CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

Cet article parlera essentiellement à ceux qui connaissent un minimum l'univers de Mass Effect, préférablement ceux qui ont fini le troisième opus.

Je suis arrivé au bout de l'aventure Mass Effect telle qu'elle est proposée dans la trilogie canonique sur consoles et PC. Comme promis, je vais vous proposer mes commentaires sous forme d'articles sur cette saga très à part dans l'univers vidéoludique. Je comptais commencer par un test du troisième épisode, mais pour être honnête, je ne sais pas encore si je l'ai aimé ou pas et ce entre autre, à cause de la fin qui a provoqué un pugilat sans précédent. Je vais donc commencer par m'exprimer sur ce point précis avant de parler du dernier volet au complet.

Pour parler de la fin de Mass Effect 3, je dois préciser d'abord une chose ; je ne suis pas des fans hardcore de tout Mass Effect. Je suis un adorateur absolu du premier volet et j'aime cet univers, ses races, ses problématiques, probablement plus qu'aucun autre qui ait été créé, mais je n'ai pas lu et ne compte pas lire, les comics et autres livres relatant des histoires parallèles ou complétant l'histoire centrale des trois jeux...d'ailleurs, je n'ai pas fait les DLC, mis à part « Turbulences à 900000 pieds », l'un des DLC du premier volet qui nous mettait en face d'une menace terroriste butarienne. Je préférais le préciser dès le départ. Pour tenir un propos correct sur la fin, je pense qu'il sera plus facile d'expliquer déjà ce qui cloche pour moi dans la narration de Mass Effect 3 et ce au long du jeu. Je vous demande de bien vouloir excuser la forme de l'article qui ressemblera plus à une énumération de mes griefs envers la trame qu'à une démonstration complète et ordonnée de mon avis sur celle-ci. La raison est simple et je l'ai déjà exposée. Je ne sais toujours pas ce que je pense de cette conclusion. Peut-être le saurais-je à la fin de cet article.

Une guerre perdue d'avance

Commençons par l'avant Mass Effect 3. Déçu que j'ai été par le second volet, je ne comptais pas acheter Mass Effect 3, du moins pas en neuf. Les premiers retours unanimes en terme de note de la part de la presse n'y ont rien changé. En revanche mon attention a été toute émoustillée par la vague de mécontentement qui a suivi cette fin très controversée. Personnellement, avant d'y jouer, mon idée sur le jeu était déjà qu'il faisait fausse route. L'affrontement de Sovereign dans Mass Effect suffisait à démontrer la puissance brute des Moissonneurs. La fin de Mass Effect 2 nous promettait une annihilation de la Galaxie. En effet la dernière image exposée à nos yeux étant l'arrivée massive de ces machines uniquement animées (de ce qu'on en savait à ce moment là) par l'objectif de l'éradication de toutes les races. La victoire ne semble donc pas de prime abord une option. Mon idée était donc que plutôt que de nous faire jouer la tentative désespérée de sauvegarde de la Voie Lactée, il aurait pu être intéressant de nous faire jouer la fuite des espèces vers des contrées moins envahies de machines tueuses de plusieurs kilomètres de long. En somme, j'aurais imaginé que la trilogie s'achève comme débute la série Battlestar Galactica. Ceci aurait permis d'embrayer sur une autre saga avec les survivants. Évidemment, je n'avais pas à ce moment là toutes les clés en main pour comprendre quels seraient les enjeux de Mass Effect 3.

Mass Effect 3 donne à mon humble avis le pire démarrage de la série. Le premier nous proposait de commencer sur un mystère et de nous faire découvrir l'univers par les yeux d'un soldat qui pour la première fois de sa vie allait voyager dans toute la galaxie. Auparavant il avait servi sur différent bâtiments mais pas non plus de manière aussi étendue. L'univers était ainsi ouvert à nous à peu près en même temps que Shepard et la trame elle, étant une sorte d'enquête, nous révélait les twists en même temps qu'au héros, le catalyseur de notre histoire. La seconde aventure, pour permettre un départ nouveau et l'introduction de nouveaux protagonistes, avait eu l'intelligence de faire mourir le personnage pour deux ans, ce qui justifiait qu'on n'en sache pas plus que lui sur le devenir de ses anciens coéquipiers. La durée de deux ans semblait également à peu près raisonnable pour croire que tout le monde ait tourné la page, si douloureux que cela puisse être. Le troisième volet démarre six mois après que Shepard ait mis en déroute les Récolteurs, soit en détruisant leur vaisseau, soit en le conservant (ce que je n'ai pas fait sur mes deux parties). Il était simplement sous-entendu que Shepard soustrayait le Normandy SR2 et IDA (ou EDI) à l'Homme Trouble.

C'est là que commence déjà les ennuis. Quand on prend le contrôle de Shepard, l'ellipse nous laisse avec six mois dont on ne sait rien mais qui de toute évidence vont nous être rappelé immédiatement par la hiérarchie. Anderson qui nous dit qu'après « nos conneries » n'importe qui aurait été mis à pied, James Vega à qui Shepard parle comme s'il le connaissait déjà un peu, le statut précaire de ce dernier dans l'Alliance...on commence sur une discussion dans laquelle on doit s'impliquer sans connaître réellement quel peut bien être l'état d'esprit du personnage à ce moment là. Est-ce qu'il est énervé qu'on lui ait viré son insigne de Commandant ? Est-ce qu'il a accepté son sort de bonne grâce ? On a été habitué sur deux épisodes à choisir s'il prenait bien ou mal les choses et d'un coup, on se retrouve sans prise sur le passé alors que pourtant le personnage a bien vécu ce passé de six mois. La mise en place a donc été laborieuse à mon avis. C'est aussi ce qui fait que j'ai trouvé cette introduction sur Terre sans éclat aucun. On a jamais pu y aller auparavant, on n'en voit qu'un bout infime à ce moment là et franchement la voir se faire piller à eu pour moi mille fois moins d'impact que la destruction du Normandy SR1 dans Mass Effect 2. Pour finir sur ce démarrage : bordel de merde, où sont mes coéquipiers ?

Difficile de sémouvoir de cette introduction quand on ne sait même pas comment le personnage est arrivé là depuis la fin du volet précédent.

C'est mon second grief concernant la narration de Mass Effect 3 ; le récit amène certaines choses trop facilement, parfois malheureusement pour faire plaisir aux fans. Typiquement, les anciens collègues de Mass Effect 2 (et ils sont nombreux) reviennent tous à un moment ou à un autre et parfois complètement par hasard, comme si les scénaristes c'était senti obligé de nous montrer tout le monde avant la fin. Typiquement, Samara, Jacob et Miranda n'avait à mon sens pas de raison particulière de revenir et leur introduction dans le récit, par des quêtes annexes pour les deux premiers, et dans le récit principal pour la dernière, m'a paru un peu vaseuse et forcée. A l'inverse, Mordin était le bienvenu parce que son histoire dans le second épisode lui donnait une importance et ce que j'ai pu en influencer, il avait légèrement changé sa façon de voir les choses concernant le génophage.

A part pour Mordin, le retour des alliés de Mass Effect 2 est plus là pour faire plaisir aux fans qu'autre chose...la plupart du temps c'est anecdotique.

Dans le même ordre d'idée, le jeu est trop laxiste sur ce que Shepard peut d'accomplir. Je reviendrais en détails un peu plus tard, dans un article dédié, sur ce héros capable d'unir toutes les races, sa caractéristique la plus notable depuis le premier épisode. Cependant je pense que dans l'écriture, il y a eu une trop grande confiance apportée à ce héros. Si le traitement contre le génophage et l'entente entre Krogans et Turiens pour la sauvegarde de Palaven me semblait un objectif raisonnable, compte tenu de ce qui avait déjà été accompli à ce propos dans le second volet, j'ai l'impression qu'en revanche l'entente entre Quariens et Geth était une cause perdue. De manière globale, le jeu ne nous force pas à prendre des décisions alors que c'était l'épisode parfait pour le faire. Par exemple, il aurait été malin de nous proposer une aide Geth très forte, mais au prix de l'amitié Quarienne et de sa flotte. De même, lorsque l'on va détruire le génophage sur Tuchanka, une ambassadrice Galarienne (les galariens sont ceux qui ont développé le génophage) nous dit que si nous accomplissons cette mission, nous devront nous passer de l'aide des Galariens...ce qui est démenti un peu plus tard dans le jeu. J'ai donc été un peu surpris que le jeu permette de résoudre facilement par la conciliation la plupart des problèmes d'ententes pour obtenir une flotte prête à un assaut final. C'est pratiquement comme si les développeurs voulaient qu'on puisse résoudre tous les problèmes de la Galaxie avant sa fin probable.

Certaines alliances se font franchement facilement si on prend en considération le passif des espèces concernées.

A la décharge de Mass Effect 3, on ressent parfaitement la pression sur les épaules de Shepard. Si le jeu peut vraiment être crédité de quelque chose, c'est bien de nous donner l'impression d'être d'une utilité cruciale et, la plupart du temps, pas pour des raisons militaires, mais bien diplomatiques. Alors quand la fin arrive sur Terre et que l'on se retrouve complètement en dehors de la bataille spatiale dantesque qui oppose les Moisonneurs à toutes les races, on peut ressentir un petit pincement au coeur de finalement avoir fait tout ça pour...ça. En effet, la dernière phase du jeu nous mets au sol et ne sachant pas trop quoi faire pour que ce soit le héros qui résolve la fin par lui-même, on nous propose du gunfight, assez intense, où l'on se retrouve submergé pour comprendre qu'on est à la fin. Et dans la dernière ligne droite, Shepard doit courir vers un faisceau lumineux censé le porter jusqu'à la Citadelle et donc jusqu'à la clé du Creuset, la fameuse arme ultime.

C'est là qu'est le souci majeur de Mass Effect 3. Beaucoup se focalisent sur la fin en elle-même mais mon problème est plus général. Pour moi, à partir du moment où le scénario est orienté comme ceci, c'est-à-dire comme une course contre la montre pour construire une arme assez puissante pour détruire les Moissonneurs, on n'a que deux possibilités pour que la fin ne déçoive pas. La première, l'arme ne fonctionne pas, parce que les Moissonneurs sont indestructibles et que l'éradication des races intelligentes est dans l'ordre des choses ; c'est la bad ending. Pour ne pas complètement dégoûter, on pourra proposer une vidéo finale qui sous-entend que certains ont survécus et qu'ils feront leur possible pour prévenir le cycle suivant. Seconde option, plus hollywoodienne mais pas forcément plus stupide, l'arme fonctionne mais au prix d'énormes sacrifices...dont possiblement celui de Shepard : c'est la good ending.

Ça, ça aurait été la fin bisounours parfaite pour moi!

Cette arme, c'est l'excuse que je ne connaissais pas avant de jouer. C'est l'excuse que j'ai du accepter pour jouer à Mass Effect 3. Ce que je ne comprends pas bien concernant la fin du jeu, c'est que finalement elle mélange un peu tout. Les Moissonneurs sont les instruments d'une force plus grande, divine : le Catalyseur. Celui-ci nous explique que l'on a trois choix. Tenter de contrôler les Moisonneurs et les synthétiques d'une manière générale, les détruire (ce pour quoi on est là à la base) ou se la jouer bouddhiste et prendre la voie du milieu qui répandrait Shepard et sa combinaison organique/synthétique dans l'Espace afin que tout le monde s'entende. J'ai personnellement choisi la voix centrale pour une seule raison. Je comptais détruire les Moisonneurs, pour que les organiques vivent, mais le Catalyseur a affirmé que si je choisissais cette voix, les Geth seraient également rayés de la carte galactique. J'ai d'ailleurs supposé que par la même occasion IDA ne serait plus là. M'étant donné tant de mal pour les Geth en particulier, je ne voulais pas consentir à les détruire pour de bon, en tout cas pas sur cette partie.

Au final, on a presque l'impression que construire le Creuset n'a servit à rien. C'est quand même dommage, puisque c'est le coeur du jeu.

Je n'ai aucun souci avec le fait que nos actes passés n'aient pas de répercussion sur la fin parce que pour moi, Mass Effect n'a jamais été un jeu qui joue là-dessus. Les choix se voient dans le court ou le moyen-terme et ont principalement une influence sur le personnage et sa relation aux autres, ni plus, ni moins. Par contre j'ai un problème quand je ne comprends pas exactement ce que je m'apprête à faire alors que pourtant c'est crucial pour le destin de la Galaxie. La toute fin est en effet assez floue que ce soit en elle-même ou ce qui tient lieu d'épilogue, c'est-à-dire une séquence vidéo où l'on voit IDA, Joker et Liara atterrir sur une planète, avec des reflets verts montrant qu'ils sont à moitié synthétiques.

N'étant pas très convaincu de ce qui a bien pu se passer à la fin de Mass Effect 3 et partiellement fatigué de ma journée, j'ai laissé la nuit me porter conseil et ce matin, j'ai été chercher un peu partout des explications quant à cette fin, la première, sans le DLC. L'une des explications qui serait apporté, c'est que toute la partie sur la Citadelle n'est qu'une mascarade des Moisonneurs pour endoctriner Shepard. Les arguments sont solides et effectivement, l'explication tient bien la route. Cependant, j'ai une question qui me taraude fortement quelque soit l'explication : POURQUOI ?

Depuis la publication de la vidéo, Bioware aurait démenti cette version des faits. Pour eux, il faut prendre les fins au pied de la lettre: contrôler, détruire ou se mélanger avec les synthétique, ni plus, ni moins.

Je ne pense pas que cette fin soit mauvaise, ou bonne, je pense que ce n'est simplement pas une fin. D'abord elle est un peu évasive à première vue. Même en admettant l'interprétation qui considérerait que Shepard est en train de se faire endoctriner dans la toute dernière ligne droite, je ne comprends pas l'intérêt d'une telle fin. C'est un mind-fuck oui, mais pour moi, ça ne résout absolument pas la guerre galactique et c'est juste valable pour le concept d'avoir « endoctriné » le joueur. C'est une jolie anecdote, mais ça laisse en suspens le sort de la Galaxie puisque si j'accepte ce délire, alors Shepard est juste mort...et pour rien.

Je ne vais m'étendre beaucoup plus, puisque je ne vais de tout évidence nul part. J'attends, plus que d'habitude encore, vos commentaires pour en discuter. Tout ce que je peux dire, c'est que Mass Effect 3 sur le plan narratif m'a vraiment fait croire que j'allais avoir le blues de cette saga, comme j'ai eu le blues au dernier chapitre de Harry Potter. Je voulais une fin simple, bonne ou mauvaise, mais simple, avec une lueur d'espoir, mais surtout un épilogue qui me donnerait l'impression que je n'ai pas parcouru des années lumière virtuelles pendant près de six ans sans raison. A l'arrivée, je me retrouve avec pas forcément beaucoup d'interrogation, mais une vraie incompréhension de ce qu'on m'a proposé, ni admiratif, ni dégoûté par cette arrivée...simplement perplexe. Et pour moi c'est peut-être pire que de la déception. Heureusement, ça ne me gâchera pas la saga pour autant.

Voir aussi

Jeux : 
Mass Effect 3
Ajouter à mes favoris Commenter (22)

Commentaires

Kelun
Signaler
Kelun
La fin verte, la synthèse, c'est une sorte de symbiose psychologique et intellectuelle. a partir de cet instant tout les organiques comprennent le point de vue, la façon de voir des synthétiques et vice versa.

Après, vous avez oubliez de parler de la vraie bad end, celle ou on refuse les trois choix et que la moisson continue et se termine. Celle où on voit la capsule temporelle de Liara pour prévenir les futures races.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

De manière globale, le jeu ne nous force pas à prendre des décisions alors que c'était l'épisode parfait pour le faire. Par exemple, il aurait été malin de nous proposer une aide Geth très forte, mais au prix de l'amitié Quarienne et de sa flotte. De même, lorsque l'on va détruire le génophage sur Tuchanka, une ambassadrice Galarienne (les galariens sont ceux qui ont développé le génophage) nous dit que si nous accomplissons cette mission, nous devront nous passer de l'aide des Galariens...ce qui est démenti un peu plus tard dans le jeu.


Oui ça c'est super naze.
Moi j'ai conservé le génophage actif en simulant un remède, et les Krogans ont cru qu'ils étaient guéris (ce que j'ai trouvé super drôle en passant :D ), mais sinon tu choisis rouge ou bleu c'est pareil les événements continuent. Comme toi j'aurais souhaité perdre des appuis.

Mais c'est pareil dans le 2, j'aurais aimé que des coéquipiers meurent en conciliant, et d'autres en Pragma. Mais tu peux tout résoudre donc ça rend le système de choix bidon.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Fini hier, blacktesté aujourd'hui B)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Black: tu l'as fini?
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
J'ai beaucoup aimé le début (à part les sprites qui courent de côté :lol: ). Le coup du gamin est maladroit à cause de ses dialogues clichés, mais ça reste une bonne idée pour donner une âme à Shepard et une tension dramatique quand on voit la navette exploser (je pense qu'il aurait été plus judicieux et plus fort d'ailleurs de faire exploser tout un groupe de gamins).

Les décors sont comme je les espérais dans le 2, les gunfights sont bien meilleurs. Par contre IDA en robot moche et Muscleman... :/
upselo
Signaler
upselo
Perso, j'avais Tali et Legion, j'ai fait tout ce que j'ai pu pour les assembler, et le jeu m'a pas laissé la possibilité de le faire... :/
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Sitael: Quoi qu'il en soit, merci quand même de commenter, d'autant que pour le coup je suis assez intrigué par les réactions des autres (plus que je ne le suis d'habitude)
@Zig: Quand Tali et Legion sont vivants, t'as deux moments où tu dois accepter les propositions des deux camps et c'est tout, les deux sont sauvé en somme. En fait le truc c'est que dans le déroulement, j'y ai pas fait gaffe, je cherchais juste à réunir tout le monde pour qu'on puisse botter le cul des Moissonneurs, mais quand les deux ont lancé la cinématique de réunion des espèces, je me suis dit "ça va c'est pas trop dur au final".
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Sitael: bon pour la forme, arrêtes de me vouvoyer (d'autant que tu introduit un "ton article" au milieu). On est pas dans une réception mondaine à la mairie de Paris, donc épargne nous les ronds de jambes, on est entre amis là!

Pour ce qui est de l'extended cut, je ne suis pas idiot, et je sais bien qu'elle existe, puisque le jeu te propose de la télécharger quand tu démarres ta partie (et surtout j'ai suivi la débacle de la sortie du titre). Je ne l'ai pas fait parce que je voulais comprendre ce qui avait mis la rage à tout Internet à la sortie du titre. Surtout, je suis contre l'idée de demander à un créateur de modifier son oeuvre à posteriori de base. Qu'on critique la fin oui, qu'on en demande une autre, non. Je ferais la version extended plus tard, quand je me referais les trois ME d'affilé. En l'occurrence je donne mon avis sur la version sans la cut et je le précise, à partir de là, libre à toi de me dire ce que rajoute cette version de la fin, mais ne me reproche pas de donner mon avis sur le terreau initiale. J'ai le droit de dire que la version de Blade Runner originale est géniale, mais que la director's cut est meilleure. Ca n'enlève rien au fait que l'originale existe quand même. Il n'y a pas de vraie ou de fausse version de mon point de vue.

Sinon effectivement le jeu t'enlève une partie des troupes Galariennes, mais quand on exploite le jeu de fond en comble et qu'on a joué parfaitement, ce qui est très faisable (ce n'est pas un exploit de sauver tout le monde dans ME2) le jeu va un peu trop loin à mon goût en terme de permissif et ce n'est pas parce qu'il y a un choix où personnellement je ne vois pas comment j'aurais pu duper Wrex qui est quand même un allié qu'on apprécie depuis le premier volet, que ça remet en cause mon impression que globalement, le jeu nous laisse tout faire et tout résoudre pour être sûr qu'on est tout à la fin.

Et encore une fois, ce n'est pas un procès à charge envers Mass Effect 3, ou ME d'une manière générale. Simplement, j'ai trouvé que cet épisode par son projet de départ (la construction du Creuset, arme cachée et améliorée de cycle en cycle) est plus faible en terme de narration SUR LA FIN que les autres et pousse un peu quelques détails. C'est pas parce que je dis que pour moi c'est trop permissif, que je n'ai pas aimé sauver et réconcillier les Quariens et les Geth.
Sitael
Signaler
Sitael
Bonjour !

J'ai quelques problèmes avec cet article.
Tout d'abord vis à vis de ce qui est dit sur la fin.
Vous parlez d'une origine "divine" du catalyseur, etc...
Cela fait maintenant un mois qu'est sortir le DLC gratuit extended cut. Il n'est pas "bonus", mais contient bel et bien les détails attendus sur CERTAINS points concernant la fin du jeu. On y apprend l'origine du catalyseur, des moissonneurs, on en apprend sur les créateurs, etc... Avec des références à certaines bonnes œuvres de SF connues aussi, ce que j'ai perso apprécié.

Bref pas d'origine "divine" sortie de nulle part comme prétexté dans cet article !
Il serait bon d'être à jour sur les explications données par le jeu, avant de donner un avis sur la fin. Je ne blâme pas hein, c'est juste histoire d'avoir toutes les cartes en mains pour juger (je n'ai pas non plus aimé la forme de la fin telle qu'elle était, et l'extended cut m'a bien réconcilié). Cette fin étendue apporte d'ailleurs beaucoup de réponse quand au devenir des coéquipiers, de l'impact réelle du choix fais après la guerre, et de ce qui se passe pendant que l'on est à bord de la citadelle. Je vous conseil fortement d'y jeter un oeil, ne serait-ce que sur youtube si vous ne voulez pas vous retapez la fin in-game.

Le Creuset semble quand à lui être un Deux Ex Machina si on oublie deux trois trucs : avant l'arrivé des moissoneurs, les résultats de recherche sur les prothéens ou sur une arme soit disant capables de détruire les calamars de l'espace n'intéressent personne. Aucun crédit n'y est apporté avant que l'alliance le voit de ses propres yeux.
De plus, son origine est son utilité est traité dans le DLC l'ED. Il semble être un fusible que les créateurs ont mis en place pour se débarrasser de leur création (je n'expliquerai pas pourquoi, ni le rapport avec le catalyseur, il faudra voir l'EC pour cela), mais qui c'est révélé être un échec. Les plans semblent avoir été caché pour laissé une chance aux suivant. Les moisonneurs et le catalyseur ne l'ont pas éradiqué la seconde fois qu'il est apparue, pour, il semblerait, en faire un "test" pour les organiques (qui serait capables ou non de sortir de leur logique de destruction organiques/synthétiques).

Bref, il faut regarder l'EC et en reparler ^^, la fin sans, étant en effet dépourvue de nombreuses explications. (l'EC balaye complètement la théorie de l'endoctrination, au passage, car on voit clairement que ce qui c'est passé est réel, par le récit d'autres personnages sur les conséquences des fins choisies...). En refaisant un run complet ME1-3, j'ai même trouvé que le thème de la fin est amené depuis le début, au travers de nombreuses situations.

Sinon j'ai juste trouvé qu'il y avait un peu mauvaise fois sur un truc dans ton article.
Si on refuse de trafiquer le génophage, les galariens ne nous rejoignent pas. Seulement le GSI, si le Major Kirae est vivant. Et une flotte d'une colonie si on a sauvée leur oeufs dans une quête annexe.
Je trouve donc que la phrase où tu affirmes que le jeu ne pousse pa sdu tout à faire des choix est fausse.
Les développeurs ne veulent pas que l'on résolve tout les problèmes, car nous n'y sommes pas obligés, mais que toutes les thématiques abordées durant les 3 épisodes trouvent une résolution ici. Bonne, ou mauvaise, ou amer, moitié moitié.


Les choix sont existant dans le conflit Geth-Quariens ! Je trouve votre avis étrange là dessus, car on peut clairement sauver les geths et sacrifier les quariens, en voyant Tali se suicider ! On peut les rallier, ou laisser les quariens détruire les geths ! Le débats sur la conscience d'une machine et le pouvoir de vie ou de mort sur eux de leur créateurs est abordé.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Merci beaucoup Yilduz pour ton avis éclairé. Une chose est sûre et même si je trouve que c'est un scandale d'avoir besoin des DLC pour comprendre le début de Mass Effect 3, j'aime suffisamment la série pour acheter tous les DLC au moment où je la recommencerais depuis le début pour me refaire les trois épisodes.
Yilduz
Signaler
Yilduz
Intéressant, comme toujours.

Malgré ses énormes défauts (le début et la fin notamment) je voue un culte entier à ce Mass Effect 3. Pour moi, une de ses énormes réussites en terme de narration, c'est d'avoir réussi à me faire comprendre dès le magnifique écran titre que tout était perdu, tout en malgré tout me donnant une illusion d'espoir tout au long du jeu. Dès le début je sais que tout va mal finir, mais je garde espoir et je me bats avec Shepard.

C'est là que la fin m'a déçu, d'ailleurs : Shepard ne s'y bat plus. Il accepte sans discuter ce que lui dit le catalyste, alors qu'il a passé trois épisodes à toujours chercher une autre voie que celle qu'on lui proposait : Vous voulez me mettre à pied ? Je vole le Normandy. Vous ne voulez pas préparer l'arrivée des Reapers ? Je collabore avec une organisation terroriste. Il faut choisir entre Quariens et Geth ? On va essayer la paix.

Comme d'autres l'ont dit, tu peux avoir pendant l'aventure des résultats plus nuancés que les Quariens et les Geths s'aiment, finalement et t'aident tous deux à la fin. Si tu as eu un résultat un peu bisounours, c'est peut-être que tu es justement un bisounours et que tu as joué full paragon ^_^ Moi aussi j'ai réussi la paix entre ces deux peuples, mais une partie des Quariens me fait la gueule et ne vient pas aider l'effort de guerre, notamment parce que j'ai botté un de leurs amiraux du Normandy à coups de tatane dans les fesses. Pareil avec les Salariens : seules quelques troupes m'ont été accordées, notamment sous l'influence du Major Kirahe que j'avais sauvé dans ME1 ; mais dix fois moins qu'un pote qui a choisi de niquer les Krogans et de saboter la cure du génophage.


Ton soucis avec le début viens du fait que tu n'a pas fait le troisième DLC de ME2, "l'arrivée" qui donne toutes les raisons du pourquoi du comment Shepard est la ou il est dans la position ou il est au début de l'aventure. Seul DLC indispensable pour le 3 de part cette raison. Contrairement au Courtier ou à Suprématie qui se contentent de donner de petits bonus ici et la dans l'aventure quand on recroise les personnages de ces DLC.


Je suis d'accord avec tout ce que tu dis, sauf sur le Courtier qui permet de creuser la personnalité des personnages, ne serait-ce que via les dossiers que le courtier a sur chacun d'eux. Et, pour moi en tous cas, c'était la première fois que Shepard était amené à parler de ses motivations profondes, qui ont franchement changé ma perception du personnage. Je pense que je n'aurais pas apprécié ME3 autant si je n'avais pas fait ce DLC.


Ensuite, j'ai pas aimé le principe de la mission parce qu'on nous fait recruter un tas de gens, fort sympathique, mais je ne comprends pas comment on est censé combattre les Reapers autrement qu'avec des vaisseaux. Les troupes au sol, c'est trop peu trop tard, c'est pas malin stratégiquement.


Sauf qu'il n'y a pas d'autre option. Aucune flotte n'est assez puissante pour résister aux Reapers ; d'ailleurs chaque armada de la galaxie se fait tailler en pièces ou doit fuir la bataille. Hackett précise au début qu'il a dû sacrifier une des trois flottes qui stationnaient en orbite autour de la Terre pour laisser le temps aux deux autres de se replier. Et même à la fin, où j'avais un peu plus de 7000 en préparation militaire, il est très clair qu'on n'a aucune chance de faire autre chose qu'une diversion.

Le seul terrain sur lequel les organiques ont quelques chances de se battre, c'est au sol, pour ralentir la moisson et sauver le plus de gens possible. Sans espoir de victoire.


deus ex machina un peu énorme


Pour moi LA grosse faiblesse de la trilogie. Les scénaristes ont recours tous les deux rebondissements à un deus ex machina et à un moment, moi, ça me fatigue. Je peux croire que le héros se trouve au bon endroit au bon moment pour rencontrer la bonne personne, ou que comme de par hasard on tombe sur les plans de tel outil juste quand on en a besoin. Mais recourir à cet artifice douze fois par épisodes, c'est un peu facile.


Pour finir cet indigeste pavé, je ne peux que te conseiller de refaire la fin avec l'Extended Cut, qui est loin d'être une réussite, mais qui présente au moins l'avantage de lever une partie des incohérences et des questions qu'on a en voyant l'indigne fin originale du jeu. Je te conseillerais bien aussi de carrément refaire tout le jeu ensuite, on voit pas mal de choses différemment, ce qui est intéressant, mais souligne l'échec cuisant des scénaristes à faire passer un propos clair du premier coup. Mais après tout, c'était peut-être leur intention d'être obscures.
Multani
Signaler
Multani
Aucun rapport avec l'article, je ne le lirai qu'après avoir fait ME:3.
Mais ton gif de Scarlett me trouble au plus haut point...
Cronos
Signaler
Cronos
Je comprends le souci, et c'est un vrai problème sur ME3. Surtout que du coup, refaire le jeu une seconde fois permet de voir les artifices des développeurs pour conduire à la fin qu'ils veulent. M'enfin j'étais pris dedans et l'artifice marchait parce que j'avais l'impression d'avoir mon aventure, sans que ce soit non plus incroyable.
Je suis beaucoup plus fan du second opus, et sa structure découpé avec chacun des personnages en mission recutement/mission loyauté, afin de se rapprocher des personnages et de les balancer à l'abattoir lors de la mission suicide. C'était même trop facile de réussir à garder tout le monde en vie, et j'aurais préféré que Bioware rende la tâche plus ardue mais bon...
mr patate
Signaler
mr patate
(ah oui, et dans les trucs osef aussi, j'ai oublié le gamin, genre : attention, c'est le moment émotion maintenant ! :D. Car c'est pareil que la terre, osef de ce gamin. On s'en fout, et les phases de rêves étaient juste reloues. Shepard a perdu plein d'amis, mais non, il rêve d'un gaminqu'il a vu 2 minutes 1/2, c'est juste pas crédible, et vraiment trop hollywoodien dans le mauvais sens du terme pour moi)
mr patate
Signaler
mr patate
Perso, j'ai trouvé cet épisode juste mauvais du début à la fin.
Comme toi j'ai kiffé le 1er en son temps, un des mes tops sur cette gen, que je survendais à quiconque n'y avait pas joué lol, sans devenir un fan hardcore et tout, et comme toi, j'avais juste bcp aimé le jeu quoi, et comme bcp de ceux qui avaient adoré le 1er, le second, malgré ses qualités, m'avait déçu.
Mais il y avait encore de bonnes choses. Mon plus grand reproche le concernant est sa couloirisation à outrance, et le fait qu'il ne m'ait pas fait rêver. les phases en Mako étaient largement perfectibles, mais elle apportaient une sensation de liberté, et de découvertes de planète, sensation de découverte qui a disparu avec le second épisode.
le 1er est plein de défauts, même si je l'adore, mais j'aurai aimé voir ces défauts corrigés, pas complètement zapper les trucs à améliorer (ou les remplacer par un truc relou au possible comme le scan des planètes).
Ah oui, et dernier truc pour le second : j'ai attendu tout du long que ça décolle, et juste quand ça commence, juste quand le jeu commence à m'emporter avec lui, commence enfin à devenir épique... et ben hop, c'était fini :D
Par contre, ce troisième épisode, non.
Je suis désolé, mais non.
Le scénar, les dialogues, les situations, l'histoire watthefuckeste, le coup du gamin, Shepard transformé en bon marines améri... euh humain, les persos secondaires traités à l'arrach, etc...
La fin, même si je l'avais trouvé naze, ne m'avait pas tant choqué que ça, car elle est pour moi dans la continuité de l'épisode tout entier, qui se résumera en un seul mot me concernant : gâchis.
Cette licence, cet univers ont été gâchés.
Pour moi, la série continue ainsi sa chute entâmée dans le second épisode, mais passe cette fois contrairement au second épisode le point de non retour, pour s'écraser sur l'autel de la rentabilité et des impératifs imposés par EA.
Ca manque de finesse, ça manque d'intelligence, ça part dans tous les sens mais maladroitement, et surtout, ça manque complètement d'émotion.
Tu le dis bien, la terre, osef, on l'a jamais vu, on est moins impacté que lors de l'attaque de la citadelle à la fin du 1. Les morts des anciens coéquipiers sont traitées à l'arrach (Mordin par exemple), et la fin est plate, complètement plate, tout comme le jeu, à ce niveau.
Voilà. Ca m'a vraiment rendu "triste" (tout est relatif hein, je vais pas pleurer pour un jeu haha), car j'espérais quand même un sursaut de cette licence, mais non.
Bref, pour moi cet épisode, dans sa narration, son scénario comme sa gestion des personnages est juste raté, et me coupe je pense à jamais de cette franchise, et cet univers que j'ai adoré découvrir dans le 1er épisode.
Sauf si sursaut il y a.
Ah oui, et avant que les fanboys ne me tombent dessus, c'est juste mon avis !
Je ne dis pas avoir raison, mais c'est mon ressenti.
Je comprends qu'on puisse aimer quoi, aucun soucis, mais pas moi ;)
Joniwan
Signaler
Joniwan
alors, écrivons un commentaire en lisant l'artcle (j'écris pelle melle en réastion à ce que je vais lire)

je suis d'accord avec toi sur le démarrage pourri de ce 3eme opus. par contre pour ton incompréhension, il fallait faire le dernier DLC du 2, ou tu balances un météore sur un relais pour empêcher cette armée de moissonneurs d'arriver... deux jours plus tard ^^'

Pour ce qui est des DLC justement, tu devrait faire celui du 2, le "courtier de l'ombre" ;) s'tu veut tu passera à la maison je te le ferait jouer, ça t'économisera 10 euros :P

Comme toi, j'avais pas aimé le 2 en son temps. Mais mon avis à bien changé quand je me suis lancé dans mon "reboot" de la série quelques mois avant la sortie du 3. meilleur gameplay que le 1, mais au détriment d'une certaine liberté d'action, un jeu moins "bac à sable". Malgré tout, au final, je le trouve suffisament riche, surtout quand on sait qu'uniquement la trame te prendra 30 heures si tu veut la faire en entier, contre 8 pour le premier opus...
On perdait aussi quelques phases comme les ascenceurs ou le Mako, mais au final, ils ne nous manquent pas tant que ça.

Sur la question des choix, je ne suis pas d'accord, tu en as de très importants, comme le choix entre la flotte quarienne et la flotte Guet (j'ai eu ce choix douloureux, la flotte quarienne, anéantie...) ou encore guérir ou pas le génophage (ce qui peut avoir des conséquences désastreuses sur ta relation avec Mordin, ce dernier voulant absolument le guérir, même contre ton avis...

Puis pour la fin, je suis pour l'endoctrinement. je n'ai pas encore fait "l'extended cut" et je ne sais pas si cette théorie est toujours valable, mais c'est celle que je prends pour moi :D
A partir de cet endoctrinement, plusieurs choix possibles...

Perso, GOTY 2012, sans hésitations. J'attends la sortie de tous les DLC, et je recommence les 3 :P

et j'attends toute une folpée de petits spin offs :D (et pas un MMO siouplait :o)
Kelun
Signaler
Kelun
En fait Upselo est partisan du "on pacifie tout la planète pour tuer l'infanterie ennemi". :D
upselo
Signaler
upselo
Non mais pas forcément des vaisseaux spatiaux style Normandy. Les petites boites à chaussures, avec portes papillons, tu mets un laser dessus, c'est tout bon.
chocolat
Signaler
chocolat
@Seb:
La fameuse "Bad Ending" dont tu parles, elle existe, elle a été rajouté dans le DLC!
upselo
Signaler
upselo
Enfin la Moisson c'est pour construire d'autres Reapers non ? Sauvegarder les espèces qu'ils détruisent (alors que tous les Reapers se ressemblent mais bon) ? C'est pourquoi on avait le Reaper/Terminator ridicule du 2 non ? Je sais pas pour moi, ça reste des gros vaisseaux avec d'énormes lasers, c'était jusqu'à présent leur mode d'attaque non ?
Enfin, voilà, le combat au sol contre une armada si grande, je trouve ça par essence futile en fait. C'est logique quand tu veux t'infiltrer quelque part, quand tu veux récupérer un truc ou autre (comme dans la plupart des missions des trois volets en fait), mais défendre la terre au corps à corps, mon dieu oO Mettez les moi tous dans des vaisseaux pour faire le ménage efficacement. Un biotique surpuissant, un salarien d'élite ou même un Krogan, ça vaut pas tripette contre un pauvre péquin dans un vaisseau pour moi.
upselo
Signaler
upselo
Je suis d'accord que l'intro laisse à désirer, mais pour d'autres raisons. C'est surtout que mettre autant de Reapers sur Terre, ça ne laisse aucune chance de s'en sortir. Mais aucune. Déjà un seul faisait flipper le gratin de la galaxie dans le 1, là, c'est overkill. Et du coup ça décrébilise les Reapers aussi.
Ensuite, j'ai pas aimé le principe de la mission parce qu'on nous fait recruter un tas de gens, fort sympathique, mais je ne comprends pas comment on est censé combattre les Reapers autrement qu'avec des vaisseaux. Les troupes au sol, c'est trop peu trop tard, c'est pas malin stratégiquement. Alors magiquement y'a le Crucible, deus ex machina un peu énorme.

Pour le pourquoi de la fin a déçu, pour moi y'a le côté très peu clair de ce qu'il se passe réellement (beaucoup disent en se basant sur les DLC que la destruction d'un relais détruit obligatoirement toute vie dans les systèmes adjacents, menant à croire que tout le monde meurt dans l'explosion des relais quelle que soit la fin choisie, auquel cas, tous les choix qu'on a fait -guérir le génophage, instaurer la paix Geth-Quarians ne servent strictement à rien). Y'a le problème que l'explication fournie par le Crucible est bancale (détruire les organiques pour éviter leur destruction totale lors de guerres avec les mécaniques alors qu'on peut arriver à les faire s'entendre, etc). Y'a le problème que les différents choix ne riment à rien (fusionner organiques et mécaniques, ça veut dire quoi ? comment ça se passe concrètement ?). Et surtout l'impression très dérangeante d'avoir combattu un ennemi pour finalement se plier aux choix qu'ils nous imposent. Ca ne me dérange pas de perdre, mais à la fin, on a l'impression d'abandonner le combat.

Mais je suis d'accord avec toi, certains problèmes narratifs de Mass Effect 3 sont la conséquence directe des opus précédents.
newgamemachine
Signaler
newgamemachine
m'en vais le lire demain à tête reposée, l'intro donne déjà envie ! :D

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris