Sub-Gaming Haven
Signaler
Trollz

Le jeu vidéo va mal.

Voilà c'est dit, hop, une phrase à l'emporte-pièce histoire d'attirer le chaland, oui, toi, derrière ton écran qui veut du croustillant, du trollesque, du foutre virtuel histoire d'occuper ta bande passante cérébrale.

Voilà c'est dit, hop, un paragraphe s'adressant au lecteur derrière lequel se cache une critique cynique et pleine de hype technophile des geeks (notez le paradoxe).

Voilà c'est dit, hop, un paragraphe versant dans la méta-critique, histoire de se donner un genre et se démarquer des autres.

Bon j'arrête là, revenons à nos propos.

Donc, le jeu vidéo va mal, mouais c'est pas dit, à dire vrai en soi ça veut rien dire, surtout si on dit pas en quoi ça va mal. Le jeu vidéo est devenu aujourd'hui un marché qui se porte très bien, brasse des millions ; la culture vidéoludique commence à être reconnue au fur et à mesure que les geeks bourgeonnent à la lueur de leurs écrans. Chaque année, c'est de plus en plus de jeux qui sortent, toujours plus spectaculaires, tant du point de vue des graphismes que de la mise en scène, etc. Et même l'émergence du marché casual - dont la majorité des jeux représente tout de même un intérêt fort limité d'un point de vue culturel, sinon vidéoludique - n'entame pas la vigueur des jeux dits traditionnels.

Dans ces conditions, qu'est-ce qui va mal ? C'est simple, tout fout le camp :

  • Qualité des jeux en baisse : Final Fantasy est devenu un rail shooter en couloir, Metal Gear verse dans le mélo chiant en violant un bon paquet des personnages de la série, Naughty Dogs sort des jeux/cinématiques à la facilité désespérante, Nintendo connaît sur sa console de salon vieille de cinq ans autant de bon jeux qu'un être humain a de doigts ;
  • Dans le même temps, les séries à succès deviennent de vraies pompes à fric : Need For Speed, Prince of Persia, Call of Duty, ou à nouveau Final Fantasy et Metal Gear, tout ça sans compter les éternels jeux de sport qui reviennent inlassablement au prix fort pour une simple mise à jour de contenu ;
  • Le modèle des DLC, oh bien sûr ça se justifie allègrement, après tout y'a dix ans on appellait ça un add-on et on le vendait sur CD ; ok, mais au moins à l'époque on avait un jeu complet même sans payer le dit add-on.

Alors oui, je suis un connard nostalgique, oui, je prend bien plus mon pied en relançant un Flashback qu'en tâtant d'Heavy Rain, oui, Mario c'était définitivement mieux en 2D, en vraie 2D, quand y'avait un level design qui rendait le jeu difficile et long plutôt que d'essayer de vendre 60€ un ersatz bancal de Mario Bros. 3 sous prétexte qu'on peut y jouer à 4, lulz.

En passant, revenons sur Heavy Rain, David Cage se masturbe comme quoi c'est un jeu mature, que le reste c'est de la merde, le monde l'adule, la belle affaire. Sauf que son jeu mature, là, c'est un film interactif, un genre inventé dans les années... 80. Ce compte tenu des restrictions hardware de l'époque. Et à l'époque personne n'aurait songé à sortir l'étendard du « moi je » qu'affectionnent tant des gens comme David Cage, ou encore Peter Molyneux ou Hideo Kojima.

Un chef-d'oeuvre ne s'auto-proclame pas, des millénaires d'art à travers l'histoire nous l'ont suffisamment appris, de Van Gogh mort dans la misère à Frankenstein pas pris au sérieux à l'époque, du fait qu'il était écrit par une femme. Mais naturellement, Heavy Rain est un chef-d'oeuvre du jeu vidéo. Mouais, qui l'a réellement fait plus d'une ou deux fois, sinon pour avoir les trophées (aaah, les concours de qui a la plus grosse, on réinvente le concept de l'arcade dans les consoles de salon pour compenser des durées de vie de plus en plus courtes, mais passons) ?

Bien sûr, certains jeux sortent du lot, qu'il s'agisse du travail de certains studios comme Platinum Games ou Grasshoper Manufacture, de jeux sortant simplement du lot à la faveur du hasard et du talent de ses développeurs - je pense à Mirror's Edge, Portal ou Super Meat Boy - ou encore des jeux à venir tels que The Last Guardian, le prochain Tomb Raider, El Shaddai ou From Dust, qui semblent prometteurs.

Naturellement, et je le conçois tout à fait, bien des gens prennent plaisir à  jouer aux jeux actuels, quels qu'ils soient, prenant même leur défense vis-à-vis des jeux plus vieux, comme si les deux époques étaient en concurrence (car attention, si je critique l'état actuel du marché du jeu vidéo, ça ne lui enlève pas le fait d'avoir des jeux de grande qualité - et mettre en opposition les jeux présents et passés n'a à mon avis pas de sens - mais globalement, j'ai le sentiment qu'ils sont moins nombreux). Grand bien leur fasse, mais il n'empêche que d'une vue d'ensemble, et à mon humble avis, c'était mieux avant.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

-AtantoinE-
Signaler
-AtantoinE-
Bon, j'ai pas cité plus de jeux sur Wii, simplement parce que je n'ai pas moi-même la console. Mais ce que je voulais dire, c'est qu'il y a quand même de quoi jouer là-dessus. Après, c'est sûr qu'elle ne fait pas le poids face aux deux autres, mais faut dire que le public n'est pas le même non-plus.

Sinon, Braid, ahlala!, mon favori. Non vraiment, ce serait mal le considérer que de dire que ce n'est qu'un jeu de plate-forme sympathique. Au niveau du gameplay, il y aussi des énigmes très bien pensées autour de la notion du temps, notion utilisée par la narration, qui propose une histoire jusqu'à 3 niveaux de lecture... Tout est cohérent, c'est une vraie ambiance, y a rien à jeter, une perle rare pour moi. :P
Quant à LBP, il ne fallait pas le voir comme ça. C'est un jeu très orienté Multijoueur, et le mode solo est plus là pour enseigner les bases et les techniques de la création de niveaux que pour vraiment faire vivre une aventure. Et quand on voit la puissance de l'outil de création, on peut pas se dire que c'est du travail bâclé. C'est un peu comme si on disait que Minecraft ou SimCity étaient à moitié finis parce qu'on est plus ou moins libres de faire ce qu'on veut. :o

Aussi, j'ai joué à quelques jeux rétro, et j'essaye de parfaire mes connaissances sur cette ère du jeu vidéo, même si j'ai plutôt commencé à joué avec la PSone. Mais ce que je voulais dire par le fait que c'est dommage, c'est qu'en ignorant une partie des jeux actuels, tu passes à côté d'expériences de jeu différentes qui procurent des sensations différentes, mais on s'amuse toujours autant. Voir cette génération de jeux avec les attentes qu'on pouvait avoir envers les jeux rétro, c'est le meilleur moyen de ne pas les aimer. Même si elle est présente (et elle l'a toujours plus ou moins été), il n'y a pas qu'une logique de marché, il y a aussi des créateurs derrière qui, bien sûr, essayent de faire en sorte que leurs jeux soient rentables, mais n'en ont pas oublié pour autant leurs objectifs, à savoir celui de scotcher le joueur le plus longtemps possible devant son écran (et parfois exprimer une pensée, un avis à travers le média).
Nemesis-8-Sin
Signaler
Nemesis-8-Sin
J'ajouterais que "l'apparition du casual gaming" (qui, comme chacun le sait, est né sur borne d'arcades il y a plus de vingt ans) n'est pas un défaut en soi, c'est la qualité des jeux qui le régissent (fils aimé) qui l'est. en quinze ans, on est passé de Metal Slug à Wii Sports. cherchez l'erreur.
Jean-Gildas
Signaler
Jean-Gildas
J'aimerais revenir sur deux-trois trucs -AtantoinE-, déjà concernant la Wii, tu dis qu'elle a de bons jeux, ce que je ne dénigre pas, mais je t'en vois pas citer plus d'une dizaine, et ça par contre c'est ce que je déplore :P

Ensuite, sur ta liste de jeux exceptionnels, tous ne le sont pas forcément, tout au moins de mon point de vue - bien qu'ils soient tous plus ou moins un succès critique et/ou commercial, ça n'en fait pas pour autant des exceptions :P - notamment Braid, qui bien que sympathique reste un jeu de plateforme somme toute très classique, si ce n'est au niveau de la narration.
Pour Little Big Planet laisse-moi rire par contre, Les créateurs du jeu proposent en toute conscience un jeu pas fini dans la mesure où c'est la communauté des joueurs qui va lui donner un contenu. La création de niveau est certainement géniale, mais au-delà de ça le jeu de base reste un jeu de plateforme au level-design monotone, au gameplay soporifique et d'une facilité affligeante.

Ta conclusion me fait également esquisser un sourire : « Et qu'il faudrait vraiment que tu t'habitues aux nouvelles habitudes du jeu vidéo, parce que sinon, tu es malheureusement plus ou moins condamné à rejouer aux mêmes jeux du passé, ce serait un peu dommage... »
En quoi ce serait un peu dommage ? :P
Y'a tant et tant de bons voire d'excellents jeux qui sont déjà sortis depuis une trentaine d'années (ce rien que pour les consoles auxquelles j'ai pu joué) que j'aurai pas assez d'une vie pour tous les faire, la seule raison pour laquelle ce serait dommage, c'est que j'apporterais plus de sous à un marché en lequel je ne crois plus. Trouver ça dommage, c'est un réflexe purement consumériste ^^

Enfin, MGS4, le jeu le plus lolilol de cette génération. On nous sert une mise en bouche somptueuse sur trois actes, une mise en place d'un scénario final comme jamais puis... plus rien sur deux actes, rien ne se passe, juste plein de combats et du pathos pseudo-nostalgique fan-service. Enfin, la scène cinématique finale d'1h nous apprend qu'en fait Ocelot c'est la groupie de Big Boss (hop, v'là le rôle peut-être le plus important de la saga qui se fait littéralement violer, Ocelot qu'avait pas de but caché mais suivait aveuglément Big Boss, ça n'a aucun sens), et Snake que pendant tout le jeu, on entend qu'il va mourir, on sait qu'il va mourir, le scénario est monté pour que sa mort soit l'apogée cinglante de la série, la fin parfaite en soi, puis en fait nan, il meurt pas, hop kikoolol on pourra faire une suite.
Dé-ce-vant.
-AtantoinE-
Signaler
-AtantoinE-
Le truc c'est que comme toute production humaine, le jeu vidéo à évoluer, et sa démocratisation était d'une part inévitable, d'autre part nécessaire. Du coup, tu vas être obligé de cohabiter avec des joueurs qui n'auront pas les mêmes exigences que toi. Entre l'apparition du casual gaming et l'aspect commercial des jeux dits hardcore, les choses changent, il faut s'y faire. Mais franchement, le jeu vidéo est très loin "d'aller mal".
Les licences du passé ont su continuer à exister malgré tous ces bouleversements (et c'est déjà remarquable!), mais en plus, je trouve qu'elles n'ont rien perdu de leurs superbes :

-Pour Final Fantasy XIII, nous sommes bien sûr très loin d'un rail shooter. Square Enix reste fidèle à ses habitudes d'innovations et de prises de risque (système de combat très dynamique, intensification du scénario...), et ce qu'un joueur averti de FF devrait attendre d'une suite à la série, c'est précisément de ne rien attendre, car il serait forcément déçu. Ce n'est qu'une continuité, pourquoi y voir une trahison, ce n'est pas sérieux.
-Pour MGS, il faudra m'expliquer le terme de "viol de personnage". MGS à toujours été porté sur le mélo-dramatique, et si tu reproches l'overdose de cinématique du 4, alors Peace Walker a dû te plaire (surtout au niveau de la difficulté). Dans les deux cas, je ne vois rien qui fout le camp.
-Quant à Naughty Dog, sincèrement, les cinématiques sont loin d'être envahissantes, et ça reste un vrai jeu bien foutu où on s'amuse sans se prendre la tête.

Après, il ne faut pas avoir des exigences d'hardcore gamer envers la Wii, qui a su ouvrir le marché au plus grand nombre. Ben malgré ça, même si ça sort à intervalles plus ou moins longs, je trouve qu'il y a quand même un sacré bon paquet de jeux très intéressants sur Wii (Mad World, No more Heroes, The Last Story, Mario, Zelda et compagnie...)

Après, je rejoins quand même ton avis sur David Cage. Il parle beaucoup de son jeu qui, on ne peut pas le nier, est une réelle avancée ou tentative d'avancée. Par contre, il n'a jamais dit que ce que faisaient les autres c'était de la merde (même si c'est sous-entendu) - c'est juste différent. D'ailleurs j'aime pas trop le terme de "film interactif", ça n'a pas beaucoup de sens... A partir du moment où tu agis sur l'environnement, alors c'est un jeu vidéo, non? Ça ne peut être aussi un film...

Peu importe. De toute manière je trouve ça bien qu'il y ait des auteurs qui commencent à être médiatisés. Ça donne un aspect moins impersonnel aux jeux. Des auteurs qui se comportent franchement très bien vis-à-vis de ce qu'ils font et de ce que font les autres. Toujours très humbles, avec pas mal de recul sur ce qu'ils font (bon, sauf Molyneux, c'est vrai, mais lui je le soupçonne de jouer un rôle c'est pas possible : o) ). Et en résulte des jeux, - beaucoup de jeux - vraiment exceptionnels : tu l'as dit, Mirror's Edge, Portal, mais aussi Braid, Prince of Persia (2008), BioShock, Nier, Assassin's Creed, Demon's Souls, LittleBigPlanet, Limbo... franchement y a de quoi faire.


Bon ben pour conclure, je dirais que la génération actuelle est loin d'être à jeter, au contraire, je ne me suis jamais autant pris de claques qu'en ce moment. Et qu'il faudrait vraiment que tu t'habitues aux nouvelles habitudes du jeu vidéo, parce que sinon, tu es malheureusement plus ou moins condamné à rejouer aux mêmes jeux du passé, ce serait un peu dommage... : o) Alors que si tu regardes les jeux actuels avec un ½il vierge, sans rien attendre d'eux, tu pourrais y voir des qualités que les jeux plus anciens n'avaient pas ! :P
StullKid128
Signaler
StullKid128
On clique où pour mettre j'aime pas ? :) Pour Mario définitivement mieux en 2D moi j'ai du mal...et pareil pour les 10 bons jeux sur Wii...c'est pas une N64 quand même. ( Même si la N64 restera à jamais mon meilleur souvenir ever...). Par contre flashback j'aime et c'est définitivement meilleur que Call of Duty...
Jean-Gildas
Signaler
Jean-Gildas
Je suis déjà de plus ou moins prêt la scène indépendante, cependant ça ne m'empêche pas de jeter un ½il critique sur ce qui se fait dans un contexte plus commercial :D
hairaz
Signaler
hairaz
Ben, je peux te dire qu'un seul mot : indépendant. Enfin, si tu cherches des jeux avec des développeurs qui ont l'égo d'une allumette dans l'océan, et surtout qui reviennent aux fondamentaux du jeu vidéo, tu ne peux qu'y trouver ton bonheur.
(Soit dit en passant, qu'on ne vienne pas me dire que Gameblog couvre tout ce qui se fait de bon en matière d'indépendant, c'est ce que je croyais et je peux vous dire que c'est loin d'être vrai ... Ce n'est pas une critique, on connaît les problèmes qu'ils ont, juste une remarque en passant)

Sub-Gaming Haven

Par Jean-Gildas Blog créé le 17/06/11 Mis à jour le 28/04/13 à 22h10

Parce qu'avant d'être une vitrine commerciale où les blockbusters mainstream viennent assommer le consommateur de nouveaux emballages pour la même soupe, le jeu vidéo est aussi et avant tout une culture dont les perles restent cachées, et méritent d'être trouvées.

Ajouter aux favoris

Édito

Des années 50 à aujourd'hui, du premier pong sur oscilloscope au dernier FPS en full HD dans ton slip, le jeu vidéo, comme tout vecteur de création, s'est développé peu à peu - autant d'un point de vue culturel que d'un point de vue commercial - pour peut-être parfois mériter le rang d'art.

Et si aujourd'hui comme toute entreprise médiatico-technologique (je crie ton nom TF1), les constructeurs actuels misent sur du produit sûr, facile, grand public donc sans saveur, cette flamme qui s'est allumée dans les dernières décennies brûle encore en certains.

Ici point d'onanisme sur des séries maintes fois ressassées, le but est la découverte, la redécouverte d'œuvres. Peu importe leur âge, peu importe leurs défauts, leurs qualités, tout ce qui transcende le jeu vidéo mérite sa place ici plus que n'importe quel Mario, God of War ou Fable d'aujourd'hui.

Kevin, un conseil, passe ton chemin.

Archives

Favoris