CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Le Journal du Caribou

Promotion: 0,99$CA par plat surgelé. Pas l'idéal sur le plan nutritif mais parfait pour mon budget.

Plus que quelques jours avant le ras de marée qui éclipsera définitivement toute autre sujet d'Internet. Avant donc d'être irrémédiablement has-been, je vais profiter de cette entrée hebdomadaire dans mon journal pour vous parler un peu moins de mon insupportable enthousiasme quotidien. Aujourd'hui, je vais aborder l'ombre au tableau ; l'argent. Je ne me lancerais pas dans une diatribe sur le système capitalisme ou dans un discours enfumé de Marie-Jeanne sur mon désir intérieur de pouvoir être citoyen du monde sans contrainte. Je vais plutôt vous donner dans les faits ce que j'ai du débourser moi-même pour arriver ici. J'en profiterais ensuite pour vous parler du coût de la vie à Québec.

Les coûts d'avant départ: 1347€ environ.

Petit rappel des faits : étant étudiant à l'université Paris 7 Diderot durant les trois années de ma licence, j'ai décidé pour ma première année de Maîtrise de poser ma candidature à un échange entre mon université et une université étrangère. En l'occurrence comme je partais pour le Canada, le programme qui régit ces départs s'appelle le CREPUQ (l'équivalent d'ERASMUS pour l'Europe). J'ai fait ce choix déjà par facilité. Il est plus aisé de rentré par la voix d'un échange qu'en demandant une inscription directe, surtout quand on parle d'université comme Ulaval ou UdeM. L'autre raison de ce choix, c'est que financièrement cela épargne de payer les droits d'Ulaval. En effet lors d'un échange on paye les droits universitaires de sa propre université tout en allant prendre les cours dans un autre établissement.

Les coûts des universités françaises sont assez peu élevé au regard de ce qui se pratique du côté du système anglo-saxon. Depuis que je suis entré à l'université, j'ai payé entre 250 et 450 euros par année d'étude, assurance maladie comprise. Cette année n'a donc pas beaucoup changé la donne ; une première année de maîtrise c'est environ 470 euros à Paris 7, contre 2500 dollars canadiens ici à Ulaval. Pour ceux qui sont un peu au courant des coûts de scolarité en école en France ou dans n'importe quelle université anglaise ou américaine, 2500 dollars canadiens semblent encore une fois relativement peu élevés. Cependant, ce tarif ne s'applique qu'aux Canadiens et aux Français. Pourquoi ? Parce que la France a une relation privilégier avec le Québec et qu'en tant que citoyen français, on a le droit à la prise en charge de près de 10000 dollars canadiens de la part du gouvernement Québecois. En somme, pour un étudiant étranger qui n'est pas Français, l'inscription peut monter jusqu'à 12500 dollars sans prendre en compte les coûts de l'assurance maladie obligatoire qui elle vaut environ 1000 dollars, si ma mémoire est bonne.

Pour ma part, en partant avec le système d'échange inter-universitaire, je n'ai à débourser ''que'' 470€ ; une somme qui compte les frais de dossier LMDE pour être protéger par la sécurité sociale. Pas de coût d'assurance maladie supplémentaire ne m'a été demandé pour la simple raison qu'il existe un autre accord entre la France et le Québec qui exempte les Français de l'obligation de payer. Après si vous n'avez pas de mutuelle, c'est encore une autre histoire.

 

Ce n'est pas le tout d'avoir été accepté par l'université, il y a un moment où il va bien falloir s'occuper du départ. Clairement, en terme de dépenses, c'est le moment qui m'a le plus coûté. Pour commencer, quitter le territoire français pour un pays hors de l'espace Schengen, cela nécessite un passeport que pour ma part je n'avais pas. En effet, si j'ai vu quelques pays de notre belle Europe et si j'ai voyager à la Réunion assez régulièrement durant mon enfance pour aller y voir ma famille, je n'ai jamais eu la nécessité d'un tel papier. Aujourd'hui en France, le passeport biométrique coûte 86 euros en timbres fiscaux.

Une fois le passeport obtenu, il faut candidater au Certificat d'Acceptation du Québec, le fameux CAQ qui m'a fait connaître la plus grande dose de stresse continu que je n'avais connu jusqu'alors. Ce document est une autorisation à être sur le territoire québécois ; il est nécessaire lorsque la présence sur le territoire dépasse les six mois. Il certifie que pour la durée de sa présence sur le territoire, la personne a de quoi vivre. Chaque année, un montant du coût minimum d'une année de vie à Québec est décidé et il faut financièrement être capable de prendre ça en charge. Pour 2013, le chiffre approchait des 12000 dollars canadien, soit 1000 dollars par mois. C'est très largement surestimé mais il faut s'y plier. Les preuves de sa santé financière vont des fiches de payes aux relevés bancaires en passant par les notifications de bourses. Pour ma part, c'est mes parents qui ont fourni l'entièreté des preuves ; c'est grâce à leurs deux salaires que je suis ici. Si le vrai souci reste donc vraiment de prouver que l'on peut fournir une telle somme (même si elle n'est jamais demandée) je voulais surtout parler de ce papier parce que ses frais de dossier sont de 107 dollars canadiens (environ 77 euros) et qu'ils ne sont pas remboursés à ma connaissance.

Pas plus que le dernier papier à se mettre dans la poche avant de partir, le Permis d'Étude. Celui-ci m'a coûté 120 dollars canadiens (environ 87 euros) plus des frais de dossier pour un total de 113 euros.

Toute cette paperasse était nécessaire, mais pas suffisante. N'étant ni un nageur de prodige, ni l'enfant caché de Superman, j'ai du me procurer un billet d'avion pour me rendre à Québec. Je me suis procuré le billet un mois et demi à l'avance, chez Air Transat et j'ai voyagé en classe économique. N'ayant pas d'idée de la date de mon retour, j'ai pris un allé simple qui m'a coûté 512 euros avec une assurance pour la perte éventuelle des bagages ou une annulation pour cause grave.

J'ajouterais à ces frais de départ l'achat d'une valise à 89 euros. Le total est donc de 877 euros pour tout ce qui concerne le départ.

Avant même d'arriver sur le territoire québécois, la note était de 1347 euros. La majeur partie a été absorbée par mes parents et le reste (environ 500 euros) a été couvert par mes maigres économies. J'imagine que pour beaucoup, ça ne paraît pas grand chose, mais ça l'est à mes yeux et à ceux de mes parents.

 

Le coût de la vie de tous les jours à Québec :

La vraie question qui m'a tenu au corps pendant les mois de préparation à ce départ a été : « Jusqu'à quel point serais-je un boulet financier pour mes parents ? ». Comme je le disais plus haut, lors de la demande de CAQ, j'ai découvert qu'aux yeux du gouvernement québécois, il faut 1000 dollars par mois pour vivre à Québec, ce qui, sans un salaire personnel, était un objectif un peu trop haut pour pouvoir être même envisagé. Qu'en est-il en réalité ?

Le logement dans lequel je suis est une chambre de résidence universitaire de 9m². Je partage les toilettes (cinq pour une quinzaine de chambres) les douches (deux pour une quinzaine de chambre) et les cuisines (une douzaine de feu pour mon étage et deux éviers pour tout le monde). La chambre est meublée et le lit plutôt confortable. Les rangements sont suffisamment nombreux et le bail inclus cela va de soi, l'eau et l'électricité, ainsi que le chauffage (encore heureux dans un pays qui passe à -30°C en hiver) et Internet. Je tiens à dire au passage que contrairement à ma plus grosse crainte quant à mon confort, si on ne fait pas n'importe quoi, le Wifi est fiable et relativement rapide. Pour certain stream en haute définition, ça a tendance à poser quelques soucis (mes amis de Twitch sauront de quoi je parle) mais dans l'ensemble pas vraiment de quoi se plaindre. Je m'y plais bien dans cette résidence. Par mois, le loyer s'élève à 312 dollars canadiens, donc 230 euros environ. À cette dépense mensuelle s'ajoute la location du frigo qui m'a coûté 127 dollars pour l'année et l'achat d'un four à micro-ondes pour 40 dollars. En moyenne, les étudiants que je fréquente n'ont pas de loyer qui dépasse 400 dollars canadiens grâce à de la collocation. Pour le reste, je dirais que la vie n'est pas forcément plus ou moins cher qu'elle ne l'était à Paris. Comme souvent quand on compare de grands pays occidentaux assez proches, cela dépendra de ce que l'on regarde.

C'est toutefois le moment de rappeler une règle qui m'a parue étrange au premier abord, mais à laquelle je commence à m'habituer : au Québec, les prix annoncés sont toujours hors taxe et les taxes tournent autour de 15% du prix. Il faut donc prendre un peu garde lorsque l'on rempli son chariot de course au risque de se retrouver avec de mauvaises surprises à la caisse.

Cette précision apportée, je dirais que, de ce que j'ai entrevu et acheté jusqu'à présent, ce qui concerne l'électroménager ou l'électronique est sensiblement moins cher à Québec, notamment pour une simple question de taux de change. Se nourrir en revanche demande des compromis. Le Canada étant l'Amérique du Nord, on peut difficilement passer à côté de l'achat essentiellement de produits empaqueté en conserves, en surgelés ou sous plastique. Le pain que je mange au quotidien est du pain à american-sandwich. Mon régime alimentaire, loin d'être maigre (je ne me laisse pas mourir de faim) est tout de même amputé la plupart du temps, des légumes élémentaires comme les tomates, les poireaux (oui j'aime les poireaux) la salade ou les patates (oui les patates sont des tubercules pas des légumes WHATEVER NERD!). Cependant, je ne me plains pas plus que cela pour deux raisons.

Premièrement, la situation est très tenable financièrement parlant. J'avais vraiment peur de ce qu'allait me coûter ma nourriture au quotidien mais en étant malin et en regardant les promos, on peut très bien s'en sortir. Chose notable pour laquelle je n'ai aucune explication, la viande me semble moins chère ici. Un filet de dinde, de poulet ou de porc, voir même un steak de temps à autre, c'est tout à fait possible sans taper dans sa tirelire plus que cela. La contrepartie, c'est que certains produits ont un goût particulier. Une boîte de haricots au lard ? Ça doit être salé ça non ? Ah non c'est sucré...pourquoi ça ?

Deuxièmement, on peut finalement manger assez varié. Mon appréhension principale était de finir par manger des pâtes tous les jours ; n'étant pas formidablement amoureux des pastas, j'aurais peut-être sauté des repas. Au final, si on ne s'acharne pas à manger ce dont on a envie sur le moment, mais ce qui est disponible en promotion (les promotions sont très régulières) on peut bien manger en Amérique du Nord. True Story.

Dernier point, les fringues. Je ne sais pas si c'est la période de mon arrivée qui est tombée juste, mais la plupart des magasins que j'ai pu traverser proposaient des rabais. Il y a fort à parier que les produits non soldés sont un peu plus chers que ce que j'ai observé jusqu'ici, mais comme pour tout le reste, le taux de change me reste globalement favorable, même en incluant les taxes.

Je vais en finir avec cette interminable (le pouvoir de l'oxymore) énumération avec une remarque générale : c'est triste à dire, mais contrairement à ce qu'aimerait nous faire croire l'université, un échange, bien que moins coûteux qu'un départ direct, reste ségrégationniste pour ce qui concerne le Canada en tout cas. J'ai la chance d'avoir le soutien financier de mes parents et de leur deux salaires (un par personne, qu'on s'entende) et une aide supplémentaire du CRIF qui m'accordera prochainement 450€ par mois. C'est plus qu'il n'en faut pour vivre mon rêve au moins cette année, mais je ne tromperais personne quant à ce qui a déjà été investi avant même que les dépenses sur place ne commencent. Sans dire qu'il faut être riche pour tenter l'aventure, ça n'est pas à la portée de toutes les bourses et pour prolonger ce rêve éveillé, il va falloir que je mette vraiment la main à la poche en travaillant en parallèle de mes études. Si vous comptez franchir le pas dans le cadre de vos études, ne faîtes pas comme moi, trouvez vous un travail d'été ou un mi-temps gérable en même temps que votre cursus. Privilégiez tout de même, au moins pour le premier départ, l'échange entre universités plutôt que le départ direct ; cela vous évitera des frais de scolarité plutôt élevés et quoi qu'il arrive, demandez une bourse. On ne perd rien à le faire et on a tout à y gagner. Quant à la vie sur place, elle peut-être douce même en low-cost. Encore faut-il pouvoir envoyer l'argent dès le début. Ah et, ça tient de l'évidence, mais je le rappelle à toutes fins utiles, tout ceci tient compte de mon expérience et de ma perspective des choses...il n'est pas dit que certains avec les mêmes dépenses ne voient pas des obstacles énormes ou à l'inverse aucun souci particulier.

Comme ce qui sera désormais une habitude et pour parler de sujet plus léger, je vais vous proposer quelques petites photos, redimensionnées malheureusement pour être téléchargeables sur GB. Cette semaine, deux séries de clichés : la première prenant place aux Chutes de Montmorency et la seconde sur l'Île d'Orléans où j'ai fait de la cueillette de pommes. En extra, je vous mets également la tarte cuisinée hier.

   

   

      

      

Les photos présentées sont les miennes. Si vous voulez les utiliser pour x ou y raison, veuillez me le demander avant.

Ajouter à mes favoris Commenter (18)

Commentaires

Kraken
Signaler
Kraken
Ayant passé 5 merveilleuses années à Québec, je peux te dire qu'il arrivera un moment où la nourriture française te manquera énormément ;-)
Kyalie
Signaler
Kyalie

les frais annuels du permis de conduire, etc

Cette arnaque :D
Plus les prunes abusives : mon père en a pris une à 56$ parce qu'il était garé devant chez moi sans le macaron résident, entre les deux mauvais panneaux, sachant que moi en plus je conduis pas.

Et puis oui le resto c'est kif kif avec la France une fois rajoutés les 30% en plus.

Sinon, ils perdent côté frais de scolarité ce qu'ils gagnent en couverture santé, quand même (le toubib qu'est gratuit quoi).
Mortipoil
Signaler
Mortipoil
Ah oui au fait, c'est au Québec que les frais de scolarité sont les moins chers en Amérique du nord (c'est bien moins cher de faire ses études au Québec qu'en Ontario ou aux États-Unis par exemple).

La France est un des seuls pays au monde à avoir un enseignement universitaire gratuit (ou quasi gratuit, genre quelques centaines d'Euros par an). Et ça n'empêche pas les étudiants français de manifester lorsqu'il y a une hausse de quelques Euros des frais de scolarité universitaires :D
Mortipoil
Signaler
Mortipoil
Pour rebondir sur les propos Blacklabel, je te recommande plus Super C que Maxi.

Et tu vas te rendre compte que l'épicerie coûte beaucoup plus cher qu'en France.
Si tu souhaites vivre au Québec, il ne faut pas te fier simplement à tes dépenses d'étudiant, la vie coûte plus cher en Amérique du nord qu'en France (par exemple moi j'ai une assurance médicaments familiale obligatoire qui ne m'empêche pas de payer minimum 50$ de ma poche dès que je passe à la pharmacie avec une prescription médicale, et cette assurance me coûte environ 200$ par mois, il faut aussi compter les taxes municipales et scolaires quand tu es propriétaire, l'immatriculation annuelle de ta voiture, les frais annuels du permis de conduire, etc). Essaie de te faire un bon resto par exemple, tu vas voir que la facture avec le 15% de taxes + 15% de TIP va monter très rapidement.
Et je ne parle pas de l'alcool à la SAQ où le moindre Beaujolais te coûtera 12$ au bas mot. Tu vas commencer à apprécier les vins d'Amérique latine et d'Afrique du sud :D
Par contre les salaires vont en conséquence, bien évidemment.

Ah, et il y a aussi la composition des aliments. Si tu achètes un produit apparemment français (comme du Nesquick ou une soupe Knorr), vu que les normes alimentaires sont très différentes ici (vive les OGM et compagnie), la même marque aura des produits à la composition très différente de son homologue français.
On peut quand même trouver des produits plus sains à l'épicerie, mais il faut passer du temps sur les étiquettes.

Le Jardin mobile est aussi une bonne enseigne pas trop chère pour les fruits et légumes, ainsi que la viande.

Bonne continuation.
Sharn
Signaler
Sharn
Article intéressant. Merci de nous écrire sur ton expérience. ;)
Sharn
Signaler
Sharn
Ce message peut être supprimé:
Le bail pour le loyer c'est B A I L. ;)
GethPlatform
Signaler
GethPlatform
Oui, c'est de l'utopie...Mais ce que je voulais dire (et ce que je regrette), c'est qu'en France aussi, les études sont une utopie pour beaucoup de personnes :/

Moi c'est pas mes ressources financières le souci, c'est un bout de papier appelé "baccalauréat" :P
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Je réponds dans le désordre.

@Kyalie: Ce qui a été appelé le Printemps Érable il y a un an. J'en ai beaucoup entendu parlé oui.
Pour le billet, c'est simplement la période+le fait que c'était un aller simple. En aller-retour, sur Air Transat ou Air Canada, c'est plus 600€ l'aller-retour effectivement.

@Geth: ah non, une fois que t'es sur place, c'est pas plus cher. Le problème c'est le déménagement. Mine de rien je suis là pour un an et le premier mois j'ai du quand même acheter des trucs (sans compter que je suis pas encore équipé pour l'hiver). Les mois qui viennent seront plus calmes je pense. Mais comme je le disais, ça va dépendre de à quoi t'es habitué en terme d'argent. T'en as pour qui ce que j'ai du dépenser, c'est de l'ordre de l'utopie vraiment. Et c'est plus que dommage...

@Sirtank: je trouve que le gap est vraiment étonnant quand t'es français en fait XD Parce que leurs oignons espagnols qui sont énormes, les trucs qui devraient être salés qui ont un goût sucré, le jambon de base qui est juste hors de prix, les imitations de viande (WTF j'ai vu un truc, c'est "stick de boeuf sans viande"). Après comme je le dis, et comme confirme Black, ça reste gérable et c'est pas la catastrophe non plus. Mais faut revoir ses habitudes de consommation drastiquement.

@Black: je note! Bon à savoir tout ça :)

@Furieux: les asaris mettent un peu plus longtemps à arriver...elles viennent de plus loin. Je suis sûr que dès Octobre, je pourrais inclure ça dans mes récits.

Et pour finir sur la tarte, c'est malheureusement une pâte préparée (et sablée) parce que je n'ai pas encore le matos pour faire de la vraie pâtisserie. C'était par contre pas mauvais (cannelle powa).
Twixx
Signaler
Twixx
Kaylie m'a devancé! Effectivement, tes frais de scolarité auraient pu s'élevé beaucoup plus sans ces manifs!

Il n'empêche que c'est là qu'on voit que le système d'éducation Français, bien qu'il ait des défauts, permet quand même un accès au plus grand nombre...
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Dernier point, les fringues. Je ne sais pas si c'est la période de mon arrivée qui est tombé juste, mais la plupart des magasins que j'ai pu traverser proposaient des rabais.


Il y a des rabais toute l'année, ça fonctionne pas comme les soldes en France. D'ailleurs si tu comptes te prendre des jeux je te conseille d'attendre décembre, y'a tous les jeux de novembre qui vont être en soldes.

Sinon c'est où que tu fais tes courses ?
Si tu as ça pas loin, préfère Maxi, Super C ou Wall Mart aux autres, ça te reviendra moins cher. Essaye aussi de voir si tu as un Centre Communautaire dans le coin, tu pourras t'acheter des trucs usagés pour vraiment pas cher.

Pour les taxes niveau nourriture ça dépend ce que tu achètes. Les produits de base sont hors taxes, par contre les produits préparés sont taxés. En gros t'achètes un steak, du pain ou des légumes tu payes le prix affiché. T'achètes un plat préparé tu payes des taxes. Pâtisserie = taxes aussi. Etc. Si tu fais attention à ta ligne regarde le pain Gadoua, il contient beaucoup de fibres (enfin certains ^^ ).

Si tu sais cuisiner un minimum, tu feras des économies en achetant des produits de base.
Dopamine
Signaler
Dopamine
La Quebec est probablement l'un des pays pour lesquels je pourrais le plus facilement m'expatrier.

1. L'esprit
2. Le coût de la vie est vraiment plus bas qu'en France

Cela a peut être changé depuis que j"y ai passé quelques mois... Mais c'était à la fois bon marché et très pratique au quotidien.
MrFurieux
Signaler
MrFurieux
Ce billet manque de romance Mass Effect style.

Je dis ça je dis rien.
Kyalie
Signaler
Kyalie
Et encore, heureusement que y a eu les manifs étudiantes pour empêcher la hausse des frais de scolarité (1625$ sur 5 ans...)
512€ pour un aller ça me paraît cher, mais il est vrai que je ne prends que des allers-retours ; néanmoins en juin ou avril, c'est à peu près ça que tu paies pour un aller-retour (je crois que pour juin de cette année j'ai payé 572€). Et d'ailleurs, je recommande fortement Corsair (bien qu'ils ne volent pas de novembre à mars je crois) comparé à Air Transat ou Air Canada.
En tout cas je suis impatiente de savoir ce que donne le Vieux-Québec en hiver, j'y suis allée en avril une fois qu'il y avait encore de la neige dégueulasse, mais avec du verglas ça doit être funky vu comme c'est pentu :3
P.Y.T.
Signaler
P.Y.T.
Toutes ces pommes.... :bave:
Sirtank
Signaler
Sirtank
Précis et pratique, j'étais curieux de voir ton jugement sur la réalité économique des échanges universitaires, et la conclusion est bel et bien frappé du bon sens.

Pour la viande elle est effectivement moins chère outre-atlantique et pour une bonne raison: la production est de très loin la première mondiale et que ce soit au USA ou au Canada, les conditions de productions et de traitement de la viande sont bien plus légère. En clair, pas de régulation fédérale et des contraintes faibles (administratives, sanitaire ou urbaine) ou inexistantes (écologique, fiscale) pour des produits plus variés (farine animale, présence en additif dans tout des sauces aux déserts). Et donc un coût de la viande naturellement plus faibles. Au risque de bouffer des OGM à longueur de temps.

De même pour le goût de certains produit, attends toi à être surpris régulièrement : les industriels abusent d'additifs en tout genre pour rendre le produit le plus original possible et n’hésite pas à dénaturé volontairement certains goût. pour le meilleur comme pour le pire.

L'île d'Orléans ahhh super souvenir ça, comme tes photos :japh:
shore
Signaler
shore
Quel classe le Canada

Toshiro à raison pour la tarte
Toshiro
Signaler
Toshiro
Etudier coûte tellement cher. Tu as de la chance :)

Ta tarte est étrange, on dirait que tu as rajouté les pommes après la cuisson de la pate... :o
GethPlatform
Signaler
GethPlatform
Donc en gros, tu dois sortir environ 500-600€/mois, loyer compris ? Honnêtement, ce n'est pas plus cher que faire des études en France.

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris