Butcher's Blog

Butcher's Blog

Par SerialButcher Blog créé le 04/01/10 Mis à jour le 18/11/16 à 10h36

"Tu vois, le monde se divise en deux catégories, ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi tu creuses."

"Je mets les pieds où je veux Little John... Et c'est souvent dans la gueule..."

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Sorti en 2011 sur PS360 le fameux « FPS action RPG survivol horror » Dead Island revient d’entre les morts dans une Definitive Edition comprenant les deux opus de ladite licence, leurs DLCS respectifs et la version 8bits du jeu connu sous le nom de Retro Revenge.

 

Petit retour sur des vacances horrifiques.
Après une soirée trop arrosée, comme seules les nuits chaudes des Caraïbes peuvent offrir, vous voici, après avoir choisit entre les 4 protagonistes proposés, tiré du lit par des hurlements inhumains… 
Une bonne gueule de bois pour seule compagne, vous voici déambulant et vous frayant péniblement un chemin à travers les couloirs d’un hôtel étrangement vide… Seuls retentissent de rares mais inquiétants grognements, des cris stridents et inhumains qui vous glacent le sang tout au long de votre exploration durant laquelle vous sursautez, surpris par quelques ombres fugaces et rapides…
Pourtant ce séjour sur cette île lointaine semblait tenir toutes ses promesses… Eau turquoise, palmiers, cocktails, jolies filles, chaises longues, hamac et pieds en éventail…

Mais c’était sans compter sur les milliers de zombies qui hantent à présent ce lieu paradisiaquement infernal… Le sable fin d’un blanc pur s’est vite vu souillé par des hectolitres d’hémoglobine, les piscines remplies d’une eau chlorée et transparente ont subi le même sort… Quant aux anciens vacanciers, ils se bouffent entre eux, quand ils ne cherchent pas continuellement à faire de vous leur quatre heures…
 Jamais un lieu de villégiature et de vacances n’aura été aussi effrayant, déroutant, flippant, stressant et angoissant… Certes les plages sont gorgées de soleil, l’eau est aussi belle que sur une carte postale et on ne pense qu’à une chose, piquer une tête dedans… Mais ce sera plutôt dans la tête de zombies ou d’infestés, que vous plongerez toutes sortes d’objets contendants et tranchants… Et puis au final, butter pendant 25 heures du zombies, c’est toujours plus classe et sympathique sous le soleil des tropiques qu’au fin fond d’une cave sombre et humide… 

Mais je vous rassure vous aurez peur et vous ne regarderez plus les Caraïbes et les eaux bleues des tropiques de la même manière après l’expérience unique que vous propose cet excellent jeu! Un dépaysement assuré et un voyage qui vous laissera de nombreux de souvenirs… Effroyables… 

 

L’horreur s’invite à nouveau en vacances.
Avec Dead Island : Riptide sorti le 28 avril 2013, nous retrouvons nos quatre malheureux compères, qui avaient réussi tant bien que mal à survivre à l’assaut continuel de millier et de millier de vacanciers infestés, transformés en Zombies dévoreurs de chair fraiche… La fuite de nos héros à bord d’un hélicoptère providentiel fut vite écourtée… Posés sur un navire militaire nos quatre anciens compagnons d’infortune se retrouvent séquestrés dans les soutes dudit bâtiment… Dans cet opus, et ce navire, un cinquième larron fait son apparition, afin d’étoffer un peu le « scénario » et surtout d’apporter de nouvelles capacités et techniques de combat…
 Le navire essuie une tempête d’une rare violence qui aura pour conséquence le naufrage de celui-ci et la fin du voyage pour les cinq pauvres diables qui se retrouvent sur l’île de Palanai…
Les premiers instants au bord de l’eau, palmiers sur la plage, horizon débouchant sur de lointaines îles, feraient presque oublier que vous venez de frôler la mort de près… Cette nouvelle île allait-elle enfin être le havre de paix tant espéré et tant recherché?… L’espoir va s’envoler à la seconde où vous vous retrouverez agressés par quelques zombies, eux-mêmes prenant un bain de soleil sur ladite plage… C’est reparti pour un tour dans l’horreur, le massacre à gogo, les décapitations radicales et les démembrements bien saignants… L’île étant en partie immergée et inondée, vous devrez et aurez la possibilité d’utiliser divers moyens de transports maritimes tels que des barques ou de petits bateaux pour vous déplacer d’un endroit à l’autre de l’île.

 

Mais dans ces situations pas la peine d’imaginer pouvoir vous en tirer pour autant… De nouveaux zombies capables de se déplacer dans les rivières et les marais pourront donc prendre d’assaut vos embarcations et vous attaquer lors de ces phases de navigation…
 À l’instar du premier opus, des voitures seront laissées à votre disposition afin de vous déplacer rapidement et de vous frayer un chemin au milieu de hordes de zombies.

Tout comme dans Dead Island, le loot et le crafting sont légion, reprenant les mêmes mécanismes de jeu. Un arbre de compétences est également toujours d’actualité offrant à ce « FPS Survival Horror Action » une pointe de RPG Action… Rien de bien nouveau donc. Les aficionados du premier Dead Island retrouveront leurs marques sans aucun problème. Un second opus toujours aussi brutal et défoulant mais qui au fil des heures pourrait en lasser plus d’un…
 Les plages de sable fin et les baignades se font un peu plus rare dans Riptide. Nous laisserons derrière nous les eaux turquoises des îles paradisiaques pour pénétrer plus en profondeur dans les terres. Jungle moite, moustiques agressifs, humidité, transpiration, végétation luxuriante, villages et villes abandonnés seront votre lot quotidien dans ce Dead Island Riptide… Oubliez votre crème solaire et votre parasol et prenez plutôt dans vos valises sprays anti-moustiques, bandages, pansements et machettes bien affutées…Les souvenirs impérissables du premier Dead Island, laisseront place à des souvenirs tout aussi dépaysants, la surprise en moins… Si vous deviez en choisir un, préférez le premier opus, qui vous fera voyager en première classe, à l’inverse du second qui ressemblera plus à un vol en classe économique…

Toujours aussi flippant en HD ?
C’est bien sûr la question que l’on est en droit de se poser avant de (re)passer à la caisse.
Les trailers comparatifs, dont il faut toujours se méfier, ont bien joué leur rôle avec moi puisque je me suis laissé tenter une nouvelle fois et suis reparti à l’assaut des îles infestées de Zombies. Alors résultat des courses ? Ce remaster, ou Definitive Edition, vaut-il le coup ?

 

Si vous n’avez jamais foulé les plages rougies de sang sur les anciennes générations et que vous êtes en mal de FPS sanglant et parfois assez difficile, si vous voulez sauver votre peau sous un soleil radieux ou au coeur de marécages nauséabonds, prenez votre ticket, aller simple pour l’enfer… Si au contraire vous aviez déjà survécu aux deux opus et que vous ne comptiez jamais réitérer l’expérience, alors passez votre chemin, ce ne sont pas les quelques ajouts graphiques qui changeront votre expérience de jeu. Même si ces derniers semblent à première vue assez limités, l’ensemble reste très propre et agréable à l’oeil sans pour autant vous décrocher la mâchoire.

Je suis tout de même obligé de vous avertir sur les chutes de framerate inadmissibles sur une telle machine et sur un tel jeu, qui ne souffrait alors pas de ce genre de désagréments sur les anciennes générations. Autre gros point noir absolument hallucinant et incompréhensible se trouve être l’absence de Dead Island Riptide et de Dead Island Retro Revenge sur le disque… Il faut en effet bel et bien les télécharger… Vous m’avez bien lu, vous avez un code fournit dans la boite du jeu et vous devez vous fader 8Go de dowload avant de pouvoir jouer à ces deux jeux… Non mais sans déconner vous avez fumé quoi les mecs ???? Avec ma connexion de merde j’en ai pour plusieurs heures avant de pouvoir jouer à Riptide… Du grand, de l’immense, n’importe quoi…

Un vrai coup de coeur en revanche pour la version 8 bits Retro Revenge qui est assez cool et qui est pour moi le vrai plus de cette Definitive Edition, même si je risque d’errer tout de même sur les plages de sable fin et au coeur des marécages moites de l’île de Panalai durant ces prochaines grandes vacances…

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito


Archives

Favoris