CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Impressions

Tony Scott et Denzel Washington, ça commence a ressembler à une belle histoire d'amour professionnel. Après le sympathique Déjà Vu, en 2006 qui explore un concept de réalité parallèle et de temps tout sauf linéaire ou le revanchard et un brin épileptique Man On Fire plus tôt encore en 2004, le réalisateur et son acteur fétiche (semblerait-il) se sont reconvertie dans la simulation de chemin de fer. En 2008 d'abord, avec le danseur disco le plus terroriste de tout les temps, John Travolta, dans The Taking of Pelham 1 2 3. Puis cette semaine en compagnie du nouveau Capitaine Kirk. Alors conversion réussie ou pas?

 

The Taking of Pelham 1 2 3 (L'Attaque du Métro 123)

Le film se présente comme un affrontement, ou plutôt une rencontre, entre un aiguilleur de rames de métros et un preneur d'otage prêt à tout pour arriver à ses fins. Denzel Washigton est donc là au mauvais moment, au mauvais endroit. Si cela peut paraître cliché, c'est parce que ça l'est. On prend deux personnalités un peu forte, l'un en position de négociateur forcé l'autre qui tue les otages si on l'emmerde et on obtient aisément un film à suspens qui se tient, pour peu qu'on sache tenir une caméra.

Je ne pourrais pas vraiment faire beaucoup plus de commentaires supplémentaires. The Taking of Pelham 1 2 3 n'a ni la brutalité de Man On Fire pour citer un autre film du réalisateur, ni l'action d'un Die Hard 3 où le terroriste joue en plus aux devinettes avec son flic, ni les superbes répliques et le charisme d'un Kevin Spacey dans The Negotiator. Bref c'est un film de prise d'otage (oui c'est devenu un genre maintenant) ferroviaire sympathique, avec quelques répliques qui font mouches et qui maintient le suspens suffisamment pour qu'on est envie d'en voir le bout. Pas plus, pas moins...

 

Unstoppable

Étant donné que l'aiguillage s'est soldé par une vilaine prise d'otage, Denzel Washington a décidé de se mettre au vert. Cette fois c'est lui qui conduit le train et en dehors de la ville. Il se retrouve avec un petit nouveau à l'esprit occupé par des affaires personnelles. Vingt-huit ans de carrière et d'expérience, c'est pourtant ce jeunot, Chris Pine qui a normalement les choses en mains à bord de la locomotive. Pour son premier jour ce troufion va avoir affaire un train en roue libre qui parcourt les chemins de fer américain à 70miles/h sans que personne ne puisse l'arrêter et avec à bord un chargement hautement explosif...

L'histoire est tirée d'un vrai fait divers apparemment, qui si serait produit en Pennsylvanie. Les premières secondes deux choses frappes. La première, c'est du Tony Scott tout craché, peut-être le film qui porte le plus son style saccadé, parfois cramé et bruité à mort (il pourrait limite s'attaquer à la photographie d'un film Silent Hill avec un look pareil). La seconde, c'est que le compositeur n'est pas inconnu aux oreilles des gamers...ce sens du rythme qui pose le suspens, suspend la mélodie pour accompagner l'action. Oui ça ressemble à du Metal Gear Solid, c'est normal puisque ce n'est autre que Harry Gregson Williams qui est à la manoeuvre musicale.

Je dois le reconnaître quand j'ai compris ce qu'était le film, à savoir un Speed en train, sans le mec qui veut tout faire péter (mais juste un idiot qui lance son train sans activer les freins) j'ai eu l'impression que c'était faire des caisses d'un rien, pour nous mettre un élément explosif (le phénol) histoire d'en faire quelque chose d'hollywoodien. Au final je me suis pas mal planté. Tout d'abord, pour ceux qui comme moi ont trouvé Man On Fire un brin trop épileptique, sachez que le film, s'il use du même genre d'effets, les use de façon très efficace. Remarquablement filmé, les actions ont le mérite d'être vraiment haletantes une fois lancées.

De plus il faut bien le reconnaître, le casting est vraiment top. Denzel Washington pour moi n'a plus rien à prouver à l'instar d'un Morgan Freeman par exemple. Il est impeccable, charismatique et tout à fait dans son rôle. Bref un gros point fort pour le film. De plus il est appuyé par d'autres membres comme Chris Pine, beau-gosse et qui bénéficie d'un personnage vraiment cool; pauvre gars plus préoccupé par sa femme et son gosse que son nouveau boulot, où la moindre erreur se paie cash. Je note aussi la superbe Rosario Dawson, le seul intermédiaire logistique pour aider nos deux conducteurs casse-cous à récupérer le train fou.

Voilà ce qui arrive quand on oublie de composter son billet...

Au final, le film est très bon pour moi. Soyons clair, ce n'est pas un chef-d'oeuvre, il est assez classique au final, met en avant des héros comme l'Amérique les aime tant, banals et au bord de la misère mais prêt à tout pour sauver des compatriotes. Seulement c'est tellement bien fait, bien filmé (et pourtant je suis parfois un peu perdu par ce style) et prenant qu'on ressort avec un grand sourire, du genre « C'était bien cool quand même ». Alors pas de mépris, montez dans ce train, quand c'est Denzel Washington et Chris Pine qui conduisent, ça se passe vraiment bien.

 

Bon maintenant au cinéma, il n'y a plus qu'un train que j'attends...et il arrive à destination le 24 Novembre!

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

benbass
Signaler
benbass
PInaise comment c'est compliqué. xD
Moi qui adore Denzel W. , ça me donne bien envie d'aller le voir tien.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
En gros t'as Denzel Washington qui est vétéran conducteur de train, et t'as Chris Pine qui est le jeune troufion, premier jour dans le métier. Apparemment les mecs conduisent pas tout seul leur train, ils ont toujours une sorte de chef qui leur dit ce qu'il faut faire. Donc en gros bah c'est le troufion le maitre à bord...alors que c'est Denzel Washington qui conduit quoi. Et donc la relation au début est un peu bizarre forcément :)
benbass
Signaler
benbass
Vingt-huit ans de carrière et d'expérience, c'est pourtant ce jeunot, Chris Pine qui a normalement les choses en mains à bord de la locomotive. Pour son premier jour ce troufion ....

J'ai vraiment pas compris cette partie. :(

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris