Dans l'oeil du Cyclone

Dans l'oeil du Cyclone

Par Sharn Blog créé le 02/07/12 Mis à jour le 23/11/13 à 11h29

Souviens-toi de Delilah.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Les arts martiaux c'est beau

Signaler
Les arts martiaux c'est beau

 

Bon vous allez encore en bouffer avec moi mais un jour je reparlerais sûrement d'animation, de manga, de jeux vidéo et d'autres loisirs moins physiques. Pour l'heure je parle encore de MMA et pour ceux qui ne connaissent toujours pas je vous renvois à mon article à ce sujet. Bref comme dirais pépin.

Amateur de sports de combat et d'arts martiaux il m'arrive plus ou moins souvent de regarder des highlights c'est-à-dire des florilèges de mouvements plus ou moins spectaculaires (KO, soumission etc), certains sont liés à un combattant particulier, d'autres à un gala ou à une organisation particulière (en l'occurence, la plupart des extraits sont issus des retransmission de la défunte organisation japonaise Pride). Dans la majorité des cas, le florilège en question va vous montrer combien le combattant est fort, rapide, qu'il ne souffre pas ou s'il souffre c'est qu'il va retourner la situation. Dans la vidéo suivante, vous allez voir de beaux mouvements (ça reste subjectif, je subodore que certains n'apprécient pas vraiment que des gens se battent entre eux) mais plus sous l'angle de vue de celui qui prend les coups, celui qui souffre, celui qui est en infériorité. Certains y voient une métaphore de la vie, pourquoi pas, moi j'y vois simplement le fait qu'une discipline de combat c'est beaucoup de sueur, beaucoup de mental et beaucoup de douleur pour un instant de triomphe. Un instant de triomphe qui est sûrement énorme pour ceux qui le vivent mais qui paraît bien peu pour tous les autres.

Cette vidéo peut choquer certaines personnes. Certains mouvements ou coups sont très impressionnants. Si vous avez un enfant sur les genoux c'est le moment de le mettre devant un livre. A noter que les deux combattants à la fin de la vidéo n'ont pas eu de blessures suite au mouvement, vous comprendrez.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Les arts martiaux c'est beau

 Ceux qui ont eu le bon goût de lire mon article sur le Jiu-Jitsu Brésilien auront remarqué ma petite parenthèse sur la médiatisation du MMA (Mixed Martial Arts) en 1993 grâce à la famille Gracie. Il s'agit ici d'approfondir un peu tout cela pour vous instruire faiblement sur cette discipline pugilistique de plus en plus populaire notamment aux États-Unis.

 

Gina Carano, égérie du MMA féminin


Gina Carano dans ses oeuvres.

 

Les origines

Il faut avoir en tête que le MMA moderne n'est que la résurgence d'une vieille discipline que les Grecs pratiquaient durant l'Antiquité et notamment durant les Jeux Grecques qui n'étaient pas seulement olympiques (Rhodes, Athènes, Corinthe...). Cet ancêtre du MMA c'est le Pancrace (Pankration) du grec pan qui veut dire tout et kration qui désigne la force (remarquer la ressemblance avec Kratos de God of War ;) ). Le Pancrace est une discipline rude pratiquée par les hommes rudes de cette époque (notamment le grand Théagénès de Thasos). C'est un mélange de percussion/frappes avec l'ensemble du corps et de préhension qui regroupe projection, étranglement, clé. Tout cela dans le plus simple appareil s'il vous plaît. Par ailleurs, contrairement au Pugilat (Pygmachia) les mains des athlètes ne sont pas protégées, ce qui en fait un sport moins dangereux que son cousin. Oui, oui moins dangereux que son cousin parce que le Pugilat n'use pas de doux gants en mousse comme on en trouve actuellement mais de cestes qui n'étaient que des lanières de cuir servant à protéger les mains des athlètes et ça c'était pour les cestes les plus simples. On avait donc des mains mieux protégées et par conséquent des frappes bien plus puissantes et dangereuses.

Mais revenons au Pancrace et particulièrement son règlement. On pouvait frapper, projeter, étrangler certes mais dans quelle proportion ? La réponse est simple, tant qu'on ne cherche pas à tuer son adversaire on pouvait pratiquement tout faire, coup de tête, de coudes, de genoux, casser bras, jambes, doigts (autoriser en lutte également), étranglement bien entendu, frappes sur tout le corps et notamment dans les parties génitales et ceci dans toutes les positions (les deux adversaires debout, un debout l'autre au sol, les deux au sol), morsure (quoique c'est un point sujet à discussion n'empêche que certains étaient surnommé lion à cause de leur penchant pour cette technique), la seule petite interdiction est semble-t-il celle concernant les attaques aux yeux ce qui est déjà bien. Ajouté à cela que les combats n'avaient pas de limite de temps. Un combat pouvait être très rapide (quelques secondes) ou très long (plusieurs heures). Enfin, les opposants n'étaient soumis à aucune catégorie de poids, même si vous faites 80kg un adversaire qui en fait 100 c'est quelque chose à gérer. Ce qui n'a pas changé du moins entre le Pancrace antique et son homologue actuel c'est que le combat s'arrête par abandon ou par KO (rajouté la décision des juges pour le MMA moderne). Pour la petite histoire, les Spartiates refusaient de concourir en Pancrace et Pugilat car l'abandon était autorisé. Malgré une longue tradition le Pancrace et l'ensemble des jeux grecques seront interdits par Théodose Ier en 394 après JC, ce qui fait quand même une histoire du Pancrace proche des 700 ans.

 

Image IPB

Représentation antique d'un combat de Pancrace

La résurgence

Au contraire du Pugilat qui profite d'un regain d'intérêt au XIIIème siècle grâce à sa petite-fille qu'est la Boxe Anglaise, le Pancrace va rester très longtemps dans l'ombre. Plus de compétition officielle, certes on a du se battre selon des règlements proches du Pancrace ici ou là (notamment au Japon avec le Dojo Yaburi) mais rien qui déplace les foules. Ce n'est que par l'apparition du Jiu-Jitsu Brésilien et son désir de médiatisation qu'un proto-MMA va émerger. Au départ, il faut bien l'avouer c'est avant tout un concours de celui qui a la plus grosse, quelle école est la meilleure, quel style de combat est à même de répondre à toutes les situations. Comme dans le Pancrace antique on trouve peu de règles et ce sont grosso-modo les mêmes que celles énoncées plus haut. Le ring est la surface préférée pour ce genre d'événement même s'il comporte des inconvénients pour le reste il n'y a pas de catégories de poids, pas de limite de temps et très peu d'interdictions (doigts dans les yeux et les morsures notamment). Ce genre de compétition va se développer au Brésil grâce au moteur Gracie mais voilà pour percer à l'international il faut conquérir une autre contrée : les États-Unis. Les Gracie vont présenter leur discipline aux américains via l'Ultimate Fighting Championship (un nom tout en retenu). Les caractéristiques de cette compétition sont simples, pas de catégories de poids, pas de temps limite, c'est un tournoi à élimination directe où sont interdits doigts dans les yeux, morsures et coups de tête sans oublier la surface de combat qui possède une caractéristique très visuelle : un octogone grillagée. Tout l'attrait pour cette compétition est le même que pour les défis des Gracie, qu'elle est la meilleure discipline dans un contexte le plus réaliste possible ? Et bien le Jiu-Jitsu Brésilien pardi ! Et ceci sur 3 éditions, UFC 1, 2 et 4. Le champion Gracie étant blessé pour l'UFC 3. La suite des résultats sportifs n'a que peu d'intérêt sauf pour les plus passionné.

Le célèbre octogone de l'UFC

Le célèbre octogone de l'UFC

L'explosion du phénomène MMA

Les Gracie ont maintenant une belle vitrine pour leur discipline mais voilà le succès de l'UFC ne reste pas secret. C'est ainsi que vers la deuxième moitié des années 90, le Sénateur John McCain (adversaire politique de Barak Obama en 2008) veut interdire l'UFC et plus largement les combats sans règles. Pour survivre la plus grande organisation de l'époque doit donc s'adapter, certains états étasuniens lui sont fermés et l'instauration de règles plus contraignante sous l'égide de commission athlétique est obligatoire (ce qui oblige à des contrôles anti-dopage qui n'existaient pas avant). Mais voilà cela coûte cher à SEG (l'entreprise qui gère alors l'UFC) qui est forcée de vendre son bébé. La vente d'un montant de deux millions de dollars est effectué par les frères milliardaires Fertitta (propriétaire de casino) et leur partenaire Dana White. Avec ces nouveaux fonds, l'UFC retrouve du poil de la bête. La diffusion par pay-per-view (PPV un mode de consommation du sport très populaire aux États-Unis) reprend avec succès, augmentant de plus en plus le nombre les téléspectateurs. Un autre élément vient aider l'UFC : la télé-réalité. En effet, en 2005 l'UFC lance sur Spike une télé-réalité où vont s'affronter divers combattant. Le gagnant de The Ultimate Fighter (TUF) aura une place d'office à l'UFC. Très à la mode le phénomène télé-réalité va permettre une encore plus grande diffusion de la marque UFC dans les foyers (ben oui regarder des mecs se foutre sur la gueule c'est très familial, autant que 22 mecs qui courent après un ballon :p ).

Bien sur l'UFC n'a pas été pas la seule organisation de MMA dans le monde. Plusieurs pays ont eu leur grande organisation que ça soit au Brésil (IVC), au Royaume-Uni (Cage Rage) mais surtout au Japon qui a été un eldorado pour certains combattants. Le Japon a possédé une grande profusion d'organisation sur son territoire jusqu'en 2007. A partir de 2007 tout se gâte au pays du soleil levant, la plus grande organisation qu'est le Pride doit déposer le bilan après des affaires liées aux Yakuza. C'est d'ailleurs l'UFC qui va racheter cette organisation. Le MMA japonais est toujours au plus mal et ce n'est pas prêt de s'arranger. De son côté l'UFC prospère toujours autant et sur le territoire étasunien toutes les autres organisations qui ont voulu les concurrencer sont mortes (IFL, Affliction, EliteXC) ou ont été racheté (Strikeforce avec sa division féminine, WEC qui a été incorporé à l'UFC). Il ne reste plus que le Bellator pour faire concurrence et encore pas à armes égales. Là où le Bellator se restreint au territoire étasunien l'UFC se lance à l'étranger en Angleterre, en Suède, au Brésil et peut-être dans le futur en France.

A propos de la France justement, le MMA n'a pas de fédération à proprement parler néanmoins on peut trouver des clubs à peu près partout ce qui cloche en France c'est qu'une compétition de MMA où des frappes au sol sont autorisées est de facto interdite. Aucun texte ne vient interdire la pratique en compétition mais les préfectures ne donnent pas leur autorisation pour ces événements. Malgré tout, il existe des compétitions sans frappe au sol. Je pense notamment au 100% Fight mais d'autres événements (mineurs en comparaison de l'UFC) existent à travers le pays du fromage.

Le MMA est actuellement le sport de combat qui a le plus de popularité dans le monde. La Boxe Anglaise a perdu de sa superbe du fait du trop grand nombre de fédération et de catégories de poids. Ainsi il n'est pas rare de voir quelques célébrités se dire fan de MMA (Carmen Electra, Ed O'Neill, Charlize Theron...). La marque UFC est tellement forte que pour certains elle est synonyme à elle seule de MMA. Sa force de frappe est gigantesque. Un petit exemple lié au jeu vidéo pour vous convaincre.

Si on compare les ventes (d'après le site Vgchartz) de la franchise Street Fighter à la franchise UFC sur cette génération de console c'est la franchise UFC qui est devant. Même un gamer n'y échappera pas.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Les arts martiaux c'est beau

Ah, qui n'a jamais rêvé de manier une épée comme un formidable bretteur ? Ou comme un personnage d'animé ? L'épée c'est la classe, la technique, la rapidité, la finesse. Bien sur on n'arrivera jamais à avoir le niveau over-stylé true dark of the dead d'un personnage d'animé mais pour ce qui est de l'adresse d'un sabreur Machii Isao est tout de même au top. Voici quelques-unes des vidéo qui le mettent en scène dans différentes émissions japonaises. Passer les cris de stupéfaction des autres invités c'est assez phénoménal.

 

 

 

 

 

 

Moralité : le papier toilette est la meilleure protection contre un katana.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Les arts martiaux c'est beau

Le Logo du Jiu-Jitsu Brésilien
 

Si vous avez bien compris le premier article de ce gameblog, vous savez que j'aime les arts martiaux et sports de combat. Si vous n'avez pas compris cela, je vous l'apprend. ^^ Aujourd'hui je vous propose simplement et avec mes faibles moyens de vous parler d'une discipline qui a révolutionné le domaine des Arts Martiaux et Sports de Combat : le Ju-Jitsu Brésilien (JJB) ou Gracie Jiu-Jitsu. Avant toute chose il convient de présenter un peu l'histoire et la substance de ce qu'on appelle actuellement le Jiu-jitsu.

 

Jigoro Kano, fondateur du Judo.

En retraçant l'histoire du Jiu-Jitsu Brésilien on s'aperçoit que celui-ci doit sa parenté à une autre discipline très connue : le Judo. En effet, Jigoro Kano qui conçoit le Judo à partir de divers styles de Jujutsu veut diffuser sa discipline à travers le monde. Pour cela, il envoi à l'étranger plusieurs pratiquants de Judo confirmés histoire de faire des démonstrations et appâté le chaland si j'ose dire. L'un de ces pratiquants après diverses pérégrinations et défis atterrira au Brésil qui compte alors une forte communauté japonaise. C'est là que la transmission se fait de Mitsuyo Maeda à Carlos Gracie. Carlos Gracie est l'un des fils de Gastão Gracie cependant ce n'est pas lui que l'histoire retiendra mais son plus jeune frère Helio Gracie. Helio Gracie est un jeune garçon de stature modeste qui doit compenser son physique par une technique subtile et efficace notamment au sol. C'est ainsi que naît le Jiu-Jitsu Brésilien.

 

Helio Gracie jeune

 

Helio Gracie va par la suite enseigné son art à ses fils et ses fils continueront de transmettre ce savoir. A ce propos, il existe moult lignés d'enseignement diverses et variées qui ont plus ou moins de prestige même si ce ne sont pas des Gracie qui enseignent le Jiu-Jitsu Brésilien. Je n'y comprends que goutte pour tout dire. ^^ Pour en revenir au sujet, il faut comprendre que le Jiu-Jitsu Brésilien est tout d'abord un système d'auto-défense. Helio Gracie le développe et le présente avant tout comme une façon de se défendre dans la rue en prétextant que 90% des combats finissent au sol (et en omettant de dire que 100% des combats commencent debout ;) ). Pour prouver la supériorité de sa méthode, la famille Gracie va lancer des défis à divers maîtres d'arts martiaux du Brésil, elle en gagnera beaucoup en perdra d'autres, gagnera les revanches etc. Cependant la famille Gracie ne va pas en rester là et sous l'impulsion de Rorion Gracie elle va exporter aux États-Unis un concept bien brésilien : le Vale Tudo. J'aborderais ceci dans un autre article mais sommairement le Vale Tudo est une forme de combat où presque tous les coups sont permis. Les doigts dans les yeux sont sûrement une des rares interdictions. Donc les Gracie vont exporter ce concept aux États-Unis en créant l'Ultimate Fighting Championship (UFC) créant la plus connue des organisations de Mixed Martial Arts (MMA) à ce jour. Ce tournoi sans trop de règles va être un énorme tremplin pour la discipline des Gracie car Royce Gracie, le champion désigné alors, va y gagner trois des quatre premières éditions (UFC 1,2 et 4) grâce à son Jiu-Jitsu et notamment le combat au sol. Il va défaire des experts en Judo, Karate, Lutte, Boxe révolutionnant le domaine des arts martiaux en démontrant que le combat au sol est un domaine inévitable à travailler.

 

Helio Gracie plus vieux avant de nous quitter à l'âge de 96. Age auquel il pratiquait toujours.

Au départ, le Jiu-Jitsu Brésilien était conçu comme un système d'auto-défense il comportait donc des frappes rudimentaires debout et plusieurs types de dégagement debout. Cependant, au fil des années et de sa montée en popularité, le Jiu-Jitsu Brésilien a minoré cet aspect pour se concentrer sur l'aspect plus sportif et compétitif laissant de coté tout type de frappe debout. Le Jiu-Jitsu Brésilien va alors raffiner à l'extrême ce que les judoka connaissent sous le nom de Ne-waza c'est-à-dire le combat au sol. Là où le combat de Judo se limite à une 30aine de secondes au sol, le combat de Jiu-Jitsu Brésilien se déroule majoritairement au sol. Les projections y sont moins nombreuses et travaillées qu'au Judo (ce qu'on appelle le Nage-waza) mais ce qui concerne les soumissions, les renversements et les sorties n'a pas son pareil dans d'autres disciplines.

 

Sankaku-jime ou étranglement en triangle.

 

Une démonstration étant plus percutante qu'un long discours je vous renvois aux vidéo suivantes qui montre dans l'ordre une démonstration de niveau ceinture bleue, un passage de grade de ceinture mauve/violette et un passage de grade de ceinture marron. Le système de ceinture du JJB est différent de celui du Karate, du Judo et de l'Aïkido. Ce n'est pas ici blanc, jaune, orange, vert, bleu, marron, noir mais blanc, bleu, violet, marron, noir. Les vidéo se découpent en deux parties. Une partie plus portée sur la technique pure et une autre plus combat souple. Profiter c'est classe.

 

PS: vous trouverez un documentaire français très intéressant sur youtube en y tapant: brésil un siècle de combat. C'est la première série de vidéo. ;)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Je ne sais pas de quoi ça parle et je ne sais toujours pas de quoi ça parlera.

Archives

Favoris