symphonique, éclectique, chimérique, mirifique, artistique, acoustique, exotique...et autres adjectifs en -ique que j'accepte volontiers.

Ajouter aux favoris

Édito


 

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, bonjour/bonsoir à toutes et à tous.

Je suis Sirocco, étudiant en 5e année de Droit à Toulouse, blogger à mes heures perdues, mais avant tout grand amateur du Jeu Vidéo, marmite dans laquelle je suis tombé tout petit.

Trafalgar Square, c'est le nom de ce tout petit site qui privilégie notamment la musique tirée du média mais qui parle aussi de tout et de n'importe quoi. Ne vous étonnez pas d'entendre beaucoup parler de Nintendo, c'est parce-que j'en suis grand fan mais cela ne m'empêche pas de passer de nombreuses heures sur PS3 ainsi que sur les jeux Steam dont le prix défie toute concurrence.

N'hésitez pas à commenter les articles et à "liker" si vous avez apprécié la lecture de mes articles. Vous pouvez évidemment me joindre par MP si vous souhaitez me poser une question ou parler d'une chose, d'une autre. En attendant, j'espère que la lecture vous plaira et rendez-vous ici-bas ou bien ailleurs, si mon activité vous intéresse.

 


 

 

J'arbore fièrement une récompense aujourd'hui plus tellement valable mais que voulez-vous, c'est la seule que j'aie ^^. Elle fut attribuée par l'ami Anfalmyr sur la base des votes des Gamebloggers et elle me plaît tout particulièrement du fait que je tente de soigner le mieux possible l'apparence du blog, pour un plus grand confort de lecture. Et vi, je pense à vous et à vos petits yeux fatigués...

 

Archives

Favoris