Vers la 8ème génération de console

Vers la 8ème génération de console

Par SCPH Blog créé le 12/04/10 Mis à jour le 08/06/10 à 20h34

Actuellement sur Red Dead Redemption et Split/second
Attendu cette semaine : SUPER MARIO GALAXY 2 !!!

Ajouter aux favoris
  
Signaler
Retro

L'article rétro d'aujourd'hui porte encore sur un poids lourd du jeu vidéo, mais plus précisément dans le domaine du RPG. Nous sommes en 1998, et Squaresoft s'apprête à sortir un RPG philosophique complexe qui deviendra plus tard une saga : Xenogears.

I'm Alpha and Omega, the beginning and the end, the first and the last

Apocalypse 22:13 du Nouveau Testament, voilà par quoi commence l'intro du jeu. S'en suit une scène présentant le vaisseau Eldridge qui subit apparemment une perte de contrôle suite a une sorte de virus. Le commandant donne l'ordre de quitter le navire, mais en vain car l'ordinateur détruit les vaisseaux de secours un a un avec ses propres canons. N'ayant plus d'espoir, le commandant engage donc l'autodestruction de l'Eldridge. Celui-ci se crash sur une planète avoisinante, et parmi les débris, une femme se relève. Elle est nue, et possède une très longue chevelure mauve.

Le jeu reprend par la suite dans un village nommé Lahan, où un jeune homme amnésique du nom de Fei, qui a été amené quelques années plus tôt en piteux états, s'apprête à célébrer le mariage de ses deux meilleurs amis. Un soir de retour d'un bon repas dans la cité voisine, il voit débarquer plusieurs Gears (robots de combat) qui engagent un combat. Lorsqu'il rentre dans le cockpit de l'un d'eux qui n'a plus de pilote, il se met à le contrôler précisément, et suite a une série de flash à cause de la mort en direct de son ami, il réduit à néant le village dans une gigantesque explosion. Evidement, lorsqu'il revient à lui, il se fait bannir par les survivants de son village.

Et nous voilà ainsi parti pour une 50aine d'heures de jeu, dont le scénario, qui est a coup sur le plus gros point fort du jeu, nous émerveilleras de sa richesse.

Tetsuya Takahashi (FFVI, FFVII, Chrono, Parasite Eve, etc...) signe ici sa première licence personnelle dont il a écrit le script dans une minutie absolue. Directement inspiré par la philosophie contemporaine de Freud, Nietzsche, Freud, Jung et cie, il créé un scénario d'une richesse incroyable, terriblement complexe, et dont les thèmes abordés en font un succès au japon.

Il faut savoir que rien n'a été fait au hasard. Chaque personnage, principal ou secondaire, a son background très fouillé. Les rebondissements incessants, et grâce à une mise en scène calculée au poil de fesse, nous forcent à tenter de percer le mystère du scénario en vain.

Même si c'est correct pour l'époque, les graphismes sont très loin d'égaler la surpuissance des musiques misent en scène. Yasunori Mitsuda (Chrono Trigger, Chrono Cross) compose ici l'une des meilleurs oeuvres de sa carrière. A tel point que vous allez vous surprendre à vous arrêter pendant le jeu, uniquement pour écouter la mélodie. La présence des choeurs a plusieurs reprises ajoute un coté poignant dont on est vraiment sous le charme. Une OST a écouter absolument !

Concernant son système de combat ATB en tour par tour, son originalité réside dans son attaque. Votre personnage possède un certain nombre de point, et vous avez trois coups différents à utiliser avec la manette. Un coup léger, moyen et fort, dont les nombres de points requis varient en fonction de la puissance, ce vous obligera à choisir les enchaînements et les attaques spéciales du personnage à bon escient.
Vous avez aussi la possibilité de monter dans un gears, où vous utiliserez un système de réservoir, plutôt que des points d'action, et vous ne ferez qu'une seule attaque, sauf si vous économisez le coup pour faire une attaque spéciale au tour suivant, mais le principe reste globalement le même. 

 

L'anecdote du jeu, c'est que le budget alloué à été trop rapidement utilisé. Et cela se ressent à partir du CD2, où des donjons, des gears, et la plupart des quêtes annexes ont été supprimés. Malheureusement, Squaresoft qui n'avait aucune certitude sur l'accueil et le succès du titre, n'a pas engagé d'enveloppe supplémentaire. Ce qui entacha l'épisode qui se voulait être le 5eme d'une saga de 6 opus, et qui créa une tension entre le studio et Takahashi qui finira par carrément partir avec son équipe pour fonder son propre studio, Monolith Software, et enfin commencé son oeuvre comme il avait toujours voulu le faire : Xenosaga !

Je finirai en vous proposant de lire un artbook particulièrement soigné sur ce jeu : « Xenogears Perfect Works ». Ces 300 pages d'une qualité supérieure vont vous présenter en profondeur les planètes, les religions, les schémas précis des personnages et des gears, etc...
Ultra complet, cet ouvrage a demandé quatre mois de travail à un courageux afin de le traduire le plus précisément possible pour en ressortir toute la richesse de leur travail. A lire ici

Images : Xenogears, SquareSoft / Screenshots, SquareSoft / Perfect Works, DigiCube / XenoSaga

 

Voir aussi

Jeux : 
Xenogears
Sociétés : 
Monolith Software, Squaresoft
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

■ ■ ■

Archives