The Silon Kin Theory

Édito

 

 

Archives

Favoris

The Silon Kin Theory

Par Silon Kin Blog créé le 21/09/10 Mis à jour le 12/01/17 à 21h02

La passion du jeu vidéo depuis toujours. Un petit article de temps en temps et entre deux jeux selon l'humeur , news, anecdotes, histoire de joueur...

25 ans de passion, et ça continue !

Ajouter aux favoris

Catégorie : The Silon Kin Theory

Signaler
The Silon Kin Theory (Jeu vidéo)

Et pourquoi donc ?

Car, pour commencer, ils sont peu nombreux sur cette nouvelle génération de console, les rpg au tour par tour. Divinity dans sa version enhanced était donc le bienvenu pour les joueurs console en manque du genre.


Divinity se présente donc comme un pur jeu de rôle promettant une bonne grosse centaine d'heure (j'ai du mettre 130/140h en mode difficile) d'exploration et de combat tactique. Seul ? non, c'est en fait deux personnages, deux "traque sources", des guerriers spécialisés dans l'élimination de mage adeptes de magie noire, que nous controlons, en solo, ou en coop.
Et très vite dans le jeu, on se retrouve accompagnés par 2 compagnons supplémentaires que l'on pourra changer à volonté par d'autres compagnons aux caractéristiques différentes le long de l'aventure. Une escouade de 4 aventuriers donc, assez pour créer un groupe polyvalent et faire face aux différents ennemis et obstacles du jeu.

Après un passage à l'éditeur de perso pour définir sexe, classe, capacités et autre points de caractéristiques de nos personnages,  on démarre l'aventure avec un ordre de mission : enquêter sur le meurtre du maire d'une petite ville nommée Cyseal. C'est donc en tant que mage, guerrier, voleur, sorcier, rogue et d'autre variantes qu'on démarrera cette longue quête qui nous attend.

                    

L'éditeur de personnage permet de définir classe, sexe, talents, caractères et physiques de nos persos.

Cette enhanced edition a été pensée pour jouer a la manette : on peut switcher rapidement d'un personnages à l'autre, acceder aux differentes parties du menu. Même chose pour les combats, le choix des actions se fait par une barre de choix disponible en bas de l'écran, que l'on peut d'ailleurs personnaliser à volontée. A noter pour finir une camera en vue a 60° qu'il est possible de tourner a 360° et faire zoomer afin d'apporter un certain confort au joueur. Un sans faute pour la pris en main donc.

 

                               La navigation dans les menu est simple et intuitive.

 

 Tu parles trop !

La progression de l'aventure entremêle la quête principale et les nombreuses quêtes secondaires dans des maps par forcément très étendues mais assez riche en contenu pour occuper le joueur durant des heures. Les quêtes secondaires ont très vite fait de s'accumuler dans notre journal. Pas inintéréssante, mais elles en rajoute a l'aspect déjà très bavard du jeu, car oui, Divinity est un rpg bavard : pnj, quêtes, grimmoires... ce sont des heures de lignes de textes qui attendent les joueurs les plus attentionnés et patient, le tout matiné d'humour bien placé. Qu'on aime ou pas, il faudra composer avec, car la conaissance de certains textes/dialogues sont indispensables pour avancer dans l'aventure. Le jeu ne prend effectivement pas le joueur par la main pour accomplir les objectifs, une très bonne chose même si on peut parfois se sentir un peu dépassé par le volume d'information a découvrir...

                Le journal et les dialogues regorgent d'informations plus ou moins utile.

A l'issue de certains dialogues, le joueur sera amené a prendre des décisions importantes. Mais le binôme peut ne pas être d'accord et s'opposer à la décision choisie. S'ensuit un systeme de pierre-feuille-ciseau permettant alors de trancher sur la décision à prendre de nos heros. Un choix des développeurs pas forcément judicieux car on capte vite quel choix l'IA ne va PAS utiliser ! Mais celà a au moins le mérite de donner de la profondeur à la relation entre nos deux heros, relation qui illustre parfaitement le côté "ni bon ni mauvais" du jeu, tout comme certains ennemis de l'histoire auront leur propres définitions du bien et du mal... En tout cas, ce sera au joueur de prendre ses propres décision selon sa vision des chose et le contexte donné.

