CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Tests

Avec ce test, j'aurais le tiercé dans le désordre puisque me voilà enfin dans la critique du premier Uncharted que j'ai fini il y a de cela peu de temps, quelques mois après Uncharted 3 : Drake's Deception et pas moins de deux ans après Uncharted 2 : Among Thieves. Ce test, je le dédie à mon très cher BlackLabel qui me l'a réclamé plusieurs fois. Il était temps de l'exaucer même si la critique risque d'être finalement pas si étendue que ça.

Les mecs aux commandes de ce projet sorti pour les débuts de la PlayStation 3 étaient pourtant déjà connus de nous tous pour avoir été les portes-étendard techniques et ludiques des deux précédentes machines de Sony. Crash Bandicoot est presque parvenu au statut de mascotte de la 32bit et même si j'ai la sensation que globalement la trilogie Jak&Daxter a été beaucoup sous-estimée ou oubliée par une bonne partie des joueurs, elle demeure pour moi un vrai canon ludique dans le domaine de la plateforme 3D sur l'ère 128bits. Malgré l'assurance qui aurait du être celle de Naughty Dog sur Uncharted : Drake's Fortune, jamais ce jeu ne fait quelque chose qui n'a pas de sens dans sa philosophie de base pour le simple plaisir de nous piquer les yeux.

Uncharted : Drake's Fortune, c'est donc l'histoire de Nathan ''Nononono'' Drake qui cherche des trésors en compagnie son escroc d'acolyte Sully. Histoire de financer sa nouvelle expédition et de mettre au jour sa prétendue appartenance à la famille de Sir Francis Drake, il va participer à un projet de chasse à l'El Dorado documentée en vidéo par la belle Elena. Je n'apprendrais rien à personne en disant que ce pitch rappelle fortement les péripéties d'Indiana Jones, d'Allan Quatermain, de Benjamin Gates ou encore Jack Colton. Plus que son scénario le premier Uncharted partage surtout avec les films dont ces personnages sont les héros, un sens de l'aventure du dépaysement et de l'humour hollywoodien qui sera le mantra de la série. Pourtant, ce premier volet a quelque chose en plus. Ce premier Uncharted est humble. Il est excellent mais surtout sans arrogance et ça, ça fait la différence sur beaucoup de points.

Indiana Jones

Allan Quatermain

Jack Colton

Benjamin Gates

Nathan Drake

Parce qu'il va bien falloir que je sois quand même un minimum précis pour parler du jeu, je vais rapidement faire un topo en forme de lapalissade. Uncharted : Drake's Fortune est un TPS. Ce qui est assez surprenant, c'est que c'est un TPS qui a sa propre personnalité quant à son gameplay et sa gueule. Prenez n'importe quel autre jeu du même genre et vous trouverez le cover shooting horizontal associé irrémédiablement au générique Unreal Engine 3. Uncharted parvient dans ce domaine à créer sa propre école. Visuellement, le jeu est toujours très jolie. On tiltera sans doute aujourd'hui sur les visages de cire des personnages, un côté un peu trop brillant et l'aliasing prononcé très caractéristique du début (et un peu plus) de la PlayStation 3. Cependant nul doute que par sa gamme colorimétrique forte qui est restée une tendance artistique originale face à ces concurrents, ses détails par milliers sur les textures, les environnements et sa justesse d'animation, ce premier épisode reste un jolie petit canon visuel d'autant plus qu'il n'en fait pas des caisses.

Car artistiquement le jeu est sans doute le moins outrageusement violent de la série. Alors que les deux suites ont pris le parti de proposer beaucoup de destinations très différentes, Uncharted : Drake's Fortune propose essentiellement des décors de jungles ou de temples avec beaucoup de teintes de vert. Ce qu'il perd sans doute en diversité, il le gagne en cohérence et en impact lors des séquences plus fantaisistes. La plupart du temps, après avoir crapahuté dans une jungle fort jolie mais également assez banale, on est immédiatement saisi, impressionné de découvrir un énorme sous-marin sous une cascade ou de remonter le fil d'un courant qui nous amène à une cité engloutie. Ce premier épisode amène donc avec une bien belle subtilité des moments de surprise artistique qui décrochent la mâchoire, là où l'avalanche de scripts et de situation toute plus abracadabrantesques les unes que les autres du troisième volet tue toute admiration pour ce qui se produit sur l'écran.

Les visages assez lisse (bien que très bien modélisés et animés) et un l'aliasing parfois un peu prononcé sont les deux seules choses qui rappellent que le jeu à pris un peu de bouteille...

Pour le reste c'est encore très beau et avec seulement de la jungle et des temples, le jeu arrive à admirablement renouveller ses ambiances sans faire nous balancer quarantes destinations à la tronche.

Pourtant avec cet épisode, Naughty Dog n'a pas lésiné sur l'action. Pour le coup Drake est sans doute dans le moment le moins diversifié de sa carrière puisqu'après une première attaque au tout début du jeu sur un bateau où l'on apprendra qu'être chasseur de trésor, ça n'est pas incompatible avec une activité proche de la guerre, on ne cessera pendant tout le jeu de passer par des séquences plutôt longue de gunfight entrecoupées de moments plus calmes d'observation ou de puzzles très léger. C'est ici que s'illustre la seconde originalité de Uncharted après son moteur maison. Loin d'être aussi rachitique et prompt à téléporter le personnage derrière sa barricade comme Gears of War peut le faire, Uncharted est clairement pensé comme un jeu plus fluide et libre en terme de mouvement. Sur ce premier volet, ça n'est d'ailleurs pas bon à cent pour cent puisqu'il n'est pas rare qu'on se retrouve à découvert comme un idiot après une malencontreuse roulade quand on cherchait juste à se décoller de sa position de couverture. Sur l'ensemble de l'aventure, il y a plusieurs petites imprécisions de ce genre qui ont été gommées avec le second volet (et qui sont réapparues avec le troisième) et qui, associées à une difficulté très pimentée, peuvent irriter.

La première séquence de jeu donne le ton, on ne va pas chômer au niveau du combat.

En effet et c'est encore un secret de polichinelle, Uncharted : Drake's Fortune est le volet le plus dur de la trilogie les doigts dans le nez et parfois pas pour de bonnes raisons. Si l'on m'avait surtout annoncé des séquences en jet-ski à se pendre, séquence qu'en bon pilote de VC j'ai apprécié, j'ai été particulièrement dégoûté par un ou deux passages parfaitement mal designés avec repop d'ennemis, hitbox étrange et configuration du niveau inconcevable. Sur certains points, on sent clairement que la formule se cherchait encore. Le souci principal vient du fait que le jeu mise surtout sur les mouvements mais que dans le même temps, elle donne assez peu de munitions au joueur compte tenu du nombre de balles qu'il faut pour abattre un ennemi en mode normal. En mouvement, on tire forcément moins bien et les balles perdues sont souvent légion ce qui a tendance à transformer certaines arènes en puzzle-game où l'on cherche LA solution qui nous tirera de la panade. Le problème étant également que la plupart des arènes en question doivent être vidées pour permettre au jeu de continuer l'aventure.

Les deux séquences en jet-ski ne m'ont pas posé de problème.

Par contre tous les passages avec ces trucs à la con tiré au choix de The Descent (exemple ci-dessus) ou The Lord of the Ring, étaient une vraie plaie avec une difficulté vraiment frustrante. Le jeu est assez relevé et challengeant, mais cerains passages sont simplement agaçants.

Pourtant, on lui pardonne. On lui pardonne parce qu'Uncharted : Drake's Fortune est un jeu qui veut bien faire et qui fait vraiment bien la plupart du temps. L'histoire est contée de manière classique mais via des cinématiques bien cadrées et très bien interprétées. Le jeu ne lésine pas sur les plans larges quand c'est nécessaire mais ne propose pas une avalanche de scripts à couper le souffle et surtout, Nathan est dans cet épisode, certes un meurtrier (ça on y échappera pas de toute façon) mais au moins n'a-t-il pas cette constante manie de tout faire s'écrouler autour de lui.

Alors oui on regrette les gollums version The Descent très énervant quand ils se mettent dans les pattes d'un gunfight déjà atrocement ''busy''. Oui, on pourra considérer certains tournants scénaristiques un peu prévisibles. Oui, on pourra trouver des imprécisions de gameplay qui associées à la difficulté pourront de temps à autre pousser à un cri primaire et sauvage. Mais ce premier volet est honnête et sans fioriture. Il n'essaye pas d'être TPS avec un peu de plateforme médiocre et sans sensation ou d'ajouter des reflets de Tomb Raider pour légèrement faire oublier les immeubles qui se cassaient la gueule dans la cinématique précédente. Non Uncharted : Drake's Fortune est un TPS avec une bonne histoire dans l'ensemble, quelques puzzle mineur pour les temps de repos, une direction artistique inspirée, colorée mais sobre et qui parvient à retenir l'attention avec son spectaculaire, parce que son spectaculaire n'est pas omniprésent. Je ne sais pas si je le considère meilleur que le second volet (qu'il faudrait que je refasse) mais une chose est sûr Drake's Fortune est bien meilleur que Drake's Deception. C'est un jeu qui se sert d'une nouvelle technologie pour porter sa DA et son gameplay et pas l'inverse. Et ça c'est une leçon à retenir pour beaucoup de gros studios.

Ajouter à mes favoris Commenter (23)

Commentaires

Kalakoukyam
Signaler
Kalakoukyam
J'avais été incroyablement bluffé par ce jeu à l'époque. Il faisait parti des jeux que j'avais acheté avec ma PS3 il y a bientôt quatre ans de ça et c'était de loin celui auquel j'avais préféré jouer. Pour moi c'était LE jeu qui représentait la fameuse Next gen dont on nous parlait tant à l'époque.

Un vrai bon souvenir de gamer donc, galvanisé par le second opus deux ans plus tard qui s'avéra différent, certes, mais quand même bien au-dessus de ce premier épisode à mes yeux. :)
rhed308
Signaler
rhed308

Alors que les deux suites ont pris le parti de proposer beaucoup de destinations très différentes, Uncharted : Drake's Fortune propose essentiellement des décors de jungles ou de temples avec beaucoup de teintes de vert.

C'est selon moi la plus grande force du 1er. En plaçant le tout sur une seule et même île, ils ont tout fait pour éviter la répétition des décors. Je ne trouve pas qu'il manque de variété, on traverse bon nombre de lieux très différents ou un même lieu à différents niveaux (L'église via le plafond, la salle, et les sous-sols) Même la réutilisation est bien pensée.

Il en tire un côté plus intime entre les lieux et les personnages. J'ai eu le sentiment d'avoir le temps de m'attacher aux personnages. Cela n'allait pas trop vite, de plus en plus vite sans repos.
La force du 2 repose sur le passage avec Tenzin qui pose le temps.
Martinman
Signaler
Martinman
L'IA de Uncharted 3 ? Bugué ? Et ben alors j'ai de la chance :P
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

@Blackl: en fait je pense que le second doit être le plus équilibré, mieux maîtrisé globalement, mais c'est vrai que déjà il a une tendance au too much.


Le 2 est mieux sur un plan purement technique, et aussi sur le LD. Il fait son boulot de suite quoi, il améliore la formule avec des ajouts.

Par contre il est moins maitrisé sur le fond, surtout niveau rythme car t'as l'apparition des passages jouables à une main, les scripts nononono oh crap nonono toutes les 30 secondes, plus la plateforme qui prend des proportions astronomiques visuellement alors que c'est naze à jouer ; la forteresse du 1 c'est un passage plateforme cool sans prétention. Les énigmes géantes dans le temple de glace du 2, ou le train au début que tu dois faire deux fois... :/ Sans parler du fan-service, des boss fight pourris.

Le 3 c'est une catastrophe ; du non-jeu dans des châteaux qui brûlent mais tu peux rester dedans 3 heures.

Ou le destin d'une gen résumée en une licence.
Cronos
Signaler
Cronos
Le Golden Abyss, je l'ai fait en achetant la Vita. Il m'a fait moins rêver que les épisodes salon mais je le trouve parfait pour le support portable: chapitres courts, beaucoup de fonctionnalités de console, unité de lieu (presque). La première partie est un peu longuette (presque un tuto géant), ça s'améliore grandement par la suite quand on alterne énigmes, plate-forme et phase de shoot. Pour moi un très bon épisode qui fait parfaitement son boulot et qui a compris le support portable.
Niveau difficulté, il est vraiment pas difficile, moins que les épisodes salon (fait en normal, sans jamais être bloqué). Mais le petit point faible c'est de faire moins voyager que les deux dernier effectivement
Critobulle
Signaler
Critobulle
Le premier est à mon sens l'épisode le plus sympa de la série. Mais ces séquences en jet-ski étaient franchement irritantes. Surtout celle ou on est à contre-courant.
RUDIO
Signaler
RUDIO
ah ok, c'est inquiétant ça dis donc! (en fait je ne l'ai fait pas fini, je le déguste: j'en suis environ aux trois quarts) Ceci dit, a part la redondance des thèmes graphiques, moi j'avais un peu de mal au début (le gameplay plus plate forme de la dernière trilogie Tomb Raider me manquait) et je suis de plus en plus emballé depuis la moitié du jeu et l'augmentation des fusillades.

Pour la difficulté, c'est la visée assez bizarre du stick droit qui te pose problème surtout? (C'est vrai que la visée est assez imprécise, c'est étrange pourtant le stick est bon...). Moi je meurs de temps en temps, mais je suis pas trop frustré: la tolérance de la jauge de vie me laisse le temps d'ajuster mes tirs(avec un ptit coup de main de la visée en inclinant la console pour corriger de temps en temps), et les checkpoints sont vraiment fréquents et bien placés globalement.

Après pour l'histoire et la "puissance" de cette aventure rapport aux épisodes canoiques ps3, je suis assez mal placé pour comparer comme je disais...
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Perso le jeu m'a gonflé. Trop dur même en facile, histoire inintéressante malgré les bonnes cinématiques, toujours les mêmes décors. Enfin bref je l'ai fini en me forçant parce que sincèrement je m'éclatais pas du tout sur la seconde moitié.
RUDIO
Signaler
RUDIO
Vu les sentiments partagés sur chacun des trois épisodes majeurs de la série, que pensez vous du golden abyss sur vita? Perso, n'ayant pas de ps3, c'est vraiment la série que je rêvais le plus de tester sur cette console, et c'est ce qui m'a fait craquer pour la nouvelle psp. Je n'ai donc pas matière à comparer, sauf avec la tonne de tests et vidéos que j'ai vus sur les 3 autres jeux, mais j'ai l'impression qu'avec les contraintes techniques et d'esprit inhérents au jeu portable, il a l'air finalement un des plus maîtrisés de la série. Les gunfights sont pas (même si les ennemis ont un peu sourds en infiltration et n'ont pas beaucoup de stratégie en attaque), le voyage reste cohérent dans les lieux proposés (puisque limité aux environnements de jungle et ruines souterraines) et il est ma foi magnifique, et pas seulement pour de la portable: persos et décors détaillés, effets spéciaux genre réverbération, ombres portés et effets aquatiques, tout y est , c'est assez bluffant (y'a qyeue les effets liés aux feu qui sont assez ratés et pixellisés je trouve). Techniquement, sur pas mal de détails ,je le trouve même plus beau et détaillé que le premier drake's fortune dont il est le plus proche, c'est ce que je pense après avoir rematé pas mal de photos et vidéos de drakes' s fortune ces jours ci.
Un peu comme les God of war PSP qui étaient pour moi très proches des originaux ps2 , cet uncharted vita fait vraiment honneur à la série il me semble.

Et vous vous en pensez quoi alors?
upselo
Signaler
upselo
@cronos : j'ai du mal à me retenir de radoter mon opinion aussi ^^
Cronos
Signaler
Cronos
Je sais bien, on en a déja discuté très (trop?). Mais j'ai du mal à me faire qu'on aime le 2 et qu'on déteste à ce point le 3. Niveau rythme, plaisir de jeu, c'est quand même très très proche ^^
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Blackl: en fait je pense que le second doit être le plus équilibré, mieux maîtrisé globalement, mais c'est vrai que déjà il a une tendance au too much.

@upselo: En fait je voulais écrire "je vais PAS re-rentrer dans le débat" parce que effectivement je sais que de mon côté on me réconciliera pas avec le troisième. :lol:
upselo
Signaler
upselo
Article cool, je pensais bien que celui là te plairait plus. Par contre, on sent qu'on tourne en rond dans les commentaires :P
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Merci B)

Les zombies sont les ennemis les plus faciles à abattre sinon peu importe la difficulté, mais faut connaître le truc. Fusil à pompe en tir à la hanche. Et dans les salles aux alarmes, il faut se hisser sur la plateforme, en descendre pour les attirer, puis se hisser à nouveau pour les buter ; c'est un peu long et chiant mais ça fonctionne.


Meilleur que le 3, c'est délicat.


Le dernier a un scénario complètement incohérent, une IA à la ramasse dès que tu passes en Difficile, et en Extreme le jeu devient plus facile qu'en Normal car les ennemis arrêtent pas de faire bugguer leur lancer de grenade. Les ennemis ne réagissent plus aux impacts de balles, l'évolution à travers le jeu n'a strictement aucun suivi car le but c'est de varier les décors le plus possible même si n'importe comment. Sans parler de tous les passages où on joue pas, plus les courses-poursuites osef, les énigmes scriptées où on doit attendre que les persos la ferment pas pouvoir les résoudre, sa rejouabilité désastreuse à cause d'un rythme inexistant.

Après je suis d'accord que le 1 est modeste moins par désir des devs que parce qu'ils maîtrisent pas encore le hardware, et que le 2 affine les gunfights. Mais le 2 c'est déjà la débilité galopante et les scripts à n'en plus finir.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Je vais re-rentrer dans le débat parce que j'en déjà fais un test où j'exprime mon point de vue, mais pour moi le troisième est vraiment pas bon. Les limites du premier, c'est plus sur des trucs un peu plus "technique" comme le cover pas toujours efficace ou le nombre d'ennemis mal réglé. Le troisième c'est juste que c'est n'importe quoi en terme de rythme et que c'est tellement de l’esbroufe que c'en est d'une vacuité sans nom.

Pour le second, faut vraiment que j'y rejoue. J'avais apprécié mon premier run, énormément même mais après l'euphorie de départ j'ai arrêté de penser que c'était un grand jeu et j'ai fini par pensé qu'il était juste très bon. Globalement ce serait mon sentiment sur la série de toute façon.
Cronos
Signaler
Cronos
Meilleur que le 3, c'est délicat. Dans l'absolu, le 3 est au même niveau que le 2.
Le premier trouve quand même vite ses limites et se révèle assez répétitif. Pour moi, on sent déja les prémices des deux suivants, c'est juste qu'ils n'avaient pas encore les outils pour répondre aux ambitions.
C'est sûr que le jeu est sans fritoriture, mais je trouve qu'il n'a pas encore son identité dans le 1 et qu'il la trouve vraiment dans le 2, que ça déplaise à certains pour tout ce qu'il apporte. Le 1 est malgré tout plus générique que les autres
Pedrof
Signaler
Pedrof
J'ai pas grand chose contre les passages en jet-ski non plus.
Martinman
Signaler
Martinman
Pareil que toi, un jeu assez dur, mais avec une DA et surtout une ambiance de malade :wub:

Joyeux Noël, tu l'as mérité (tu l'aurais mérité de toute façon, ton écriture fais du bien aux yeux :D) :)
Nemesis-8-Sin
Signaler
Nemesis-8-Sin
Ah, mais je me disais bien que je ne pouvais pas être le seul à les avoir apprécié, ces passages en jet-ski!

Très cool ce test, que je rejoins encore une fois sur la plupart des points. A croire que c'est lorsqu'une formule se cherche qu'elle cherche elle-même le moins à nous prendre pour des buses. (Je dis ça, mais je crois que mon favori reste le second, ceci dit...rien que pour le train.)
botteur
Signaler
botteur
Cet épisode est mon préféré et de loin :)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Pedrof: ça dépend vraiment. T'as une séquence notamment où techiquement si Nathan est pas complètement con, il peut s'en sortir en échappant aux mecs. D'ailleurs fait intéressant, c'est l'arène de combat la plus dure et c'est celle qu'on se tape une fois à l'allée et une fois au retour :D

@Celim: Merci. Il est vraiment bon je trouve. Je vais quand même refaire le second, mais je le trouve meilleur pour son côté un peu moins grandiloquent.
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Je ne l'ai tellement pas fait celui-ci...

Encore une fois, un excellent article !

Celim.
Pedrof
Signaler
Pedrof

Le problème étant également que la plupart des arènes en question doivent être vidées pour permettre au jeu de continuer l'aventure.


Je dirais plutôt que ce passage-là de l'aventure consiste à vider l'arène. Je veux dire, dans l'histoire, Nate vide l'arène, et pas "l'histoire continue quand tu vides l'arène". Je veux dire que ça fait partie de la trame et pas que ça sert à débloquer sa suite comme si en combattant on n'était pas dedans.

Reste que moi je vais être en retard pour mon cadeau de Noël à BlackLabel ;_;

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris