CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Tests

On aurait mieux fait de rester à quai...

 

Il y a parfois des jeux pour lesquels je me dis «nan c'est pas possible ça ne peut pas être aussi nul». Vous savez ceux où la critique a forcément été trop dure. Ceux où malheureusement parfois l'intuition vous trompe et décide qu'il faut en prendre le partie et y jouer pour prouver que tout le monde se goure. J'avais réussi à esquiver ce phénomène avec Alone in the Dark grâce à une démo qui m'a permis de me dire que en effet le gameplay est une calamité. Malheureusement récemment j'ai eu une envie de j-rpg. Après avoir exclu FF13 et Resonance of Fate (trop cher car trop récent) je me suis dis que j'allais me rabattre sur le sûrement trop mésestimé Star Ocean The Last Hope, un action rpg dont on reprochait le classicisme et la niaiserie chose qu'en général j'encaisse très bien. Le chant du cygne du couple Tri-Ace / Square. Parfois on devrait écouter ceux qui savent.

J'y suis allé avec une franche envie de me replonger dans le monde des statistiques et des chiffres des rpg à la japonaise. J'ai jamais été très friand du genre mais j'ai eu deux trois expérience que j'ai adoré. Dark Chronicles par exemple, est l'un des meilleurs jeux auquel j'ai joué. Du coup j'ai entamé le jeu dans la joie. J'ai découvert le système de combat assez bourrin. Ca me convient bien. On a affaire à un truc en effet classique. On dirige un personnage parmi une équipe de quatre protagoniste que l'on peut intervertir à tout moment. L'habillage et les menus sont également déjà vu (sûrement des dizaines de fois pour les amateurs du genre) et j'ai été bien content de retrouver cet aspect. En fait tout ce qui concerne le système de jeu est très plaisant. J'imagine que certains ont dû trouver tout cela très peu inspiré, mais comme je l'ai dit c'est aussi ça que je cherchais en jouant à Star Ocean 4.

 

bien bourrin avec deux trois subtilités, ça me va!

 

Classique donc mais certainement pas mauvais! Il y a évidemment des subtilités, un système de craft bien foutu (même si je ne l'ai pas exploité pleinement) des combats contre les boss qui faute d'être très retorses (en mode facile hein) sont relativement longs et stratégiques, et mettent les nerfs à l'épreuve. C'est d'ailleurs là que l'on constate que bien sûr ça reste bien bourrin même pour un action rpg, mais il faut resté vigilent. Malgré tout il y a déjà deux tout petit bémol même sur cet aspect du jeu que j'ai beaucoup apprécié. Premièrement, si comme moi vous avez tendance à leveler tout par réflexe (faire tous les combats qui passent en somme) vous risquez d'être sacrément déçu par difficulté assez peu relevé du titre (même dans les niveaux un peu plus élevé).  En fait tout ce qu'il faut pour finir le jeu c'est de l'endurance, d'autant plus en l'occurrence les HP des gros monstres ne sont pas affichés. C'est d'ailleurs un peu une plaie de pas savoir où on en est. Deuxièmement les alliers ne font pas toujours preuve du plus grand discernement. Il n'est pas rare qu'un compagnon attaquant se fasse dessouder sur une attaque suicide contre un boss. Bon avec un peu de prévoyance on a toujours les potions adéquats et sur la fin un allier soigneur qui règlera le problème. L'IA n'est donc pas toujours à la hauteur.  Cependant, malgré ces petits points par dessus lesquels je suis passé, la progression m'a fait plaisir. On a l'impression de vraiment évoluer constamment et de pas se taper pour rien.

 

Des regards plein d'intelligence et de vie, une équipe de winner...c'est Star Ocean 4!

 

Cependant il y a un énorme problème qui a été une entrave monstrueuse, une sorte de boulet pendant tout le jeu. Star Ocean est censé être un space opera. L'histoire évoque une planète Terre dévastée par une troisième Guerre Mondiale. L'Homme tourne alors son regard vers l'espace dans l'espoir de coloniser une nouvelle planète. On incarne alors Edge un commandant de vaisseau qui fait partie de la mission de colonisation humaine. Et à partir du moment où j'ai découvert le héros au dénouement final, absolument rien n'est crédible, mais surtout absolument tout est d'une niaiserie et d'une mollesse incroyable. Le design de Edge ou Reimi reste correct. Mais pourquoi faut-il qu'il est une tête de gamin alors qu'il est censé avoir le poids de l'avenir de l'humanité sur les épaules? C'est le double tranchant du classicisme japonais. Le système de jeu est bon, mais le jeu s'embourbe dans les pires poncifs que le j-rpg est jamais connu. Un héros bidon et pas charismatique pour un sou, un casting qui à chaque nouvel arrivant prône l'amitié éternelle au bout de quinze minutes. Et ces dialogues d'un pitoyable parfois! Je retiens surtout la gamine, Lymle, je suppose à la base censé être choupinette et drôle, probablement le personnage le plus agaçant que j'ai pue rencontrer dans un jeu. Sa façon de finir chaque phrase par «'kay» m'a donner à plusieurs reprise des envies de meurtre (sur sa personne entre autre). Seul Myuria et Arumat sauvent à peu près les meubles, et encore ça reste très peu nuancé.

 

LA FERME! LA FERME! LA FEEEEEEEEEEERME!!!!!


Forcément avec une équipe de charlots pareil on peut difficilement attendre une mise en scène potable. Et pourtant l'histoire passe par quelques passages assez intrigants et quelques retournements qui pourraient faire mouche. Seulement voilà c'est mou, mais incroyablement mou. Les dialogues sont à la fois mal écris, stupides et récité avec cette gouaille typiquement nippone d'il y a dix ans, avec ses onomatopées insupportables. Evidemment le tableau peu flatteur de la mise en scène est achevé par les grands gestes proches des Power Rangers que ne cessent de faire les différents protagonistes. Bref c'est japoniais...rien à voir avec par exemple Tales of Vesperia qui à mon sens à tout compris à ce qui cloche dans le genre en ce moment.

Bon je vais finir par la dernière chose qui fâche, moins que la mise en scène mais tout de même. Si techniquement le jeu s'en sort pas trop mal, avec notamment de jolies effets de lumières dont d'ailleurs il y a un fort abus lors des combats, l'aspect artistique est en revanche souvent de mauvais goût ou carrément à chier (j'ai pas peur de le dire). C'est particulièrement le chara design qui pêche (les décors s'en sortent pas mal). Entre certains ennemis bien foireux, et le comble du personnages raté à savoir Bacchus, un croisement improbable entre Buzz l'éclair et MrFreeze version Schwarzenegger dans Batman&Robin (à la gay pride), ou encore des persos typiquement là pour satisfaire l'appétit coquin et un brin pervers du joueur japonais (je caricature) Myuria ou Meracle, on a le droit à la totale question plantage esthétique. Et pourtant certain relève un peu le niveau. Pas fantastiques Edge ou Reimi ont au moins le mérite d'être assez sobre. Le boss final également permet de quitter le jeu sur une note positive (je l'ai trouvé particulièrement beau visuellement). Mais à part ça on est souvent à deux doigts du naufrage artistique. Final Fantasy a les chocobos, Star Ocean 4 a les connils...bon ils sont choux hein.

 

Bon ils sont mignons les connils, mais niveau cohérence, tu repasseras


Après un tel contre plaidoyer, difficile de me faire dire que Star Ocean The Last Hope est bon jeu. Je ne le taxerais pas de mauvais titre non plus. Les combats un brin bourrins de cet action rpg m'ont vraiment plût, tout comme l'ensemble de la structure de jeu bien classique. L'histoire est finalement assez sympathique, et avancer et battre certains ennemis donnent une certaine satisfaction. Cependant, dans un rpg où l'on doit s'investir plusieurs dizaines d'heures, l'ambiance et la qualité de la mise en scène sont pour moi importantes. Quel est l'intérêt d'avancer si au final on se tape foncièrement de ce qui se passe? Et ici ce n'est pas qu'on s'en tape mais qu'en permanence on a envie de secouer cette bande gamins mous et horriblement niais qui prônent l'amitié infantile. A vous faire passer les bisounours pour des produits de la Silent Team...et le tout avec un habillage graphique d'une élégance inexistante. Si finalement seul le challenge et les systèmes de jeu vous intéressent, peut être que ce Star Ocean 4 en mode Universe vous intéressera, après tout il y a à creuser de ce côté (quoique d'autres rpg japonais font beaucoup mieux dans le genre) mais pour un vrai Space Opera dépaysant et profondément intéressant, c'est vers Mass Effect qu'il faut se tourner...

 

Le dernier espoir est perdu dans l'espace...ça craint

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

corce87
Signaler
corce87
Très bon test et très appréciable à lire. Bien vu pour Bacchus et sa ressemblance avec Buzz l'éclair et Mr Freeze.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
C'est ça que je comprends pas. Apparemment le 3 et même ceux d'avant qui ont été appréciés alors que honnêtement même en étant super indulgent sur la mise en scène et la niaiserie, c'est impossible de pas tilter que ces "héros" font horriblement pitié...à part un ou deux comme je le dis. En fait qu'ils soient classique ou cliché je dis pas, mais ridicules à ce point c'est NON.
upselo
Signaler
upselo
De ce que tu en dis, ça a l'air assez proche du 3 qui avait été bien apprécié à sa sortie (enfin les persos étaient un poil plus mangas et réussis tout de même).
J'ai toujours trouvé l'idée de départ des Star Ocean sympa, mais j'avais été surpris par ce qu'ils en avaient fait.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Donc ce n'est pas un phénomène isolé. Ca peut avoir des bon côté de vérifier par soi même qu'un jeu n'est pas si mauvais qu'on le dit. J'ai été séduit par The Saboteur par exemple...mais en occurrence: c'est un foirage.
Numerimaniac
Signaler
Numerimaniac
En ce qui me concerne, j'ai toujours été séduit par The Last Remnant... Jusqu'à aujourd'hui, on arrive à m'en dissuader! :-)
Joli texte!
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Merci! En tout cas cette équation est très particulière. Personne ne cherche à comprendre le pourquoi du comment de son existence...tant mieux. A bat les héros en mousse qui sauve le monde avec leurs principes fraternels à deux ronds.
Kolia07
Signaler
Kolia07
Pas le temps de m'etendre sur ton article que j'ai par ailleurs bcp apprécié, mais je kife ton equation du mauvais gout ! Les gosses de 9ans qui sauvent le monde avec des tronches de poupée du pauvre en porcelaine de chine, ASSEZ !"

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris