CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

La carrière de justicier vidéoludique est l'une de celle qui m'a toujours le plus attirée. Il faut dire qu'ayant été nourri aux films d'action hollywoodiens des années 80 et 90 qui voyaient des mecs super burnés courser en voiture et à pied puis tabasser des bad-guys pour les coller au trou, j'ai développé un engouement naturel pour la profession dans sa représentation plus ou moins spectaculaire. Pourtant autant que je m'en rappel, peu de jeux demandent concrètement d'arrêter ou de descendre des malfrats en préservant l'ordre, ou d'enquêter sur les lieux d'un crime. Soit on ne cible pas et on passe son temps à tout détruire, soit on joue carrément les bad-guys et forcément, on ne risque pas de menotter qui que soit.

C'est pourquoi, le peu de fois où j'ai pu expérimenter ce sentiment du devoir accompli après une arrestation, je ne manquais pas de le noter et d'apprécier sinon le jeu, au moins l'effort mis dans une telle démarche. Voici les rares expériences que je retiens aujourd'hui...

 

Dick Tracy (1991) sur NES

J'ai été exposé à ce jeu par un vrai hasard puisqu'à ma connaissance il n'est pas arrivé sur NES en France. En revanche, une version développée par Sega, sous la forme d'un bête side-scroller est elle sortie dans nos contrées sur les consoles de la firme, la Master-System et la MegaDrive. Ce dont je me souvient de la version NES américaine, c'est un jeu super dur qui mêlait enquête, balade en voiture dans une ville et phase en side-scroller où l'on devait tuer ou seulement assommer les méchants. Au final, je n'ai jamais réussi à vraiment saisir étant petit ce que je devais y faire. Oui, parce que le jeu était en anglais pour commencer, mais surtout parce qu'il était très mal foutu. Je m'y suis réessayé il y a peu via un émulateur et je n'ai pas halluciné le fail que représente le jeu en comparaison de ses ambitions (qui sont palpables pour un titre 8 bits). Même en comprenant parfaitement l'anglais, il fait partie d'un genre connu sous le nom de « putain par où je vais? ». Pour tout vous dire, James Rolfe l'AVGN en a fait une vidéo...voilà à quel point il est raté au final, malgré un concept qui doit vous rappeler quelque chose (chut j'en parle à la fin).

 

Max Payne (2001) et Max Payne 2 (2003) sur PC

Max Payne nous met dans la peau d'un flic qui a vu Matrix. Pour l'époque, je me souviens d'avoir été ébloui par l'aspect visuel, mais surtout par l'ambiance sombre et glauque. Le jeu n'exploite absolument pas le fait que Max soit membre de la police de New York pour servir un gameplay en relation. Comme pour sa suite (et son autre suite sans doute) on se contente de mitrailler avec classe, de sauter au ralentit et de tomber dans les cauchemars migraineux de ce type qui a tout perdu. L'ambiance et l'histoire sont ce qui fait le jeu au final. On incarne un pauvre gars qui est du bon côté de la barrière et qui va commencer une grosse vendetta en même temps qu'il résout l'injuste crime de sa famille. C'est un jeu qui a la classe.

 

Still Life (2005) sur Xbox

Still Life c'est la preuve qu'en terme de point&clic on peut raconter absolument ce que l'on veut. Une escapade colorée à la Runaway, une exploration givrée à la Syberia ou un thriller glauque à la Se7en. Still Life tout comme Max Payne vaut énormément par son ambiance assez mortifiante il faut bien l'admettre. Il s'agit de suivre les traces d'un assassin dans la peau de l'agent Victoria McPherson du FBI tout en établissant des parallèles avec une autre enquête menée en 1920 par le grand-père de celle-ci (si ma mémoire ne me trompe pas). C'est un jeu relativement méconnu, tout simplement parce qu'il n'a rien de plus qu'un simple point&clic. Au final on résout les énigmes une à une, sans quoi on avance pas. Notre participation à l'enquête n'est pas vraiment basée sur de quelconque déduction. Encore une fois c'est très dirigiste et un peu dommage.

 

True Crime: Streets of L.A (2003) et True Crime: New York City (2005) sur NGC

J'ai été sujet de quelques railleries à l'époque quand je venais à déclarer que j'adorais True Crime, souvent considéré comme un GTA-like de piètre qualité et beaucoup trop buggé. Honnêtement, ce n'est pas tant le délire de conduire à toute berzingue dans L.A ou New York qui me faisait triper, mais simplement le fait de pouvoir arrêter les criminels. C'est con à dire mais la plupart des jeux qui nous mettent dans la peau d'un personnage identifié comme un « gentil » et à plus forte raison un « gentil policier » nous pousse à envoyer ad patres tous les contrevenants. Sérieusement depuis quand on prend une balle dans la tête quand on a grillé un feu rouge?

Je tiens donc à rétablir la série True Crime (malheureusement stoppée avant le troisième opus) non pas comme un modèle à suivre, mais bien une tentative originale pour diversifier le genre GTA-like qui se contente de reprendre en moins bien les règles créées par R*. Dans la peau d'un super flic hollywoodien, il est plus ou moins permis d'utiliser la manière forte pour parvenir à une arrestation mais le jeu sanctionne les bavures. Ne serait-ce que cet état de fait encourage à vouloir faire les choses bien. Un violeur s'en va la quéquette au vent? Une bonne raclée suffira à lui apprendre la vie avant qu'il subisse lui-même son propre crime en prison. S'il s'éloigne trop, un coup de bullet time et une balle dans le gigot suffiront à le mettre au sol et à l'appréhender sans lui ôter la vie. Alors certes on est pas dans une simulation de bon policier, mais une tonne d'idée de gameplay apporte une vraie crédibilité malgré le grand n'importe quoi du jeu (non parce que le flic qui fait du kung-fu et qui roule en Dodge Viper, on me l'a fait pas à moi).

Tiens, ça pique hein counard!

Il est par exemple sanctionné de ne pas faire un tire de sommation avant de flinguer quelqu'un. En effet la personne peut se rendre sans luter si elle se sent sur le point de se faire abattre. On peut également fouiller n'importe qui dans la rue, ou n'importe quelle voiture dans le but de faire une saisie au jugé de drogue, d'arme ou de faux billets. Tout cela reste dans un cadre léger évidemment (parfois un peu malheureusement). Il n'est pas rare de fouiller trois loubards et d'en sortir bredouille pour trouver dix secondes plus tard un M16 dans le sac à main d'une vieille dame...mais où va le monde.

Fouiller n'importe qui dans la rue, c'est un peu abusif, mais c'est un bon moyen pour avoir l'impression d'être actif.

S'ils passent essentiellement par une histoire qui alterne baston, fusillade et course-poursuite dans la veine d'un jeu d'action classique, les deux True Crime ont l'intelligence de renouveler leur aspect bac-à-sable en trouvant une activité drôle et assez tripante de gardien de bon ordre d'une grande ville. Les deux titres ont par contre deux défauts qui en ont gavés certains (à juste titre, je vous l'accorde). Premièrement l'aspect technique n'était pas toujours bien fini et les bugs étaient parfois assez surprenants. Surtout la prise en main était quelquefois assez crispante et on en arrivait à une bavure alors que l'on avait simplement l'intention de tirer un coup de sommation ou simplement mettre les menottes à un mec à terre. Pas les jeux du siècle certes, mais dans le domaine c'est pour moi ce qui s'est fait de plus probant dans l'incarnation de la justice en uniforme.

 

Les apports de RockStar dans le domaine: Grand Theft Auto et Red Dead Redemption

La plupart des jeux de la firme, pour ne pas dire la totalité de leurs production depuis la création de la boîte, propose d'incarner des malfrats, voir des tueurs. State of Emergency qui nous mets dans la peau d'un émeutier, Midnight Club qui nous pose en danger routier, Manhunt qui pousse le délire du meurtre sordide assez loin et bien sûr GTA qui à son premier épisode proposait un héros au sein de la mafia (et qui en plus éructe et gaze à volonté). A première vue on sent que ce n'est pas le crédo de RockStar que de proposer de jouer les mecs (ou les meufs) biens. Pourtant leur série phare a été dès le premier épisode 3D sur PlayStation2, l'occasion de faire baisser la criminalité dans les jungles de béton. Ainsi dès GTA3, il était possible de prendre un véhicule de police et de descendre les criminels que l'on nous envoie chasser.

Sur GTA: Vice City puis GTA: San Andreas, le concept de ces missions libres n'a pas vraiment changé. Il s'agit systématiquement de descendre les voyous parfois à pied, parfois en véhicule (ou dans plusieurs véhicules à stopper un par un). GTA IV a été l'occasion d'un nouveau délire qui en fait est exactement la même chose mais en un tout petit peu plus immersif. Lorsque l'on s'empare d'une voiture de police, il est possible de se connecter à l'ordinateur de général de la Police. On peut ainsi voir les crime en court ou voir la liste des criminels recherché. On peut également rechercher par nom et constater que ses potes dans le jeu ne sont pas vraiment des saints. Quoi qu'il en soit, le but reste le même que dans les précédents opus. On arrive sur place et on descend le crétin qui a eu l'idée de faire du trafique de pan-cake illégale avec le Canada (ou quelque chose dans ce goût là). Ce n'est pas très subtil, mais c'est parmi les features que j'ai toujours adoré dans les Grand Theft Auto.

Red Dead Redemption a apporté un quelque chose qui m'a fait très très plaisir: le lasso. La quête des têtes mises à prix a dès lors une saveur supplémentaire à celle de GTA, il s'agit simplement du fait de pouvoir capturer les gredins, plutôt que de faire son Judge Dredd. Au final cela rejoint l'aspect plaisant de True Crime, celui de capturer vivant les salopards et pas de se conduire comme un psychopathe.

 

Ce que je n'arrive pas à saisir, c'est qu'avec la quantité phénoménale de films et séries parfaitement réjouissante dont on dispose sur nos écrans pour parler de la police (notamment américaine) il n'y ai pas un développeur autre que Luxoflux qui s'est dit que ce serait une idée louable de faire un jeu où l'incarnerait un policier dans l'exercice de ses fonctions. Un jeu où on ne devrait pas être soit le cul vissé sur son fauteuil à résoudre des énigmes à la con pendant des heures pour choper un seul type, ou alors faire pleuvoir les balles sur des trouzaines de voleur un hot-dog. Pour moi l'essence même du policier et pour être un peu caricatural, ce n'est pas l'Inspecteur Harry (et surtout pas Derrick) mais bien Horacio Kane, le mec qui certes enlève ses lunettes quinze fois par épisode, mais qui ne lâche pas l'affaire tant qu'il n'a pas bouclé le criminel. L'idéal serait donc un mixe entre Dick Tracy et True Crime, en moins farfelu...L.A Noire.

 

Ça y est c'est la première fois que je parle du jeu pour dire autre chose que « je l'attends ». Au fil de cet article j'ai essayé de vous faire saisir tout ce qui pouvait me faire réellement tripper dans la carrière virtuelle de policier. Mener l'enquête sur le terrain, interroger les suspects et arrêter les criminel pour les envoyer devant la justice (bref avoir un minimum de responsabilité sur les épaules et ne pas tirer à tout va). Peut-être parfois avec des morts mais toujours en dernier recours. C'est pour cette raison que L.A Noire est désormais le jeu que j'attends le plus en 2011, plus encore que Deus Ex Human Revolution qui pourtant m'a inspiré ma déco de blog new age. Il est ambitieux, tape exactement dans mes envies, prends une époque que j'idolâtre d'un point de vue de la mode et de la musique y ajoute un truc qui va changer la façon de regarder un personnage de jeu vidéo (sans déconner je rejoue à Mafia II et c'est honteux en comparaison). On peut certes émettre des réserve sur l'équipe en charge du titre, mais avec RockStar à la production, j'ai très peu de doute sur la qualité finale du titre...priez avec moi!

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Commentaires

seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Zut t'es con, maintenant je vois plus que ça @[email protected]
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
J'avais pas fait attention avant, mais le gars sur le jeu Dick Tracy, on dirait Hitler ^^
Pedrof
Signaler
Pedrof
Je suis atterré par le flou sur l'image de GTA IV. Vraiment je déteste ça.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Je n'ai jamais joué à SWAT4. Par contre je suis content de trouver quelques joueurs qui ont apprécié True Crime comme je l'ai apprécié. C'est clair qu'il y avait une sorte de précision dans les actions à exécuter et c'était un peu tendu parfois de ne pas commettre de bavure sans le vouloir par faute d'avoir mal appuyer sur une touche. Mais franchement j'en conserve un excellent souvenir.
megafun89
Signaler
megafun89
Super documentaire, vraiment excellent (fais chié de pas l'avoir vu avant!).

En tant que grand fan de True Crime, ça fait plaisir de voir enfin quelqu'un reconnaître cette série à sa juste valeur: une vrai bouffée d'oxygène pour le genre GTA-Like! Que ce fut la manière de disperser les magasins (dupliqués à l'infini), le déclenchement aléatoire et instantané de missions secondaires (alertes criminelles), la manière de tuer (bon/mauvais flic) ou encore la notion de preuves (fouilles, reventes, mobile)....c'était d'une précision - certes fragile - mais du jamais vu pour le genre bac à sable. D'ailleurs plus jamais aucun autre jeu n'a réessayé, preuve de la complexité de la chose. Complexité qui on se rappelle avait condamner le jeu: entre bugs multiples, freezes réguliers, frame-rate bancal et prise en main délicate....D'ailleurs le dernier True Crime annulé au dernier moment semblait connaître les mêmes soucis....

Par contre je suis très étonné d'une absence: SWAT4. Dans le genre tactique et immersion j'ai rarement vu mieux comme jeu.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Voilà, disons que peut-être leur critique est parfois imparfaite, mais je pense qu'ils sont parmis les très rares créateurs de jeu à donner un vrai fond et un propos pertinent qui ne se contente pas d'une histoire de surface.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Cronos: En effet je me souviens du second volet joué chez un pote, mais comme j'ai jamais eu de PC à la hauteur, j'ai jamais vraiment touché à la série.
@songesnoirs: Bah écoute je connaissais pas du tout, je vais aller voir ça! Et je te confirme que l'autre Urban Chaos est un FPS couloir. Le seul truc sympa c'est l'utilisation du bouclier de CRS et du taser. Pour le reste bof bof quoi...
@BlackLabel: Je comprends parfaitement qu'on veuille pas le recommander, ceci dit je persiste à dire qu'il avait d'excellente idées plutôt bien employées dans l'ensemble.
Pour LA Noire, c'est un peu Rockstar quoi...moi je suis surfan de chacun de leur jeu et je sais qu'ils ont toujours l'intelligence de faire les choses bien. Pour moi ils sont justement parmi les très rares devs à faire des jeux vidéo avec une vrai fond...bref à ne pas se contenter de faire du simple jeu. Je trouve pas que leur critique des States est à deux balles mais c'est un autre débats...:D
Je t'assure que le Dick Tracy NES est archi compliqué du coup j'ai jamais touché à la version megadrive!
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Sympa comme sujet, même si perso je ne recommande pas True Crime... ^^

Pour L.A. Noire, j'espère surtout et avant tout que le jeu sera dans le ton des bandes-annonces, sans tomber dans les personnages débiles façon RDR et GTA4 et leur critique à deux balles des États-Unis.

Sinon Dick Tracy sur Megadrive, c'était la classe à l'époque ! 8)
Je connaissais pas l'épisode Nes par contre, sur la vidéo on dirait l'ancêtre du premier GTA.
Songesnoirs
Signaler
Songesnoirs
Urban Chaos (la version de 1999) permettait d'incarner une fliquette (noire de surcroit). On commencait en bas de l'échelle en faisant des missions banales (enlever des voitures gênantes, arrêter des dealers .... puis on devait résoudre des affaires plus graves jusqu'à découvrir un complot pesant sur la ville). On pouvait tuer ou arrêter les criminels, les pertes civiles étaient sanctionnées, on pouvait conduire des véhicules, il y avait une belle palette de mouvement (rha le coup du lapin, les coups de genou dans le ventre...). Un jeu trop souvent oublié (par contre, le Urban Chaos de 2006 a l'air de n'avoir que le nom et le fait de jouer un perso des forces de l'ordre en commun avec le premier épisode).
Cronos
Signaler
Cronos
Jolie sélection!
Dans un tout autre genre, mais en y réfléchissant colle pas mal dans ce que tu recherches, y a la série des SWAT, en FPS qui plus est. J'avais fait le dernier épisode en date (le 4, si je dis pas de bétises), et il offre plus des scènes bien péchus où on doit réagir vite pour neutraliser les méchants, soit en tirant si c'est nécessaire, soit en les menottant après les avoir suffisamment foutus la trouille. Ça marche vraiment bien et ça permet de découvrir une autre facette de la vie de flic!
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Disons que j'ai un peu mis de côté les survival puisqu'au final on arrête personne (même si dans les RE par exemple on joue aussi des flics). Ceci dit c'est vrai que dans Condemned 2 (j'ai pas beaucoup joué au premier) les passages en mon Experts étaient pas mal fichu, mais encore une fois ça menait nul part quoi c'est ça qui est un peu chiant.
Ceci dit il y a une composante qui me semble très intéressante et qui normalement sera une des bases de LA NOIRE, c'est le fait que tu peux ne pas tout trouver niveau des indices mais tout de même parvenir à certaines conclusion. Si c'est bien implémenté dans le jeu de la Team Bondi ça peut être fantastique; résoudre une enquête en fouillant partout parce qu'on a oublié un détail sur la scène de crime. Ca y est je trépigne
Chipster
Signaler
Chipster
Dans le genre enquête y a aussi Condemned un peu, parce que même si c'était assez vite fait, les phases de recherche sur le terrain avec tout l'attirail digne des experts c'était assez sympa :o il faudrait le même gameplay mais moins assisté et une ambiance moins hardcore et shoot avec plus de réflexion :yes:
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@benbass: LAUL bah c'est vrai qu'incarner un flic c'est pas super commun au final. O* alors c'est un genre de commando chelou XD. Moi j'ai vraiment envie d'être aussi confiant que toi :D

@upselo: C'est vrai que j'ai un peu zappé Deadly Premonition qui est pourtant un de mes jeux coup de coeur récemment (je m'en veux un peu sur ce coup là!)
Pour True Crime je pense qu'il se fait un peu massacrer à posteriori sur les forums, mais il n'avait pas été si mal noté (loin s'en faut) même si on est d'accord que les notes ne font pas tout. Comme je le dis dans l'article, ce qui est très intéressant avec ces deux titres, c'est qu'on est récompensé quand on ne fait pas n'importe quoi. Il y a des défauts techniques (et j'y inclue une part de la jouabilité) mais globalement il y a des bonnes idées qui renouvellent vraiment le genre à l'inverse d'un Saints Row par exemple qui pie GTA pour faire pareil en nase.
The Getaway c'est cas assez particulier je trouve. Il est mauvais pour moi, tout simplement à cause de la jouabilité assez exécrable, mais il est super ambitieux et pour l'époque il avait des vrais plus par rapport à son concurrent direct à savoir GTA3, y compris une histoire qu'on a envie de suivre, une dimension violente moins cartoon, bref un peu plus de maturité peut-être. J'étais un peu jeunot pour y jouer quand il est sortie, mais c'est vrai que j'avais été pas mal impressionné par le côté un peu film de pègre. A voir s'il tient le choc de nos jours.
upselo
Signaler
upselo
Je partage exactement les mêmes attentes que toi concernant LA Noire (ie pas trop de violence, ou en tout dernier recours). Et c'est vrai que c'est ahurissant que pas plus de jeux ne s'y soient essayés avant.
Pour les autres jeux que tu cites, tu donnes assez envie de tester True Crime, malgré tout ce que j'ai pu dire sur le dernier épisode annulé.
Dans les grands oubliés (il y en a forcément), il y a notamment Deadly Premonition, qui permet pas vraiment d'agir à sa guise, mais qui permet tout de même de suivre et d'interroger qui on veut.
Il y a aussi Judge Dredd, un de mes jeux cultes de la Megadrive, dans lequel on pouvait arrêter les ennemis avec des balles en caoutchouc :)
Et j'ai récemment acquis The Getaway, qui nous met aux commandes d'un inspecteur londonien. Malgré la réputation pas géniale du titre, ce sera un bon prélude à LA Noire j'espère.
benbass
Signaler
benbass
"J'aime bien les jeux ou l'on joue un vrai flic qui fait des arrestations.
...
Max Payne"
:lol:

Je n'ai pas peur de la qualité finale du jeu c'est certain. Vu comment Rockstar colle son étiquette partout (et citant tres vite Bungie qui a mon avis fait tout le sale boulot). Et ça se ressent dans le gameplay , y'a une touche RDR.

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris