CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Impressions

Ça y est les partiels et les bilans de 2010 sont passés. On est censé s'ouvrir à la nouvelle année, celle du lapin de métal blanc pour nos amis Chinois. Cependant j'ai quelques rattrapage à faire, des jeux que j'ai commencé fin décembre et fini début Janvier, pourtant sortis en 2010. Je ne pouvais décemment pas en parler en profondeur dans mon article bilan étant donné que je ne les avais pas vraiment tous décortiqué. Alors voilà donc les rescapés de 2010 à savoir Just Cause 2, Alpha Protocol et Deadly Premonition (pour le dernier pas d'avis définitif mais ça va venir)

 

Just Cause 2

C'est le jeu bac à sable pas prise de tête et selon une large audience, le jeu au fun immédiat qui t'éclate. Je ne suis pas complètement de cet avis.

Bon visuellement je pense qu'il n'y a rien à dire, le jeu brille par une bien belle technique et joui de ce qui me semble être la plus grande map pour un jeu offline. Avec une diagonale d'une trentaine de kilomètres, elle possède à la fois de la forêt, du désert et de la haute montagne enneigée. Pour la parcourir on a un vaste choix de véhicules. Les voitures et motos ne sont pas spécialement efficaces je trouve. Leur physique donne une sensation mitigée au sol; ce n'est pas désagréable à conduire mais enfin il n'y rien de grisant. Les bateaux sont pour moi du même acabit, après cela reste du ressenti personnel, puisque je n'ai jamais particulièrement aimé les bateaux dans les GTA-like. Les hélicoptères et les avions en revanche offre un vrai plaisir je trouve qui est sûrement du au simple fait de voler.

Mais le vrai moyen de transport de Just Cause 2, c'est le parachute qui une fois combiné avec une certaine utilisation du grappin devient indispensable. Je pense que c'est physiquement faisable, mais pas crédible pour un sous. Avec tous cet attirail et ses véhicules en pagaille, on est sans cesse à jouer les James Bond et a faire des cascades du genre je saute d'une falaise, chut libre, je m'agrippe à un hélico, jarte le propriétaire et détruit toute une usine pétrolière avant de me faire descendre par un missile et finir par planer en parachute jusqu'à prochaine ville...

Alors oui c'est fun pour sûr. Pourtant je pense qu'il y a des failles majeur dans le gameplay. Pour commencer, on ne risque pas d'être motivé par l'histoire. La première cinématique m'a fait comprendre que j'allais zappé toutes les autres parce que c'est certain, Just Cause 2 est un nanar, avec toutes les qualités qui composent ce presque-genre cinématographique. L'histoire ne vaut pas tripette, les doublages sont à chier et composent en plus avec la pire synchronisation labiales que j'ai jamais vu dans un jeu (les shaky-head de MGS comprises). La mise en scène est pathétique: chaque mission commence par l'exacte même animation que la mission précédente (un connard de chef de faction sur une voiture, ou accroché à un bus). Cela dénote du fait que les développeurs n'ont absolument pas travaillé leur mission et ça s'en ressent sur la longueur.

Les missions sont toutes les mêmes. Toutes. C'est toujours, tue un mec, ou détruit une zone, ou prend une voiture et amène la ici. La seule variante est l'endroit de la mission et la quantité de respawn des ennemis qui semble n'avoir aucune logique. Parfois on trouve pas une zone pour se cacher et quand on en tue un, il y en a quinze qui le remplace (vive l'embrigadement), et parfois on court comme un abruti en posant du C4 partout et là il n'y a plus personne. Le vrai souci en fait c'est simplement qu'Eidos a trop misé sur le gameplay émergent. Pensant sans doute qu'avec les quelques mécaniques intéressantes le joueur créerait lui-même sa diversité dans la destruction. Le résultat me concernant c'est que pendant trente heures (le temps de finir les 49 missions de factions) j'ai fait toujours la même chose. Trouver un hélico ou une gatling et blaster tout ce qui passe...jusqu'à ce que plus rien ne bouge...pas super fun au final.

 

 

Alpha Protocol (mon coup de coeur!)

Je le dis directement, c'est pour moi LE jeu mésestimé de cette année passée. J'en avais déjà fait un peu l'éloge dans un article précédent, en pointant tout de même que le manque de finition était très dommage. Au final je pense qu'à la deuxième partie, en connaissant bien les mécaniques de jeu (les pouvoirs en particulier) on obtient un excellent titre.

Alors pour le redire, graphiquement ce n'est pas dégueulasse, mais on est en droit d'en attendre plus sur une console HD. Ça reste propre pourtant mais le jeu souffre des mêmes affres que le premier Gears, mais surtout que Mass Effect à savoir l'apparition tardive des textures. De plus je ne le répèterais jamais assez mais cette animation de Michael Thorton qui marche accroupi...olala, ça enlève tellement de classe à ce qu'on est en train d'essayer de faire...bref. C'est surtout le manque d'équilibrage en difficulté maximum qui est très gonflante. Pour faire simple j'ai commencé le jeu en Difficile avec dans l'idée de faire comme toujours un personnage axé sur la furtivité, évitant toujours le combat de front. Mon personnage était donc faible et peu en clin à enchaîner les morts au fusil à pompe. Le souci c'est que le jeu possède des Boss et des combats obligatoires qui sont bien trop durs comparé au reste du jeu. La partie en mode Normal s'est donc avérée bien plus plaisante.

Car une fois ces petits désagrément dépassé, j'ai pris un pied fou. Le jeu bénéficie d'une ambiance génial, avec ce qui manque à Splinter Cell pour en faire un jeu un peu plus glamour à savoir les planques dans les quatre coins du monde (qui rappelons le est une sphère). Ce détail qui fait en fait office de menu en 3D pour préparer les missions est une idée très intéressante pour se sentir dans la peau d'un vrai agent secret. De plus Obsidian a surtout bossé l'histoire, les dialogues et les personnages (comme à son habitude) et c'est toujours un régal de sentir que l'on influence la trame grâce à ses relations avec les protagonistes et ses décisions prises à chaud.

Le système de dialogue est en effet basé sur une sélection, non pas de réponses mais de ton donné à la réponse et surtout qui ne donne pas un temps infini pour prendre ses décisions (contrairement à un Mass Effect ou un Fallout par exemple). Ici on doit réfléchir vite, ne pensant pas toujours aux répercutions sur le moment et ne s'apercevant de ce que l'on a fait qu'une fois rentré au bercail devant les informations télévisées.

Tout cela donne l'impression d'être impliqué. Alpha Protocol n'est formidablement spectaculaire. Il n'est pas aussi fluide qu'un vrai TPS, pas aussi rapide d'utilisation que Mass Effect 2 et manque de l'évasion totale du premier volet de la même franchise. Mais il a un vrai charme qui pour moi en fait un très très bon jeu (presque un grand) et qui mérite qu'on se le fasse sans aucun doute.

 

 

Deadly Premotion - tu entends ça Zach? Il va se foutre de nous!

Aïe, aïe, aïe...bon avant de commencer sur celui là, je tiens à préciser que j'y ai joué six heures pour le moment et que cet avis n'est donc pas définitif. A partir du moment ou je mets un warning c'est que je vais en dire du mal, vous vous doutez bien. Deadly Premonition est dans le top trois ou quatre des jeux qui ont acquis une réputation seulement sur les forums en 2010 (comme Nier par exemple). Le jeu est sortie dans l'anonymat le plus total en fin Octobre dernier pour une somme modique de 29€ en neuf (et même 20$ aux États-Unis). En somme ce n'est pas un jeu prétentieux, ni un block-buster, c'est juste un ovni sortie de nul part et développé par Access Games (société inconnue au bataillon). Même parmi une communauté amateur de jeux underground (parce que ça fait bien) il y a des avis très partagés. Voici le mien sans autre valeur que mon ressenti comme d'habitude.

Deadly Premonition est mauvais. C'est une évidence. Vous le regardez, vous y jouez. C'est pitoyable. Mais c'est cette sorte de pitoyable qui vous fait enrager, parce que dans le fond il est génial. Tout ce repose sur une histoire de meurtre et surtout sur l'enquêteur qui va vouloir résoudre le problème. Le jeu se déroule donc à Greenvale, une ville paumée aux États-Unis dans laquelle une jeune femme que tout le monde appréciait a été sauvagement tuée et accrochée à un arbre. Dans ce cadre qui paraît glauque à souhait, un certain Francis York Morgan que tout le monde appel York va mener l'enquête en collaboration avec le shériff de la ville et son assistante Emily (qui de toute évidence est Naomie Watts).

-Je l'ai déjà vu dans un film Zach...Mulholland Drive de David Lynch, sortie en 2001.

York est sans aucun doute le mec le plus étrange qu'on puisse croiser dans un jeu. Ça le met directement dans le top des héros de jeux vidéo. Pour commencer il se parle à lui-même, en se prénommant Zach. A vrai dire j'ai un peu la sensation que c'est à moi qu'il s'adresse quand il parle comme ça...bref, en plus d'être à moitié schizophrène, il a le dont de tomber un peu comme cheveu sur la soupe lorsqu'il parle aux autres personnages. Si vous ajoutez à cela le fait qu'il n'arrête pas de parler de cinéma et qu'il passe son temps à se demander quand est-ce qu'il pourra voir Jaws, vous comprendrez aisément pourquoi on ne peut qu'être mort de rire à chaque cinématique.

York n'est que la face visible d'un jeu qui n'a aucun sens. Entre les monstres dont on ne comprends absolument pas (là où j'en suis forcément) le rapport avec l'enquête et le taré à la hache qui poursuit le héros, il y a les passages dans une pièce recouverte de feuille rouge avec deux fauteuils et une cheminée ou qui se retrouve dans un menu pause sans queue ni tête. En somme on a un jeu fou, avec des dialogues poilants et des scènes de survival assez sympa en terme d'ambiance, le tout appuyé par des morceaux complètement à côté de la plaque en terme d'ambiance qui au final ajoute quelque chose.

Le tableau paraît beau, mais les conditions pour savourer cette partie sont juste exaspérante. Les développeurs n'ont pensé à rien dans ce jeu. Graphiquement c'est pitoyable. Les textures sont à peine bonnes pour de la PlayStation et de toute façon elles sont floutée au bout de cinq mètres du champ de vision. Les décors en extérieur sont d'une pauvreté affligeante, avec trois pauvres arbres plantés à l'arrache (faut voir la gueule des arbres) et un aliasing extrêmement prononcé. Les personnages ont aussi une modélisation ultra basique malgré un ou deux effets de reflet sous la pluie, ça reste lisse. C'est là qu'on voit que le jeu est un jeu PlayStation2 en réalité. C'est con à dire, mais avec un tel niveau de laideur, ça torpille tout simplement l'immersion.

Le gameplay est pourri aussi. Entre les voitures au rayon de braquage ridicule qui force à des manoeuvres à la con et la carte qui est tout sauf utile avec son dézoom inexistant et le fait qu'elle change de direction en fonction de là où on regarde (ça c'est vraiment de la merde). A pied c'est du même niveau. On est à l'époque de RE4 mais avec une petite difficulté supplémentaire que je ne saurais identifier. La hitbox des phases de survival est très précise, malheureusement la sensibilité de la visée et le fait que les ennemis se dandinent comme des oies n'aident pas à jouer les snipers. Si en plus on ajoute à ça LA mécanique de jeu qui me fait péter des câbles à savoir des QTE mais ultra rapides en plus, vous obtenez le super cocktail qui rend taré. Si c'était le but c'est réussi.

Après six heures donc, je n'ai presque plus envie d'y jouer tellement je sais d'avance que ça va m'énerver et me désoler. Pourtant York donne tellement envie d'en savoir plus...c'est dommage. Ça prouve bien que sans moyen l'ambition c'est rien.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

MrBrown
Signaler
MrBrown
Concernant Just Cause 2, je suis d'accord avec toi, les missions et le scénario qui va avec sont complètement pourries et ne sont la que pour donner un cadre au gameplay. Mais ce gameplay justement est tellement défoulant que j'arrive a le lui pardonner sans problème! Oui, c'est tres James Bondesque, mais apres tout c'est ce que l'on recherche dans un jeu pareil!

Pour Deadly Premonition, moi qui comptait me le faire tu m'as bien refroidi! Je vais y réfléchir..

Bel article en tout cas, merci !
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Herbert: bah de toute façon je court maintenant comme ça c'est réglé! Mais ça ne change pas la mocheté du truc et les parcours bien relou en voiture...

@Bigquick: Il parait qu'il est excellent mais je sais pas j'appréciais pas trop l'univers déjà sur la première Xbox quand on me l'avait prêté.
Bigquick
Signaler
Bigquick
Je suis en session rattrapage aussi, je suis en train de me faire The Chronicles of Riddick Assault on Dark Athena, et c'est vachement sympa.
Herbert
Signaler
Herbert
Fais comme moi pour Deadly Premonition. Dans les phases de survival retiens ta respiration en appuyant sur LT (ce qui te rendra invisble aux yeux des montres) et rush le niveau.
Etant donné que tu es fan de cinéma, suivre exclusivement l'histoire devrait te plaire.
FuckinGaulois
Signaler
FuckinGaulois
C'est pas totalement faux ton point de vue sur le gameplay de Just Cause 2, mais ce qui est marrant c'est de varier toi-même la façon dont tu blastes. C'est vrai que pour pas se faire chier, l'hélico c'est pratique, mais jsais pas moi, aller chopper un avion de ligne et l'envoyer dans la gueule d'un colonel, attacher un mec a une bonbonne de gaz et l'envoyer voler, ou encore attacher 2 hélicos ensemble, t'as moyen de tripper mais effectivement c'est pas le jeu qui va te le faire faire.

Cela dit c'est vrai que les missions sont toutes les mêmes mais bon, comme un bon gros nanar ou je sais d'avance tout ce qui va composer le film, je me suis marré à les faire. Et honnêtement j'serai prêt à me le retaper. En tout cas je serai le premier dessus si y'a une suite, oh oui.

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris