Butcher's Blog

Butcher's Blog

Par SerialButcher Blog créé le 04/01/10 Mis à jour le 15/09/17 à 14h26

"Tu vois, le monde se divise en deux catégories, ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi tu creuses."

"Je mets les pieds où je veux Little John... Et c'est souvent dans la gueule..."

Ajouter aux favoris

Catégorie : J'ai lu

Signaler
J'ai lu (Jeu vidéo)

S’il y a bien une aventure vidéoludique légendaire dont on a envie de connaître les origines, c’est bien celle de Rayman. Fan depuis la première heure, Rayman est un personnage que je suis et qui me suit depuis la sortie du premier opus sur Playstation 1 en 1995. L’ayant vu tourner des jours durant sur les écrans de démo de mon revendeur de l’époque je l’avais acheté Day One! Ce qui sautait alors immédiatement aux yeux c’était l’univers coloré et joyeux du soft….. Un enchantement visuel proposé dès les premières secondes qui me fit me dire à l’époque, la bave aux lèvres, il me le faaauuuut!!!!

 

Venant du monde des micro-ordinateurs je n’eus pas trop l’occasion de m’adonner aux joies des jeux de plateforme. Ce nouveau jeu, ce Rayman, m’excitait au plus haut point et semblait être parfait pour goûter aux joies de ce genre de jeu... Une fois la galette insérée dans ma Playstation il tourna pendant des semaines et des semaines... Avec un autre ami Gamer nous étions devenus tous les deux complètement fan de Rayman, de ses décors chatoyants, de sa jouabilité, et nous passions alors des soirées entières dessus. Sans parler des intercours et des pauses déjeuner pendant lesquelles nous laissions tomber nos camarades de fac pour nous précipiter chez moi afin de jouer, jouer et jouer. Combien de pauses déjeuner avons-nous pu passer sur le niveau musical... Des heures et des heures. Puis nous succombâmes à l'appel de Rayman 2 sur lequel nous usions nos soirées et nos doigts. Puis Crash Bandicoot s’imposa et nous changions alors de crèmerie. Rayman 3 fit un petit tour sur nos consoles mais sans la passion et l'envie d'alors.

Les années passèrent, Rayman sombra un peu dans l'oubli. Je passais mon tour sur Rayman contre les lapins crétins sur 360 et autres opus plus anciens. Puis avec l'arrivée providentielle de Rayman Origins je vis à nouveau la lumière. Comment ne pas succomber devant des graphismes si beaux, si maîtrisés et si hallucinants de beauté... Sans parler d'un gameplay parfait, réglé aux petits oignons, de décors sublimes, d’un bestiaire original et charmant. Pour ne rien gâcher, les musiques absolument divines, jouissives, géniales et parfaites de Christophe Heral collaient parfaitement au jeu et à ses divers univers... J’ai adoré Rayman Origins et j'y ai joué des mois durant. Un jeu de plateforme qui pour moi surpasse Mario...

Rayman Legends est aussi très cher à mon coeur pour plusieurs raisons. Tout d'abord je l'attendais comme le Messie car il proposait enfin une suite à Rayman Origins qui, pour ne rien gâcher, avait l'air tout aussi jouissive et tout aussi belle, voire plus encore... Mais surtout ce fut un très bon moyen de jouer en coop avec ma fille qui depuis, adore Rayman, bien plus que Mario qu'elle aime pourtant énormément.
Bref nous avons passé tout le mois d'août 2013 sur la démo... Des heures et des heures à jouer sur les quelques niveaux proposés... Alors quand le jeu sortit le 3 septembre, date que nous attendions tous les deux avec la même envie, nous franchirent la porte de mon revendeur avec la même fébrilité et impatience... Depuis il n’y a pas une semaine sans que Butcherette Jr n'y joue... Depuis 2013...

Les équipes de Pix’n Love qui ont toujours le nez pour sortir des livres d'exception aux sujets toujours excitants et ultra intéressants, s’attaquent aujourd'hui à Rayman et son histoire. Il ne fallu donc pas longtemps avant que je commande le livre de Michaël Guarné préfacé par Michel Ancel himself.

C'est bien simple, dès que je sortis L'Histoire de Rayman de ma valise pendant les vacances de la Toussaint, ma fille me le prit des mains et le squatta durant de longues minutes, en regardant toutes les pages et me disant oh regarde c'est Rayman Chevalier et Rayman Préhistorique, mais on ne l'a pas celui-là, ah oui nous n'avons pas du le débloquer, et de s'extasier devant des artworks et dessins illustrant les niveaux musicaux qu'elle aime particulièrement. Rayman même en livre, parvient de nouveau à nous rapprocher et nous permet d'évoquer nos souvenirs communs sur ce jeu... Une raison de plus pour moi d'aimer cette licence et ce livre....

En parlant dudit livre, tout y est passionnant... De la création du premier Rayman, de l'enthousiasme sans faille mais toujours professionnel de Michel Ancel et Frédéric Houde, de la confiance de la direction d'alors, des premiers croquis, des remises en question, des rencontres... Un bon cocktail pour créer un personnage connu maintenant par tous les joueurs de plateforme, qui traverse le temps et les supports depuis presque 20 ans.  
Le livre de Michaël Guarné (@Motor_Mike) se lit avec bonheur et avec une fluidité qui rend la lecture agréable et donne envie de se plonger dans l'univers de Rayman des heures durant et sans s'arrêter. C'est bien simple je l'ai dévoré et lu en deux fois... Vacances obligent. Un livre passionnant rempli d'anecdotes et d'interviews de très nombreux intervenants amenant ainsi une valeur ajoutée indéniable grâce à ces témoignages uniques réunis pour la première fois dans un livre... Sans parler de la gentillesse et de la sympathie de son auteur avec lequel je pus échanger quelques tweets.

 

La version collector bénéficie d’un artbook de 48 pages nous présentant quelques-uns des décors et univers abandonnés en cours de route. Lorsque ma fille le regarda et le feuilleta, ce ne fut que des ooooh un niveau dans un château hanté, ça aurait été trop cool. C’est dommage qu’il n’existe pas

Le seul point négatif de ce livre fut pour moi la découverte et la confirmation que Rayman ne serait plus jamais porté sur consoles de salon mais plutôt sur tablettes. La cause en serait le faible nombre d’exemplaires vendus de Rayman Legends. Chose incompréhensible et impensable quand on connait la qualité du soft, sans faille… A ce moment là, j’ai eu mal à mon Rayman…

Mais vous l'aurez compris, une fois de plus Pix’n Love touche là où cela fait du bien. Un voyage littéraire nostalgiquement jouissif et indispensable pour tous les amoureux de Rayman et de son univers unique et coloré.
Une licence qui se déguste depuis des années comme un bonbon sucré et dont L'Histoire de Rayman rend un hommage passionné et passionnant se dévorant comme une bonne pomme d'amour. Un très beau cadeau de Noël pour les plus patients et un très bel achat coup de coeur pour les plus impatients. Une valeur sûre dont le fond et la forme ne vous décevront pas, la finition du livre est, une fois de plus, de très bonne facture et d’une qualité sans faille.

Pour vous procurer ce livre indispensable cliquez ici.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
J'ai lu (Jeu vidéo)

Quel joueur n'a pas rêvé un jour de traverser son écran de télé afin de se retrouver « dans » son jeu? Beaucoup d’entre nous j’en suis sûr… Vieux fantasme en passe de devenir accessible grâce aux portes ouvertes sur la réalité virtuelle que sont l’Oculus Rift et le projet Morpheus. Mais en attendant de pouvoir mettre la main sur ces périphériques prometteurs, commençons par suivre les aventures de Ludo et de Simon qui eux, ont fait le grand saut, littéralement happés par leur console…

Nouveau format pour cette réédition Deluxe, s'éloignant d’un format mook pour se rapprocher d’un format Basse Def, euh BD… Ce dernier permet à mes yeux de vieux joueur de pouvoir profiter pleinement des aventures pixélisées des ces deux potes plongés malgré eux dans cette folle histoire vidéoludique.

 

Basse Def Deluxe profite pour ses pages intérieures d’un papier glacé de très bonne facture et d’une couverture cartonnée nous proposant une qualité qui n’a rien à envier aux meilleures BD vendues et distribuées par nos revendeurs préférés… Le tout confirmant le souci qu’ont les éditions Omake Books de nous proposer à chaque fois, un produit final de très haute qualité…
(Quand toute cette bonne volonté n’est pas gâchée par des postiers peu enclin à faire leur boulot correctement, comme ont pu le constater à de très nombreuses reprises les Editions Omake Books…)

 

 ---------------

Laissons de côté cette triste réalité pour revenir à l’évasion que nous propose cette nouvelle édition de Basse Def. Tout au long des 96 pages que composent cet album, l’auteur et dessinateur Jibé s’amuse à plonger ses deux héros dans des situations surréalistes qui parleront aux joueurs que nous sommes… Ludo et Simon devront contrer les plans d’invasion d’Aliens belliqueux grâce, entre autres, à leur culture vidéoludique. Il leur faudra donc sauver le monde mais également sauver leur peau tout en retrouvant le chemin de la réalité...

Cette nouvelle édition prolonge les aventures de ces deux joueurs accros et passionnés de jeux vidéo avec un add-on de 32 pages supplémentaires. Dans cette seconde et nouvelle partie de l'album, Ludo et Simon ne se retrouvent pas happés au coeur de leur console de salon mais bien dans les entrailles de leur Game Boy... Départ en vacances et trajet en train obligent... Cette très bonne idée nous permet de profiter des déboires de Ludo et Simon en noir et jaune… 

 

 

Le DVD fourni nous propose pas moins de 15 épisodes de Basse Def en animation de très bonne facture. Le menu d’accueil nous rappelle immédiatement celui de nos vieux jeux avec les choix habituels : Start, Options ou encore Bonus stage… Cela fonctionne super bien, on y croit complétement…
Le contenu des bonus, options ou password participent pleinement au prolongement digital de la BD. Nous avons même droit à une fausse fin de jeu, « à l’ancienne », qui ne manquera pas de faire sourire les retro-gamers et autres nostalgiques de cette époque éloignée.

 

 

L’autre clin d’oeil vraiment drôle se trouve entre les deux aventures de Ludo et Simon. Avec quelques pages simulant un vieux magazine testant le jeu Basse Def. Tout y est. Les typos et la mise en page typiques de ces vieux canards, reconnaissables immédiatement. Profitant de textes vraiment drôles, d’une review et d’un commentaire d’un certain Florent G., on sent que tout le monde s’est fait plaisir… Et nous aussi par la même occasion…  

  

Un très bon achat pour vous accompagner lors de vos vacances afin de rester en contact avec votre média préféré. Vous aurez l’impression de jouer tout en évitant les problèmes de grains de sable dans votre 3DS, Vita ou Gameboy... Idéal pour vous plonger dans un monde videoludique humoristique sans conséquence technique pour vos consoles portables…
Quid du DVD ? Parfait pour vous faire patienter le soir lors de vos séances de tartinage de crème hydratante après avoir passé une bonne journée à lire et relire Basse Def Deluxe en plein soleil sur votre serviette…

Si cet achat vous tente, un petit clic ici.

---------

[J'AI LU] #04 - Florent Gorges : Les Oubliés de la Playhistoire

[J'AI LU] #03 - Eric Chahi : Welcome to Another World

[J'AI LU] #02 Jacked - L'histoire officieuse de GTA

[J'AI LU] #01 - AHL 

----------

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
J'ai lu (Jeu vidéo)

Plus la peine de présenter Florent Gorges, ce puits de science, cet amoureux de Nintendo, cet auteur indispensable pour tous les passionnés de jeux vidéo, les curieux de retro et les assoiffés de "playhistoire"… C'est bien simple, à chaque fois qu’il écrit ou qu’il prend la parole, nous pouvons être certain que le contenu rimera avec qualité, découverte, anecdotes et sujets passionnants…

Les Oubliés de la Playhistoire ne déroge pas à la règle… Le dernier ouvrage sorti chez Omaké books se présente sous la forme d’un coffret fourreau regroupant un mook très kawaii pour la forme et ultra complet pour le fond. À celui-ci s’ajoute deux DVD regroupant toutes les émissions de la saison 1 des Oubliés de la Playhistoire. La saison 2 étant diffusée en ce moment, tous les vendredis soirs sur Nolife.

Le principe de cette émission est « simple » quand on le découvre maintenant… Nous parler de jeux vidéo méconnus, oubliés, effacés de nos mémoires de joueurs et ce, pour diverses raisons. Des jeux qui n’ont pas eut droit à une exposition médiatique appuyée, des jeux victimes de la faillite de la société de leurs créateurs ou des jeux qui n'ont tout simplement pas su trouver leur public à l'époque de leurs sorties respectives.  

 

Comment réaliser cela de façon amusante, originale et unique?
Prenez un professeur (Florent Gorges), parlant de Playhistoire à nos consoles current gen et smartphones actuels (incarnant les éléves), secouez le tout et vous obtiendrez un concept d’émission tout chaud, tout beau. Le moins que l’on puisse dire c’est que cela fonctionne parfaitement dès le premier visionnage!

Concept génial sur le fond et également sur la forme. J’avoue avoir été tout de suite conquis, dès les premières émissions par le côté ultra mignon, kawaii, enfantin, coloré, joyeux et parfaitement maîtrisé de cette émission… C’est le genre d’émission si évidente que l’on se demande comment elle n’a pas été créée plus tôt… Nous avons même droit à dans les premiers épisodes à l’arrivée d’une nouvelle élève en classe: la WiiU, et donc eu droit au départ de la Wii. Idée tout bonnement géniale ! Les mimiques des consoles sont parfaites, hilarantes et trop mignonnes. Cela fonctionne impeccablement !

 

Derrière ce concept qui paraît si simple et tellement évident se cache des semaines, des mois, de réflexions, d’hésitations, de doutes, d'envies, de passion et d’investissements de chaque instant de la part de tous les intervenants et intermédiaires qui ont ainsi permis que cette émission si cool voit le jour...

Il n’est pas possible d’imaginer toutes les étapes nécessaires pour la concrétisation, la création et la réalisation d’une telle émission... La première partie du mook nous livre tous ces détails captivants et passionnants.
À l’instar de ses nombreux ouvrages, Florent Gorges nous dépeint et nous conte avec toute la fluidité d’écriture qu’on lui connaît les étapes de la création de ce concept. Tout est là. De l’idée de base, en passant par tous les refus, les remises en cause ou les nombreux questionnements... Sans parler des origines du travail effecué avec le graphiste Aurélien Regard, les échanges avec la compositrice Michiru Yamane pour la musique originale, les défis imposés par l’incontournable Alex Pilot à la réalisation et le travail formidable de l’ingénieure  du son Mathilde Wasilewski. Sans parler du coaching d’acteur de Frédéric Hosteing dont a pu profiter Florent Gorges pour incarner au mieux son rôle de professeur.

Tout ceci est passionnant et se lit avec délice et grand intérêt. Cette première partie se terminant sur les interviews plus qu’intéressants de Laurine Bollon, Mathilde Wasilewski et d’Alex Pilot.

La seconde partie du livre a la judicieuse idée de nous parler plus en détails de chaque jeu vu et évoqué lors des émissions de la saison 1. Partie tout aussi passionnante qui nous permet d’en apprendre tellement plus sur des jeux totalement inconnus et profitant de quelques anecdotes de tournage avec les invités vus dans certains épisodes.

 

Après un fond riche en informations, laissez-moi vous parler deux secondes de la forme. J’adore le graphisme proposé par le mook, reprenant avec efficacité la charte de l’émission. Coloré, joyeux et lui aussi tellement kawaii… C’est un véritable plaisir que le l’ouvrir, le feuilleter, le lire et découvrir à chaque nouvelle page une explosion de couleurs, sans parler des bouilles trop mignonnes des consoles dessinées par Aurélien Regard, qui sont vraiment géniales. Les pages intérieures reprennent l’idée d’un cahier d’écolier avec petits carreaux, pages constellées de tâches d’encre et de petits dessins griffonnés çà et là. Cela fonctionne parfaitement ! Une vraie petite sucrerie à consommer sans modération !

 

Vous l’aurez compris, cet ouvrage est à nouveau un indispensable… Si vous êtes curieux ou un aficionado de Florent Gorges et de ses écrits, foncez les yeux fermés, vous en aurez, une fois de plus, pour votre argent.
Ayant raté bon nombre d’épisodes des Oubliés, pouvoir les visionner tous est un véritable plaisir. J’ai alors passé une soirée passionnante mêlant découverte et jeux vidéo en visionnant d’une traite les deux DVD. Lisant en parallèle le mook, je me suis donc retrouvé pendant quelques jours dans une bulle retro kawaii, positive, colorée, joyeuse et jouissive… Je ne peux que vous souhaiter la même chose…

Pour vous procurer ce bonbon vidéoludique, rien de plus simple, cliquez ici !

Bonne lecture, bons cours et faîtes bien vos devoirs !

  

© Omaké books - Nolife

---------

[J'AI LU] #03 - Eric Chahi : Welcome to Another World

[J'AI LU] #02 Jacked - L'histoire officieuse de GTA

[J'AI LU] #01 - AHL

----------

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
J'ai lu (Jeu vidéo)

 

[J'ai lu] est une nouvelle rubrique qui me trottait dans la tête depuis un petit moment. Je vous y livrerai mes impressions et avis sur mes dernières lectures ayant un rapport avec le jeux vidéo. Après vous avoir parlé, il y a maintenant quelques mois, du très intéressant et passionnant Jacked - L'histoire officieuse de GTA, j'ai eu envie aujourd'hui de vous parler du dernier ouvrage paru chez Pix'n Love consacré à un grand nom du jeu vidéo français, à savoir Eric Chahi.

 

Eric Chahi est synonyme pour beaucoup, de jeux portant des noms comme Le Pacte, Les Voyageurs du Temps, Another World, Heart of Darkness ou encore From Dust… Avant de vous parler du coffret édité par les éditions Pix’n Love sur ce grand nom du jeu vidéo, je m’attarderai quelque peu sur LE jeu qui, pour moi, est, et sera toujours le chef d’oeuvre de ce créateur... Another World

 

S'il y a bien des jeux qui marquent la vie d'un joueur, ce jeu d'Eric Chahi, en fait indubitablement partie... J'avais eu la chance de pouvoir y jouer l'année de sa sortie sur Amiga et la chose dont je me rappelle parfaitement c'est la magnifique intro et la claque que je m'étais alors pris... Et je n'étais bien évidemment pas le seul... C’était vraiment fantastique, hallucinant et magique… Pour ceux qui ne connaitraient pas encore cette fameuse intro, je vous livre ci-dessous quelques visuels qui, je vous le rappelle, étaient pour l'année 1991 du jamais vus et chose incroyable et qui force le respect, réalisés par une seule et unique personne!

 

Le talentueux Zac Gorman pour lequel j'ai une admiration sans faille avait rendu hommage il y a quelque temps à cette oeuvre en redessinant ladite intro. Vous trouverez ci-dessous la première planche, mais je vous invite sincèrement à vous rendre ici afin de découvrir le reste dudit strip.

© Zac Gorman

 

Another World est typiquement le genre de jeu dont on se rappelle longtemps, tant par son avance technologique, son innovation graphique que par sa narration. Ici point de dialogue ni de sous-titre. Pas de jauge de santé ni de map pour s'orienter. L'absence de tous ces éléments permettaient une immersion unique, profonde et marquante. L'aventure se situant sur une planète inconnue, les dialogues sont ici complétement superflus et inutiles. Mais cette absence ne nuit en rien à la compréhension des actions à effectuer, de l'histoire, de l'intrigue ou encore de la relation amicale entre le personnage principal et son compagnon d'infortune....

Très cinématographique dans son approche et sa réalisation, Another World profite de plans qui, de part leur qualité et audace, n'ont pas à rougir de ceux du 7e Art. Premier plans, arrière-plans, tout est là pour nous immerger et nous émerveiller le plus possible. Le moins que l'on puisse dire c'est que cela marche du feu de Dieu!


Tous ceux qui ont pu jouer à cette petite merveille, ne peuvent que se souvenir de la difficulté du soft... Tout le monde se rappelle, notamment,  de ce foutu monstre noir que l'on rencontre dès le début du jeu et qui aura causé la mort rapide de nombreux d'entre nous. Sans parler des nombreux autres pièges et diverses créatures plus vicieuses les unes que les autres. (Vous avez dit "sangsues noires" ?)

 

Je me rappelle avoir vraiment galéré également lors de certains passages et en particulier lorsque j’affrontais mes ennemis et poursuivants. Le système d'armes super original permettait de créer un bouclier, un champ magnétique, pour nous protéger des tirs ennemis. Ce dernier se détériorait sous leurs impacts. Il fallait donc être rapide et précis pour passer sa main armée d'un flingue hors du champ magnétique (mais pas trop, afin de ne pas vous exposer aux tirs mortels) pour tirer sur les boucliers adverses et atomiser vos poursuivants. Il fallait prendre le coup de main pour gérer la durée de vie de votre protection tout en affaiblissant celle de vos ennemis. J'avoue m'être fait buter de très très très nombreuses fois.

 

Malgré ces phases de gunfight pénalisantes et parfois frustrantes, j'ai vraiment passé des heures et des heures fantastiques à essayer de sortir Lester Chaykin de cette galère, dans des décors sublimes et dépaysants… Complétement fan de ce jeu, Another World a toujours eu une place particulière dans mon coeur de joueur.

Alors, quand il fut possible de précommander le superbe coffret chez Pix'n Love, dès le mois de septembre, je n'hésitais pas une seconde. À l'instar de la bio d'AHL, pouvoir en apprendre d'avantage sur Eric Chahi et son parcours atypique, me transporta de joie et je m'empressai alors de cliquer sur le bouton « précommander ».

 


Premier constat, le coffret est sublime avec gaufrage et pantone argent sur un fond violet sombre du plus bel effet. Vous y trouverez ledit livre puis, à part, dans un autre coffret, de très nombreuses choses… Dessins et artwork, une VRAIE notice de jeu en couleur, le jeu disponible pour Mac et PC, le tout complété par un autre disque sur lequel se trouve la B.O. du jeu. <3

 

Une véritable pochette surprise ultra jouissive. Une fois avoir pris connaissance de la totalité du contenu, je me précipite sur le livre et débute ma lecture avec frénésie et soif d’en apprendre d’avantage sur Eric Chahi…

 

Dès son plus jeune âge, Eric Chahi se forge, se construit un univers, une culture, nourrit et influencé par des films comme King Kong, Star Wars, 2001, l'Odyssée de l'espace ainsi que l’animé Goldorak. Question jeux vidéo ses chocs et coups de coeur se porteront sur des jeux tels que Spacewar, Space Invader ou Defender... Les bornes d'arcade accessibles uniquement pendant ses vacances frustre Eric Chahi au plus haut point et lui donne doucement mais sûrement, l’envie de devenir créateur de jeux, afin de pouvoir jouer tous les jours... Comme on dit, c'est dans la douleur que l'on créé. 

Cette envie fut confirmée quand Éric Chahi posa les yeux et les mains sur un jeu en 3D filaire nommé Battlezone... Il n'y avait plus de doute possible. Il serait créateur de jeux.

Outre le cinéma, les animés, les jeux vidéo, les auteurs comme Lovecraft, l'émission de télé Temps X, ce sont des artistes comme Phillipe Druillet, Moebius ou encore Enki Bilal qui nourrissent sans cesse l'imaginaire d'Eric Chahi.

Autant de références dont il s’imprègne et dont il se servira bien évidemment lorsqu'il commencera à créer ses jeux... La recherche éternelle d'un autre monde, afin de pouvoir échapper à la réalité, est un thème récurrent chez lui... Ce que nous faisons tous finalement lorsque nous jouons aux jeux vidéo. En tout cas pour moi, l'avantage de ce média, au delà d'être amusant, divertissant et challengeant, est clairement de pouvoir échapper aux griffes d'un quotidien usant et abrutissant...

Les seuls véritables moments d'évasion qui lui font apprécier une école qu'il n'aime pas, car tyrannisé par un maître qui frappe ses élèves, Eric Chahi les trouve une fois par semaine pendant son cours d’informatique durant lequel il peut s'adonner avec passion à la programmation sur ZX81.

Lorsque l'Oric 1 débarquera chez lui quelque temps plus tard, Éric passera nuits entières, vacances et moindres moments de libre pour programmer, programmer et programmer... Il parviendra même à vendre deux de ses jeux... Plus tard il laissera tomber les cours pour développer sur Amstrad un titre connu de beaucoup, nommé Le Pacte... En 1989, Eric Chahi participera également à la réalisation d'un autre jeu fantastique que j'avais alors adoré, Les Voyageurs du Temps. Fort de ce bagage il se lance alors dans l'aventure Another World en tant que scénariste, graphiste et programmeur. Il participera aussi à la création des sons avec l'aide de son ami Jean-François Freitas, ce dernier créant et composant seul la musique du jeu... Alors même si l'on peut voir en générique de fin des noms illustres comme celui de Philippe Ulrich, Another World s'est fait en très grande partie à 4 mains...  D'autres jeux très connus comme Heart of Darkness sur PS1 (1998), porte également la griffe Chahi, sans parler du dernier From Dust qui fut accueilli par de très nombreux joueurs comme le retour du fils prodigue... 

Loin de moi l'idée ou le désir de faire ici un résumé de ce sublime livre mais d'avantage l'envie de partager avec vous ce coup de coeur de fin d'année et de vous donner envie d'en savoir plus sur la vie complètement dingue de ce créateur de jeu unique, visionnaire, qui aura marqué son temps et dont tout le monde parle encore et toujours. De larges et passionnants chapitres sont dédiés aux nombreux jeux portant la marque Chahi : Doggy, Le Pacte, Profanation, Voyage au centre de la Terre, Jeanne d'Arc, Les Voyageurs du temps, Another World et bien d'autres encore.
Ce livre en plus d'être passionnant dans le fond est subliment illustré. Des screens de vieux jeux que l'on redécouvre avec nostalgie le sourire aux lèvres, des clichés de planches, Story-board et dessins originaux ayant servi de base à la création d'Another World ou de Heart of Darkness. Des perles iconographiques comme seuls ses fous et passionnés de Pix’ n Love peuvent nous dégoter et nous faire profiter... 

 

 © Pix'n Love - Avec l'aimable autorisation des Editions Pix'n Love

 

J'ai presque fini ce numéro 6 des grands noms du jeu vidéo... J'ai fait une nouvelle fois un voyage dans le temps, sur la planète Histoire du jeu vidéo et je ne peux que recommander, avec sincérité, à tous ceux qui aiment Eric Chahi depuis ses débuts ou qui souhaiteraient tout simplement le connaître et le découvrir en 2013, de se procurer les yeux fermés cet ouvrage unique!

Je vous laisse à présent afin de finir les 50 dernières pages qui me restent à lire...

Bonne lecture à vous et bon voyage dans cet autre monde...

 

Pour vous procurer le coffret, rien de plus simple cliquez ici. Si vous n'êtes intéressés que par le livre, c'est encore plus simple, cliquez ici. Bonne lecture! :)

 

[J'AI LU] #02 Jacked - L'histoire officieuse de GTA

[J'AI LU] #01 - AHL

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
J'ai lu

 


[J'ai lu] est une nouvelle rubrique qui me trottait dans la tête depuis un petit moment. Je vous y livrerai mes impressions et avis sur mes dernières lectures ayant un rapport avec les jeux vidéo. Après vous avoir parlé, il y a maintenant quelques semaines, avec nostalgie et passion de la bio d'A.H.L. j'ai eu envie aujourd'hui de vous parler de Jacked - L'histoire officieuse de GTA, l'une des dernières parutions de chez Pix'n Love.

-----------

Il y a quelques jours je vous exposais mes impressions concernant mes trois premières heures passées à Los Santos. Depuis, ces trois heures se sont transformées en dizaines et je prends toujours autant de plaisir à me balader, braquer et expérimenter tout et n'importe quoi dans ce monde ouvert gigantesque et jouissif au possible...

Peu de temps avant la sortie de GTA V, je fis un tour, comme à mon habitude sur le site de Pix'n Love afin de découvrir d'éventuelles nouveautés et voir où en étaient mes commandes en cours. Et là, que vois-je ? Un livre édité par Pix' sur GTA... Je suis joie !
Il faut savoir que lorsque je « suis dans » un jeu, j'adore m'imprégner de très nombreuses façons de son univers afin de prolonger le plus longtemps possible et dans le plus de lieux possibles le plaisir procuré par celui-ci. Je m'explique. Pour Assassin's Creed III, je me suis offert quelques livres, comics, BD et romans sur le sujet, afin de prolonger l'expérience jusque dans la lecture et hors console... Pour The Last of Us, j'ai maté bon nombre de films ayant pour sujet contagions, pandémies et autres monstruosités zombiesques...
Pour GTA V, j'avoue avoir maté quelques bons films de braquages et regarder, depuis la sortie dudit jeu, de nombreuses vidéos de Gameplay sur le net pendant mes pauses déjeuner au taf, acheter quelques magazines de jeux vidéo traitant du sujet et écouter en boucle la B.O. disponible depuis quelques jours sur itunes... Alors cinglé peut-être, passionné sûrement :)

 

Et là quand je vis cet ouvrage chez Pix', ni une ni deux je menaçai de mort mon banquier s'il refusait de créditer mon compte de 24 euros afin que je puisse pré-commander Jacked - L'histoire officieuse de GTA ! Il a accepté, mais je lui ai quand même piqué sa bagnole pour la balancer dans la flotte depuis la jetée de Vespucci Beach histoire de lui montrer qui est le patron...

 

Ce petit extrait présentant ledit livre avait alors grandement aiguisé ma curiosité et m'a vraiment donné envie d'en savoir plus sur les coulisses de cette saga incontournable et mythique :
« Ecrit par l'américain David Kushner, Jacked vous immerge dans les coulisses de la série GTA. Accompagnant le gang Rockstar, Jacked vous racontera comment une bande d'Ecossais fans de jeux vidéo et du label hip-hop Def Jam, se sont retrouvés à New York pour réaliser leur rêve et une série à succès : Grand Theft Auto. Entres les rencontres providentielles, les coups de téléphone déprimants, les méthodes de travail et la volonté d'aller toujours plus loin, Rockstar, plus qu'aucun autre, souhaite faire du jeu vidéo un média culturel d'importance qui défraie la chronique. »

La pré-commande validée, il ne me restait plus qu'à patienter jusqu'à la réception du paquet...


Nous sommes le 25 septembre et en rentrant chez moi après le taf, le colis tant attendu m'attend bien sagement... Je l'ouvre avec empressement et y découvre ma commande dont le fameux Jacked. Après m'être occupé de Butcherette Junior, je m'installe, lance la B.O. de GTA V et commence la découverte de cet ouvrage, de son contenu et de tous les secrets dévoilés sur l'histoire dingue de cette licence que j'aime énormément.

Avec l'aimable autorisation des éditions Pix'n Love © Pix'n Love


Le livre, car pour le coup il s'agît bien d'un livre et non plus d'un format souple typique des mooks, présente une couverture cartonnée et un papier de qualité. Cela fait toujours plaisir de voir qu'une fois de plus Les éditions Pix'n Love ont chouchouté leur bébé.

Dès les premières pages je suis littéralement happé par l'histoire des ces petits prodiges que sont Sam Houser, Terry Donovan, Dan Houser, Jamie King et Gary Foreman. Il est super intéressant de voir, de lire et de se rendre compte que l'ADN de la licence GTA, est le résultat d'un style de vie, d'une idée de la liberté et d'un amour pour la musique et les villes américaines depuis toujours présents chez les fondateurs de cette société.

Passionnés de jeux vidéo et comprenant vite que seul ce média peut leur offrir cette liberté depuis toujours revendiquée, mêlée et mixée aux musiques qu'ils affectionnent particulièrement, ils se jettent à corps perdus dans cette aventure incroyable avec leur jeu Race' n' Chase, qui deviendra Grand Theft Auto.
Voulant tout de suite faire des jeux différents et souhaitant proposer des idées de jeux jamais vues et désirant continuellement bousculer les barrières du conformisme, ils oseront tout et ne se refuseront aucune idée dans leur jeu, aussi dingue et choquante soit-elle. Ayant cette bonne étoile au dessus de leurs têtes et cette intuition qui font les grands, ils s'offrent pour le lancement du premier GTA les services d'un publicitaire hors-norme. Ils comprennent en effet très vite l'importance de se démarquer pour marquer, et inversement... Grand Theft Auto, premier du nom, malgré des graphismes en retard sur les jeux de l'époque se vendra comme des petits pains et marquera le début de cette formidable success-story... Je vous laisse découvrir la suite par vous-même... ;)
Bon je décris et écris beaucoup moins bien que David Kushner mais je vous affirme et confirme que ce livre est incroyablement passionnant et prenant !

Après une bonne heure de lecture, je fais une petite pause afin de jouer à GTA V et pour me garder sous le coude des dizaines de pages pour le trajet de demain jusqu'au boulot.
En quelques mots, ce livre est passionnant. Les anecdotes y sont incroyables et invraisemblables... Il est fou de penser que cette licence a failli ne jamais voir le jour... Je me rappelai des très nombreuses et délirantes actions en justice de l'avocat Jack Thompson qui avaient fini par lui coûter sa place, mais j'ignorais les autres affaires qui plongèrent dès leurs débuts les petits gars de Rockstar dans la tourmente d'un conformisme castrateur.

Pas rancunier le père Jack Thompson ^^ © S.B.



Pour tout ceux qui aiment la licence GTA, je ne peux évidemment que leur conseiller cet ouvrage qui se boit comme du petit-lait et qui nous apprend de très nombreuses choses et diverses anecdotes sur Rockstar et la folle aventure de Grand Theft Auto. Passionnant à plus d'un titre ce livre est, comme les jeux dont il parle, incontournable ! Bravo à Pix' de nous avoir, une fois de plus, concocté un livre indispensable!


Rendez-vous bientôt pour le #03 de cette rubrique, consacré à Eric Chahi : Welcome to Another World.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
J'ai lu

 


© gameblog

 

AHL... Ces trois lettres, ces initiales, signifient énormément pour moi... Ce pionnier bien connu de la presse vidéo-ludique accompagna, des années durant, mon parcours de joueur et de lecteur passionné... Au milieu des années 80 les journalistes spécialisés en jeux vidéo étaient peu nombreux et étaient suivis avec assiduité par les lecteurs passionnés que nous étions... De Tilt, en passant par Joystick, Joypad ou Consoles +, j'ai tout au long de ces nombreuses années de lecture continuellement "suivi" AHL. C'était un vrai plaisir que de lire ses éditos ainsi que ses tests... 

Mais, je dois l'avouer, au fil des années, AHL m'était un peu sorti de la tête, «rangé bien au chaud, en embuscade» dans les méandres nostalgiques de ma mémoire de joueur et de lecteur...

De nombreuses années plus tard, plus précisemment le 20 février 2009, Gameblog fêtait ses deux années d'existence. Pour l'occasion et pour célébrer comme il se devait un tel événement, furent invités de nombreuses plumes et personnalités importantes de notre média préféré, des journalistes du web et de la presse papier. Parmi les convives se trouvait bien sûr, AHL. Quelques jours plus tard, accompagnant la mise en ligne du podcast, une petite vidéo nous dévoilait quelques minutes des coulisses de cette fameuse soirée. Dans ce petit condensé on pouvait apercevoir, entre autres, AHL...

Et là BAM!... Hallucination... Tous mes souvenirs ressurgirent et m'explosèrent en pleine gueule... Le choc... Je n'exagère pas... Ce fut comme de retrouver un vieil ami après 20 ans d'absence et d'éloignement... C'était énorme!!!
Puis, comme beaucoup, j'ai eu le plaisir de retrouver à nouveau AHL sur Gameblog via les «Versus» et autres «Histoires du jeu vidéo»... Ce journaliste représente et incarne viscéralement un lien direct avec mon enfance, mon adolescence et mon passé de joueur et de lecteur. Cela explique pourquoi AHL est si important pour moi et pourquoi j'ai tant d'affection pour lui...



Tilt, le premier contact..
Il faut préciser qu'en 1987, date à laquelle AHL fut engagé par le magazine Tilt, nous n'avions pas vraiment le choix en ce qui concernait la presse dédiée aux jeux vidéo... À part Tilt c'était le désert complet... Dans un premier temps dédié aux flippers (d'où son nom), puis au fil des mois, aux jeux vidéo, ce magazine était le Saint Graal pour nous, petits lecteurs assoiffés de news, de tests et de screens de jeux devant lesquels nous fantasmions des heures durant en attendant, tel le messie, le numéro suivant... Je me rappelle que depuis ma chambre je pouvais voir le point presse où je me procurais mon cher Tilt et surveillais ce petit kiosque en espérant voir le nouveau Tilt dans les rayons... Tilt fut donc le début d'une grande histoire entre moi et la presse vidéo-ludique, incarnée également par AHL. Puis succédérent à Tilt les bien connus Joystick, Joypad ou Consoles +, mais ça c'est une autre histoire...

 

© gameblog

 

Bref, lorsqu'il y a quelques semaines maintenant, JulienC annonçait la sortie de la biographie d'AHL, forcément je ne pouvais être que joie... Commandé dans la seconde, je n'avais plus qu'à prendre mon mal en patience et attendre de recevoir mon coffret AHL avec la même impatience que j'attendais Tilt, absolument sûr de pouvoir, grâce à cette biographie, me faire un shoot de souvenirs vidéo-ludiques. 
Après un envoi et une réception express, je me retrouvais rapidement avec l'objet tant convoité entre les mains. Un coffret fourreau super « quali », à la finition impeccable, offrant d'un côté la biographie et de l'autre les deux DVDs des «Histoires du jeu vidéo»...

J'ai dévoré très rapidement cette bio passionnante avec grand intérêt, curiosité et passion. J'ai toujours été admiratif des personnes, qui au milieu de leur vie, changent radicalement de voie, de vie. Passer du monde de la musique à celui de la presse vidéo-ludique, à l'époque, naissante, il fallait oser...
Les anecdotes dévoilées sont passionnantes, captivantes et très intéressantes... Aussi bien la partie dédié au parcours musical de Alain Huygues-Lacour qu'au parcours vidéo-ludique d'AHL... Un ouvrage qui se lit tout seul, qui se dévore, qui se vit... Un bon voyage dans le temps qui me permis d'en apprendre beaucoup plus sur les coulisses des magazines cités ci-dessus, sur les problèmes internes ou externes des diverses rédactions, sur les rencontres décisives, les premiers salons aux States, les amitiés et les tensions, les succès et les désillusions d'AHL... Tout cela, décrit, raconté et exposé tout au long de ces 200 pages, sans langue de bois, avec franchise et avec toujours autant de passion...

De plus, avoir les DVDs et toutes les «Histoires du Jeu Vidéo» à portée de mains et pouvoir s'enquiller toutes les émissions d'une traite complète ce kiff total... AHL s'est même prêté au jeu des bonus cachés ;) À vous de les trouver...

 

© gameblog

 

Je n'ai pas pour habitude de rédiger un post à chaque livre, bio ou roman que je lis. Mais comme vous l'aurez compris cet ouvrage parle de ma passion et de l'incarnation journalistique de celle-ci... Je ne peux donc que vous conseiller ce coffret, si vous aimez AHL, si son parcours vous interpelle et vous parle, si vous êtes curieux, passionnés par l'histoire du jeu vidéo et de la presse vidéo-ludique et si vous êtes désireux d'en apprendre un peu plus sur la vie atypique de ce pionnier... :)

Un bon livre pour commencer ou terminer ses vacances, sous le signe du jeu vidéo, notre passion commune qui nous réunit tous ici, si je ne me trompe pas... ;)

 


© S.B.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Édito


Archives

Favoris