CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

La question est vaste et ne soyons pas prétentieux, je ne compte pas y répondre en donnant une liste exhaustive de ce qu'il faut pour faire un bon jeu. Notre ami Upselo s'y était essayé, mais même après relecture, il y a toujours quelque chose qui me chiffonne à propos de cette liste. Quoiqu'il en soit et pour être clair, la raison pour laquelle je commence à écrire cela se trouve dans le podcast n°238, le « Bilan du mois d'Octobre 2012 ». Dans ce podcast, il est question bien entendu des tests parus sur Gameblog dans le courant du mois précédent et l'un d'entre eux en particulier a retenu mon attention. Le test de Medal of Honor Warfighter.

Dans la section coup de gueule qui se situe en début de podcast, JulienC met en avant son indignation face à la campagne marketing menée tambour battant par EA afin de vendre son jeu par son « réalisme » et sa proximité avec le monde militaire, américain en particulier. Il évoque notamment les liens directs avec un site permettant d'acheter des armes réelles sur le territoire américain et sous condition d'avoir le permis adéquat, cela va sans dire, armes qui sont représentées forcément à la perfection dans le jeu. Plus que la campagne marketing et le coup de gueule en lui-même, j'ai été particulier intrigué non pas par les propos de JulienC, mais par ceux de Rahan. J'utilise bien le terme « intrigué » et non pas « indigné » ou « surpris ». Rahan évoque en effet dans sa prise de parole le fait que le jeu a été globalement mal noté et mal reçu par le public, faisant au passage quelques ventes tout de même, mais rien qui ne puisse tutoyer l'indétrônable Call of Duty.

Ce qui m'a intrigué, c'est que Rahan se dise soulagé que le jeu ne soit pas bon, puisque cela évite que l'on ait à s'interroger sur son propos ou sur sa manière de le traiter peut-être un peu limite. L'idée est donc de dire que le jeu n'est pas bon, parce qu'il n'est pas bon techniquement ; c'est un FPS médiocre, avec des scripts ratés, des IA bas de gamme, un gameplay convenu et un multi qui ne tient pas la comparaison avec ces concurrents. C'est là que je vais commencé à poser une question : cela signifie-t-il qu'un jeu bon techniquement serait automatiquement considéré comme bon « tout court » ?

En effet Rahan dans sa phrase n'utilise pas le terme « bon techniquement ». Il signale simplement que le jeu n'est pas bon et que par conséquent c'est une chance puisque cela évite un peu les débat. Je pense que la phrase en question, dite sans doute dans le feu de l'action et sans explication plus large (je ne doute pas une seule seconde de la capacité de critique de Rahan) mérite d'être tout de même soulevée pour signaler que déjà, pour le journalisme de jeu vidéo, un bon jeu est un jeu qui réussi dans la forme. Puisque immanquablement, on finira par arriver au fameux point Godwin et que je ne compte pas m'arrêter à ce point pour autant, je vais donc lâcher les chiens moi-même : je ne crois pas qu'il soit très sain de sous-entendre qu'un jeu comme Ethnic Cleansing, FPS dans lequel il est question de tuer des noirs et des arabes pour finir par déjouer un complot juif, pourrait être accueilli favorablement par la critique et les joueurs, si tant est que celui-ci soit bon en terme ludique.

Que se passera-t-il le jour où une bouse pareil, avec une idéologie aussi nauséabonde, arrivera mais bien emballée?

Ce qui m'a particulièrement interloqué dans cette intervention de Rahan, c'est son optimisme quant à la situation. Je cite : « Quand tu sors de toute cette histoire, tu te dis voilà :''heureusement, les gens ne sont pas dupes, ils ne vont pas juste acheter un jeu comme Warfighter sous prétexte que c'est du militarisme machin...'' ». J'imagine aisément que l'on puisse se sentir soulagé que malgré la campagne marketing très américaniste, le jeu ne marche pas outre mesure, même aux États-Unis. Ce que j'en ressors tout de même, et je prie ce cher Rahan de ne pas m'en vouloir si je détourne son propos pour lancer mon sujet, c'est que finalement, la raison pour laquelle le public n'a pas répondu présent est la même que celle pour laquelle la presse n'a pas bien noté le jeu : ce n'est pas un bon jeu ''techniquement''. Ce qui me permet de faire une affirmation telle, c'est que le titre le plus vendu tous les ans, depuis au moins quatre années, a plus ou moins le même schéma de pensé (l'interventionnisme est nécessaire) et la même vacuité au niveau de son propos (America Fuck Yeah). Avant d'aller plus loin, je tiens quand même à signaler que j'ai terminé toutes les campagnes solo des Call of Duty depuis CoD4 :Modern Warfare (c'est le privilège de mes vacances chez mes cousins) et que je n'ai, en revanche, pas joué au dernier MoH. Toujours est-il que ce dernier ne peut au pire que faire un pas de plus dans une logique qui est déjà critiquable depuis beaucoup d'années.

Il ne s'agit pas ici de faire un procès ni à Call of Duty, ni à Warfighter, ni même à un autre titre à tendance américaniste ou militariste forte. Je regarde beaucoup d'oeuvres de fiction très USA-centrique sans pour autant avoir envie de brûler la bannière étoilée. J'en apprécie d'ailleurs beaucoup comme cette année The Avengers (qui le fait avec beaucoup de second degré), The Dark Knight Rises (l'Amérique qui se relève) ou encore Men In Black 3 (là par contre on sent que c'est moins conscient). En revanche, je voudrais vraiment comprendre ce qui peut amener à penser que le propos, l'orientation politique ou idéologique d'un jeu ne compte pas dans son appréciation globale en tant qu'objet culturel. Ce que je cherche un montrer un peu du doigt, c'est que c'est un terrain glissant qu'il faut prendre garde à ne pas trop descendre avec légèreté. Et en parlant de légèreté, je voudrais mêler un autre membre de la rédaction de Gameblog à ce joyeux bouillonnement (inutile) de mon cerveau. Ce cher Mimic, juste après la phrase que j'ai cité plus haut, glisse un rapide et furtif mais néanmoins audible : « Ce n'est que du jeu vidéo ». Cette phrase ne doit plus jamais être employée.

Postal 2. Ça n'est que du jeu vidéo. J'ai le droit de dire quand même que c'est de très mauvais goût?

Le jeu vidéo, au même titre que la littérature, le cinéma ou la musique, est part entière d'un partage culturel mondial. Que les développeurs de jeu vidéo le veuillent ou non, ce qu'ils véhiculent dans les histoires qu'ils mettent en scène (de manière réussie ou pas, là n'est pas encore la question, mais je vais y venir) a un impact sur la personne qui joue, tout comme les propos tenus dans un film ont un impact sur celui qui regarde. Pour illustrer ici mon propos, je vais prendre l'exemple du film Argo de Ben Affleck, sorti il y a peu. J'ai personnellement adoré le film pour son mélange habile de suspens et d'humour, son casting bien affûté et sa réalisation maniant bien les effets techniques pour rendre les années 70 palpables. Cependant, malgré cette appréciation qui en l'occurrence est surtout centrée sur de la technique (direction artistique, direction d'acteur, qualité de la narration) le propos en lui-même peut être discuté et nul doute que certains n'apprécieront pas l'aspect glorifiant pour la CIA et le rôle d'antagoniste donné à l'Iran, bien que le film parvienne à jongler avec cette dernière donnée en rappelant quand même au début ce qui a bien pu se passer pour qu'on en arrive à une telle rage de la part d'un peuple envers un autre.

Toujours est-il que quand je parle de Argo à des amis, ou si je fais une critique de Argo, je ne vais pas mettre de côté ce que le film dit sur cet événement, d'autant plus qu'ici il est historique et a des implications politiques directes. De la même manière, si je parle de Shame de Steve McQueen, je ne vais pas me contenter de parler de la photographie admirable, de l'interprétation très juste de Michael Fassbender, ou de cette scène divinement réalisée où le héros se met à courir dans un plan séquence vu de côté et parfaitement cadré. Non, j'évoquerais aussi l'histoire un peu jusqu'au boutiste, la séquence de fellation dans la boîte gay qui est censée montrer à quel point le héros est tombé bas et qu'en l'occurrence j'ai trouvé un peu de mauvais goût. Je pourrais vous citer des dizaines de films comme ça : les Aronofsky (The Fountain, Requiem for a Dream, Black Swan), les Cronenberg (Crash, Videodrome, Cosmopolis) et bien d'autres. De la même manière, si j'étais un peu littéraire (je ne lis que pour mes études et aucune fiction depuis des années) je ne me contenterais pas de juger le style, mais aussi ce qui m'est dit par ces jolies phrases.

Tout ce déroulement n'a pour but que de signaler que vouloir séparer le propos d'un jeu, son fond, de sa technique, sa forme, c'est quelque chose qui doit commencer à évoluer rapidement. Le pourquoi du comment on est encore là n'est pas compliqué à trouver. Ça ne vient à mon sens pas forcément des jeux qui sont plus matures qu'avant (merci D.Cage) mais simplement du fait qu'on commence à enfin se masturber sur la question.

Je sais que beaucoup de joueurs de jeu vidéo n'ont pas envie de se tordre les méninges sur le jeu vidéo. Quand je dis « beaucoup », j'entends une large majorité. Il n'y a aucun mal à cela et encore est-il heureux que chacun puisse prendre dans ce média ce qu'il veut. Le problème cependant, c'est que tant que la très écrasante majorité des joueurs et des journalistes de jeu vidéo réfléchiront par la règle du « un bon jeu est un jeu bon techniquement » les développeurs continueront à stagner sur le plan, non seulement de la narration (comment on raconte une histoire via le jeu vidéo) mais aussi sur le propos (ce qu'on raconte dans l'histoire). Ce n'est pas parce que les développeurs ne savent écrire que le jeu vidéo n'a pas, globalement, de très bonnes histoires ou des thèmes très intéressants. Simplement aujourd'hui, un jeu peut-être bon aux yeux d'un joueur, même connaisseur, ou d'un journaliste spécialisé, sans pour autant que ni l'un, ni l'autre ne signale ce qui a pu les gêner ou les pousser à apprécier la trame ou l'idéologie véhiculée par le jeu. Ce n'est pas un problème qu'ont la littérature et le cinéma pour la simple raison que si l'on veut faire un livre ou un film qui soit apprécié de la critique et pas seulement du public, il faut aller plus loin qu'une réussite de la forme.

Il ne s'agit pas de dire que c'est bien ou que c'est mal d'avoir des personnages féminins avec des poitrines énormes et des personnages masculins body-buildés à l'extrême dans 100% des jeux de combats. Il s'agit simplement de ne pas omettre dans l'appréciation globale du titre que c'est quelque chose de notable pour la personne qui joue. Qu'on décide de passer outre, c'est entièrement à l'appréciation du joueur, mais ce dernier devrait comprendre qu'apprécier aveuglément un titre sans prêter garde à ce genre de détails, soit parce qu'ils sont éculés au point d'être fermement imprimés dans le cerveau, soit parce que ça n'entre pas dans sa grille de lecture du jeu (qu'il jugera plus à l'aune de son gameplay et ses graphismes) c'est ce qui conduit à des attitudes too much comme le Master-Chief qui parle de Halo 4 comme d'un jeu pas fait pour les gonzesses lors de sa promotion en Israel.

Le jeu vidéo, un monde pas très "girly"...tu m'étonnes!

L'idée de ce post était relativement précise, même si j'ai bien conscience que sa concrétisation est à la fois assez vague et peu structurée. Néanmoins, je voulais vraiment enfoncer cette porte déjà entre-ouverte par de nombreux collègues de la blogosphère vidéoludique : le propos d'un jeu doit si ce n'est compter, au moins figurer, être mentionné, dans la critique que l'on fait des jeux qui offrent des réflexions évidentes sur le sujet. Bien sûr que je ne demande pas que l'on dédie un paragraphe à l'enracinement de la course à la technologie dans la culture Japonaise pour parler d'un shmup avec des mechas. Cependant, quand clairement il y a quelque chose de dit sur un phénomène culturel qui mérite d'être précisé, j'aimerais beaucoup qu'on cesse de se retrancher derrière le sacro-saint « Ce n'est que du jeu vidéo » pour s'excuser de ne pas vouloir mouiller sa propre sensibilité. C'est bien de respecter les autres cultures, mais il y a une chose qu'a appris l'anthropologie notamment, c'est que le relativisme absolu ne vaut pas forcément mieux que l'intolérance.

Voir aussi

Jeux : 
Medal of Honor : Warfighter
Ajouter à mes favoris Commenter (33)

Commentaires

Japman
Signaler
Japman
T'as beau être un joueur console pur et dur... je n'ai pas trouvé UN article où nos points de vue divergent. I HATE YOU !
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Ladanette: j'essayrais, j'e vais aussi voir Zero Dark Thirty en decembre aussi pour rester sur le theme réel et Warfighter.

Caribou: mais on a deja des jeux comme ca, ils ne sont juste pas portés comme ils le devraient, ni par la presse ni par les joueurs.

Au lieu de ca on prefere mettre en avant les Assasins Creed, les COD, les Halo et cie, comment tu veux avancer comme ca ?
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Kelun et Seish (je suis désolé j'abrège ton pseudo j'ai peur de faire une faut :P) : oui justement comme dis Black, c'est pas parce que le jeu est réalisé par un studio américain qu'il ne pourrait pas avoir un regard critique sur l'interventionnisme de ces 10 dernières années lancé sous la présidence Bush. Encore une fois, je ne regrette pas que CoD ou MoH ne le fasse pas, c'est un choix comme un autre. Mais ce que je regrette c'est que dans la note finale, dans le test, dans les critiques des connaisseurs des jeux vidéo, ceux qui y jouent et qui aiment ce média la TRÈS GRANDE majorité ne soulève même pas le point comme quelque chose qui doit être pris en compte!

C'est ça que je trouve aberrant. Comme le dit Ladanette "si en l'état scénaristique Warfighter était un film, il se ferait massacrer par la critique". Mais plus que l'idée de replacé le film dans une anti-idéologie, je pense qu'on devrait au moins en parler. CoD au cinéma ça existe, c'est sortie en 2012 et ça s'appelle Battleship; et bah le film est peut-être divertissant, mais il s'est fait démonter par la critique et les cinéphile ne le citeront pas dans leur top 10 de l'année 2012. Ce n'est même pas une question de se vouloir élitiste, c'est une question de considérer que c'est un média qui a un potentiel ÉNORME mais qu'on est coincé dans ce potentiel et en grande partie parce que les connaisseurs et journalistes de ce média (pas la masse grand public qui achète des places pour Battleship ou Transformers ou whatever) ne signalent pratiquement jamais que c'est un élément à part entière des jeux et qu'il doit être au moins discuté pendant la vie du titre, c'est-à-dire dans les semaines de sorties et pas une plombe après dans le fin fond d'un podcast qu'on sera un pauvre millier à écouter.

Encore une fois, comprenons nous bien, je ne veux pas que tous les jeux vidéo s'acharne à chercher le sens de la vie, qu'ils évoquent tous des opinions politiques ou sociales. Je voudrais simplement que ceux qui le font le fasse avec un peu (BEAUCOUP) plus de subtilité sans que l'on vienne systématiquement, quand c'est raté, se cacher derrière le fameux "ça n'est que du jeu vidéo". En fait je voudrais qu'on est des pierres angulaires sur certains thèmes genre la guerre, qui nous permettent de mettre en perspective ce qu'on nous offre. Le cinéma il peut te parler de la WWII (ou autre guerre) avec Inglorious Basterd, un film furieux en mode "vengeance movie" plein de délire, comme il peut t'en parler avec Saving Private Ryan, Rambo, Apocalypse Now, Full Metal Jacket qui au passage ne sont pas des films forcément indies.

Donc voilà, mon propos c'est ni d'attaquer ceux qui ne veulent pas se prendre la tête sur ce média, ni de dire que ce qu'on fait aujourd'hui c'est de la merde sans fond. Non mon propos c'est de dire que ludiquement on est arrivé à un stade où on peut jouer avec sa grand-mère ou son(a) petit(e) ami(e) ou en solo et trouver des expériences très variées, du puzzle game bateau au STR de niche le plus évolué. Par contre question jeu qui t'interroge ou t'émeuvent sur certains sujets, on est loin d'avoir de quoi rassasier tout le monde. Et c'est d'autant plus dommage que le jeu vidéo avec sa force d'évocation et son interaction a clairement toutes les cartes en mains pour produire BEAUCOUP de jeux qu'il faudra avoir jouer même si on est pas gamer, au même titre qu'il y a des films qu'il faut avoir vu ou des livres qu'il faut avoir lu.
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Seishoujyo, je t'invite à regarder Redacted de Brian de Palma, pour que tu voies comment on reprend des faits réels sans rendre les scènes abjectes.
Kelun
Signaler
Kelun
2 sec BL, j'ai pas dis que tout les films US étaient pro-US hein. Un autre exemple Rambo, le premier.
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
"ca passe par l'adaptation d'un meme esprit qu'au cinema, arreter de critiquer pour tout et n'importe quoi et etre ouvert d'esprit que ce soit par rapports a certains themes precis, le racisme, le sexe etc."

Faut que t'ouvres un numéro des Cahiers du Cinéma, le magazine a défoncé 300 en l'accusant de racisme primaire. Et ils critiquent absolument tous les films dans cet état d'esprit. Je suis désolé, mais si en l'état scénaristique Warfighter était un film, il se ferait massacrer par la critique, tu peux en être sur et certain. C'est comme si on sortait La Fille du Boche aujourd'hui quoi. Alors oui effectivement quand ce film est sorti (1912 quelque chose comme ça), c'était techniquement incroyable et divertissant. Mais si les auteurs ne s'étaient pas emparés du média, on en serait encore à se bouffer des films qui disent que tous les allemands sont des nazis (petite pièce pour le point Godwin) et que les japonais pensent qu'à découper en rondelle les américains.
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
J'ai le même souci pour le cinéma ou la littérature, un fond puant m'empêchera d'apprécier l'oeuvre pour sa forme seule...
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Mais MOH n'est pas pro US, c'est la seule serie d'ailleurs du FPS ou tu jouais une fille francaise comme heroine (MOH Resistance sur PS1), MOH ca a toujours été comme une histoire de soldats qui combattent pour une cause, rien n'avoir avec la propgande de x ou y. Tu veux de la propgande tu t'achetes America's Army, tu sais a quoi t'attendre.

Dans COD WAW on joue bien des russes dans le solo, dont une scene assez abjecte ou l'on execute des soldats allemands qui se sont rendus. C'est abjecte oui, mais perso je cautionne car c'est les faits réels.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Surtout que c'est juste un peu n'importe quoi cette histoire de pro-US. Les jeux se situe dans un contexte politique US, avec des militaires US, c'est un peu normal que ce soit "pro-US".



Né un 4 juillet c'est pro-US ? Pourtant c'est réalisé par un américain.
Kelun
Signaler
Kelun
Surtout que c'est juste un peu n'importe quoi cette histoire de pro-US. Les jeux se situe dans un contexte politique US, avec des militaires US, c'est un peu normal que ce soit "pro-US". Ils vont pas vanter les bienfaits du pinard et du camenbert (un petit troll sur la France :D).

S'ils faisaient un CoD France, Chine ou Chili et bien les jeux seraient pro-Français, pro-Chinois et pro-Chiliens.
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Mais on veut la meme chose au final, mais comprends bien que ca passera et ne se ferra que quand certains se seront enlevés le balais qu'ils ont dans les fesses et arreteront de considerer le JV comme un loisir de gamins grand public.

Si on veut faire des choses comme le cinema, etre ouverts, variés, profonds ca passe par l'adaptation d'un meme esprit qu'au cinema, arreter de critiquer pour tout et n'importe quoi et etre ouvert d'esprit que ce soit par rapports a certains themes precis, le racisme, le sexe etc.

Quand on dit "ce n'est qu'un JV" pour moi ca veut dire que si tu joues a COD ou MOH ben faut pas te dire "omg putain c'est de la propagande pro US, c'est degeu, c'est scandaleux je le mets dans les moins de mon test", c'est ca que je dis, elle est la l'ouverture, ca empeche pas le media de devenir plus profonds et puissant, faut juste arreter de s'attarder sur des broutilles. Je veux pas dire par la "c'est qu'un JV et il n'a pas pour ambition d'etre autre chose qu'un simple jeu", non c'est tout le contraire meme.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Seish: mais tu te rends comptes que tu prends le problème à l'envers? Je (et Ladanette, BlackLabel ...) suis pas en train de dire qu'il faut brider la création. Je suis en train de dire que personne n'en a rien à foutre de ce que transmettent les jeux aujourd'hui comme image générale de la société qui les créée. Comme je le dis à la fin du jeu, il ne s'agit pas de faire Famille de France et de m'offenser sur tout et n'importe quoi. Il s'agit de dire qu'il y a des choses qui passent, mais que malheureusement comme même les passionnés de jeu et la presse n'en a rien à carrer d'une manière globale, ça ne risque pas de devenir mieux.

Ce qui m'agace avec des attitudes comme la tienne (je ne te jette pas la pierre, chacun prend ce qu'il veut dans chaque média, mais bref) c'est que vous mettez une ombre sur LE POTENTIEL du jeu vidéo. Et quand je parle de potentiel, je ne parle pas de potentiel ludique uniquement. Moi ce que je veux dire par "développer le propos et en parler" c'est faire du jeu vidéo un truc plus large en terme d'ambition de propos que ce qu'il est. Le jeu vidéo ça pourrait être un très grand vecteur de discussion sur des milliers de choses, tout comme il est actuellement un divertissement large pour tout le monde.

Ce que j'essaye donc de dire, c'est que quand il y a matière à parler du fond, de ce qui est raconté, il faut le faire! Pas simplement parce que ça fait du bien de réfléchir, mais aussi parce que si on sanctionne aussi cette donnée, les créateurs vont devoir avancer sur ce point.

Ceux qui brident le jeu vidéo, c'est ceux qui pensent qu'il n'est pas assez bon pour parler d'autre chose que ce qu'il évoque maintenant et surtout avec si peu de réflexion. Je ne dis pas que l'ensemble du média doit être fait de jeu avec une volonté politique, idéologique, philosophique. Je dis qu'il y en a déjà mais que c'est trop basique pour la simple raison que personne n'en a rien à foutre et ça, c'est déprimant.
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Ah ben justement, c'est bien pour cela qu'il faut arreter de le brider si tous veux qu'il evolue ou s'impose.

Tu crois que des series comme Homeland par exemple existeraient a hollywood si les ames bien pensantes disaient "OMG le heros est un americain qui s'est reconvertis a l'islam et qui bosse pour al qaida' ? Non.
Or dans le JV ca aujourd hui c'est impensable, preuve ou on en est aujourd hui en matiere d'ouverture d'esprit, meme niveau sexuel aussi voir une femme nue dans un JV hormis The Witcher ca tiens a du miracle.
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Seishoujyo > Le souci c'est que nous en tant que passionnés on aimerait que notre média préféré évolue et s'impose comme un moyen de partager des thèmes, histoires et autres. Du coup si on ne voit pas plus loin que le bout de notre nez, ça n'arrivera jamais.
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Black Label: ca n'arrivera jamais car la c'est un peu abusé, c'est comme si on faisait un jeu ou tu incarnais Hitler et gerais les camps de concentration facon RTS, la tu prends des exemples extremes.

Enfin quoique il existe des films dans le cinema sur le KKK ou sur Hitler, je vois pas pourquoi le JV devrait etre bridé par une poignée d'ames bien pensantes qui franchement nous emmerdent, y en a marre de voir des debats debiles du genre RE5 est il un jeu raciste, GTA fait il de la segregation contre les cubains, les japonais sont ils des pervers et des pedo ou encore COD ou MOH font ils de la propagande pro US, parce que serieux c'est de la branlette, vous aimez pas ? Ben n'y jouez pas c'est simple.
Kelun
Signaler
Kelun
Si ça colle au contexte, alors oui.

Exemple,

L'histoire du jeu peut très bien se située dans une époque contemporaine fictive qui est en pleine guerre et qui nous mets dans la peau d'un soldat du KKK. De là, après, il faudrait nettoyer toute résistance, pour éviter que la résistance gagne et que le monde soit de nouveau libre et démocratique.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Mais je suis quand meme d'accord avec Mimic et son "ce n'est que du JV", si on arrive pas a faire la difference entre un JV et la realité ben faut arreter de jouer et se mettre au tricot car c'est la que ca commence a devenir dangereux quand on voit plus la frontiere, on melange tout et on s'offusque pour un rien.


Donc si demain y'a un jeu qui sort où on incarne un type du Klu Klux Klan qui bute des Juifs, des Noirs, des Mexicains et des homos en nous expliquant que ce sont pas vraiment des humains, c'est pas grave parce que ce n'est que du jeu vidéo, et que l'important là-dedans c'est si le jeu est bon ou pas sur les graphismes et le gameplay ?
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Caribou je t'arretes tout de suite: fais tourner MOH Warfighter sur PC a fonds et reviens dire qu'il est techniquement pas bon, c'est parmis ce qui se fait de mieux niveau FPS.

Apres j'imagine t'as pas joué a ces jeux non plus et tu te bases sur du vent, enfin j'esperes pas.

Mais je suis quand meme d'accord avec Mimic et son "ce n'est que du JV", si on arrive pas a faire la difference entre un JV et la realité ben faut arreter de jouer et se mettre au tricot car c'est la que ca commence a devenir dangereux quand on voit plus la frontiere, on melange tout et on s'offusque pour un rien.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Oui je sais.
Ça se sent aussi à tes gros dossiers, genre quand tu expliques pourquoi Lords Of Shadows n'est pas une trahison de la licence, ton article est si solide et argumenté que tu pourrais limite le soutenir au tribunal avec preuve à l'appui :lol:


:genre: C'pas faux.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Ouais. Après je suis aussi le seul couillon qui va compter combien on voit tel type d'ennemi dans un Resident Evil, par soucis de cohérence avec le background de la série. J'ai de la chance mais j'ai aussi ma petite malédiction à moi. ^^


Oui je sais.
Ça se sent aussi à tes gros dossiers, genre quand tu expliques pourquoi Lords Of Shadows n'est pas une trahison de la licence, ton article est si solide et argumenté que tu pourrais limite le soutenir au tribunal avec preuve à l'appui :lol:

Quand on aime, ça nous travaille l'esprit, et ça donne des pavés sur Internet B)
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Ben tu as une façon d'aborder le jeu vidéo qui n'est ni idiote, ni déprimante. Alors oui tu as de la chance :D



Ouais. Après je suis aussi le seul couillon qui va compter combien on voit tel type d'ennemi dans un Resident Evil, par soucis de cohérence avec le background de la série. J'ai de la chance mais j'ai aussi ma petite malédiction à moi. ^^
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Merci, je savais bien que je passais pour un gars exceptionnel à tes yeux. :lol:


Ben tu as une façon d'aborder le jeu vidéo qui n'est ni idiote, ni déprimante. Alors oui tu as de la chance :D
Kelun
Signaler
Kelun
Moi je pense que vous vous prenez beaucoup la tête en fait.
kiluuna
Signaler
kiluuna

Ah moi je rentre dans la catégorie des gens qui ne se tordent pas les méninges ni se mouillent la sensibilité.
Les jeux que je trouve "bons" sont des jeux que je trouve "divertissants". J'apprécie le gameplay et éventuellement l'histoire si ça me semble être un élément pertinent à juger.

Mais le propos, je m'en occupe jamais. Même dans le cas de licence qui étiqueté comme faisant part d'un propos particulier. (Par exemple tout le blabla anti-guerre et anti-nucléaire des MGS je m'en fiche.)

D'ailleurs y'a pas que dans les jeux que je fais ça. Certains écrits de Lovecraft nage dans la xénophobie et le racisme les plus complets. Ça ne me gène pas. L'auteur était un raciste notoire. Eh bien soit. Je fais avec et ça n'entache pas mon appréciation de l'histoire et du style.


Billet intéressant en tout cas.


La même chose pour moi. D'ailleurs pour moi il n'y a pas de bons ou de mauvais jeux, juste des jeux qui me plaisent et d'autres non.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

(genre KingTeddy qui prend ce qui lui plaît, le chanceux !).


Merci, je savais bien que je passais pour un gars exceptionnel à tes yeux. :lol:

qu'on voit dans un collatéral,


Ce film :)

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris