CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Silence, Moteur, Action!

Burton, Burton, Burton...je l'aimais inconditionnellement il n'y a encore pas si longtemps que ça. Mon réalisateur de coeur avec qui je me sentais bien, noyé dans sa magie et son macabre humour. Et puis il a collaboré avec Disney, cette boîte que j'adore par ailleurs, mais qui lui a fait tant de mal, ou plutôt dans laquelle il a eu tant de mal à ne pas partir en dépression complète. Le résultat était aussi décevant que la surprise de le voir travailler avec la boîte qui lui avait « volé » Jack Skelington en l'obligeant à le sortir sous leur label Touchstone. Alice au Pays des Merveilles m'avait dégoûté, à un point tel que j'en arrivais à avoir du mal à revoir ses anciens films, n'y voyant désormais que la redondance dont tout le monde me parlait avant. Johnny Depp, Helena Bonham Carter et Danny Elfman, la team reflet de cette redondance. A la fois bons dans ce qu'ils font, mais répétitifs forcément.

Les rumeurs de son retour avec Dark Shadows, La Famille Addams ou encore Frankenwinnie m'avaient tout à la fois rassurées, parce qu'il revenait à son style pour moi complètement absent de Alice, et dans le même temps assuré qu'il n'arriverait pas à se renouveler, prenant encore la même équipe, les même thèmes encore et toujours. Pourtant, j'ai trouvé Dark Shadows, son dernier bébé très très réjouissant.

Déjà, Dark Shadows est le prétexte parfait, dans l'interprétation qui est faite pour le film, pour faire du pur Tim Burton. Celui-ci nous narre l'histoire de Barnabas Collins, un homme dont la femme a été sacrifiée par une sorcière dingue de lui, qui pour le forcer à réfléchir à leur relation (et surtout ne pas rejoindre sa femme dans l'au-delà) l'a maudit et transformé en vampire avant de l'enfermer dans un cercueil de métal dont il ne ressortira qu'en 1972...en plein époque hyppie. Ce pitch permet donc de jouer à la fois sur l'épouvante, le genre cinématographique préféré du réalisateur et sur l'humour, son humour, qu'il aime à glisser dans pratiquement toutes ses films depuis Pee Wee's Big Adventure.

Pour le coup, le cocktail est savoureux. Ne vous détrompez cependant pas, c'est vraiment du pur Burton. L'ouverture est la soeur (jumelle) de No Place Like London de Sweeney Todd. L'arbre du bord de la falaise d'où tombe Barnabas n'est pas sans rappeler l'arbre des morts de Sleepy Hollow. Le château nous ramène directement à Edward Scissorhands. Les couleurs flashy sont dans la veine de Charlie and the Chocolate Factory. L'humour décalé et parodique renvoie à l'hommage du cinéma bis de science-fiction qu'était Mars Attack.

Cependant et c'est là que ça devient intéressant, Dark Shadows multiplient les références, à la fois à l'univers de Burton et à celui des films d'épouvante comme le Dracula de 1931 (ceux qui l'ont vu y penseront directement) ou des années 40-50 de la Hammer, mais ne s'arrête pas simplement à ça. Le tout se parre de l'ambiance baba-cool des seventies qui n'est pas pour déplaire. Les voitures, les hyppies (qui une bien bonne scène), un concert de Alice Cooper et la bande-son d'une manière générale qui est génialissime, le tout en conservant donc la saveur « spooky ». C'est un peu comme voir un Scooby-Doo à moitié sérieux. Pour finir sur les petits plus qui font plaisir, on dirait qu'enfin Burton sait écrire les dialogues, chose qui globalement lui manquait terriblement malgré les univers fantastiques. La plupart des répliques sont super bien délivrées et le duel entre Johnny Depp et Eva Green est assez exquis. D'ailleurs, je ne manque de dire qu'il ajoute une touche de sexy au film qu'on avait pas vu depuis Batman Returns et sa Michelle Pfeiffer toute de latex noir vêtue.

C'e'st marrant on dirait une poupée Barbie sur cette affiche.

Au final Dark Shadows est à mon avis, le vrai retour de Burton après un Sweeney Todd qui pourra largement déplaire pour son aspect comédie musicale, avec certaines chansons que même moi je désavoue (et pourtant j'adore le film) et un Alice in Wonderland lui ressemblant très peu, notamment parce que le numérique complet nuit gravement à son univers plastique qui a mainte fois prouvé qu'il avait besoin de chose solide pour fonctionner. Le casting est certes encore une fois trusté par Johnny Depp et sa charmante femme, Helena Bonham Carter, mais le retour de Michelle Pfeiffer devant sa caméra a été pour moi un délice, et Eva Greene, parée de sa blondeur platine et d'un décolleté à faire changer un pape de vocation, était tout simplement parfaite dans son rôle. Dark Shadows donc, pour les amateurs de Burton, ou pas d'ailleurs, c'est un film drôle, avec un bel univers, travaillé et emprunt d'un cachet disparu depuis longtemps que malheureusement on ne retrouve qu'à la Maison Hantée de Disneyland, à la fois d'épouvante et humoristique, un casting top tier, de bonnes répliques et une bande-son qui déchire sa maman. Pour les hostiles au maître du macabre, je ne suis pas persuadé que ça vous fera changer d'avis.

PS : Le film parvient à résoudre le « dilemme » moisi de Twilight en 30 secondes...bien vue !

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Commentaires

Kyalie
Signaler
Kyalie
"Le casting est certes encore une fois trusté par Johnny Depp et sa charmante femme, Helena Bonham Carter,"
Euh dis "et la charmante femme du réalisateur" parce qu'on a vraiment l'impression dans la phrase que c'est la femme de Johnny Depp !
romrom
Signaler
romrom
Je l'ai vu et je suis complètement d'accord avec toi. Un film blindé de références mais qui sort son epingle du jeu avec un côté plus sexy, de bons dialogue et un Johnny Depp qui je trouve pour une fois n'en fait pas des caisses. Mention spéciale pour Michelle Pfeiffer superbe en chef de famille autoritaire.
Waylander&Kevane
Signaler
Waylander&Kevane
Je vais le voir ce week end, je suis curieux de voir ce que ça va donné.
Chrisleroux
Signaler
Chrisleroux
Je sors du ciné (bon ok je mens depuis j'ai mangé dehors, trainé sur Lille et là je rentre) ce fut un moment sympatique, je ne me suis pas ennuyé mais n'ai pas été transporté pour autant. Non je ne crache pas dans la soupe, je ne suis pas allé voir Alice pour une bonne raison (j'ai eu un mauvais préssentiment) donc là je n'ai pas hésité le trailer semblait prometteur et s'est avéré être bon, ça reste un bon moment mais je ne serai pas marqué pour autant.

<<Suivant !>>
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

je sature méchamment de Johnny Depp en particulier


Il joue très mal lorsqu'il est en roue libre, ce qui est souvent le cas avec Burton (et dans Pirates des Caraïbes), quand il commence son délire "décalé".
Martinman
Signaler
Martinman
Je suis rassuré ! Je suis rassuré ! Je suis rassuré ! Je suis un des fans numéro 1 de Burton, et Alice m'a franchement DEGOUTE X(

Alors si ce Dark Shadows est réussi, je vais peut être dépoussiérer ma photo dédicacé :D
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Liehd: Je peux pas te dire ce qui fait un bon Burton, mais je peux te dire c'est quoi les ingrédients de son cinéma qu'on retrouve dans TOUS ses films exceptés Alice. Déjà le point de départ c'est que le héros du film est différent et que la normalité est choquante parce que la différence nous est toujours montrée de manière à paraitre étrange. Par exemple Jack Skelington vit dans un monde bizarre, mais comme c'est le premier qui t'es présenté t'as de l'empathie pour lui quand personne ne veut de ses cadeaux empoisonnés...alors que dans l'absolu on devrait pas être de son côté. C'est la même chose pour Edward, pour Charlie, pour Batman, pour Bigfish, pour Ed Wood etc.

Le bizarre est la normalité et le normal est bizarre. Pour moi ça c'est plus important dans son cinéma que le macabre. Tout le monde pense que le plus Burton de ses films c'est Nightmare Before Christmas qui est mon film préféré juste après The Prestige, mais au-delà du fait que c'est pas lui qui l'a réalisé (ça reste son film qu'on s'entende) moi je trouve que Batman Returns ou Mars Attack sont aussi parfaitement Burtonien. Parce que comme dans le Frankenstein de 1931 (dont il est de tout évidence fan quand tu vois les référence au moulin dans Sleepy Hollow et Frankenweenie) le personnage central n'est pas dans la norme et pourtant c'est lui que tu aimes.

Après tout le reste, c'est du domaine plastique et là c'est pareil, que l'univers soit macabre ou pas, il a toujours une forte personnalité et des spirales dedans (oui c'est important les spirales il y en a partout chez lui). A part la Planète des Singes qui est une commande fait mainstream (et qui par ailleurs me semble pas être un mauvais film, mais block-buster sympathique) tous ses films ont un univers plastique fort, même Pee Wee, même Ed Wood. Et sauf Alice donc qui a un univers numérique qui sonne faux.

Par contre les défauts récurrents pour moi c'était les dialogues rarement très bon et une certaine redondance donc dans l'aspect graphique (qu'évidemment tout le monde voit en premier et pas le contenu). Et je trouve que Dark Shadows a réglé les deux de mon point de vue.
Joniwan
Signaler
Joniwan
Je lirais ça quand j'aurais vu le film, je deteste me spoiler ^^
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Keu-waaaa ?
Déjà vu ?
M... mais, c'est pas bien de faire ça aux honnêtes gens qui l'attendent avec impatience depuis des lustres !
Surtout que moi, j'en attends beaucoup depuis le départ : un retour aux sources, effectivement.
Alice ne m'avait pas choqué, loin s'en faut, mais je trouvais qu'il manquait un peu d'âme. Sweeny Todd, je n'avais pas accroché du tout, du fait de la noirceur du propos qui n'était pas, comme à l'accoutumée, contrebalancé par la poésie macabre si particulière de l'auteur. Alors que j'avais trouvé ça dans Charlie et la chocolaterie (c'est pourtant pas faute d'avoir traîné les pieds au moment d'aller le voir) ou les Noces Funèbres, que j'ai adoré. En fait, pour moi, Burton, c'est un génie, mais c'est aussi le cinéaste de l'inégal, capable d'afficher dans une même filmo la Planète des Singes et BIg Fish.
Force est de constater qu'il a une immense notoriété, mais que tout le monde n'apprécie pas les mêmes choses, chez lui. Et donc pas les mêmes films. Il y a un tel écart, souvent, d'un film à l'autre que ça crée des divergences de vues assez radicales et déroutantes quant à "ce qui est ou non un bon Burton". Perso, j'ai aussi détesté Mars Attacks. Adoré Edward et Jack (qui, même s'il est meilleur que les Noces Funèbres, ne l'éclipse pas pour autant à mes yeux tant celui-ci à de qualités). Et Batman 2, aussi. Beaucoup accroché à Sleepy Hollow et Charlie. Un poil moins à Beetlejuice. Etc, etc. J'espère que Dark Shadows et Frankenweenie ne démériteront pas, mais on va dire qu'ils partent plutôt bien. :)
Yaden
Signaler
Yaden
Trop moyen que l'image en début d'article devienne un mème...

(oui, c'était la contribution utile de la nuit)
NakedVince
Signaler
NakedVince
Burton je dois dire que j'ai décroché aux Noces Funèbres, qui m'avait beaucoup déçu (en comparaison à Nightmare Before Christmas), et à Charlie et la Chocolaterie. Je ne retrouvais plus le Burton de Beatlejuice, de Batman ou de Mars Attacks, mais là je dois dire que ce Dark Shadows me donne bien envie :)
benoitm_us
Signaler
benoitm_us
Hum, je vais m'empresser d' écrire un papier sur ce film. Ce week end j'aurais sûrement accès à un pc pour le mettre en ligne. Histoire de développer le pourquoi du comment de mon désaccord avec toi ^^. Ça va être fun hihi.
RubisCon
Signaler
RubisCon
C'est vrai qu'Alice était ... Comment dire ... Prévisible ? Plat ? Loin de tout ce que Burton avait fait jusque là ?
Etant fan de Burton, je vais bien évidemment aller voir ce film mais aussi en tant que militant parce que c'est le seul film depuis Drive qui est diffusé en VO dans mon petit cinéma de province, et rien que pour ça, j'y vais (Esperons que les salles pleines a chaque films VO fassent enfin changer la direction du cinéma d'avis ...)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Je suis un peu dans le même cas, je sature méchamment de Johnny Depp en particulier, mais j'ai beaucoup apprécié Eva Green qui est une actrice que j'aime beaucoup depuis Casino Royal.
Mattsuda
Signaler
Mattsuda
Comme je te l'ai dit sur ton statut, j'étais un peu sceptique pour ce film à la vue des extraits et bande annonce. Et puis, j'avoue en avoir marre de Johnny Deep ainsi que la femme de Burton (je ne remets pas en cause leur talents d'acteur par contre ;) )
Après avoir lu ton article, hey bah ça me botte bien finalement ! :)
Par contre, celui que j'attends avec impatience de Burton c'est Frankenwinnie :wub:
Un p'tit retour aux sources, c'est toujours plaisant ! :bave:

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris