Le Blog de S H A D O W

Par S H A D O W Blog créé le 03/01/13 Mis à jour le 02/07/16 à 12h23

Quelques commentaires et tests sur les coups de coeur / de gueule de plusieurs oeuvres vidéoludiques qui m'ont marqué sachant que je consacre peu d'heures au jeu vidéo, le temps me manquant depuis ses 10 dernières années. Vos commentaires sont les bienvenues.

Ajouter aux favoris
  
Signaler
(Jeu vidéo)

Malgré une forte attente de la part de la communauté des joueurs (à l'époque premier épisode Next Gen) et en dépit des ventes satisfaisantes (l'épisode le plus vendu de la saga!), SILENT HILL HOMECOMING est aussi le moins apprécié. Et peut être le plus sous-estimé.

Avec du recul, nous pouvons noter les efforts significatifs de DOUBLE HELIX à vouloir retranscrire l'identité visuelle et sonore de la saga en dépit de lui offrir une véritable "âme".

En attendant le nouveau Silent Hills, pour les curieux ou pour ceux qui hésitent encore, petit retour rapide sur un opus controversé décliné autour de 5 axes majeurs (que j'utilise personellement pour juger de la qualité d'un Silent Hill) : le scénario, le gameplay, le bestiaire, les textures et le son.

1/ Le scénario :

Homecoming a su mélanger habilement les deux piliers habituels (héros torturé et culte sordide) en jouant sur les thématiques récurrentes de la série (la paternité, la culpabilité, etc.). Lorsqu'on arrive à l'issue du périple et que l'on retient les subtilités visuelles (le n°206, les horloges, l'électricité, etc.) et scénaristiques (les dialogues à double sens, le véritable passé du héros bousculant le pitch du départ, les liens troublants entre les quatres familles, etc.), le studio américain nous livre en réalité un des plus beau scénario.

Pour ma part, je préfére le pitch puisant dans la psyché du héros (Silent Hill 2, Shattered Memories et Downpour) que celui autour du culte et satanisme (Silent Hill 1, Silent Hill 3). Homecoming marie les deux.

 La ville de Silent Hill est encore pleines de mystéres, impossible de savoir si le héros est schizophrène ou si l'endroit est hanté par la folie des hommes...

2/ Le gameplay :

La principale erreur de DOUBLE HELIX est d'avoir cru que les joueurs voulaient que les combats dans un épisode de Silent Hill soient agréables et dynamiques. Or, combattre des êtres difformes doit rester repoussant et la fuite rester prioritaire. Bien que la vue empruntée à RE4 (historiquement de Splinter Cell) était indispensable pour moderniser le gameplay et malgré la difficulté du jeu (peu de soins, points de sauvegarde éloigné), l'action étouffe trés largement l'exploration.

Deux éléments intéressants : les traces que laissent vos armes en temps réel sur le corps des ennemis et la réaction à la lumière et au son de certaines créatures (infirmières).

 Pourquoi peut-on le pardonner? 

Silent Hill 3 a orienté trés fortement la série dans un virage action.

Silent Hill 4 a fait pire avec sa jauge de puissance, ses ennemis invincibles et sa seconde partie outrageusement lourde.

 Le systéme d'esquives et de contres est efficace, ici un schisme, une des créatures inédites au design réussi

3/ La ville et ses textures :

Autant dire que HOMECOMING est une synthése (trop) parfaite de l'intégralité des éléments visuels de la saga. Les filtres graphiques, la rouille, le brouillard, les textures crades, etc. tout y est. Au départ, on savoure mais par la suite on s'ennui.

Garder l'idée esthétique (géniale) du film de "l'écorchage" de la ville, mais la grosse erreur sur la durée est un effet "melting-pot" assez décevant dans le sens où le joueur n'est plus surpris ni déconcerté. Quelques passages visuels ratés (la descente aux enfers métallique trop générique) et d'autres passages brillants (l'entrée dans l'église, le retour à la maison devenue quasi-organique "mutée" par la ville).

Si on ajoute la technique et l'esthétisme trés inégale selon les niveaux (le cimetière -moche- mais le monde altéré de la maison -riche en effets visuels réussis-), et les cinématiques d'une piètre qualité, le bilan est trés mitigé.

 L'ambiance est parfois servie par quelques jolis effets mais la qualité globale reste inégale

4/ Le bestiaire :

On distingue deux tendances :

- Des créatures inédites plutôt réussies (sauf le lying figure qui fume).

- La reprise à l'identique des infirmières et du Pyramid Head du film avec ses cafards (même si ces derniers trouvent une signification par la collection d'insectes du frére du héros).

Je ne ferais pas de débat sur le pyramid head qui n'appartiendrait qu'à James (alors qu'à mon sens il appartient à la ville). Yamaoka (qui est trés critique sur l'univers de SH) a beaucoup aimé et validé le Pyramid de Gans. Reste que de manière regrettable certaines créatures sont incluses dans l'unique but de faire du fan service au détriment de vouloir signifier quelque chose.

Pourquoi peut-on le pardonner?

Les fantômes ridicules et les infirmières qui rotent de Silent Hill 4.

Les humanoides roses de Shattered Memories.

En réalité, Homecoming dispose parmi le bestiaire le plus riche et dérangeant de la série (mention spéciale pour les boss).

Ici, Scarlet l'un des boss les plus éprouvants et effrayants ...

5/ Le son :

La partition de Akira Yamaoka est trés réussie alliant morceaux de punk rock pêchu qui mettent en avant la fabuleuse voix de Mac Glynn (The sacred line) et mélodies plus calmes (Elle theme).

Le travail sur la bande sonore est de manière générale assez remarquable (cris des créatures et bruits de métal rouillé) même si on regrette que certaines musiques aient été scandaleusement tronqués.

L'enfer de Homecoming est matérialisé par la rouille et la chair à défaut d'être aussi dérangeant que dans Silent Hill 3...

------

En conclusion, force est de constater que HOMECOMING nous sert un gameplay maladroit où l'univers graphique / la mythologie de la saga  (bien que respecté) est "vulgarisé". Toutefois, on pourrait prétendre que la réputation de HOMECOMING est assez injuste, certains points étant au dessus de la moyenne (notamment le scénario, la bande sonore et le bestiaire) et mérite donc le détour.

TO BE CONTINUED ? Aprés le studio DOUBLE HELIX, CLIMAX puis VATRA GAMES, KONAMI a confié la licence à Hideo Kojima et Guillermo Del Toro (sans doute déçu de ne pas avoir concrétisé son projet "Insame"). Désormais, malgré le talent des deux illustres personnages, je crains un épisode "anti-homecoming" : un épisode terrifiant mais en regnant son héritage et occulter ainsi la texture et le son si propre à la saga. Hâte de voir les premiéres images.

 

Et vous? Quelles ont été vos impressions? N'hésitez pas à poster vos commentaires et réactions.

 

Voir aussi

Jeux : 
Silent Hill
Sociétés : 
Konami, Double Helix
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY
De toute façon, il va leur être difficile de détrôner mon chouchou : Silent Hill 3. :wub:
S H A D O W
Signaler
S H A D O W
Quelle chance que tu n'ais pas encore fait le 4 et Downpour! Le 4 est assez bancal dans son gameplay mais l'ambiance est unique. Quand à Downpour, j'ais fait un (très) long article sur mon blog, c'est à mon sens le meilleur silent hill depuis le 2 pour les raisons que j'ai décrites. Une technique infaillible et un bestiaire torturé en aurait fait un chef d'œuvre.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

 Le pyramid head a été inséré par pur fan service, on est d'accord mais ce que je voulais dire c'est que ce n'est pas en soi une "trahison" de l'avoir inséré, ce n'est pas en quelque sorte le même pyramid head que SH2 (tout comme gans qui justifiait son PH dans le film, Konami l'a adoré, Akira a confié dans une interview qu'il était fan du design et des cafards ainsi que sa signification comme "chirurgien" et "violeur" du corps écorché de la ville. Le fait qu'il y ait une "cohérence" visuelle est au moins 100% assumé alors que justement le boucher de Origins c'est un clône non assumé (on veut pas mettre pyramid pour pas choquer les fans donc on change le casque :nerd: ).
 

 

 

"Trahison" c'est peut-être un peu fort comme mot. La présence du monstre me fait grincer des dents surtout parce qu'indirectement elle lui donne corps dans l'univers Silent Hill (Et encore "corps" c'est un bien grand mot vu que tout Homecoming pourrait bien se passer à l'intérieur du crâne d'Alex et pas ailleurs).

 

Jusqu'au film, Pyramid Head n'était qu'une créature fantasmagorique, une illusion prenant la forme d'une image qui avait choqué James Sunderland. Le faire apparaître dans d'autres histoires en temps que monstre (Car après rien empêche de faire un clin d'oeil comme le portrait du bourreau dans Origins) c'est valider du même coup l'idée qu'il existe réellement, qu'au même titre que le Dieu de la ville, que Valtiel ou que toute les autres créatures de la mythologie de l'Ordre, Pyramid Head serait une créature de chair et de sang qui rôderait dans l'Otherworld alors qu'en réalité Pyramid Head, comme la majorité des monstres du bestiaire, n'est qu'une manifestation née du subconscient d'un personnage.

 

Bref c'est une retcon et j'aime pas ce procédé. :D

 

 

Après oui, le design de The Butcher ne volait pas haut mais au moins il évitait l'écueil de la retcon. Il marquait une différence.

 

Après le second run, Homecoming dévoile ses qualités alors qu'au départ, j'étais déçu par ce melting pot. Trop d'attente surtout. A l'époque de la sortie j'étais à Dublin et j'avais acheté pas mal de magazines anglais où DOUBLE HELIX avait confié s'être inspiré de SH2 et de l'échelle de Jacob. Or, dans le traitement de l'horreur, Homecoming n'a rien à voir avec SH2 ni au film d'adrian lyne qui est tout en progression et joue sur les non dits, les dialogues à double sens, etc.
 

 

Hélas, je pense surtout que l'inspiration dont ils parlaient tenait uniquement à un caractère visuel. Il y a des clins d'oeil visuels à l'échelle de Jacob mais c'est tout. Tout comme il y a des clins d’œil visuel au film Silent Hill ou justement à Pyramid Head.

 

C'est dommage car ça dénote bien leur manque d'ambition. Ils auraient pu aller plus loin (Comme Gans l'a fait avec la séquence finale du film qui, en s'inspirant de la natalité et de la mythologie de Silent Hill, ré-imagine la venue de Dieu sur Terre selon les préceptes de l'Ordre).

 

 

On se fera un bon débat quand le prochain sortira (del toro au bestiaire serait excitant même si Ito aurait proposé ses services à Kojima), j'ignore si y a Yamaoka, j'espère que nous nous retrouverons pour débattre.

 

Personnellement je vais attendre de voir s'il sort sur PC (J'ai bon espoir). De toute façon, j'ai Silent Hill 4 et Downpour à faire avant.

S H A D O W
Signaler
S H A D O W
Ah effectivement ça se voit nettement. Et moi qui tentait de obtenir une connaissance encyclopédique de la saga, merci pour la subtilité visuelle! Ok avec toi sur ton approche. Le pyramid head a été inséré par pur fan service, on est d'accord mais ce que je voulais dire c'est que ce n'est pas en soi une "trahison" de l'avoir inséré, ce n'est pas en quelque sorte le même pyramid head que SH2 (tout comme gans qui justifiait son PH dans le film, Konami l'a adoré, Akira a confié dans une interview qu'il était fan du design et des cafards ainsi que sa signification comme "chirurgien" et "violeur" du corps écorché de la ville. Le fait qu'il y ait une "cohérence" visuelle est au moins 100% assumé alors que justement le boucher de Origins c'est un clône non assumé (on veut pas mettre pyramid pour pas choquer les fans donc on change le casque :nerd: ).

Après le second run, Homecoming dévoile ses qualités alors qu'au départ, j'étais déçu par ce melting pot. Trop d'attente surtout. A l'époque de la sortie j'étais à Dublin et j'avais acheté pas mal de magazines anglais où DOUBLE HELIX avait confié s'être inspiré de SH2 et de l'échelle de Jacob. Or, dans le traitement de l'horreur, Homecoming n'a rien à voir avec SH2 ni au film d'adrian lyne qui est tout en progression et joue sur les non dits, les dialogues à double sens, etc.
Avec du recul, j'ai honte de l'avouer mais si un néophyte me demande par quel SH commencer, il ferait parti du top, c'est une bonne introduction.

On se fera un bon débat quand le prochain sortira (del toro au bestiaire serait excitant même si Ito aurait proposé ses services à Kojima), j'ignore si y a Yamaoka, j'espère que nous nous retrouverons pour débattre.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Bah le soucis pour moi c'est surtout qu'avec Pyramid Head la tentative de fan-service est flagrante.
Les infirmières passent très bien car justifiées dans le jeu (Les fantasmes d'Alex au sujet des infirmières s'occupant des militaires blessés).

Je préfère nettement avoir un The Butcher, certes très inspiré de Pyramid Head pour son rôle, que de revoir cette figure emblématique. Ça donne l'impression que l'équipe artistique n'a pas su imposer leurs idées face à Konami.

Et aussi, je déteste les retcon. :P

 

Edit : Des screens pour voir le fameux fœtus des infirmières.

 

NurseFetus.png

 

Pregnantnurse.jpg

S H A D O W
Signaler
S H A D O W
Assez d'accord avec toi, le manque d'ambition est clairement un des défauts majeurs du jeu bien que certaines trouvailles visuelles font le boulot. Le film a permis de valider financièrement Silent Hill V (son titre provisoire à l'époque), c'est ce que j'avais lu à l'époque de la sortie du film lors d'une interview. Les infirmières de gans (pour le fœtus c'est une découverte je ne savais pas merci!) ou le pyramid head ont du être une "feature" ou un prérequis imposé par Konami pour les développeurs...mais ils se sont bien lâché du coup pour le reste du bestiaire. Au fond cela ne me dérange pas, Pyramid Head est devenu une icone, le bourreau de la ville et il est normal que Konami veille le mettre en avant... Je préfére ça honnêtement qu'un "clône" raté comme le boucher de origins. Le bogeyman de Downpour est aussi décevant (même si le clin d'œil à Deadly Premonition est sympa). Autant prendre le Pyramid Head du coup comme "bourreau officiel". Silent Hill c'est aussi quelque part un univers multiple et à dimensions confuses même si on tique toujours quand on s'attaque au chef d'œuvre SH2...

Pour les combats j'avais trouvé ceux de Silent Hill 3 assez éprouvants mais j'avoue avoir apprécié le fait d'appréhender les combats différemment selon les ennemis dans ce Homecoming mais le coup de la roulade ça m'a pas mal choqué à l'époque...

En espérant que Kojima accouche d'un chef d'œuvre mais qu'il respecte les codes de la saga.
REB1RTH
Signaler
REB1RTH
J ai bien aimé homecoming .... N ayant pas eu longtemps la ps2 je ne peut comparer qu avec le 1 et downpoor ( pas fini encore ) . Ayant aujourd'hui le 2 3 et 4 , je pourrais comparer dans un futur proche
Spooky54
Signaler
Spooky54
Downpour très peu d'identité? Je... Je... Je... 
Joniwan
Signaler
Joniwan
Tu oublies downpour et shattered memories entre homecoming et Hills.

C'est pour moi le plus mauvais de la série (avec downpour) très peu d'identité dans ce soft.

Et je trouve les grphismes du 3 sur PS2 mieux que cet opus sur PS30...
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Homecoming, je l'aime bien malgré tout ce qu'on en dit. Le jeu souffre surtout d'un manque d'ambition (Pyramid Head en est l'illustration la plus parlante) et d'une technique faiblarde (Pour un premier SH en HD, ça fait très mal aux yeux quand on le compare aux deux opus précédents...).

Mais le jeu est très correct. La jouabilité répond bien. Le système de combat, à défaut d'être parfait, a le mérite de tenter quelque chose (Personnellement, j'ai beaucoup apprécié de devoir enfin réfléchir à ce que je faisais pendant un combat de Silent Hill). Il n'y a que la façon dont on améliore son équipement qui est un peu mal amenée.

Enfin la durée de vie est dans la norme de la série et l'histoire très bonne si on met de côté les défauts liés au manque d'ambition des développeurs et qu'on prend le temps de faire chaque fin pour comprendre tous les tenants et aboutissants.

 

Ironiquement, les développeurs se sont lâchés côté monster design avec des créatures bourrées de détails dérangeants. (Ex: En s'approchant assez près, on peut voir à la lumière de la torche que les infirmières ont un fœtus dans le ventre) Ce qui rend encore plus dommage qu'ils aient décidé d'utiliser Pyramid Head au lieu de créer un design spécifique pour le Bogeyman.

Clairement pas un chef-d’œuvre. Un opus décevant. Mais il ne méritait pas le bashing qu'il s'est pris dans la tronche.
 

 

Je ne ferai pas de débat sur le Pyramid Head...


C'est pas tant qu'il n'appartient qu'à James. C'est juste que ce monstre "n'existe" pas. Il est né de l'imaginaire de James alors qu'il regardait un portrait d'un bourreau de la ville portant la pyramide, c'est à dire la tenue cérémonielle des membres de la Secte de Valtiel. Mais jusqu'à ce que Konami cède au fan-service en le mettant partout (C'est peut-être aussi un peu la faute du film d'ailleurs), Pyramid Head n'existait pas réellement. ;)
D'ailleurs, on en a l'illustration avec Origins où l'incarnation de la culpabilité de Travis n'est justement pas Pyramid Head (D'ailleurs Travis croise son portrait pour la première fois durant le jeu) mais The Butcher.

 

D'autant que le rôle de Bogeyman est très clair dans Homecoming : il est à la fois la haine qu'éprouve Alex envers son père (De la même façon que les autres boss, Sepulcher, Scarlet, Asphyxia et Amnion, représentent la colère des enfants sacrifiés par leurs proches) et un ennemi imaginaire que traque notre personnage (Cf. les dessins trouvés dans le jeu et qui parlent du Bogeyman qui enlèverait des enfants en ville. Un ennemi "idéal" pour Alex qui recherche son petit frère disparu, donc).

 

Alex n'avait jamais été à Silent Hill. La Secte de Valtiel n'est pas présente à Shepherd's Glen. Pourquoi Bogeyman aurait la forme de Pyramid Head?

 

 

Or, combattre des êtres difformes doit rester repoussant et la fuite rester prioritaire.


En attendant, à mon sens, la série n'a jamais chercher à faire ça, sauf à la limite quand on te met dans le même couloir qu'un gros truc façon Pyramid Head dans les sous-sols de l'hosto de SH2.

Les ennemis n'ont jamais été spécialement compliqués à tuer dans Silent Hill (Je vise SH1, 2, 3 et Homecoming). Au contraire, avec leur capacité à combattre au corps-à-corps, les protagonistes de la série ont toujours eu une certaine facilité à se débarrasser des ennemis. Heather va même jusqu'à employer une masse d'arme dévastatrice pourvu qu'on ait choppé le bon timing.

Contrairement à son concurrent direct, Resident Evil, SH bâtit la peur en priorité sur l'ambiance et le visuel. On a les chocottes en remarquant que notre radio fait des siennes car on sait qu'on va croiser un truc grotesque à s'en filer des cauchemars toute la semaine. Resident Evil, lui, mise sur des ennemis qui sont soit tellement "classiques" (Les zombies) qu'on les connait par coeur, soit très bestiaux (Au point qu'on pourrait reprendre le gameplay de RE et remplacer tous les mutants par des fauves en pleine jungle que ça fonctionnerait de la même façon).

Le seul RE a joué la carte de l'horreur visuelle pour ses ennemis, c'est Revelations avec les Ooze très "Thingesques".

Du coup, pour RE le principal vecteur de peur c'est son système de jeu. Il faut gérer ses munitions, son inventaire et fuir au maximum pour être prêt en cas de vrai coup dur.
Dans Silent Hill pas la peine. On massacre tous les monstres à coup de tuyau/planche cloutée/hache à incendie et on garde les munitions pour les boss.

En tout cas j'y ai toujours joué comme ça.



Note : Dit en passant, les cafards sont un grand classique de la série. Ils étaient là (Enfin c'était plus des scarabées) dans SH1 et 2. ;)

Archives

Favoris