 

 Etant donné qu'elle ne peut jamais faire le meme choix que le joueur, on devine ce que l'IA ne va pas utiliser entre la pierre, la feuille et le ciseau.

 

 Concernant l'évolution de ses personnages, il faudra, à chaque montée de niveau, dépenser les quelques points de caractéristiques gagnés pour les compétences souhaitées. Un choix de talents pour des compétences uniques apparait également lors du passage a certains niveaux.

 Certains talents comme la possibilité de communiquer avec les animaux ou se régénérer grâce aux sang des ennemis tombés au combats peuvent s'avérer très utiles.

 

Voyages en sac a dos

Le point noir du jeu, c'est l'inventaire et le systeme de cratfing. Notre sac a dos pouvant contenir plusieurs dizaines d'objet, on a vite fait de s'y perdre (ou de passer un bon gros moments chez les marchands pour revendre régulierement son butin), car si l'on peut looter des centaines d'objets, beaucoup d'entre eux sont inutiles... et le crafting n'aide pas : crafter les bon objets entre eux deviens rapidement redondant pour la pluspart (parchemins, plantes, pierre magique...). Ce n'est pas l'activité la plus passionnante du jeu, et mis à part pour ameliorer / fabriquer ses armes éventuellement, on aura tôt fait de mettre le craft de côté, les grosses armes et armures se récuperant souvent apres une grosse bataille ou bien dans des coffres/cachettes tout le long de l'aventure. L'autre petit probleme c'est que le crafting se révele tout de même obligatoire lors de quelque passages du jeu. Rien d'insurmontable cependant, mais tout de même un poil agaçant...

      Le menu deviens vite bordelique, même en rangeant régulierement les objets par type.

 

N'ayez aucune pitié, car ils n'en auront aucune.

Parce qu'il a été intelligemment pensé, le combat au tour par tour est un vrai régal et offre un potentiel tactique qui envoie du lourd et constitue le gros point fort du jeu.

Il faudra en effet composer avec un système basé sur un nombre de points d'action limités servant à a attaquer, utiliser un sort/objet, se déplacer, etc... Le tout en prenant en compte l'impact des éléments à proximité de la zone de combat. Outre les classique sort de magies, d'invocations, ou attaque physique et a distance, il est possible de se servir des élements naturels pour blesser; ralentir ou empoisonner l'adversaire : balancer un sort de foudre dans une flaque d'eau ou utiliser un sort de feu sur une flaque d'huile; autant de possibilité de ce genre qui vont s'avérer bien souvent utiles voire salvatrice pour remporter la victoire. Le friendly fire et le pathfindig des ennemis sont égalements des éléments à prendre en compte, et impose de prendre le temps de réfléchir avant chaque action. On remarquera également que, de part de leurs compétences en magies et autre sort à distances, les mages sont quasi indispensable pour remporter un combat.

Concernant les ennemis, le bestiaire est plutot varié : soldats morts vivants, zombies, loups sauvage, mages corrompus, orcs, invocations élémentaires etc... chaque ennemi dispose de capacitées qui lui sont propre et certains ne sont pas avares en fourberie.A noter qu'en mode difficile, les ennemis sont encore plus nombreux, ce qui nécéssite une bonne préparation de son équipe avant de se lancer dans la bataille.

Soulignons également la possibilité d'utiliser parfois la furtivité pour positionner idéalement ses persos sur le terrain avant de démarrer une attaque pour prendre un avantage en début de bataille.

Ainsi, même si il semble déroutant en début de partie, le systeme de combat devient jouissif une fois maitrisé.

Feu, flaque d'eau, trainée d'huile, surface de givre, les lieux d'affrontements ne manquent pas de surprises.

 

Conclusion

Alors que le rpg pur jus se faisait rare sur nos consoles, on tiens enfin une bon gros rpg "a l'ancienne". Certe le jeu est bavard et l'inventaire pénible a gérer, mais l'exploration de la fantastique région de Cyseal et les nombreux affrontements tactique et exigeant ne donne qu'une envie : ne pas éteindre la console et continuer jusqu'au dénouement final. Divinity original Sin enchanced edition est clairement un indispensable du genre sur console. Il n' y a plus qu'à esperer qu'il en soit de même pour le prochain opus.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
The Silon Kin Theory (Jeu vidéo)

Alors que moulte joueurs sont, comme moi, en train d'explorer le monde de The Witcher III sur le dos d'Ablette, j'avais envie, ce soir de refaire parler d'une news plutot cool apparue juste avant la sortie des dernières aventures de Geralt de Riv.

Cette news, c'est un tweet de félicitation de la part des dev's du dernier Dragon Age envers l'équipe CD Projekt, auquel cette dernière répond qu'elle espère voir un prochain Dragon Age voir le jour.

Alors comme beaucoup, j'ai trouvé ça vraiment chouette, car d'une part, c'est suffisamment rare de pouvoir lire ce genre de news ou deux équipes de développements se félicitent mutuellement pour leurs jeux respectifs.

D'une autre part, en ce qui me concerne, c'est arrivé au moment où j'étais précisement en train de finir Dragon Age Incquisition pour ensuite enchainer sur The Witcher III. Rien d'exceptionnel donc, mais sortir d'un rpg excellent en de nombreux point pour ensuite enchainer sur un rpg grandiose  (et qui me met une bonne petite baffe visuelle a chaque partie), bien qu'ils soient différents à bien des égards, je n'avais pas connu ça depuis un bout de temps !

Voilou, j'avais juste envie souligner ce compliment partagé et rappeler que si The Witcher III s'avère être une grosse leçon en tant que rpg dans un monde ouvert, Dragon Age Inquisition est devenu également une très très bonne référence du jeu de rôle fantasy !

Sur ce, bon jeu à tous !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
The Silon Kin Theory

Nouvel opus de la série des souls, Dark souls 2 était attendu au tournant. A une époque où la notion de difficultée se fait rare, la série des Souls a été plus que la bienvenue avec les très acclamés Demon's Souls et Dark Souls, sortis respectivement en 2009 et 2011.

Le 14 mars 2014 marque donc la sortie de ce 3eme opus très attendus et, en ce qui me concerne, la fin d'une très longue attente.

120h de jeu apres, le boss de fin vaincu, voici un bilan perso.

 

 

Partie 1 : La ballade des gens heureux

Le début de l'aventure est une merveille. Fraichement débarqué dans le royaume de Drangleic et apres avoir crée son personnage et lui avoir attribué une classe de départ, on prend tranquillement son temps pour avancer dans l'Orée, où le périple démarre et où l'on nous informe sur quelques mécaniques de gameplay. C'est également l'occasion de se confronter aux cyclopes à la carrure assez imposante; une seule baffe de leur part peut mener au game over, l'occasion également de découvrir que chaque mort réduit petit à petit notre barre de vie, un aspect à ne pas négliger dans ce nouvel opus.

On découvre également le travail réalisé sur les éclairages via la torche, que le joueur pourra décider d'utiliser pour s'éclairer dans les endroits sombres. Meme si finalement, peu de passages nous plongent vraiment dans l'obscurité, l'utilisation de la torche reste très sympa visuellement, et ça permet meme de repousser quelques ennemis.

La torche ne se révèle indispensable que dans quelques endroits du jeu mais démontre le gros travail réalisé sur les éclairages.

La découverte de Majula est également une très bonne surprise de par son visuel et son ambiance. Village bucolique perché sur une falaise et habité par quelques pnj, c'est en quelque sorte le hub du jeu dans lequel on trouvera la fameuse Gardienne Emeraude. C'est via ce personnage que l'on augmentera son expérience grâce aux âmes glanées tout le long de l'aventure.

Une fois Majula visité et mon perso fraichement équipé, direction la forêt des géants défunts, l'occasion de mener les premiers vrais combats. Là encore, c'est du lourd, du Dark Souls comme on l'aime: le classique soldat zombie, pas forcements difficile à vaincre quand il est seul, peut se révéler assez dangereux quand il attaque avec plusieurs de ses congéneres. Les fameux soldats-carapaces sont une très bonne surprise: pas facile à contourner, souvent situés dans des endroits étroits, et deux coups de leurs grosses masses peuvent suffire à envoyer le joueur ad patres en début de premiere partie.

Et dans l'ensemble, le bestiaire assez varié : mages, zombies kamikazes,  cyclopes, araignées, soldats zombies, soldats géants, chiens sauvages,  monstres diforme, bretteurs, archers...

Viens le moment d'affronter les premiers boss. Pas aussi impressionnants que les boss de Dark Souls, le dernier géant et le poursuivant offrent tout de même une bonne difficultée pour ce début d'aventure.

                                             Le Poursuivant est rapide, et fait très très mal.

Les mécaniques de combats sont les memes que dans l'opus précédent : affronter, parer, backstab, sorts de magie, pyromancie, arcs... Mais il est désormais possible de se ballader avec la possibilité de switcher entre 3 objets dans chaques mains (au lieu de 2 dans DS1), ce qui permet d'être plus polyvalent dans les combats, et de porter 4 anneaux (au lieu de 2).

Pour le reste, il est devenu plus simple de gérer son inventaire via les menus, tout comme l'amélioration des armes et des armures via les forgerons avec les fameuses titanites.

L'autre nouveautée très intéressante concernant l'amélioration de l'équipement, c'est la possibilité "d'infuser" ses armes favorites au moyen de pierres spécifiques (poisons, ténèbres...) afin d'y ajouter les effets du meme nom.

Le online, permet toujours de voir les spectres des autres joueurs et leurs morts via les taches de sang, et de laisser des messages afin d'y indiquer le danger présent, des secrets, raccourcis, etc... Du côté de l'interaction entre joueurs, il y'a eu une nette amelioration (enfin c'est mon ressenti en tout cas) pour rentrer en cooperation avec d'autre joueurs ou bien les envahir. Les serments font également leur retour et renforcent la dimension multijoueur du soft de manieres intelligente.

                     Jouer en ligne n'a rien perdu de son intérêt, bien au contraire.

Après plusieurs heures passées sur ce nouvel opus, je suis rassuré, Dark souls 2 est bien parti pour etre la nouvelle référence du action-rpg exigeant avec quelques nouveautées plutôt bien pensées dans la pratique.

Le temps ou Tomohiro Shibuya annoncait que Dark souls 2 serait plus "accessible" en terme de difficultée semble donc bien loin...

                                                                                 

                                                                                    ...

 

Partie 2 : Mais où sont ils passés...

120h de jeu plus tard et le boss de fin vaincu, je constate que Dark Souls 2 à mérité la pluspart de ses bonnes critiques, mais personellement, il me reste un goût de trop peu coincé en travers de la manette, et surtout le sentiment de ne pas en avoir bavé autant comme pour Demon's souls et Dark souls, en voici les raisons.

Je vais commencer par la chose qui m'a le plus surpris, il s'agit de la "disparation" des ennemis.

Alors non, les ennemis ne disparaissent pas uniquement si vous mourrez trop de fois au meme passage, ils disparaissent également si vous les tuez trop. Comprenez que pour le farming, c'est plus aussi simple (mais nul besoin de farmer comme un fou pour monter rapidement en niveau). Certe, un item spécifique nous permet de ressuciter tout les ennemis d'une zone donnée via les feux de camps afin de rendre le tout plus hard, mais malgré celà, je n'arrive pas à comprendre cette décision de la part des développeurs... Cette exigence qui fesait le sel des souls à travers le respawn infinis des ennemis et qui procurait une certaine satisfaction lorsqu'on découvrait un nouveau feu, raccourci, ou bien lorsque l'on récuperait son lot d'âmes perdu, et bien cette exigence n'est plus la même qu'autrefois. Et comme le farm n'est plus vraiment indispensable,  l'intéret du respawn "personalisé" s'en voit réduit.

Concernant les feux d'ailleurs, ça n'aura échappé à personne, ils sont assez nombreux si on compare à Dark Souls,  et on peut dès le début du jeu se téléporter à volonté entre les différents feux découverts.  Celà ajouté aux ennemis disparu, parcourir les niveaux du jeu devient quand même un poil plus simple à parcourir que le monde de son prédécésseur, ce qui me permet de passer au point suivant : les niveaux !

On peut désormais se téléporter entre chaque feux de camps découverts dès le début de la partie.                    

                                                                             

                                                                                ...

 

Partie 3 : "Je met les pieds où je veux Little John"

Je ne suis pas le premier à le dire, les niveaux de Dark souls 2 sont carrement moins cohérents que dans le 1. Ils sont vastes, remplis de secrets, de mysteres, de zones secrète, et de trésors, MAIS le level design pourtant agréable est carrement moins inspiré en général, et les niveaux plutot bien conçus dans leur propre parcours, ne s'imbrique plus comme dans DS1. Le jeu se veut en effet plus "plat" dans son level design alors que Dark Souls était configuré de maniere verticale.

Le hub que represente Majula nous ramene pour le coup à Demon's souls ce qui est loin d'être une tare,  mais après la leçon qu'a put donner Dark souls sur cette géniale interconnection entre les niveaux, on pouvait être en droit de s'attendre à mieux, voire aussi bien (et je rêvais d'un niveau du calibre de la forteresse de Sen).

Ca n'empeche pas de prendre du plaisir à les parcourir, les niveaux sont ce qu'ils sont et bien entendu, chacun d'entre eux nous amenent bien evidemment à affronter les boss, le dernier sujet de cet article.

            Difficile de ne pas penser à Dark Souls quand on découvre ce genre de décor.

 

                                                                            ...

 

Partie 4 : Toujours aussi méchants ?

Dans Dark souls 2, les boss, c'est un peu la loterie. Avec le dernier des géants et le poursuivant le début du jeu laisse apparaitre des boss bien retors comme il faut sans pour autant etre impossible. Mais d'autres boss sont tellement faciles et prévisibles qu'il est possible de les battre dès la 1ere confrontation tel que le demon convoiteux. Certains sont très inspirés de Dark Souls 1, et d'autres ne sont ni plus ni moins qu'un copié collé du précédent opus, tel que le vieux tueur de dragon (Ornstein mais sans Smough) et les gargouilles du beffroi de la lune. Quant au boss final, c'est une véritable blague niveau difficultée...

Heureusement, on en rencontrent qui ne sont ni l'un ni l'autre; c'est d'ailleurs quand on combat des adversaires comme le chevalier miroir ou le rodeur sombre que l'on retrouve le frisson des affrontements comme on l'a souvent ressentis dans les précédents jeux.

 

Le chevalier miroir est un bon gros défi, ce n'est malheureusement pas le cas de beaucoup de boss.

 

Conclusion

 

Suis je déçu de Dark Souls II ? Certainement pas, même si je m'attendais à mieux, pensant que certains aspects concernant la difficultée, qui font la réputation des souls demereuraient inchangés, même pour un premier run. Celà dit, le jeu reste un très bon Action-Rpg sur bien des points, à l'univers moins inspiré et à l'architecture moins cohérente que son prédécesseur certe, mais qui nous fera tout de meme vivre de grands moment.

Il me tarde désormais d'en savoir plus sur le fameux Project Beast de From Software.

 

Bonus : Si comme moi vous passionnés de la série des souls, je vous invite à aller sur ce site qui propose des posters et autres trucs sympa sur l'univers des jeux.

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)


Signaler
The Silon Kin Theory


 

 Dessiné et écrit par Denis Bajram

 

 

Hier soir en me balladant sur le site scifi-universe, je suis tombé sur une grosse grosse surprise : l'une de mes BD préférée va avoir droit à une suite !

En tant que grand fan de science fiction, je me suis dit que c'est l'occasion pour moi de faire découvrir à certains gamblogers une magnifique saga en 6 tomes à l'univers et au scénario vraiment génial.

Ce deuxieme cycle reprendra la fin du premier. Je ne veux pas spoiler pour ceux qui auraient envie de découvrir, donc je vais plutot faire une résumé du début du premier cycle :

 

A la fin du 21eme siècle, alors que l'Homme à conquis tout le système solaire, le partage des richesses est divisé entre deux grandes entitées : le gouvernement Terrien (UEGC) et les Compagnies industrielles de colonisation (les CIC). Ces derniers sont devenus assez puissants en ayant acquis des contrat d'exploitations sur différentes planètes et revendiquent maintenant leur indépendance, ce qui ne plait pas à l'UEGC, Les tensions commencent, puis, le "mur" est arrivé, ce gigantesque voile noir à l'origine inconnue coupe l'univers en deux.

L'unité Purgatory menée par Kalish, brillant scientifique va tenter de découvrir comment traverser ce mur, mur qui pourrait bien provoquer la 1ere guerre universelle...

 

Je vous invite à découvrir cette série si ce n'est pas déjà fait, surtout si vous aimez tout ce qui touche à la science fiction et voyage dans le temps ! Les personnages y sont très travaillés, le scénario tiens la route meme si certaines théories scientifiques peuvent perdre le lecteur (j'ai du relire le tome 3 plusieurs fois pour comprendre certains trucs), les dessins sont agréables. Bref, je ne peux que le recommander !

 

En tout cas, j'attend impatiemment le nouveau cycle dont le 1er tome sort le 25 septembre prochain !

 

Voici quelques screens de ce nouvel opus que je vous laisse apprécier :

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
The Silon Kin Theory

 

Enfin du gameplay pour l'un des RPG action les plus attendus, le tout commenté par Yui Tanimura director de From Software et Tak Miyazoe producteur du jeu !

L'un des derniers passages montrés avec le pont m'a tout simplement mis une grosse claque !

 

Voici le lien pour visionner la vidéo du site IGN :

http://uk.ign.com/videos/2013/04/10/dark-souls-2-gameplay-reveal-12-minute-demo

 

Prepare to die again !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
The Silon Kin Theory

 

Je viens de finir Heavy Rain pour la 2eme fois en choisissant cette fois ci une issue dramatique. Mais il y a encore plusieurs fins à découvrir, et si vous ne comptez pas refaire à nouveau le jeu pour découvrir toutes les possibilités de le finir, je vous invite à regarder cette vidéo.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
The Silon Kin Theory

 

Si comme moi, vous avez adoré zigouiller de l'alien a la sauce tactique dans Xcom : Enemy Uknow, cette news devrait vous faire plaisir.

Annoncé lors de la Pax East de Boston, cette vidéo donne de grands espoirs pour la venue d'un nouvel opus !

"Hello Commander"

 

source : play3-live.com

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
The Silon Kin Theory

Avec les jeux videos, les voyages, c'est mon autre grande passion.

Partis à 2 en mode "sac a dos", donc un poil à l'arrache, nous avons fait un bon petit tour de ce pays superbe à la population plus qu'accueillante.

Là où le côté gamer intervient, c'est sur l'un de mes coup de coeur du voyage, un temple Khmer situé dans la partie sud du pays. Je me suis dit que le lieu pourrait très bien être parcouru par Drake un de ces jours, entre 2 gunfights.

Voici quelque photos pour illustrer ce superbe moment :

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
The Silon Kin Theory

...qui m'a pris tout mon après midi !

 

Histoire de Boss...

Demon's souls, on ne le présente plus, est réputé pour sa grande difficulté. En dehors de certains passages du jeu qu'il faudrait presque connaitre sur le bout des doigts pour "esperer" s'en sortir, il y'a aussi certains boss qui recquiert concentration, perseverance, habilité, et surtout patience.

Ce soir, je vous présente donc celui qui m'aura pris tout mon dimanche après midi pour arracher une victoire "à la loyale" : le boss 2-2, nommé le Flamfurker ("rodeur enflammé" en français).

 

 

Un boss mechamment coriace


De tous les boss du jeu, celui ci est surement l'un des plus difficile. En plus d'être méchamment costaud, ce démon des enfers est très rapide, donne des coups de griffes qui couperait un parpaing en 2, et crée de violents explosion en tapant du poing sur le sol... Bref, ceux qui l'ont déjà affrontés voient de quoi je parle. Pour les autres, si le coeur vous en dit, plusieurs vidéos de ce puissant boss sont dispo sur youtube.

 

Question de loyauté

La première fois que j'ai finis demon's souls, l'un de mes pires souvenirs, c'était déjà ce lascar. Un affrontement à s'arracher les cheveux tant mes chances de vaincre était mince. A l'époque, j'avais découvert un bug permettant au joueur de s'abriter dans un coin de l'arène où le boss ne pouvait quasiment jamais accéder (à gauche de l'escalier pour les joueurs de demon's souls).

Pour pallier à la forte envie de Dark souls (octobre de cette année) je me suis remis à Demon's souls, et l'idée d'affronter de nouveau ce mastodonte enflammé me dégoutait déjà.

Mais cette fois ci, ce fut différent. Hors de question de se planquer comme la première fois, celà devait être un combat à la loyale, juste lui, et moi.

Alors ça m'aura pris tout mon après midi (plusieurs game over rageant donc), mais j'en suis finalement venu à bout. C'est le genre de boss où l'on hurlera sa gloire dans toute la maison pour un combat qui fut loin d'être gagné, mais quel soulagement !

Des larmes, et du stress, c'est aussi ça Demon's souls...

Ajouter à mes favoris Commenter (7)