Le Blog de Sephirium

Par Sephirium Blog créé le 17/12/13 Mis à jour le 31/03/15 à 16h24

Bienvenue sur le blog d'un consoleux passionné par le jeu vidéo depuis ses 8 ans!

Ajouter aux favoris
Signaler
(Jeu vidéo)

 

 

 

Suite au récent test de Donkey Kong Country Tropical Freeze, j'ai pu voir plusieurs sites pointer du doigt sa difficulté, la mettant souvent dans les points négatifs du jeu.

J'ai ainsi vu dans les commentaires les joueurs s'en indigner et je les rejoint, de surcroît dans un contexte où beaucoup de jeux sont jugés trop faciles ou s'appauvrissant en challenge.

 

 

Je partage ainsi avec vous ma théorie évoquée dans les commentaires du test de DKCTF.

 

 

Prenons d'abord connaissance de la logique qui est propre à plus d'un gamer. La difficulté est porteuse de challenge, elle permet une certaine rejouabilité et contribue à renforcer l'aura d'un jeu.

 

En voici quelques exemples concrets : Ghosts n' Goblins, Oddworld, Rayman, Donkey Kong Country premier du nom,(j'hésite même à mettre Les Schtroumps sur Mégadrive mais bon...) ou plus récemment, Super Meat Boy et Spelunky.

 

Cependant, notre passion, devenu un produit de consommation n'est pas épargné par la logique de rendement propre à toutes les industries. Essayons de voir la chose à travers une logique plus rationnelle et monétaire, autrement dit, le capitalisme.

 

On peut imaginer qu'a l'heure actuelle un jeu difficile peut en rebuter certains, en l’occurrence, ces fameux casus (qui malheureusement constituent une bonnne partie des joueurs), mais aussi d'autres et ainsi donner une mauvaise image de la licence à leurs yeux. Car, effectivement, aujourd'hui, le jeu vidéo est une des industrie les plus lourde financièrement parlant mais c'est aussi sur la dernière génération de console que nous avons vu une importante chute en matière de difficulté, notamment dans les productions AAA.

 

On pourrait alors croire que cette difficulté freinerait  l'achat du jeu, de ses potentielles suites mais aussi la monétisation de la licence.

En tout cas, ça ne m'étonnerai pas trop qu'éditeurs et/ou devs puissent penser de la sorte.

 

De ce fait, la presse vidéoludique, ayant pour mission d'une part, d'amener à la critique, mais d'autre part de faire la promotion de son gagne pain, on pourrait en déduire que cette logique serait également la sienne, toujours dans un logique du "plus large public".

 

 

En conséquence, la difficulté serait alors considerée comme nefaste, nuisant à la jouabilité du plus grand nombre et donc à l'achat.

 

 

 

Logique capitaliste vs logique de gamer.

 

 

 

Bref ce n'est qu'une théorie.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (46)

Commentaires

jfive
Signaler
jfive
2 choses importantes à mes yeux, que certains ont déjà fait remarquer :
- la difficulté en soi n'est ni une qualité ni un défaut. Une "bonne" difficulté doit avant tout être bien calibrée, c'est-à-dire présenter une courbe d'augmentation régulière et ne pas être frustrante. C'est le gros défaut de beaucoup de jeux. Je pense notamment à TLOU qui est hyper mal réglé sur ce plan. Pour l'avoir fait en difficile, j'ai trouvé le jeu très simple 90% du temps et horriblement frustrant les 10% restants. D'autant que les passages difficiles ne sont clairement pas à la fin du jeu, ce qui est contraire à toute logique (dès qu'on a récupérer la lance flammes c'est une promenade de sante)
- certains n'en ont rien à faire de la difficulté car pour eux le jeu vidéo est un media narratif

En revanche ça me fait tiquer quand je lis certains papas qui ont la trentaine dire qu'ils ne veulent plus de jeux "difficiles" car ils n'ont pas le temps de s'investir. A mes yeux c'est à cause des gens comme eux qu'on se tape des jeux mal branlés. Je vois pas pourquoi le jeu vidéo devrait s'adapter à son public
Thera
Signaler
Thera
Beaucoup de choses dites ici et dans l'ensemble :
- Non les gamers (ou hardcore ou tout autre terme mettant les gens des cases) ne sont pas denrées rares. Il sont toujours là et d'autres gens sont devenu gamers. De plus et comme ça a été dit, ces gens là ne sont plus à l'école et ont une vie à gérer, ce qui fait qu'ils ont moins de temps pour jouer.
- La difficulté des anciens jeux (hors jeux arcade) était lié aux contraintes techniques (le fait que le jeu était court) et à la re-jouabilité. Aujourd'hui, très peu de jeu ont une bonne re-jouabilité, mais la première expérience est meilleure.
- Enfin, je suis d'accord sur le fait qu'il faille un choix de niveau de difficulté. Mais pas facile => normal => difficile => hardcore => ... Il faut un niveau de difficulté "normal", prévu tel quel pour qu'il y ai challenge et plaisir. Et pour les gens moins doué, ne voulant pas se prendre la tête, ... un niveau plus "facile" : plus de vies, de checkpoint, ... L'exemple de Mario 3D Land avec le tanuki doré est bien. Dommage de ne pas en avoir profiter pour rendre le jeu de base plus difficile.
Remi
Signaler
Remi
Mouais, tout dépend de la définition du mot "gamer". Elle semble bien restrictive chez toi...
helldiablo
Signaler
helldiablo
Question :"Pourquoi la difficulté serait-elle aujourd'hui considérée comme négative?"

Réponse : "Pare que les gamers sont devenu denrée rare et ne représentent qu'une minorité d'acheteurs potentiels"
Kevin Le Super Heros
Signaler
Kevin Le Super Heros
Moi perso, quand un jeu est trop dur, je n'y joue pas, parce que ça me prend la tête. Je joue pour me relaxer, pas pour stresser ou gueuler comme un veau. Après si ça plait à certains, qu'ils fassent comme bon leur semble. Je continuerai de jouer en Easy jusqu'à mes vieux jours. Je me souviens que quand j'étais gamin, je ne pouvais pas finir les jeux à cause de la difficulté abusive. Surtout Teenage Mutant Ninja Turtles sur NES, Bart's Nightmare. Alexx Kid j'arrivais même pas à la fin du premier tableau lol
Remi
Signaler
Remi
Je rajouterai qu'en plus du type de jeu qui amenera evidemment une difficulte adaptee, chaque joueur est dfferent et ne souhaite pas forcement la meme chose lorsque qu'il est sur son PC ou sa console. Certains joueuront pour le challenge en termes de gameplay, et auront envie de repousser leurs limites pour voir jusqu'ou ils peuvent aller en termes de skills, et d'autres prefereront voir un jeu comme une experience narrative qui les transportent, voudront s'immerger dans l'ambiance et n'auront pas envie de rester bloquer sur un niveau ou un boss pendant des heures jusqu'a reussir a le passer. Et puis ils y a ceux, grande majorite, qui sont entre les deux. Moi je dirait que je suis plus pres de la 2e categorie, et je ne trouve pas que ce soit une mauvaise chose.

Si le nouveau DK a ete epinglé par la critique pour sa difficulte, ce n'est pas parce que c'est "trop dur", mais parce que cette difficulte est mal calibree et ne s'adapte pas a tous les joueurs.

Pour moi, un bon jeu est un jeu qui laisse le choix au joueur de la difficulte qu'il souhaite. Je n'ai pas joue au jeu, mais si cette condition n'est pas bien remplie, alors oui je suis d'accord il faut le mettre dans les mauvais points.
Remi
Signaler
Remi
Je fais partie des gens qui ont pas envie de se prendre la tête a recommencer 50 fois un passage d'un jeu. Un peu ca va, mais au bout d'un moment j'abandonne.

Ca ne me choque pas qu'un jeu trop dur soit critique. Au meme titre qu'un jeu trop facile.

Un bon jeu est un jeu qui saura adapte sa difficulte pour satisfaire tout le monde. A travers plusieurs niveaux de difficultes bien calibres, ou bien une difficulte bien dosee et croissante.
Sephirium
Signaler
Sephirium
L'article vous a bien fait réagir! Content de ça même si certains s'égarent un peu dans les commentaires et ont prit le sujet dans le style (pour faire simple) : la difficulté c'est bien où la difficulté c'est pas bien, ou encore, gamer vs casu. Ce n'était l'objectif de cette (coutre) réflexion mais plutôt, qu'est-ce qui peut amener un testeur (ou la presse) à décrier la difficulté dans un jeu à l'heure où beaucoup ragent sur la facilité (check point tout les 10 mètres) ou le fait d'être hyper assisté. Certains auront surement compris qu je suis un amateur des jeux de plate-forme d'antan et de die and retry et je ne nie pas que ce modèle tant à la désuétude aujourd'hui (sauf cas cités), surtout avec l'évolution des techniques (plus de narration, de gameplay, d'immersion...). Il ya en tout cas deux chose qui ont été dites et que j'ai trouvé pertinentes. Premièrement le fait qu'aujourd'hui, un jeu qui n'est pas finit est considéré comme un échec par les devs, chose propre aux générations actuelles de console. Et deuxièmement le fait que la difficulté ralentira la réalisation du test, surtout dans un contexte de concurrence et d'information en temps réel. Mais, se mettre en mode facile pour "torcher" le test n'est-il pas dénaturé le jeu et l’expérience de jeu quand la difficulté en fait partie intégrante? Cela ne revient-il pas à donné un mauvais point de vue, ou tout du moins bien trop hâtif? Bref, une autre problématique qui aurait le mérite d'être traitée.
Kelun
Signaler
Kelun
J'avoue, je ne joue quasiment jamais en hard, pourquoi ? Parce que dans la majorité des jeux, la difficulté c'est du n'importe quoi, les ennemis ne sont pas plus intelligents, ils sont justes plus forts, ont plus de vie et toi en contrepartie tu l'es beaucoup moins, ça n'a juste aucun intérêt quoi.

Pareil pour les jeux où la réussite tient plus de la chance ou du fait que tu as enfin pigé qu'il fallait ce tenir à cet endroit là, au pixel prêt.

Quand ils feront de la vraie difficulté je changerais peut être d'avis.
Raigyo
Signaler
Raigyo
Comme ça a été dit, il faut savoir que les jeux des 80's et 90's sont des adaptations d'arcade et donc étudiés pour que les joueurs remettent une pièce régulièrement. Il y avait déjà une logique mercantile donc!
Cette logique on la retrouve dans les F2P entre autres où la courbe de progression est calculée pour qu'on doive passer à la caisse à un moment où à un autre...
Egalement il faudrait prendre en compte les objectifs que se fixent les joueurs (collection de tous les trophées/succès, paramétrage sur la difficulté maximale dès le début) et aussi la réalité que tu décrits à savoir qu'un jeu doit rester accessible pour tous quand il s'agit d'une grosse production. Ou tout simplement qu'une bonne partie des gamers d'antant qui continue à jouer, n'a plus le temps de s'investir autant (boulot, enfants...) Pour ces jeux, le challenge est ailleurs souvent dans le multi où il faut s'investir pour être dans les meilleurs... Il y a donc une partie accessible et une partie qui corse le challenge...
Je trouve donc que le sujet de la difficulté mérite plus de subtilité que le débat joueurs casus/gamers... (d'ailleurs certains gamers se disent hardcore et donc trouveront que même certains jeux réputés difficiles ne le sont pas).
Il existe par ailleurs encore des jeux difficiles, pensés pour le challenge et le scoring (les jeux Platinum Games, les Shmups, Catherine, certains jeux indé...). Il faut prendre en compte aussi le gamedesign du jeu, en effet un jeu qui raconte une histoire et qui implique le joueur dans celle-ci, serait-il aussi efficace au niveau de l'immersion si la difficulté était rebutante?
Certains trouvent aussi que le système de die & retry ne procure pas de l'amusement et donc préfèrent des jeux où la courbe de progression dans la difficulté se fait de manière plus constante...
Je pense également que quel que soit le type de jeu, l'intérêt demeure quand même dans une certaine difficulté, j'imagine mal quelqu'un s'amuser avec un jeu trop facile, même un joueur occasionnel...

Maintenant je pense que si la difficulté doit être mentionnée dans les tests, et pour autant qu'elle ne résulte pas d'un problème de conception, elle ne doit ni être considérée comme positive ni comme négative! Ca doit rester à l'appréciation du joueur, qui est aussi acheteur, il ne faut tout de même pas l'oublier!
NB: la difficulté excessive des jeux rebute les testeurs également, qui souvent rushent en mode facile les jeux pour faire un test au plus vite. Ca me fait penser au test de Crysis 3 où tous disent qu'il est facile et trop vite fini... C'est beaucoup moins le cas quand on met le jeu à la difficulté maximale car ça change complètement la façon de jouer et d'appréhender les situations... (et paradoxalement la difficulté rend le jeu amusant puisqu'on passe d'un jeu sans challenge à un jeu qui nécessite d'élaborer des stratégies et donc qui procure de la satisfaction quand une stratégie fonctionne...
RobertLeShoggoth
Signaler
RobertLeShoggoth
C'est marrant de voir que tu percois la "fin" de la difficulté comme une raison commerciale; alors que ce sont justement des raisons commerciales qui l'ont amenée sur nos premieres consoles.

Car a mes yeux si difficulté, il y avait , ca venait principallement du fait qu'il s'agissait de portages de bornes d'arcades ( basée sur le systeme du perd souvent pour payer souvent); et aussi pour des raisons techniques, tant en maniere de memoire disponible a l'epoque, et de la rejouabilité que cela donnait aux titres d'antan. ( Mettez un systeme de sauvegarde auto dans n'importe quel jeu nes ou megadrive, et sa durée de vie sera divisée par 10 )

Je pense qu'au fil du temps,on a reussi a remplacer cette excuse technique par plus de contenu ( qu'il soit de gameplay ou narratif) et qu'en tant que joueurs on y gagne beaucoup.

A mes yeux, meme si je respecte ca, le fait de rechercher des jeux difficiles vient de generations nostalgiques des premiers jeux qu'ils ont connus et qui on gardés ce "masochisme" par reflexe.

Pour ma part, je prend pas de plaisir a achetter un jeu pour en chier, mais justement pour y realiser ou voir des trucs impossibles IRL
Kame Sennin
Signaler
Kame Sennin
Les exemples cités dans l'article ne sont pas des exemples. Il s'agit de jeux d'un autre âge avec un gameplay "simple". Sans compter que si un Ghost n' goblins était "comme dans du beurre", tu plies le jeu en quoi? 1h00 ?
Alors à toutes la frange "gamer" qui demandent de la difficulté, je dis:

Vu la quantité COLOSSALE de jeux qui nous est proposés, heureusement que la difficulté est revue à la baisse. A 33 ans avec des responsailités de famille, c'est juste PAS POSSIBLE.
Ce qui amène le question de savoir, l'offre n'est elle pas pléthorique et ne pousse-t-elle pas juste à une consommation de masse ?

En tout, cas sauf exceptions, j'ai plus 15 ans avec la possibilité de m'acheter 3 jeux / an. Donc, j'aime mieux une difficulté pas trop exigeante et varier mon expérience vidéoludique.
Akiru
Signaler
Akiru
Tu parle comme si quelqu'un avait dit ca. Le problème c'est pas de savoir si y a des bons ou mauvais gamers !
daviddosensei
Signaler
daviddosensei
y aurait il des bons gamers et des mauvais gamers? pour moi y a des joueurs différents qui ont des envies différentes. si le vrai gamer doit recommencer cent fois et en chier des heures ok mais moi non.

la solution : le choix de la difficulté
sopor
Signaler
sopor

Je pense surtout que vous tâchez de simplifier a l'extrême une question extrêmement complexe et dépendante de bon nombres de facteurs.

Déjà, pour moi dire "c'est bien que quand c'est difficile" "c'est pas bien quand c'est dur", c'est impossible.

La question ne se résume pas a "la difficulté c'est bien ? OUI - NON rayez la mention inutile".

La difficulté, c'est une question de dosage déjà, et de contexte surtout.

Différents types de jeux, différents genres, différentes propositions de jeux, différentes expériences, différentes attentes envers un jeu, différences dans ce que tu recherches dans le jeux, différents contextes de jeux, différents supports, etc, etc... = Autant de différentes appréhension de la difficulté !

Il y a des genre de jeux qui doivent être faciles, car ce n'est qu'ainsi qu'on y trouve tout le sel (genre, un jeu type Wii Sports, faut que ça soit assez simple pour que les enfants, les cousins, papa, maman papy mamie puissent s'y amuser tous ensembles) il y en as qui doivent être dur, parce que ça fait le sel du jeu. Il y en as qui doivent placé le curseur a différentes distances de ces deux extrêmes... Tout simplement.

De là, chacun ces goûts, donc, chacun son appréhension de la difficulté.

La question est donc autrement plus vaste... Et n'as aucune réponse ferme et définitive. Elle en trouve au cas par cas. et limite aujourd'hui, chaque jeu est un cas différent, car même dans le même "genre" de jeu, il y a pleins de sous genres et autres composantes...

Là tu mélanges quelque peu difficulté et accessibilité. Wii Sports par exemple est un jeu très accessible mais pas forcément très facile.

Dans le cas de cet article qui parle de DK, encore un jeu très accessible, on est dans un genre dont la difficulté fait partie de l'ADN. Personne ne reprochera à Journey ou Beyond d'être facile car tout le monde comprend que le challenge ou le skill ne sont pas les buts visés ici.

Moi, je reproche surtout aux jeux actuels ou récents d'être ultra automatisés. Par exemple, Uncharted en difficile c'est pas forcément facile mais c'est guidé et scripté à l'excès. Autre exemple : Max Payne 3, très dur en difficile mais scripté à outrance.

J'ai aucun problème à ce que Zelda 3DS ou Tearaway soient faciles tant qu'ils n'automatisent pas pour un rien. Tant que je suis en contrôle, en interaction ça me va.
Lyhanna
Signaler
Lyhanna
Y'a des jeux ou l'exploitation du gameplay demande une bonne difficulté pour que le joueur puisse utiliser toute les possibilité du gameplay et donc, y prendre du plaisir. La trop grande facilité peut gâcher certains jeux du coup.. et surtout ceux qui se basent presque exclusivement sur leur gameplay.

La difficulté est importante, mais plutôt son dosage, pas le fait de faire un jeu hyper dur parceque parfois ça ne rime à rien..
Mon jeu favori est d'ailleurs d'une très grande facilité (Okami)
johan26
Signaler
johan26

Pour une fois Phoenix est prophète sur ce coup là.

Pheonix
Signaler
Pheonix

C'est le contraire pour moi, j'aime les jeux difficiles, et je n'achète pas les jeux qui sont faciles, le dernier en date était Toukiden. J'étais très motivé à l'acheter mais ce que je retiens de tous les avis : "c'est trop facile" donc je ne l'ai pas acheté.

Pas que je suis sado-maso, mais un jeu en mode difficile pour moi, ça correspond pour vous à un jeu en mode normal. On a pas tous les mêmes réflexes, le même talent, certains sont meilleurs que d'autres et se font chier quand le jeu ne pose aucune problème. Ce n'est pas marrant quand un jeu ne propose pas de choix de difficulté et que l'on est obligé de jouer en mode très facile (Assassin's Creed and Co).

 

Rien a voir avec le talent.

C'est juste que tout les jeux ne sont pas des trucs a challenges, c'est tout.

C'est vraiment être très peu ouvert d'esprit de n'aimer que les jeux difficiles (tout comme n'aimer que les jeux faciles).

 

J'ai de très bon réflexes, merci, je me démerde très bien a des jeux considéré comme très durs, merci... Cela ne m'empêche pas d'apprécié des expériences plus facile.

Le jeu vidéo ne se résume pas a du challenge. Tout les jeux ne sont pas des challenges.

PiCh
Signaler
PiCh
C'est le contraire pour moi, j'aime les jeux difficiles, et je n'achète pas les jeux qui sont faciles, le dernier en date était Toukiden. J'étais très motivé à l'acheter mais ce que je retiens de tous les avis : "c'est trop facile" donc je ne l'ai pas acheté.

Pas que je suis sado-maso, mais un jeu en mode difficile pour moi, ça correspond pour vous à un jeu en mode normal. On a pas tous les mêmes réflexes, le même talent, certains sont meilleurs que d'autres et se font chier quand le jeu ne pose aucune problème. Ce n'est pas marrant quand un jeu ne propose pas de choix de difficulté et que l'on est obligé de jouer en mode très facile (Assassin's Creed and Co).
Pheonix
Signaler
Pheonix
Et surtout, y'a pas "j'aime les jeux durs", "j'aime les jeux faciles".
Perso, suivant le genre de jeu auquel je vais jouer, je vais avoir envie qu'il soit soit super facile, soit vraiment très difficile, soit quelque part entre les deux (plus ou moins proche d'un des deux extrêmes).
Pheonix
Signaler
Pheonix

Je pense surtout que vous tâchez de simplifier a l'extrême une question extrêmement complexe et dépendante de bon nombres de facteurs.

Déjà, pour moi dire "c'est bien que quand c'est difficile" "c'est pas bien quand c'est dur", c'est impossible.

La question ne se résume pas a "la difficulté c'est bien ? OUI - NON rayez la mention inutile".

La difficulté, c'est une question de dosage déjà, et de contexte surtout.

Différents types de jeux, différents genres, différentes propositions de jeux, différentes expériences, différentes attentes envers un jeu, différences dans ce que tu recherches dans le jeux, différents contextes de jeux, différents supports, etc, etc... = Autant de différentes appréhension de la difficulté !

Il y a des genre de jeux qui doivent être faciles, car ce n'est qu'ainsi qu'on y trouve tout le sel (genre, un jeu type Wii Sports, faut que ça soit assez simple pour que les enfants, les cousins, papa, maman papy mamie puissent s'y amuser tous ensembles) il y en as qui doivent être dur, parce que ça fait le sel du jeu. Il y en as qui doivent placé le curseur a différentes distances de ces deux extrêmes... Tout simplement.

De là, chacun ces goûts, donc, chacun son appréhension de la difficulté.

La question est donc autrement plus vaste... Et n'as aucune réponse ferme et définitive. Elle en trouve au cas par cas. et limite aujourd'hui, chaque jeu est un cas différent, car même dans le même "genre" de jeu, il y a pleins de sous genres et autres composantes...

Saint Louis
Signaler
Saint Louis
Je pense que le problème vient surtout des journalistes en fait. On a certes des exceptions avec des jeux bien ardus qui ont des bonnes notes comme Demon's Soul ou Super Meat Boy, mais dans l'ensemble ils sont préssé par le temps. Il faut vite finir le jeu pour pouvoir faire le test et être le premier à diffuser son papier. Le problème c'est que quand on se retrouve avec un jeu dont on est pas forcement très fan et qu'il y a du challenge ca peut vite tourner au cauchemard.

Perso quand je butte sur un passage dans un jeu, je m'arrete et j'y reviens plus tard à tête reposé, chose qu'on ne peut pas vraiment faire dans un test. Je pense que c'est pour ca que la difficulté est mal perçu par les journalistes. D'autant que la plupart ont l'air un peu handicapés moteurs, quand on voit les vidéos de gameplay qu'ils font dans les salons ou autres, c'est souvent à s'arracher les cheveux.

Il y a aussi d'autres facteurs à prendre en compte, au tout début le jeu vidéo c'était l'arcade, et les premieres consoles avaient souvent pour vocation de reproduire l’expérience arcade à la maison. Un jeu d'arcade c'est fait pour bouffer les crédits, les jeux étaient aussi beaucoup plus simples et plus courts donc pour faire durer le plaisir et maintenir l'interêt du joueur il fallait corser la difficulté. J'ai l'impression qu'énormement de jeux étaient produits à la va-vite et très peu testé, d'ou des pics de difficultés indescents (cf les ignobles jeux Infogramme de l'époque 16 bits). Et puis plus ca va, plus on voit que les jeunes sont des zappeurs, il n'y a plus d'autorité et on apprend plus la retenu aux gosses, ils sont lobotomisés par la télé (cf ) donc bon les éditeurs de jeux en prennent compte, plus de check point, des jeux plus scriptés, etc...

En tout cas ca me déprime de voir que DKCTF se fait descendre pour sa difficulté, je le trouve dur mais bien dosé, c'est parfait pour moi. Alors que la plupart des jeux de plateforme je les trouve bien trop simple (même si il y a toujours du challenge quand on veut les faire à 100%), je m'y amuse bien plus que sur les récents Mario ou Rayman par exemple, et c'est justement à cause de sa difficulté plus élevée.
Uillou
Signaler
Uillou
Détendez vous les gars. Il n'y a pas que vous les "gamers" 18-40 ans.. Les gamins ont besoin de s'amuser aussi. Vous prenez trop ça au sérieux, les jeux (Wii surtout) ce n'est pas que pour votre bon plaisir ! L'exemple de BK return est pas mal. Il est quand même difficile et on n'est pas obligé de s'acheter des vies. Perso je le trouve assez difficile.
b2zo-almendha
Signaler
b2zo-almendha
Effectivement les jeux sont de manière générale plus faciles aujourd'hui.
Effectivement mettre la difficulté dans les points négatifs n'est pas logique, tout comme mettre la difficulté dans le positif comme certains joueurs le font. Le jeu Dark Soul est un bon exemple.

Perso, je pense que la situation idéale serait que tous les jeux proposent d'entrée trois modes de difficultés, mais surtout que ces difficultés soient bien calibrées !!
Heero_Yui
Signaler
Heero_Yui
Je n'aurais pas dit "pourquoi la difficulté SERAIT-elle aujourd'hui considérée comme négative?" mais plutôt "pourquoi la difficulté EST aujourd'hui considérée comme négative?" Ca me parait plus juste comme accroche et comme question à se poser, il suffit pour celà de parcourir certains tests de jeux pour y trouver cet argument dans les points négatifs...
Le Blog de Sephirium

Édito

Amis gamers, salut à tous!

Grand amateur de retro gaming et passioné de métal, je suis toujours activement l'actualité du media, dirais-je même, de l'art qui nous rassemble tous ici 

En tant que bon vieux consoleux, je possède à l''heure actuelle les machines suivantes: Nes, Megadrive, Snes, Gameboy colour, N64, PS2, Dreamcast, GBA, Gamecube, DS, PS3, 2DS, et j'espére acquérir dans les temps à venir une PS4.

Vous trouverez ici tests, articles, analyses ou tout autres choses en rapport avec le jeu vidéo et la culture geek en espérant succiter votre intéret et vos réactions.

 

 

Archives

Favoris