CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

Parmi les légendes vidéoludiques, Metal Gear Solid tient une place privilégiée. Adulée par des millions de fans, la série d'Hideo Kojima à créer un style: le tactical espionage action game. On attribue souvent aux jeux des références et autres clins d'oeil cinématographiques. On sait par exemple que Solid Snake et à plus forte raison Big Boss sont inspiré du personnage interprété par Kurt Russell dans New York 1997, Snake Plissken, nom de famille qui lui même sera référencé dans Metal Gear Solid 2, Pliskin étant la fausse identité de Solid Snake dans la deuxième partie de l'aventure. Le style même du jeu est extrêmement cinématographique, et c'est ainsi qu'en 2006, Hideo Kojima exprime sont désire de voir un film Metal Gear Solid au cinéma. Le projet est finalement récemment abandonné...et pourtant un film Metal Gear Solid existe. En effet Metal Gear Solid 3 est en fait l'adaptation vidéoludique d'un monument oublié du cinéma. La vraie référence, la vraie inspiration de la préquelle à la série. Le film narrant l'histoire de Mike Denton

Au VietNam il était le meilleur...il l'est toujours. C'est sur cette phrase purement philosophique, qui à elle seule évoque la puissance narrative de la série Metal Gear Solid, que s'ouvre le chef d'oeuvre de David A. Prior, connu (ou plutôt inconnu) sous le titre de Deadly Prey aux Etats-Unis, ou Ultime Combat en France. Le film de 1988 s'avère être finalement très proche de ce que Kojima en a fait pour le troisième opus de sa licence. Pour faire simple tous les éléments forts du jeu sont déjà présent dans le film, ce qui me permet dans un esprit de journalisme total de sérieusement compromettre la paternité du jeu

 Un homme seul dans la nature face à un ennemi dont il ne comprend pas les intentions, en short de jean et torse huilé...alors oui déjà là, on diffère légèrement de ce que peut offrir Metal Gear Solid 3. Ted Prior (oui oui c'est le même nom que le réalisateur, son frère en l'occurrence) incarne donc Mike Denton vétéran de guerre, qui par un malheureux hasard se fait kidnapper devant chez lui en short de jean et pull par un homme qui s'avèrera être son ancien chef. Lorsque celui ci réapparaît le pull à disparu, mais l'huile fait briller sa superbe musculature

La disparition du pull fait partie des mystères du film... 

Alors oui Snake est plus sobre me répondrez vous. Mais l'intérêt du film repose beaucoup sur l'intelligence des ennemis, les répliques pertinentes et cultes, la multitude des méthodes de mise à mort et d'infiltration et l'incroyable charisme des boss de fin de scène; et là je vois d'avance vos yeux s'éclairer! Oui Metal Gear Solid est connu pour son utilisation de ses différents éléments.

  

Remy et sa bande de branlos

Parlons d'abord de l'intelligence pas artificielle des méchants du film. Pour faire simple elle est un peu moins développé que l'IA du jeu. En même temps le film est sortie avant. Vous me direz alors, oui mais ce sont des êtres humains. Et là je ne saurais quoi répondre. En toute honnêteté, le film comporte la plus belle bande de débiles qu'il m'est été donné de voir. Mauvais en tout, ou bon à rien, quelque soit la formule, le résultat est le même. Ils sont aveugles, incapables de voir Denton admirablement caché dans un arbre sans feuille à un mètre de leurs têtes. Ils ne savent pas viser, quand bien même le héros se trouve à pas plus de deux mètres en face d'eux. Et ils sont même assez stupides pour se faire assommer comme des daubes par un vieux...la crème de la crème je vous dis. 

Mais pour leur défense, il faut admettre que le héros s'il brille par son charisme (et son torse) est aussi une bête sauvage, sorte de surhumain, sous-rambo. La phrase d'accroche rend d'ailleurs justice à ce prédateur exceptionnel. Ce qui m'amène au deuxième point qui lie inévitablement Ultime Combat à son adaptation non-officielle, non assumée (vous allez de plus en plus comprendre pourquoi). Si Snake est un soldat hors pair, capable de se faufiler partout, utilisant des pièges et autres pistolets tranquillisant, il faut savoir qu'il a tout pris à Mike Denton et a d'ailleurs transformé tout ça en méthodes de tapette. Car Denton il faut le dire ne fait pas dans la dentelle contrairement à Snake, mais tout comme lui il partage le goût de la diversité. Un coup de machette, un couteau dans le dos, un pain dans la tronche suivie de la prise de close combat la plus ouf que j'ai jamais vu, un tronc d'arbre dans la gueule (quand la plupart des gens se contenterait d'une branche) ou encore un tranchage de bras (sans une goutte de sang ce qui peut paraître surprenant pour le néophyte). Tout cela sent bon l'envie de faire mal mais sans la répétitivité. Alors si vous croyiez que Snake était un original en tirant sur un essaim afin de provoquer le courroux des guêpes, sachez simplement que Denton est capable de transpercer le corps humain de part en part avec une brindille de la muerte.

 

Le bras coupé à coup de machette est probablement la scène la plus dingue, paroxysme du bourrin

Evidemment l'original domine on le sent bien. D'ailleurs si Snake se prend régulièrement dans un piège à couillon, il faut savoir que c'est Denton qui les pose les pièges dans Ultime Combat. Quant à savoir s'ils fonctionnent, c'est peu de le dire. Car si jamais un mercenaire avec un point de QI de plus que les autres (c'est à dire avec un QI de 2) parvient à stopper le piège, il ne peut éviter la grenade cachée qui lui explose au visage (grenade dont la cuillère est encore accrochée soit dit en passant). Remarquez avec ce qu'ils prennent déjà dans la gueule, ce serait dommage de pas en remettre une couche. J'ai particulièrement apprécié le meurtre par chute de pierres en caoutchouc (ou en carton, ça dépend du budget estimé du film) toujours frais et surprenant.

La reférence au film est parfois flagrante (bien que Denton est un mal fou à tailler un baton...)

Mais s'il est une aptitude commune aux deux héros que Kojima aura sue parfaitement retranscrire c'est la capacité de se camoufler. Snake bénéficie de différente tenues et maquillages de guerre. Mike Denton est en short de jean. On pourrait croire que l'un des deux est désavantagé, mais n'allez pas vendre la peau du meilleur homme du VietNam comme ça. Comme je l'ai déjà dit caché dans un arbre ou sous des feuilles au sol, il est invisible. Alors est-ce que cela tient juste à la stupidité des méchants, on pourrait le croire, mais le héros possédant également un esprit aussi court que son short, on se dit que là c'est quand même le talent qui fait la différence. Bien sûr on à toujours le droit à une bonne réplique avant chaque mort. "J'te crève!", "Tu vas mourir gros dur", "Ta gueule!" et "Putain!" sont notamment parmi les plus classes de ses répliques.

 

Snake, Mike Denton, la communion avec la nature pour supprimer les ennemis

Alors qui dit Metal Gear Solid dit un scénario bourré de sous-entendus, de philosophie et de mises en abyme. Evidemment Ultime Combat propose tout cela, avec un concept de chasse à l'homme qui se change la proie en prédateur, une histoire de kidnapping, de viol, de petite amie blonde débile et doublée à l'arrache (qui inspirera le personnage de Eva) et surtout d'organisation mercenaire dont tout le monde semble ignorer le réel but. On parle sans cesse de millions dépensé. Pourquoi faire? Et bien j'en sais rien! Cela prouve la profondeur abyssale de ce scénario taillé à la machette, comme la personnalité du grand méchant, de son bras droit (que nous avons nommé Remy sans aucune raison particulière), du beau-père du héros ou encore de son meilleur ami (qui ne l'est peut être pas...ou peut-être bien que si finalement...) Une galerie de personnages incroyables qui ont en commun un QI proche de la moyenne chez les crustacés. Le final encore une fois renvoie à un message belliqueux primaire qui de façon sous jacente dénonce le traumatisme de la guerre et son non fondé. Kojima reprendra d'ailleurs le concept en l'insufflant directement dans son personnage principal, ultime soldat (Ultime Combat) pourtant opposé à la guerre. C'est beau l'inspiration.

 

La guerre ça fait mal, surtout quand on veut se remettre une épaule pété en coinçant une pierre sous le bras...

Alors je pourrais encore vous parler des autres nombreuses choses qui ne laissent aucun doute sur la révélation qu'a due être Ultime Combat pour le créateur japonais et le rôle prépondérant que le film à joué dans la création du troisième opus de la saga. Mais la démonstration est il me semble d'une clarté limpide. Pour vous en convaincre je vais seulement vous demander de regarder de film et de voir la lumière, vous fan de Metal Gear Solid 3: Snake Eater. Sachez que seul un site a sue reconnaître la toute puissance cinématographique du chef d'oeuvre des frères Prior en lui décernant la note maximal. Ce site c'est Nanarland...  

Snaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaake!

Pour des raisons purement humoristiques je conseil fortement le visionnage en VF. Vous pouvez retrouver l'intégralité du chef d'oeuvre des frères Prior sur Dailymotion (taper simplement "Ultime Combat" et la lumière jaillira)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris