CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Les Tops

 

 

Ca y est...voilà la dernière pièce de ce fabuleux puzzle. Je l'ai commencé en Février tout de même. Pour rappel cet article est le dernier d'une série commençant par celui-ci. Mon but était tout simplement de vous faire part des dix jeux qui m'ont le plus marqué au cours des dix dernières années, du 1er Janvier 2000 au 31 Décembre 2009. La chose a été rude et surtout lente. Les recalés c'est un peu la douleur. Cependant j'ai pris tant de temps pour à chaque fois essayer d'expliquer ce qui en faisait des jeux uniques pour moi. En réalité j'ai un peu triché. Histoire de pouvoir mettre plus de dix jeux, je me suis fixé comme règle la possibilité d'intégrer deux jeux d'une même série sur la même marche. Hé me regardez pas comme ça...c'est mon top! Avant donc d'aborder le supra monument, le masterpiece des masterpiece, celui qui en tout état de cause serait premier si je devais faire un classement de mes jeux préférés toutes périodes confondues, voici le récapitulatif de ce Top 10 de la décennie made by moi:


N°10: Assassin's Creed 1 et Assassin's Creed 2


N°09: Grand Theft Auto: San Andreas et Grand Theft Auto IV


N°08: Mass Effect


N°07: Prince of Persia: Les Sables du Temps


N°06: The Legend of Zelda: The Wind Waker


N°05: Jak and Daxter


N°04: Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty et Metal Gear Solid 3: Snake Eater



N°03: Tom Clancy's Splinter Cell et Tom Clancy's Splinter Cell: Chaos Theory


N°02: Shadow of the Colossus

Bon la normalement, il y en a au moins un qui bondit sur son fauteuil, qui s'insurge, qui se prend d'une violente envie de m'assigner en justice pour outrage à la court. En effet, dans ce récapitulatif, j'ai mis MGS 2 et 3 devant Jak and Daxter alors que c'était l'inverse il y a à peine 20 jours. Seulement voilà j'ai fait ce changement de dernière minute car malgré tout l'amour que je porte à ce jeu de plateforme, il met apparue extrêmement étrange de l'avoir placer avant Metal Gear Solid voilà tout. Je ne changerais pas les textes du coup. Celui de MGS indique qu'il est cinquième et celui de Jak and Daxter qu'il est quatrième...le reste du classement est fiable, même si en regardant comme ça je bougerais encore des trucs, c'est tellement dur de s'en tenir à ça. Mass Effect seulement huitième, Oblivion qui n'est même pas dans le top, de même pour Okami. Aaaaaaaaargh!!! Enfin bref.

 

Bon après tant de blabla pour faire durer le suspens, voilà enfin le NUMERO UN. Comme je l'ai dit, celui là est fiable à deux cent pour cent, et croyez moi même si ma boule de cristal m'indique que l'avenir nous réserve des jeux absolument fabuleux (Red Dead Redemption...) celui là, enfin ceux là, resteront pour moi les deux meilleurs jeux jamais réalisés, les plus beaux voyages que le jeu vidéo m'est permis de faire, ceux qui me font dire que ce média est le plus passionnant qui puisse exister. Voici donc la série vidéoludique la plus fantastique et la plus incomplète jamais créée, Shenmue.

 

Puisque Julo ne se décide pas à faire son dossier, je vais tenter maladroitement de vous parler de ses deux chef-d'oeuvre et surtout de ce qui fait l'essence des sentiments qu'ils me procurent. Un bref rappel historique: Shenmue est un jeu Sega, développé par AM2 avec à sa tête Yù Suzuki, ayant déjà oeuvré sur Space Harrier, Hang On ou encore Virtua Fighter. Sortie le 1er Décembre 2000, le jeu était originellement prévu et développé pour la Sega Saturn sous le nom de code Project Berkley. Il s'agissait en fait d'une sorte de Virtua Fighter en jeu d'action/aventure. A la base il devait même mettre en scène Akira Yuki, le maître de Bajiquan de la série de jeu de combat de Sega. Au final, le jeu sort sur la Dreamcast, et le héros est ce jeune homme au manteau de cuir frappé d'un tigre et au pansement sur la joue (si vous pensiez que Nelly avait inventé ça vous vous gouriez) Ryo Hazuki...

 

 

Les jeux sont légendaires. Je veux dire vraiment légendaires. On connaît peu de jeu avec une telle aura. Les raisons sont multiples évidemment. Avant de parler des qualités intrinsèques, je vais dire deux mots sur tout ce qui va autour du jeu et de sa communauté de fans. D'abord, Shenmue, et là je parle de la globalité de la saga, est un projet très ambitieux. L'investissement fût tel qu'il me semble bien qu'il est resté très longtemps le jeu le plus cher jamais développé. Le problème découlant de ceci, c'est qu'en lançant la production, Sega n'avait pas prévu les ventes très moyennes de sa console qui souffrait malheureusement de l'attente de la PlayStation2 de la part du public. A la sortie du jeu, si tout les possesseurs de Dreamcast sans exception avaient acheté le jeu, Sega n'aurait même pas rentabilisé la mise...c'est la même chose pour le 2, et j'aimerais, oh oui, j'aimerais pouvoir vous dire que c'est la même chose pour le 3. Non pas par esprit de méchanceté, mais tout simplement parce que cela signifierait que le 3 est sortie un jour.


Voilà du coup la deuxième raison qui rend cette saga si légendaire. Son inachèvement. On dit souvent qu'au vu des ventes, les fans de Shenmue ne devraient pas être bien nombreux. Et pourtant qu'est-ce qu'ils sont bruyants! Je le sais, je gueule avec eux. Pétitions, rumeurs, rétrospective, un demi-mot sur la saga de la part de Sega, un clin d'oeil dans un jeu, un classements des meilleurs titres, il en faut peu pour réveiller la bouillonnante communauté qui n'attend qu'une chose, le troisième épisode, la suite mais surtout la fin. Et plus le temps passe, plus Sega reprend du poil de la bête et plus l'excitation sur une nouvelle annonce augmente. En parlant de ça, l'E3 arrive les gens...je dis ça...

 

 

Assez parlé généralités et historique que n'importe qui trouvera sur Wikipedia. Je vais vous parler de toute mon expérience autour de Shenmue. Je ne peux même pas me vanter d'avoir participer à la sortie du jeu. Je n'ai eu la Dreamcast que très tard, il me semble la même année où la GameCube passait à 99€. Cette année là, je voyais dans une vitrine, la Dreamcast à même pas 50 boules avec une manette et un VMU. Pourquoi je l'ai acheté? Parce qu'à l'époque de sa sortie c'est une console que je voulais vraiment avoir. Je me souviens même d'avoir participé à un concours sur Canal J pour tenter d'en remporter une (sans succès évidemment). De plus, peu de temps avant ça, j'avais pu jouer chez un ami à Shenmue 2 sur Xbox que j'avais trouvé génial. Il en fallait pas plus pour que je me la paye. Malheureusement c'est avec Jet Set Radio et Soul Calibur que je repartais en plus de la console ce jour là (le «malheureusement» est un peu abusé). Après mainte galère et visite de je ne sais combien de revendeurs obscurs, j'ai finis par l'acquérir. Et là...

 

 

Les premières minutes sont un décollage expresse vers cette destination lointaine à laquelle beaucoup de gamers rêvent. Mais si vous savez, le pays des sushis, des mangas (des gros cliché ados fanatico-kikoolol) des samouraïs, de Nintendo, Sony, Sega, Capcom, d'Akihabara...le Japon mes amis. Un aller simple. L'histoire débute sur la mort du père du héros Ryo Hazuki par Lan Di un maître Chinois d'art martiaux venu de toute évidence pour une raison précise. Un miroir. L'intro est impressionnante. Encore maintenant le jeu reste surprenant de netteté et de détails. Pour l'époque on a bien affaire à une grande beauté graphique, et d'autant plus quand on voit le réalisme du monde dans lequel on évolue. On apprends peu de chose au début. Le père de Ryo serait lié à la mort d'un certain Zaho Sun Ming, et le miroir ne serait pas un objet unique, mais une partie d'un secret plus grand. Largement de quoi vouloir poursuivre l'aventure. Quelque jours plus tard on débute le jeu. Ryo a la ferme intention de retrouver Lan Di et de lui faire payer la mort de son père. Car Shenmue débute sur une histoire de vengeance. Un thème qui va évoluer au fil du premier puis du deuxième épisode.


Les détracteurs ont souvent parlé de Shenmue comme d'un QTE géant. C'est non seulement complètement faux mais en plus carrément un manque de respect quand au contenu du jeu. Shenmue c'est d'abord une enquête. On est entièrement libre dans le quartier où vie Ryo. On va interroger les passant sur les événements récents pour faire avancer nos recherches. Tous les personnages ont un visage différent, une voix propres et cela peut paraître bête à dire mais à une époque où malgré la beauté des jeux on se retrouve souvent avec des clones, Shenmue parvenait à créer une vraie vie. Et c'est là particulièrement que j'ose dire sans trembler que c'est le plus grand jeu auquel j'ai pu jouer de toue ma vie (certes encore courte) de gamer. Quand on débute le jeu on est réellement en train de vivre quelque chose, de chercher quelque chose de précis. Le quotidien est là pour donner la crédibilité nécessaire au jeu pour qu'on soit parfaitement immergé sans jamais pouvoir en sortir.

Je pense pouvoir dire que Shenmue a inventé le concept de contenu et d'actions inutiles. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, c'est ça qui en fait bien plus qu'un simple jeu d'action/aventure mâtiné enquête. Quand on est chez Ryo, on peut décrocher chaque tableau du mur pour voir ce qu'il y a derrière, on peut manipuler à peu près tout ce qu'il y a dans les tiroirs, dans le frigo, sur le meuble à chaussure dans l'entrée. On peut même jouer à la Saturn. Quand on parle aux gens, on peut leur demander comment ils vont, et certains nous diront qu'ils n'ont pas que ça à faire de leur journée d'ailleurs. Il y a des gens qui nous connaissent qui nous apprécient, d'autres pas. On peut rentrer dans à peu près tout les bâtiments que l'on voit, où du moins on peut taper à la porte si on a pas la possibilité de rentrer. Les mini jeux disponibles coûtent de l'argent dans une salle d'arcade, et dans le même ordre d'idée, on va principalement dépenser son argent pour des figurines qui ne servent à rien, alors que dans la plupart des jeux le système monétaire sert à la progression du personnage (nouvelles armes, nouvelles capacités etc...) Ici on pourra au mieux acquérir des techniques de combats en achetant les papiers adéquat dans le magasin d'antiquité. On a une montre qui nous rappel qu'il se fait tard et qu'il faut rentrer dormir. Et si on est rentré un peu tardivement Ine-san (la mère adoptive de Ryo) se fera un plaisir de nous rappeler le lendemain qu'elle s'inquiète que l'on sorte tard. En fait quand je vois la liste impressionnante de chose du quotidien que Shenmue propose, je peux comprendre que certaines personnes n'adhèrent pas à cela. Seulement il faut savoir que contrairement à un autre jeu sortie récemment (et aussi taxé de QTE géant) tout cela n'est en rien obligatoire. On peut se contenter de mener son enquête et d'interroger les bonnes personnes. Il y a un moment du jeu qui force par contre à travailler pour une raison purement scénaristique dans le premier volet et pour une raison nettement plus pécuniaire dans le second. Cependant il s'agit déjà d'un mini jeux plutôt agréable à jouer, de plus tout cela, tout ce que j'ai put citer n'a qu'un but et qui selon moi n'est atteint que par ce jeu. C'est de nous faire vivre le quotidien de Ryo. L'aventure de Shenmue passe aussi par ce réalisme qui nous met dans la peau du personnage, qui nous fait vivre ses galères comme dans aucun autre jeu.

 

Payer pour des parties de jeux d'arcade ou des figurines, tripoter tous les objets de la maison, rentrer se coucher...la vie quoi.


Beaucoup de fans de Shenmue ont préféré le deuxième épisode qui sans enlever ce degré de réalisme a réussi a atténuer le côté parfois chiant pour certains de ce quotidien banal (acheter des chips à la supérette du coin pour gagner un jeu de Saturn n'est pas forcément dépaysant pour tout le monde). En ce qui me concerne, et si je mets les deux jeux au même rang de suprématie, j'ai préféré le premier épisode justement car il parvient à lier le quotidien, au voyage (on découvre plein de personnages atypiques, de beaux décors urbains, on suit une histoire passionnante). Dans le premier Shenmue je me suis sentie comme chez moi. Avec mes habitudes, mon quartier, mes voisins. Toute une petite vie recréée dans un jeu et de manière vraiment crédible. La maison de Ryo devient la mienne, et par la même son aventure devient la mienne. Plus que pour n'importe quel autre jeu où l'on est directement balancé dans une histoire incroyable, où particulièrement plus violente que le quotidien (j'adore aussi tous ces jeux hein !), Shenmue mise sur le côté lambda de Ryo et de sa vie pour nous faire plonger dans son histoire et ses secrets de famille.

 

Le fenwick, véritable emblème du premier Shenmue

C'est normalement là que les détracteurs me ressortent l'argument du jeu contemplatif. En effet je parle beaucoup de l'aspect second life du jeu. Mais il ne faut pas croire que l'on passe son temps à donner un nom à un chaton (et à jouer avec en passant) à glander à YouArcade, à prendre des objets super bien modélisés dans les mains ou à se balader dans cet environnement. Je l'ai déjà dit mais Shenmue est un jeu d'enquête dans un monde ouvert, parfois proche du point&clic dans son approche. Il faut poser des questions aux personnes susceptibles d'aider. Parfois cela demande de discuter avec plein de gens qui vont affiner la recherche, même si parfois sans le vouloir on va arriver à sauter une étape ou deux simplement en parlant directement à celle qui va nous renseigner où en réussissant un petit défi (le coup du billard dans le Jazz Bar). Le plus beau dans l'histoire c'est qu'on ne connaît finalement qu'une chose, le nom de l'assassin du père de Ryo, et plus on avance pour savoir où le trouver et plus l'histoire s'épaissie et nous fait rencontrer d'autres personnes qui d'ailleurs changeront au fur et à mesure les convictions de Ryo et ses intentions. De plus il faut savoir que même si les contrôles paraissent un peu rigide aujourd'hui, Shenmue c'est aussi un super système de combat, créateur de Virtua Fighter oblige. Les rixes sont parfois très techniques et toujours très plaisantes à jouer. Ryo est un type lambda mais qui maîtrise tout de même le jujitsu...

 


Les combats demandent une certaine maîtrise contre certains ennemis et participe à l'ambiance fantastique du jeu.

 

La dernière chose sur le gameplay c'est évidemment le système aujourd'hui présent dans à peu près 50% des productions actuelles. Shenmue a inventé le QTE ou du moins l'a démocratisé. Resident Evil 4 y a ajouter les actions contextuelles et de nos jours on a l'impression que c'est impossible de faire un jeu d'action sans les deux...Pour le jeu de Yù Suzuki, QTE est vraiment le terme approprié, à savoir Quick Time Event. On sait tous ce que c'est. Je vais être honnête, je n'aime pas vraiment ça. D'autant que dans Shenmue les réflexes doivent vraiment être aiguisés, sous peine de parfois refaire la même séquence plusieurs fois. Malgré tout, c'est loin d'être la globalité du jeu, puisque ceux ci n'apparaissent que dans les cutscenes. C'est vraiment faire un faux procès au jeu que de le réduire au terme de Dragon's Lair déguisé.

 

Combien de fois j'ai loupé cette séquence...combien?!


 

Le deuxième opus de la série démarre dans le suite direct du premier. On quitte Yokosuka au Japon après de nombreux rebondissements et on suit Ryo sur les traces de Lan Di. Celui ci part en bateau pour Hong Kong en Chine. Ce deuxième opus encore plus que le premier parle beaucoup des arts martiaux, des traditions asiatiques et des valeurs qui en découlent. Et comme je l'ai déjà dit, ce deuxième opus est aussi beaucoup plus dépaysant. La variété des décors, de leur beauté et la façon dont on les traverse, tout est là pour que l'on s'immerge pleinement. En effet si Shenmue avait ce côté douillet du chez soi, Shenmue II de par son contexte donne vraiment dans l'aventure et la vie au jour le jour. On a une impression de débrouillardise permanente.  Les gens que l'on rencontre sont plus atypiques, les révélations sur l'histoire encore plus intéressantes et le gameplay toujours aussi bien calé. Shenmue II passe par des moments fabuleux, contemplatifs parfois et ce n'est pas un reproche loin de là! On est porté en permanence par l'envie de voir la suite et rester dans cet ambiance. Il est également beaucoup plus diversifié dans ses situations. Un véritable régal. De plus les possesseurs de la version Dreamcast ont eu la possibilité de réutiliser les données de Shenmue pour Shenmue II, conservant techniques de combats, collections etc. Et de profiter des voix japonaises. Personnellement j'ai fait ce second opus grâce à un ami qui me l'a prêté sur Dreamcast, et j'ai réussi à me procurer une version Xbox, sa réédition entièrement en anglais; j'ai envie de dire malheureusement mais en rien cela n'entrave ni la progression ni l'immersion.

 

En vrac les images proviennent de la version Xbox et Dreamcast. Celles de la Xbox demeurent plus lisses

Je me rend compte que je n'ai même pas abordé l'aspect musical et sonore du titre. C'est tout simplement formidable. La qualité des musiques et leur capacité à nous faire rentrer de nouveau dans le jeu à chaque écoute. Le thème principal reste sans aucun problème parmi les meilleurs musique de jeux. Toutes les ambiances ont à chaque fois droit à une musique qui leur colle parfaitement. Encore un élément de plus si délicieusement dépaysant.

 



Shenmue et Shenmue II sont donc pour moi les deux jeux les plus incroyables auxquels j'ai pu jouer et par conséquent, de ses dix dernières années les plus marquants. Leur particularité est d'avoir sue allier un contenu riche en choses purement terre à terre pour mettre en relief le voyage et les sensations de dépaysement qu'ils procurent. A la fois complet en terme de système de jeu et gameplay différents (minijeux à gogo, combats, enquête, QTE...) et parfaitement immersif, Shenmue et Shenmue II sont des jeux que l'on se doit de faire si l'on aime l'Asie, les arts martiaux, où simplement si l'on aime les jeux vidéo. La seule contrepartie à cela, c'est que l'on doit accepter de peut-être ne jamais connaître la fin d'une histoire fantastique...

 

 

 

Ainsi s'achève ce Top 10 des meilleurs jeux de la décennie. Au vu de ce que nous a déjà fournie l'année 2010, gageons que dans 10 ans, le nouveau Top sera encore meilleur! Je suis de ceux qui aiment de plus en plus le jeu vidéo pour pleins de raisons, mais ça c'est autre chose. Si jamais vous aussi vous avez un top similaire (comme le MAS par exemple) n'hésitez pas à partager en commentaire (bande d'égoïstes...)

Voir aussi

Groupes : 
Shenmue
Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Commentaires

seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Je confirme pour le prêt du 2...je t'aurais presque roulé un palot à la fin...ou pas. Franchement je suis toujours surpris de voir que Shenmue est souvent premier des top des gens qui y ont joué (même si c'est pas une règle universelle).
Akiru
Signaler
Akiru
j'ai pas trop le temps d'écrire mais super article !! ET oui c'est moi le copaing qui lui a prêter le 2 haha ! Très bonne article , j'aurai aimer en faire un mais le jeu est pas assez recent dans ma tete . Ca fait bizarre d'avoir le même jeu numero 1 haha !
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@didifrit: Tu as bon gout c'est certain! Moi je le répète c'est extrêmement dur de classer des jeux qu'on aime autant. Par exemple c'est un crève c½ur de ne pas avoir mis Okami! ou en ce qui me concerne Oblivion ou Hitman: Bloodmoney. De même au fil des articles j'avais envie de bouger certains jeux et de leur faire monter une place, d'en enlever une à certains etc...
Bref je comprend ton indécision et crois si tu es indécis sur 3 titres imagines sur une dizaine!!!
didifrit
Signaler
didifrit
mon top 3 personnel ne serait pas loin d'être parfaitement similaire au tien ! Puisque SotC et Shenmue sont de trés loin mes jeux préférés, à la différence que j'y inclurai pour ma part Final Fantasy 7... ;)
Par contre je serai personellement totalement incapable d'en placer l'un au dessus d'un autre dans mon estime parmis ces trois là, tellement ces 3 expériences sont fantastiques ^^
Shenmue pourtant possède l'avantage que selon moi Yu Suzuki à créé une aventure qui représente à mon avis ce que l'avenir du jeu video d'aventure peut apporter de plus ambitieux . Cette saga est réellement le meilleur exemple que les futurs développeurs et inventeurs de jeux novateurs puissent prendre pour exploiter le plus possible le pouvoir immersif de ce média, à mon sens..

En te remerciant de ton dossier, et en espérant que Julo viendra un jour te prendre le relais ! :)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Oui je vois, tu parles de Xiuying.
Sinon je peut aisément comprendre la frustration que l'on a recommencer plusieurs fois une séquence qui dans ce jeu plus que dans aucun autres fait complètement sortir du trip. Je ne suis pas particulièrement habile au niveau des QTE et je me rappel notamment d'une poursuite dans un immeuble qui m'a parue particulièrement pénible à cause d'un QTE avec deux touche que je ne comprenais pas.
Après c'est un seul moment pour moi qui ne remet jamais en cause la qualité global au dessus de tout ce que j'ai pue aimé et de ce que j'aime encore dans le jeu vidéo. De toute façon je refais plus le match tout est dit dans mon article quant à pourquoi j'aime ce jeu (ces jeux)
upselo
Signaler
upselo
Plus que le côté contemplatif, ou les dialogues, c'est surtout la linéarité qui m'a monstrueusement choqué, surtout après ce à quoi on avait été habitué auparavant. La notion de temps limité n'a vraiment pas aidé (j'ai échoué deux trois fois des journées entières faute d'arriver à l'abri dans les temps, trop occupé que j'étais à meubler le temps avec les dialogues). Le passage sur des troncs de plus en plus petits au milieu de la forêt m'a souvent fait perdre mon sang froid et mon temps également.
Concernant l'histoire en général, j'ai bien aimé l'aspect enquête, mais j'ai pas accroché à certains persos, je trouve qu'on en apprend pas assez sur les personnages, que certaines situations font un peu trop séries B (alors que j'accepte bien mieux le côté too much d'un Yakuza paradoxalement, dont l'histoire me plait bien plus).
Dans les passages que j'ai aimé, le passage chez la fille à la robe bleue (le nom m'échappe violemment, j'y ai joué à l'époque) m'a beaucoup plu, le tout début du II aussi, les apparitions de Nozomi dans le 1 également.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Merci upselo! En plus ça vanne...oui je suis prévisible semblerait-il!
C'est le tournant un peu moins "réaliste" que tu n'as pas apprécié à la fin? ou l'aspect très contemplatif du gameplay comme des décors comme le dit Gundream?

En ce qui me concerne j'ai justement aimé l'histoire ou plutôt l'impact des rencontre qu'elle amène sur le héros, qui modifie légèrement son comportement au fur et à mesure des deux épisode. Partant d'une colère froide et d'une envie de vengeance pour aller vers quelque chose de plus mesuré, ou qui s'apparenterait à une recherche de réponses. En tout cas j'ai aimé tout Shenmue et j'aime toujours à chaque fois que j'y repense ou que mon mp3 me fait la surprise de "Shenhua Sedge Flower"...

Quand à la progression de MGS...elle m'est apparue comme une évidence en voyant le top terminé. Il y a des choses avec lesquelles il faut pas déconner!
Gundream
Signaler
Gundream
@Upselo: la fin du 2 est très particulière et fort contemplative (tout le dernier disque en fait), je comprends qu'on puisse ne pas aimer; mais c'est tellement magnifique, la nature est tellement bien rendue, que je ne peux pas m'empêcher, quand j'y joue, d'attendre ce moment avec impatience. Et puis il marque quand même un passage important de l'histoire qu'on attendait depuis le premier. Ca ajoute d'ailleurs au fait que l'absence de suite soit aussi frustrante.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Merci Numerimaniac! Ton article est super intéressant et me confirme bien que c'est vraiment propre à ce jeu cet aspect cocooning. J'espère que Julo viendra au moins faire un tour, se dire "je peux pas lui laisser me voler mon jeu" et se mettre au travail.

@krys: Je t'assure que c'est vraiment important d'au moins essayer ce jeu qui est très loin d'être surestimé. De nos jour une Dreamcast coute pas grand chose (une vingtaine d'euros) et Shenmue se trouve à pas trop cher sur internet (je viens de le voir à 35¤ sur Priceminister un très bon site) même s'il est assez introuvable et hors de prix dans le commerce.

@Gundream: c'est parfaitement ça! Shenmue on le vit. Il finit par faire partie de toi ce jeu.
upselo
Signaler
upselo
Quelle surprise :P
Bel hommage, en tout cas, tu parles bien du jeu. J'apprécie aussi l'ambition de recréer un monde cohérent, avec une composante temps très présente, la répétition obligatoire de certaines tâches au quotidien, qui accroit considérablement le réalisme (en plus des possibilités poussées d'interaction avec le décor).
J'ai moins accroché le scénario général, ou même le système de combat (particulièrement les combats à 1 contre 100), et je n'ai pour ma part pas accroché à la fin du II, mais j'y ai vécu des moments très plaisants, dans les deux premiers GD du II notamment.
Sinon, clairement le "malheureusement" en parlant de Jet Set Radio et Soul Calibur est abusé :P
Content de voir MGS subrepticement remonter sur le fil ^^
Gundream
Signaler
Gundream
Voilà, tu as dit tout ce que je pense de Shenmue. J'ajouterai juste ce que je dis à chaque fois que j'en parle: Shenmue, on n'y joue pas, on le vit.
krys
Signaler
krys
Superbe présentation de Shenmue, qui me donne encore plus envie d'y jouer !
Raaaaah j'enrage d'avoir loupé cette génération de machine !
Numerimaniac
Signaler
Numerimaniac
Nous y voilà! Le dernier article du TOP10. C'est un très bel hommage à ce jeu. Comme toi, j'y ai joué assez tard et comme toi, même si les deux épisodes font vraiment partie d'un tout, j'ai une légère préférence pour le premier épisode. J'avais d'ailleurs écrit un article sur le côté "vie quotidienne" : http://www.numericit...hp?page=27#lire

Maintenant, si Julo ne vient pas ici mettre au moins un "pouce positif" à ton article, je ne comprends pas! Tu as fait aussi un beau photo montage par moment (la diagonale).

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris