Sub-Gaming Haven
Signaler
Indies

En cette soirée je vais inaugurer la catégorie des jeux indépendants avec deux titres. Pourquoi deux ? D'une part parce que je ne prétends pas avoir des connaissances approfondies du courant indé pour prétendre en dresser un tableau exhaustif (contrairement aux bobos qui se sentent plus parce qu'ils ont joué à Braid ou Limbo), d'autre part parce qu'il s'agit ici de petits jeux, notamment de par leur durée de vie.

Mais sans plus tarder, place donc à game, game, game and again game et Bloody Zombies, deux jeux radicalement différents - comme nous allons le voir - dont le seul lien est donc d'être de vrais jeux indépendants, et malheureusement méconnus du grand public.

game, game, game and again game

Jeu flash sans prétention, la première réaction se résume en un :
« WTF ?? »

Merci Kevin. Donc, si tout le monde sera particulièrement abasourdi par l'esthétique du jeu (disponible ici), les personnes parvenant à passer outre sauront se délecter du concept - ou de l'anti-concept - qui se cache derrière. Usant d'une présentation brouillon n'étant pas sans rappeler les troubles schyzophrènes ou les délires de complot mondial, le jeu allie un gameplay de platformer simpliste et sans réelle difficulté à une ambiance unique et dérangeante, où la progression permet de dévoiler des vieux films Super 8 amateurs, comme des souvenirs ressurgissant au fur et à mesure qu'on sombre dans la folie d'un autre.

Sans difficulté, sans but, sans scenario, game, game, game and again game, malgré son nom, serait presque un anti-jeu, en ce sens que plutôt que d'innover d'un point de vue vidéoludique, il s'ancre au contraire dans une jouabilité éculée, banale, ce afin de mieux transcender ces considérations bassement techniques et s'affranchir du jeu vidéo au travers d'une mise en abîme et d'une profusion d'informations destructurées. Aux limites du serious game et de l'OVNI, ce jeu mérite le détour.

Bloody Zombies

À l'opposé, Bloody Zombies vous propose d'incarner un héros chargé de sauver la princesse. Mais comme l'indique le titre, elle a été enlevée par des zombies, et armé de votre tronçonneuse, ça va être sanglant, comme l'indique toujours le titre.

Des graphismes en 256 couleurs, une résolution en 256x256, Bloody Zombies verse dans le plaisir immédiat, celui de transformer des morts vivants en hectolitres de sang. Et des hectolitres de sang, il va y en avoir. Beaucoup. Tant et si bien que même le gameplay se base dessus, l'utilisation de l'arme permettant également de se propulser dans les bains de sang provoqués par votre frénésie meurtrière. Vous l'aurez compris, Bloody Zombies, c'est du fun bien potache, sans prise de tête aucune. Fils fabuleusement indigne de Left 4 Dead et Mario Bros, il se réserve même le droit de parodier ce dernier en un pied de nez final presqu'attendu et désopilant.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Sub-Gaming Haven

Par Jean-Gildas Blog créé le 17/06/11 Mis à jour le 28/04/13 à 22h10

Parce qu'avant d'être une vitrine commerciale où les blockbusters mainstream viennent assommer le consommateur de nouveaux emballages pour la même soupe, le jeu vidéo est aussi et avant tout une culture dont les perles restent cachées, et méritent d'être trouvées.

Ajouter aux favoris

Édito

Des années 50 à aujourd'hui, du premier pong sur oscilloscope au dernier FPS en full HD dans ton slip, le jeu vidéo, comme tout vecteur de création, s'est développé peu à peu - autant d'un point de vue culturel que d'un point de vue commercial - pour peut-être parfois mériter le rang d'art.

Et si aujourd'hui comme toute entreprise médiatico-technologique (je crie ton nom TF1), les constructeurs actuels misent sur du produit sûr, facile, grand public donc sans saveur, cette flamme qui s'est allumée dans les dernières décennies brûle encore en certains.

Ici point d'onanisme sur des séries maintes fois ressassées, le but est la découverte, la redécouverte d'œuvres. Peu importe leur âge, peu importe leurs défauts, leurs qualités, tout ce qui transcende le jeu vidéo mérite sa place ici plus que n'importe quel Mario, God of War ou Fable d'aujourd'hui.

Kevin, un conseil, passe ton chemin.

Archives

Favoris