CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions


Ceci est une courte et rapide réponse à un article posté sur son blog par Yokan, un insider de la profession vidéoludique que je vous enjoins à lire avant de lire le billet ci-dessous.

La question amenée par Yokan est un peu notre marronnier depuis quelques années et le succès flamboyant de la PlayStation puis de la PlayStation 2 puis de l'explosion conjointe de la Wii et des forums de Jeu Vidéo avec le développement en masse de l'Internet haut débit. Je remonte effectivement à quelques années avant la Wii pour parler de la dissociation entre les « true gamer » et les autres. Sony avec sa première console a en effet acquis le statut de petit nouveau dans l'industrie et comme tous les petits nouveaux qui ont l'outrecuidance de réussir, cette boîte a été un peu traitée de parvenu rétrospectivement par les fans des autres constructeurs tel que Sega et Nintendo qui rappelons le ont aussi été des parvenus quand Atari ou Amstrad régnaient sur notre univers.

La PlayStation 2 est encore un autre cas. Non seulement cette dernière a écrasé sa concurrence mais elle a surtout précipité la chute de Sega qui ne s'en est jamais vraiment remis. La fin officielle de sa distribution et les réflexions acerbes du type « Rarement vu autant de gens fiers de s'être fait escroqués » que l'on peut trouver sur le topic dédié au sujet nous prouve qu'il y a encore une classe de « gamer » qui considère que la Dreamcast pour son côté gentille loser de la bataille est le vrai refuge des passionnés. La Wii enfin...que dire sur son acception globale et le désamour que la plupart d'entre nous peuvent lui porter. C'est à elle que l'on doit l'érection du terme « casual » comme un miroir à une façon plus forte ou passionnée de penser, d'appréhender le jeu vidéo.

La Guerre des Consoles...encore un vaste sujet propice au déballage de bêtises.

Pourtant, le débat continue. Quand bien même on saurait que c'est puéril. Quand bien même on saurait que c'est une affaire de moment, de goût de façon d'appréhender le média, il y a toujours une frange de joueurs (dont j'admets aisément faire partie) qui cherche à se mettre dans une place si ce n'est d'élite, au moins de gardiens du temple. Les gardiens du temple ont d'ailleurs diverses façon de se définir. Pour certains on parlera du temps passé sur les machines. Plus le temps est alloué, plus on est gamer. Pour d'autres, il s'agira de performance qui va souvent de paire avec le temps d'ailleurs, pour peu que l'on s'essaye à des expériences qui requièrent un peu de doigté. On ne peut pas vraiment être performant sur un Street Fighter 4 ou un Forza Motorsport 4 sans y passer de nombreuses heures. En ce qui concerne ces deux catégories, ils se rallieront souvent sous le terme de « hardcore gamer ». Ceci dit il y a une troisième catégorie.

Pour une troisième catégorie, dont je fais partie, l'important comme dans toute chose, c'est la curiosité. Et là le problème est purement sémantique. Nous n'avons pas de terme pour nous désigner, nous les curieux de la chose vidéoludique en France. Quand quelqu'un regarde un film de temps à autre sur TF1 ou va au cinéma une fois par an, il n'est pas considéré comme cinéphile. Si certains cinéphiles prendront cette dénomination très à coeur, au point de s'en gargarisé et de former des joutes de connaissances quant à savoir qui a la plus grosse quantité de matériel cinématographique emmagasinée dans le cerveau, d'autre y voit surtout une manière de traduire le terme passionné ou intéressé. Un cinéphile peut tout autant apprécier un film destiné à un grand public qu'un film de niche indépendant. Encore une fois d'ailleurs, ce qui importe n'est pas tant le fait qu'il aime plus l'un que l'autre mais plutôt qu'il ait la curiosité de s'intéresser ne serait-ce que de manière sporadique à l'ensemble des possibles du cinéma.

Il y a encore quelques années, j'aimais et ne voyait que les block-buster américains ou les comédies françaises (pauvre de moi). Dans cette période, j'étais également de ceux qui dénigraient sans les posséder la Xbox ou la GameCube pour x ou y raisons idiotes. Aujourd'hui dans les deux domaines, je ne suis ni le plus érudit, ni le plus performant. En revanche je suis très heureux d'être beaucoup plus cinéphile et également beaucoup plus...ludophile. Pas parce que ça me permet de distinguer de la foule qui ne considère aucun de ces deux médias comme autre chose que du divertissement (encore que tout soit affaire de Distinction) mais parce que j'en vois beaucoup plus la richesse. L'intérêt ensuite est bien entendu de le partager.

Là où je rejoins Yokan, c'est en particulier sur l'association des jeux aux termes « casual », « core » et « hardcore ». Il n'y a pas plus de jeu hardcore que de film cinéphile. En revanche, il y a effectivement des titres, comme au cinéma, comme en littérature, comme en musique, qui demanderont plus d'investissement ou de concentration pour être abordé et qui par conséquent toucheront plus particulièrement ceux qui sont curieux de ce média (ou ceux qui ont été amené à être curieux si on est déterministe).

Évidemment, cette courte pensée n'est qu'un avis dans un océan d'ego à un instant T. Je ne prétends pas inventer un mot et sa définition. D'ailleurs, il ne faut pas oublier que les facilités de langages nous (je m'inclue dans le ''nous'' forcément) font utiliser les mots « hardcore », « casual » ou « gamer » à l'emporte pièce. On ne peut pas sans cesse démarrer une conversation sur une demie-heure de sémantique pour mettre bien les choses à plat. Ceci étant dit, avant de se gausser intérieurement quand un ami pas ludophile pour un sou dit qu'il a acheté une Wii ou une Xbox360 pour jouer à des jeux grand public ou qu'il ne joue que sur son iPhone pendant ses trajets de trains, il n'est peut-être pas nécessaire d'immédiatement se mettre sur un piédestal. On peut tous s'amuser sur les mêmes plateformes : en ce moment je suis tout autant sur Minecraft, que Closure, que Resident Evil 6 que Rocket Islands. La seule chose qui me distinguera de mon ami peut-être pas aussi éduqué dans ce domaine précis, c'est le devoir que je devrais me faire de lui montrer la richesse de ce que le jeu vidéo peut proposer en terme d'expérience.

Ajouter à mes favoris Commenter (24)

Commentaires

Kalakoukyam
Signaler
Kalakoukyam
:worship:
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Dans l'ensemble, je tente toujours d'éviter de catégoriser, simplement parce que c'est réducteur. :D

Mais tu as tout dit, pour moi le temps passé dessus n'est pas important, ce qui compte c'est la curiosité, l'intérêt, et même les réflexions portées autour du média. C'est l'essentiel.

Peut être parce que j'aime le cinéma, le jeu vidéo, la lecture, la musique, faire du sport... Et qu'il est évident que je n'ai pas envie de m'intéresser qu'à un domaine, et pas le temps matériel de tout suivre !
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Le premier :worship: de l'année.

Même si j'ai ma propre catégorie, entre nous : la "je suis Moi et ce Moi joue aux jeux vidéos, entre autres choses". :)
Yokan
Signaler
Yokan
Un peu comme ton avatar xD
N3o
Signaler
N3o
Joli point de vue que je partage en grande partie.
Martinman
Signaler
Martinman
@canard: Ptain carrément !
Jonah
Signaler
Jonah
@Fache
EXCUSE-MOI MISTER AVATAR PAINT
canard-sucrey
Signaler
canard-sucrey
La guerre des console c'est une guerre de pauvres.
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
C'est bien mais c'est moche :(
inFy
Signaler
inFy
Top :)
Martinman
Signaler
Martinman
@Yokan: Ca règle tout le débat pour moi :D
Yokan
Signaler
Yokan
Putain de merde ! Une troisième catégorie ! On est foutu !
Mais c'est bien écrit, donc ça va.

:D
kiluuna
Signaler
kiluuna
Assez d'accord avec l'article et avec ProfesseurOz

Pour ma part, je ne ressens aucun besoin de me caractériser ou d’appartenir à une sorte de communauté, je me considère juste comme un type qui aime bien les jeux vidéos c'est tout.

Chacun a sa vision du jeu vidéo, chacun consacre autant de temps qu'il veut à jouer, discuter, s'informer etc mais de là à vouloir dénigrer telle ou telle personne (ou console haha) c'est quelque chose que j'ai du mal à comprendre.
A la limite ceux que je n'aime vraiment pas c'est ceux qui se revendique "true" comme si il n'y avait qu'une façon d'apprécier la chose ou que c'était vraiment un truc de niche (de manière générale)
Jonah
Signaler
Jonah

Pour une troisième catégorie, dont je fais partie, l'important comme dans toute chose, c'est la curiosité.


Bon alors les cocos rien que pour ça je vais me teindre en blonde.
ProfesseurOz
Signaler
ProfesseurOz
Je n'aime pas le mot "gamer" pour deux raisons : d'une part c'est un mot anglais et, non que je sois anglophobe, l'utilisation d'une autre langue est trop souvent une échapatoire (ignorance) pour désigner quelque chose dans notre belle langue. Même si, dans le cas présent, difficile d'y trouver à quoi le rattacher tant ce qu'il représente est évanescent, vague. En ce sens, le mot "ludophile" me plaît bien :) D'autre part, je ne sais pas pour les autres joueurs, mais je trouve que "gamer" a une connotation négative, tant dans le grand public qu'au sein de la communauté des joueurs. Je n'ai jamais entendu quelqu'un se revendiquer "gamer"

Pour revenir à ta définition, je te rejoins sur le fait qu'être gamer/ludophile revient à s'intéresser à la chose vidéoludique au sens large. Par manque de temps, je ne pratique que bien peu de jeux par rapport à bon nombre d'entre nous par ici. J'en termine encore moins. Donc en terme de "quantité jouée" (nombres de titres, durée passée dessus), je ne suis pas vraiment un "gamer". Néanmoins, je passe autant de temps à jouer qu'à me passionner pour l'actualité du JV, le développement de certains jeux, l'histoire des gens qui font ce média. Et sur ce dernier point, je me considère tout à fait gamer, au sens ludophile.

En tout cas, merci pour ton billet :)
Cinemax
Signaler
Cinemax
Les mots ont été inventés pour que tu leur donne un sens.
Bel article.
3uReka
Signaler
3uReka
Belle plume, beau discours. Comme souvent tu arrive a expliquer ce que pense également alors que j'en serais incapable. Merci ;)
Sirtank
Signaler
Sirtank
C'est beau. Peut être trop en fait :ph34r:
Martinman
Signaler
Martinman
Rien à ajouter, tu as tout dit, je ne peut que liker :worship:

Du coup, je n'ai plus rien à dire, à part que je me sens comme étant dans la troisième catégorie aussi, pour toutes les raisons que tu as donné.

Voila voila, c'est tout, tu mérites bien ton prix de Plume de l'Année ;)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Non c'est bien "MUCH" ça exprime un côté évanescent. On est plus sur le trop que sur la multiplicité. T'es un poète en fait @_@
Kakao
Signaler
Kakao
en vrai j'aurais du mettre many mais je suis un rebelle de la foret
Kakao
Signaler
Kakao
WHY SO MUCH WORDS
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Tu lui diras que je l'aime bien du coup.
Krunkenstein
Signaler
Krunkenstein
J'ai un copain qui s'appelle Ludovic.

Bon maintenant je vais lire l'article.

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris