animanga factory

animanga factory

Par Shiemi-chan Blog créé le 16/08/11 Mis à jour le 29/10/11 à 09h23

Blog destiné aux critiques de manga et parfois aussi de jeux vidéo^^.
Ce blog sera tenus par deux personnes : Hibari et Kalveros.
Merci d'avance pour vos commentaires et surtout nous espérons que vous passerez de bons moments sur notre blog^^.

Ajouter aux favoris
Signaler

Hello-o Minna-san.

Comme ça faisait un bout de temps que je n'étais pas venue poster sur le blog, je profite de mes vacances pour y déposer une nouvelle critique de mon cru.

Je suis désolée d'avoir du vous faire tant attendre mais la fac et la recherche d'un nouveau travail me prenais un temps fou.

Tout d'abord je poste quelques nouvelles photos de mes derniers achats avec des manga/comics et  BD qui seront bientôt dispo en critique sur le blog (je l'espère au plus vite).

 

 

ET maintenant voici la critique du tome 1 de Crash un nouveau shôjo de chez Tonkam (première critique d'une longue série comme je vous l'ai montrer avec mes nouveaux achats xp).

Fiche technique:

Auteur: Fujiwara Yuka

Editeur VF: Tonkam

Editeur VO: Shueisha

Type: Shôjo

Genre: Romance, comédie

Nbr de volumes Fr: 1

Nbr de volumes VO: 11

Prix: 6,95€

Résumé:

Hana Shiraboshi est la fille d'une tenancière d'agence artistique et d'un vendeur de râmen. C'est une jeune lycèene ... presque normale. En effet, elle a le don plutôt particulier de dénicher les futures stars grâce à ses saignements de nez (signe avant coureur annonçant l'arrivée d'une personne à grand potentiel). Elle décide, pour els 10 ans de l'agence de sa mère, de promouvoir un nouveau groupe de pop musique qui sera à la hauteur de l'évènement. Elle dénichera lors d'un rassemblement d'artistes, 5 jeunes garçons ayant chacun leurs caractéristiques spécifiques. Malheureusement son saignement de nez violent lui fait perdre conscience. Va-t-elle retrouver ces 5 jeunes garçons? Et va-t-elle réussir à fonder ce groupe dont elle rêve tant?

Personnages:

Crash est un manga comptant assez peu de personnages principaux. En effet la famille Shiraboshi ainsi que les 5 jeunes stars sont les seuls personnages réellement mis en avant au détriment des personnages secondaires qui, pour certains, auraient pu être intéressants. De plus, ces personnages ne brillent pas par leur originalité: Hana, jeune lycéene, plutôt mignonne, a un fort caractère et aura pour seule originalité de saigner du nez lorsqu'elle rencontre une star potentielle. Le premier jeune homme qu'elle rencontre (Kiri Kurose) est colérique et ne pense qu'à l'argent. Bien évidemment il est séduisant et a un don pour attirer le regard des gens sur lui, on devine qu'il tombera sûrement amoureux de notre jeune héroine. Le second jeune homme (Rei Shinozuka) est plutôt froid et sérieux, tout le contraire de Kiri.Junpei Akamatsu, quant à lui, est un danseur de talent mais est très timide avec les filles. Son ami, Kuzuhiko Midorikawa est très mignon (les fan de Host Club retrouveront peut-être leur Honey dans ce personnage) mais pratique la danse traditionnelle Japonaise avec sérieux. Le dernier, Yugo, est le petit frère d'un des membres du staff de l'agence, il a un don pour le piano et est un coureur de jupons. Voici donc des personnages, qui rassemblés, pourraient créer un groupe plutôt original, seulement l'enthousiasme lors de la lecture est absent.

Histoire:

Encore une histoire de lycéene, on voit bien que les cibles principales de ce manga sont les adolescentes en fleurs qui croient encore au prince charmant. Malheureusement, ce genre d'histoire pullulent et perdent donc toute leur fraicheur. Ici, on aura du mal à apprécier le parcours de l'héroine ainsi que ses aventures à la recherche des 5 garçons parfaits. L'histoire est trop linéaire et plate, aucun réel rebondissements et les diverses actions sont tellement calculées qu'elles en deviennent prévisibles (par exemple  lorsque Hana ira chercher chaque garçons un par un, très peu d'obstacles se dresseront sur sa route et il serront rapidement et facilement franchis, parfois même de façon illogiques). En résumé, cette histoire est peu originale et pleine de déjà-vu, on regrettera que l'auteur n'ai pas chercher à pousser son histoire plus loin dans l'origialité.

Dessin:

Yuka Fujiwara a du talent, ça c'est sûr. Les personnages sont bien proportionnés, les cases ne sont ni trop chargées (de trames par exemple), ni trop vides ( le blanc inutile, c'est le mal ! ). Les arrières-plans sont variés et agréables au regard. Cepandant l'originalité que l'on recherche ne se trouvera pas non plus dans le dessin. L'auteur à beau être très douée, elle n'a pas de façon de dessiner propre à elle. En effet, ce style de dessin est typique de la plupart des shôjo : Grand yeux, beaux cheveux longs et visages très mignons pour les demoiselles; visages fins, longues jambes et beaux regards pour les garçons...

En conclusion, Crash est un shôjo qui saura satisfaire les jeunes adolescentes fan de shôjo (principalement grâce à son histoire mignonne et à son harem de beaux gosses) mais déplaira au fan du style shôjo par son peu d'originalité.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Hello-o Minna ^^ .

Je profite de ma pause repas pour poster un petit articles à propos des futures critiques qui vont être postées sur le blog.

Je viens donc de faire mon premier plein de manga qui vont avoir droit à des critiques écrites. Les critiques vidéo du mois seront faites ensuite (en espérant vite avoir l'ordinateur de Kalveros).

Voilà donc un petit apperçu des manga que je suis en train de lire et qui vont être bientôt critiqués:

Le première critique devrait arrivée d'ici la fin de la semaine je l'espère.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

Petite info, Kalveros ayant fait l'acquistion de Dark Souls, va commencer à le retourner de fond en comble puis en faire une critique détaillé. Certes la critique est déjà disponible sur GameBlog, mais ce sera fait par un joueur, histoire d'avoir un autre regard. :)

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler

 

Je ne sais pas si vous vous souvenez de votre enfance, lorsque Pokemon était presque une institution à l'école et que vous passiez vos nuits sur Pokemon Jaune, rouge ou bleu sur Game Boy color à essayer de faire level up votre Pikachu, Dracaufeu, Tortank et Florizare pour les amener à la ligue Pokemon (tiens ça sent le véccu). Vous vous souvenez peut-être aussi des multiples jeux de cartes qui faisaient fureur à la cour de récré ou même des figurines qu'on collectionnaient... Et puis les fameux mercredi matin passés à regarder les épisodes sur TF1...

Enfin bref je pourrais vous écrire tout un pavé sur Pokemon car j'en suis fan depuis l'enfance mais à la place je vais vous faire la critique du nouveau manga tout juste sortis en France: Pokemon Noir et blanc tome 1.

Fiche technique:

Titre : Pokemon noir et blanc

Auteurs: Yamamoto Satoshi, Kusaka Hidenori

Editeur VF: Kurokawa

Editeur VO: Shogakukan

Prix: 6,5€

Résumé:

Noir est un des jeunes dresseurs choisis par le professeur Keteleria pour remplir d'informations un Pokedex et partir à la recherche de toutes les races de pokemon exitantes. Celui-ci, possédant déjà deux pokemon n'a qu'un rêve: battre tous les dresseurs de la ligue pokemon. Il va faire la rencontre de Gruikui, un des pokemon de base choisi par le professeur et partira à l'aventure avec lui et ses deux autres compagnons Munna et Gueriaigle. Ils rencontreront sur leur chemin la jeune Blanche dont le métier est de louer les services de ses pokemon stars.

Personnages:

Noir est le personnage type de manga shônen pour enfant, c'est-à-dire l'aventurier sûr de lui, prêt à tout pour vaincre et devenir le meilleur. Sa seule particularité sera de se servir de son pokemon dévore-rêves (Munna) afin de se débarasser de son rêve de devenir champion dans le but de résoudre quelques mystères liés à diverses attaques de Pokemon. Quant à Blanche, c'est une fille plutôt maline qui préfère utiliser ses pokemon comme gagne pain plutôt que de les faire combattre. Elle a du caractère et sera plus agréable à suivre que le personnage principal en lui-même. Enfin Tcheren et Bianca sont deux amis d'enfance de Noir, l'un est sérieux alors que l'autre est très gamine et mignonne. On appréciera enfin les nouveaux ennemis remplaçant les diverses team de méchants (telles que la Team Rocket ou la Team Galaxie). ceux-ci se nomment la Team Plasma et ont pour but cette fois-ci non pas d'enlever les Pokemon mais au contraire de les libérer de leurs maîtres.

Histoire

L'histoire démarre plutôt rapidement et les personnages principaux sont vite mis en place. Pourtant les explications diverses seront données au compte gouttes mais étant un manga destiné à un jeune public pas forcement apte à recevoir trop d'informations d'un coup, nous n'en tiendrons pas compte et apprécierons donc la simplicité de l'histoire. Un autre point fort est que l'histoire n'est pas prise de tête, en effet on lira ce manga sans se questionner sur les diverses péripéties qui mouvementeront la vie du héros.


Dessins


Il fallait s'y attendre d'un manga pour enfants, les dessins sont plutôt simplistes et surtout très mignons. Les traits sont plutôt épais mais le dessin ne souffrira pas du problème d'inégalité de la qualité qui est fréquent dans d'autres manga (ce qui est un de ses plus grand points forts). Les fan du genre "kawaii" (tels que moi) seront donc servis tant par le design des personnages que par les pokemon qui sont tous à croquer.

Conclusion: Pokemon noir et blanc est un manga qui plaira autant aux enfants qu'aux anciens (et anciennes) fan de la série, grâce à son côté mignon, pas prise de tête et surtout innovent par les personnages.


Je voulais aussi laisser un petit mot de fin qui n'a rien à voir avec la critique: Avec Kalveros on s'apprête à faire la première vidéo mais ce n'est pas pour tout de suite car avec mes études qui me prennent déjà pas mal de temps et surtout ce gros problème de matériel (on a toujours pas récupéré l'ordinateur de Kalveros) on mettra sûrement un peu de temps à poster cette première vidéo.

Cependant nous risquons d'avoir une petite surprise pour ceux qui nous suivent (enfin j'espère que ça vous plaira^^).

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Hello Minna-san, c'est Hibari.

Voilà je poste un petit article après ma nouvelle critique pour annoncer que la toute première vidéo devrait être bientôt tournée. Avec Kalveros on réfléchi d'abord aux rubriques à faire, aux manga à présenter... puis ensuite on tourne tout ça.

Donc pour cette première vidéo, ça ne sera vraiment pas pro du fait qu'on a pas encore l'ordinateur de Kalveros et donc aucun logiciel de montage mais au moins on aura un apperçu de ce que cela pourra donner.

J'espère vraiment que ce que l'on va faire vous plaira.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

La la la la *fait ses vocalises*

Hum... pardonnez-moi, je ne vous avais pas vu hihi. Vous vous demandez sûrement pourquoi j'échauffe ainsi ma voie? Tout simplement car je rêve de devenir Seiyuu! Bon trêve de plaisanteries et place à la critique de Seiyuka tome 1:

Fiche technique:


Titre VF/VO: Seiyuka

Auteur: Minami Maki

Type: Shôjo

Genre: Romance, comédie

Editeur VF: Tonkam

Editeur VO: Hakusensha

Prix: 6,95€

Résumé: Hime est une jeune fille rêveuse comme les autres, qui vient de réussir son test d'admission à la prestigieuse école Hiiragi, une école notamment renommée pourson cursus formant les seiyuu (doubleurs de voies). En effet, Hime a pour rêve de devenir une seiyuu renommée en doublant la voie de l'héroine de l'anime Lovely Blazers. Seulement Hime a un gros défaut: elle a ue voie de camioneur et aucun talent pour le doublage, si bien que ses camarades de classe la surnomment Gorihime ou princesse gorille.Hime se fera heureusement trois bon amis dans sa classe de "recalés" : Tsukino, Takayanagi et Mitchy. Avec l'aide de ses précieux amis, réussira-t-elle à devenir une seiyuu accomplie?

 

 

Personnages:

Les différents personnages de ce manga ont chacun leur personnalités : Hime a une voie à faire saigner les oreilles mais est également persévérente. Senri est le fils de la seiyuu principale de la série Lovely Blazers mais également un seiyuu professionnel. Il est froid et distant avec Hime dont il est le camarade de classe. Tsukino est une fille très mignonne et à la voie douce, elle adore également maudir les gens et a donc un côté un peu sombre. Takayanagi est violent et un peu limité intellectuellement mais il a un grand coeur et enfin Mitchy est un narcissique à l'accent spécial. on ne se surprendra donc pas à se prendre d'affection pour un de ces personnages hauts en couleurs.

 

Histoire:

Ce manga est vraiment plaisant et agréable à lire. L'ambiance y est plutôt décontractée et on ne sera pas surpris de rire à de nombreuses reprises car le côté comique est omniprésent. De plus le sujet des seiyuu n'ayant jamais réelement été abordé dans un manga, l'histoire n'en sera que plus intéressante à lire bien que l'on ai l'impression que le côté romance de l'histoire va prendre plus l'importance au fil des volumes que le côté explicatif qui pour l'instant est bien présent.

Dessins:

Ceux qui connaissaient Maki Minami et son manga Spécial A reconnaîtrons la patte de l'auteur. Les personnages sont très expressifs, en particulier Hime qui, quand elle prend sa voie de "prince" change littéralement de visage. Pour ce qui est des tenues, l'uniforme scolaire est vraiment agréable à regarder et on appréciera les illustrations de début de chapitres sur lesquelles elle porte des tenues plus mignonnes les unes que les autres. Sinon que dire à part que l'abus de trame est un point commun pour la plupart des shôjo et là on y a le droit à chaque case. Ce n'est pas réelement génant pour la lecture mais les pages en sont surchargés, ce qui laisse moins de place aux arrières-plans qui pourrait être bon à voir tels que les salles de classe ou les salles d'enregistrement des voies.

Conclusion: Seiyuka est un manga qui plaira aux fan de shôjo et qui permettra à ceux qui (comme moi) n'ont pas apprécier Spécial A de profiter des dessins de Minami-sensei.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

*Assise devant son PC, elle regarde le vingtième épisode de Ao no exorcist pour la cinquième fois en se demandant comment l'anime avait pu prendre cette voie. Elle prend ensuite le cinquième tome du manga sur la pile à côté d'elle et savoure cet instant de bonheur qu'il lui procure*

Tiens bonjour à tous, je ne savais pas que vous étiez là. *Se sent génée*. Pardon? Moi une Otaku? ... Bon ok un petit peu *cache la fanfic Shiemi x Rin qu'elle à faite*.

Cela me rappel vaguement un manga que j'ai lu il y a déjà quelques temps sur des otaku d'Akiba (abréviation d'Akihabara, quartier électronique de Tokyo). *Un manga lui tombe sur les genoux*

" - [email protected]? Mais oui c'est ça!"

Fiche technique:

Titre VF/VO: [email protected]

Auteurs: Akare Makoto - Ira Ishida

Type: Seinen

Genre: Tranche-de-vie

Editeur VF: 12 Bis

Editeur VO: Coamix

Prix: 6.50€

Résumé:

Page est ce que l'on appelle un "Homme invisible". Personne n'a jamais fait attention à lui et il n'attend rien de la vie. Jusqu'au jour où, en se rendant par hasard dans le quartier d'Akihabara, il va déjouer un virus qui avait attaqué les ordi d'un Maid café. Ce virus, Page l'avait programmé 4 ans plus tôt, alors qu'il était encore un cracker renommé dans le monde entier. Ce même jour, il rencontrera les membres de la société Aki[email protected] et s'associera plus tard avec eux dans le but de révolutionner le quartier d'Akiba et de protéger les otaku avec pour arme une Chatbox en forme de dauphin à l'IA (Intelligence artificielle) impressionnante. Vont-ils réussir à réaliser ce rêve et à faire du quartier le paradis des Otaku en tout genre?

Personnages:

Un des points forts de ce manga serrait ses personnages aux fortes personnalités: Page est un cracker hikikomori (personne qui ne sort jamais de chez elle, qui ne recherche aucun contact avec le monde extérieur et qui surtout a tendence à être paranoïaque); Akira, une boxeuse et cosplayeuse, travaillant au maid café et posant pour les figurines de Taiko; Taiko quant à lui, est un passioné de figurines et de musique, Box est germophobe et a peur des femmes, Dalma ets un ancien avocat devenu hikikomori et enfin Izumu est une cracker Albinos fan de Page. Ils ont tous été réunis grâce à Yui (la créatrice de l'IA) et remonteront la pente grâce à elle. On remarquera que Page prendra plus d'importance que les autres personnages dans ce manga, bien que ceu-ci ne serront pas pour autant négligés. On regrettera juste le fait que le passé des personnages secondaires ne soit pas développé.

Histoire:

Ce manga bénéficie d'une histoire originale et surtout qui captivera le lecteur pour peu qu'il s'intéresse à la culture Geek ou Otaku. La seule chose que l'on pourrait reprocher à ce manga est la vision Utopiste du projet de ces Otaku: Se battre contre Digicapi (la plus grande entreprise commerciale d'Akiba) alors qu'ils ne sont que quelques Otaku sans moyens pécuniers ni humain (mais ça on connait ça arrive dans presque tous les manga). De plus, on pourra également reprocher le rapprochement trop rapide des personnages entre eux, mais encore une fois c'est un des défauts communs à beaucoup d'autres manga.

Les dessins:

 On reconnaîtra que ce style de dessin est commun à beaucoup de seinen, cependant, les proportions des corps des personnages ne sont parfois pas bien respectées (surtout au niveau des proportions visage/corps). Le dessin est donc de qualité variable mais pas non plus désagréable à voir. De plus les personnages sont très expressifs et les arrières-plans sont omniprésents et très détaillés (on remarquera par exemple le travail fourni sur le page de présentation de l'appartement de Taiko qui servait de local pour la société [email protected]).

Conclusion:

[email protected] est un seinen des plus plaisant mélant culture Geek/Otaku et dureté de la vie réele, qui est réelement plaisant à lire et qui plaira aux jeunes comme aux adultes.

  

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Rize Shinba... quand j'entends ce nom, je pense de suite à son yaoi tentaculairement apétissant : Aijin Incubus, sortit aux éditions Taïfu comics. Ce Yaoi a su me faire baver et saigner du nez encore et encore (moi perverse? nonnnnnnnnn!!!!). Hummmm... *essuie ses lèvres et se mouche le nez, puis range son Yaoi sur ses étagères en poussant un soupir de satisfaction*

Quoi? je dois faire une critique d'un shôjo de Shinba-sensei? Avec plaisir!!!! (Attention un peu de spoiler se glissera dans cette fiche).

Fiche technique:

Titre Vf: Ma copine est fan de Yaoi

Titre Vo: Fujoshi Kanojo

Auteurs: Rize Shinba - Pentabu

Type: Shôjo

Genre: Comédie - romance

Editeur VF: Soleil manga

Editeur VO: Enterbrain

Prix: 6.95€

Résumé: Taiga est un jeune étudiant sans le sous à la recherche d'un travail. Alors qu'il trouve enfin un job sympa, il tombe amoureux de sa collègue Ameya Yuiko. Après maintes et maintes tentatives d'approche, celui-ci se décide à lui déclarer son amour et obtient pour réponse: " Je suis une otaku, ça ne te dérange pas?". Et oui, Yuiko est une Otaku... fan de yaoi. Taiga va-t-il réussir à supporter cette passion quelque peu spéciale?

Les personnages

Dans ce premier volume, trois personnages sont mis en avant: Taiga, Yuiko et Kôji. Taiga est un garçon banal: étudiant sans le sous, mignon et gentil, sa seule particularité sera d'être un grand romantique car il s'imagine toute sorte de scènes amoureuses en compagnie de Yuiko et la déclaration d'amour qu'il lui fera le sera tout autant. Il est d'ailleurs beaucoup trop gentil avec celle qu'il aime et ira jusqu'à accepter d'écrire une nouvelle Yaoi pour lui faire plaisir. Yuiko, quant à elle paraît être une femme accomplie: Belle, jeune et aimée de tous au travail, son seul défaut sera donc sa passion cachée pour les manga et le genre Yaoi en particulier. Quant à Kôji, le meilleur ami de Taiga, il n'occupera pas un grand rôle dans ce premier volume. Il essayera tant bien que mal d'aider Taiga à résoudre ses "problèmes de couple" et plaira énormément à Yuiko... mais pas dans le sens que l'on pourrait imaginer.

Histoire:

L'histoire débutera d'abord lentement : Pendant la première moitié du volume, on observera l'évolution de la relation entre Taiga et Yuiko (de leur recontre à leur amitié naissante, jusqu'à leurs premiers repas entre collègues au restaurant). Puis, tout s'enchaînera bien plus rapidement: après la déclaration de Taiga à Yuiko, les révélations se succèdent (celle-ci est fan de Yaoi, elle aime faire des couples avec ses personnages de manga favoris ... mais aussi avec des hommes réels). On suivra avec intérêt les mésaventures de Taiga et on prendra plaisir à suivre les délires Yaoi de Yuiko qui pourront paraîtres plus qu'exagérés à nos yeux mais qui pour une Fujoshi (fille pourrie en japonais, c'est ainsi que l'on désigne les fan de Yaoi) paraîtront tout à fait banals. De plus une petite rubrique "journal d'une fan de yaoi" sera insérée afin d'aider les non Yaoiste à comprendre cet univers très compliqué.

Les dessins:

 Rize Shinba étant une spécialiste du Yaoi, elle n'a aucun mal à dessiner de beaux garçons et cela se voit très bien dans ce manga: Taiga, qui est sensé être un jeune homme banal sera représenté sous la forme d'un garçon très mignon et au regard doux et amoureux, alors que son meilleur ami est le type même du beau garçon taciturne (grand, au cheveux brun et au regard froid). Pour ce qui est des personnages féminin, l'auteur sait également bien si prendre: Yuiko est petite, fine et au visage très expressif, elle prend parfois également des poses très mignonnes. En ce qui concernent les arrières-plans, les trames sont beaucoup utilisées afin d'accentuer les passages romantiques, joyeux ou au contraires malheureux (surtout pour Taiga) mais on regrettera la pauvreté des décors environnants qui sont négligés au profit de l'histoire.

En conclusion:

Ma copine est fan de Yaoi est donc un shôjo qui fera énormément penser à Otaku girls mais qui plaira par ses dessins plutôt agréables à l'oeil, ses personnages aux personnalités particulières mais surtout par son histoire divertissante aux situations plus que comiques.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler

 

Konbanwa Minna-san, Hibari desu^^.

A la base cette critique devait être pour un seinen, mais étant en plein déménagement je n'ai malheureusement pas tous mes mangas à disposition (certains étant dans mon appart et d'autres encore chez mes parents). Je vais donc attendre de pouvoir relire ce fameux seinen afin de vous en faire une critique bien détaillée car il en vaut le coup.

A la place, je me suis décidée à faire la critique d'un manga qui c'était caché sur une de mes étagères :                     

 Silver Diamond tome 1



Fiche technique:

Titre: Silver diamond

Auteur: Shiho Suguira

Type: Shôjo - Shônen-aï

Genre: Fantastique

Editeur VF: Kaze manga

Editeur VO: Tosuisha

Prix: 6,5€

Résumé de l'histoire :

Rakan Sawa veut à tout prix être un lycéen ordinaire. Cependant, il a un don un peu particulier qui permet aux plantes de s'épanouir à une vitesse phénoménale. C'est alors qu'un soir, dans son jardin, il rencontra Chigusa, un homme venant d'un autre monde sombre et sans aucune végétation. Rakan va donc accueillir ce jeune homme chez lui afin d'en apprendre plus sur son apparition mystérieuse, son monde et également sur le pouvoir qu'il possède.

 Les personnages :

Vous l'aurez peut-être deviné la plupart des personnages sont masculins (Dû particulièrement au genre du titre).  Les seuls personnages féminins qui apparaitront ne seront que secondaires et auront très peu d'importance.         La personnalité de Rakan Sawa est à la fois douce et apaisante mais également nerveuse. Pour ce qui est de Chigusa, quelques révélations seront faites sur lui au fil du temps, il est plutôt mystérieux. Mais semble avoir de l'affection pour Rakan (voir même des sentiments « amoureux »). Quant aux personnages secondaires, leur rôle ne semble pas être mis en arrière-plan et sont donc ainsi assez développés (ce qui n'est pas toujours le cas dans certains manga).

L'histoire :

A première vue l'histoire ne semble pas très originale : Le personnage principal vit une vie paisible et tranquille jusqu'à l'arrivé d'un "élément perturbateur" (ici Chigusa). Qui lui révèlera être un sanome (Personne capable faire pousser les plantes en les touchants).. enfin bref pas très original. Seulement voilà, l'auteur sait très bien s'y prendre et réussi à tourner une histoire ordinaire, en une histoire intéressante et surtout captivante.                                                 Une fois le manga en main, on ne le referme pas avant la fin! De plus l'auteur prend bien son temps pour présenter les différents personnages, leur environnement, leur l'histoire. Tout est bien calculé et c'est ce qui rend ce manga agréable à lire.

Les dessins:

L'auteur sait comment plaire aux filles : des bishonen (beaux garçons en japonais) au corps longilignes, l'un plutôt sombre, l'autre au teint clair et à l'air fragile. Pour ce qui est des arrières-plans, notre regard s'arrêtera souvent sur diverses pages comme par exemple lors des représentation des déserts ou du beau jardin fleuri de Rakan.   L'auteur s'est également bien appliquée pour les dessins des diverses plantes et fleures qui apparaissent dans ce manga. Autre point fort: il y a très peu de blanc dans les dessins mais les pages ne sont pas non plus trop encombrées.



Conclusion : Ce manga peu inventif à première vue est en fait un petit trésor autant scénaristiquement que graphiquement (les dessins étant magnifique). Je le conseil donc à tous (même aux jeunes hommes^^).

Voilà j'espère que cette critique aura plu autant à nos lecteurs masculins que féminins^^.

à bientôt sur le blog!!!!

 

P.S: Merci encore à Kalveros pour les corrections qu'il apporte!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

 

 

Ah... Atlus, studio reconnu pour ses Shin Megami Tensei, ses dérivés tel que Persona, son Radiata Stories ou encore plus récemment Catherine... Autant de grand RPG (Ou puzzle pour Catherine) Japonais qu'est le studio. (Pas assez mis en avant chez nous en France...)

Ah...Les voyages dans le temps, grande spécialité de Doctor who... je m'égare là non ? Ah, mais attendez ? 1995...Super Nes...Voyage dans le temps... cela me rappelle un jeu... ah mais c'est bien sûr : Chrono trigger (Square Co., Ltd) Aucun lien, ce n'est pas une suite spirituel, ni les mêmes dev.

Tout ça pour dire que sur le papier, Radiant Historia à tout pour lui, un studio plutôt doué, du voyage dans le temps, souvent complexe à mettre en place dans un jeu...que vaut-il ? Nous allons le savoir tout de suite !

 

Histoire :

Vainqueur...ainsi est nommé le continent où se passe l'histoire, depuis l'écroulement d'un empire quelques siècles auparavant, ce monde est menacé de désertification total. (Autant dire que niveau originalité ce n'est pas ça, mais attendez...).

Vous incarnez Stock, agent espion d'Alistel (Ville au nord-est du continent). Heiss votre supérieur vous charge d'une mission, protéger la ville de l'invasion de l'armée de Granorg, ennemi d'Alistel ! Avant de partir, Heiss vous remet le "White Chronicle" un étrange grimoire, ainsi que deux compagnons de route "Marco et Raynie". Lors de votre mission vous tombez sur une embuscade, Marco et Raynie meurent, vous ? Vous êtes sauvé par le grimoire qui vous amène dans le White Chronicle ! C'est alors que deux étranges enfants vous demandent de sauver le monde. Pour ce faire vous pourrez voyager dans le temps, c'est ainsi que commence véritablement votre aventure.

Stock, Raynie, Marco votre équipe du début !

 

GameSystem :

Dans un rpg, une chose que l'on aime, c'est un gameplay parfait (du moins soit original, mais qui marche, ou oldschool bien fait) là y a des deux, c'est du bon vieux tour par tour à l'ancienne sauf qu'il y a quelques subtilités.

Premièrement vos ennemis sont sur un damier de trois cases par trois (oui bravo ça fait bien neuf cases !) sur lesquelles ils peuvent bouger. Mais, aussi l'une des particularités de ce damier c'est que vous ayez des attaques qui vous permets de bouger les ennemis, ainsi donc de les packer et avec un sort, pouvoire faire une attaque groupée. C'est très pratique et surtout très stratégique, car avec ça vous pouvez enchainer des attaques. En plus de cette possibilité de bouger les ennemis pour les regrouper, vous pouvez aussi changer l'ordre des tours, admettons vous avez "Stocke, ennemi, Marco, Raynie" dans l'ordre initial (Vous avez sur l'écran supérieur l'ordre des attaquants) et bien vous pouvez à l''aide du "Change" très bien choisir de déplacer Stock ce qui donne "Ennemi, Stock, Marco, Raynie".

En somme, à vous de trouver la bonne stratégie et façon de battre les ennemis et boss.

Plein d'autre subtilité arrive au fur et à mesure de l'aventure, ce qui change toujours un peu plus le gameplay, on ne tombe jamais dans l'ennui. :)

Le damier en question ainsi que l'ordre des tours !

 

Attaquons nous au White Chronicle. L'une des particularités du titre et surtout MAITRISÉE est donc le voyage dans le temps. Votre grimoire vous permet d'aller dans le white chronicle, c'est là que vous pourrez choisir entre deux time line différente, une principale et une "secondaire". Mais le principe de principale, secondaire est vite oublié, car parfois, il va vous falloir faire une chose sur une time line, qui va débloquer l'autre etc. En gros il va falloir apprendre à jouer avec ça et parfois refaire un même petit bout de chemins, mais ce n'est pas grave, cela permet de voir l'histoire différemment.  Il y a bien sûr, des quêtes annexes, ce qui augmente encore un peu plus la durée de vie qui est déjà très bien fournit. :) Au total c'est plus de 236 embranchements qui vous attendent.

La timeline !

En ce qui concerne votre équipe, vous aurez toujours le droit à trois personnages pas plus, même si au fur et à mesure vous en rencontrerez d'autre, il est bien dommage de ne pas pouvoir en prendre plus de trois avec soi.

Pour les graphismes, c'est très correct, même si certains effets date vraiment, il y a des belles couleurs vives, des décors plutôt jolie, un charaDesign sympathique quoique déjà vu. Certaines animations sont quant à elles, pas très réussi, du basique généralement, mais on oublies vite se détails quand on voit la qualité qu'offre le jeu.

Je vous laisse découvrir par vous-même le reste du gameplay de radiant historia !

Conclusion :

Que pouvons-nous en conclure ? Atlus nous à sortie là, l'un des meilleurs RPG sur DS et du moment, un scénario très très très bien travaillé, un game play poussé avec des possibilités de stratégies variées, même si l'on regrettera un damier un peu trop petit et que la possibilité d'être trois dans l'équipe. On regrettera aussi le double time line qui au fond cache une linéarité assez grande, le tout bersé par de belle musique. On pardonnera ces petits défaut, le game play, le scénario, les différents embranchements font de radiant historia un magnifique jeu auquel il faut y jouer au moins une fois. Il restera gravé et nous en redemandons ! Merci Atlus !

Radiant Historia, Nintendo Ds, développé par Atlus, édité par Atlus, date de sortie (Jp) : 4 novembre 2010 (US) : 22 février 2011  (EU) : Non communiqué.

 kalveros

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Archives