Premium
Le Blog de Samy_fit
Signaler
Actu/Buzz/Mème (Divers)

Foot français: Les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes

Moins de noirs et moins d'arabes sur les terrains de foot ! Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale de la Fédération française de football, dont le sélectionneur des Bleus, Laurent Blanc, ont approuvé dans le plus grand secret, fin 2010, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays. Objectif: limiter le nombre de joueurs français de type africains et nord-africains. Notre enquête.

C'est avec ce titre, cette image et cette accroche tout en raccourcis que Médiapart publie son article du Vendredi 29 avril. Voici donc la genèse de "l'affaire des quotas et de la discrimination à la FFF". Un jour et un millier d'articles plus tard, l'histoire continue de faire la une des médias et tourne en boucle sur les chaines d'informations suite à la publication, dans un nouvel article de Mediapart, du verbatim d'une réunion du 8 novembre 2010 censé prouver les affirmations du premier article (alors démenties par les personnes incriminées):

Erick Mombaerts: François, ça mérite quand même qu'on débatte, ne serait-ce que trois minutes. Tu as évoqué les statistiques sur les derniers résultats de l'Institut national du football : 4 internationaux A français, 26 internationaux étrangers. 20 ou 26....

Laurent Blanc: Ça, ça me choque.

Erick Mombaerts: Ça nous choque.

Laurent Blanc: Plus qu'autre chose.

Erick Mombaerts: Est-ce qu'on s'attelle au problème et on limite l'entrée du nombre de gamins qui peuvent changer de nationalité? Oui? Non? Donc, auquel cas, on est obligé de le faire sous le coude. C'est-à-dire on est obligé de le faire... Mais est-ce qu'il faut le faire. Je pense que tout le monde doit être concerné, là. Laurent, qu'est-ce que t'en penses?

Laurent Blanc: Moi j'y suis tout à fait favorable. Sincèrement, ça me dérange beaucoup. Ce qui se passe dans le football actuellement, ça me dérange beaucoup. A mon avis, il faut essayer de l'éradiquer. Et ça n'a aucune connotation raciste ou quoi que ce soit. Quand les gens portent les maillots de l'équipe nationale des 16 ans, 17 ans, 18 ans, 19 ans, 20 ans, Espoirs, et qu'après ils vont aller jouer dans des équipes nord-africaines ou africaines, ça me dérange énormément. Ça, il faut quand même le limiter. Je dis pas qu'on va l'éradiquer mais le limiter dans ces pôles-là...

Erick Mombaerts: Donc il faut 30%? Un tiers de gamins qui peuvent changer?

François Blaquart: Même pas.

Erick Mombaerts: Même pas ?

François Blaquart: Même pas. Faut faire un projet. Moi, j'ai dit à Gérard qu'on allait se voir pour le concours et qu'on limite. Qu'on soit beaucoup plus pertinent dans l'approche, y compris l'évaluation sur l'état d'esprit et ainsi de suite. Je dirais qu'on a des moyens pour le faire. Avec des 12 ans, on s'est aperçu que c'était plus difficile qu'avec des 15... Surtout, qu'on se donne quelques garanties! L'idéal effectivement, c'est de dire, mais pas officiellement: de toute façon on ne prend pas plus de tant de gamins qui sont susceptibles de changer à terme.

Laurent Blanc: Ou alors tu les fais passer par des critères différents de sélection. Il n'y a qu'à voir les centres de formation. Même le pôle Paris. Tu vois toujours les mêmes gens parce qu'ils répondent toujours aux mêmes critères de sélection.

François Blaquart: On peut baliser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit. Ça reste vraiment que de l'action propre. Bon voilà, on fait attention. On a les listes, à un moment donné...

Erick Mombaerts: Il faut qu'on s'attaque au problème, quand même!

Laurent Blanc: Moi c'est pas les gens de couleur qui me posent un problème. C'est pas les gens de couleur, c'est pas les gens nord-africains. Moi j'ai aucun problème avec eux. Mais le problème, c'est que ces gens-là doivent se déterminer et essayer qu'on les aide à se déterminer. S'il n'y a - et je parle crûment - que des blacks dans les pôles et que ces blacks-là se sentent français et veulent jouer en équipe de France, cela me va très bien.

Erick Mombaerts: Mais ça, on ne peut pas savoir à 13 ans, quand ils rentrent dans nos structures. On ne peut pas savoir. Ils vont te dire qu'ils se sentent français.

Laurent Blanc: Tu peux les aider à s'identifier...

François Blaquart: Il faut identifier. Parce que bon, c'est pas la couleur qui fait... Il y a des gens qui sont, de toutes façons et fondamentalement, de souche française.

Laurent Blanc: Mais bien sûr. Aussi français que toi et moi.

François Blaquart: Et puis la deuxième chose, je rejoins ce que dit Laurent: sur l'état d'esprit, il faut effectivement gratter un peu...

Erick Mombaerts: Oui, enfin ça va pas être simple. Je crois qu'il vaut mieux s'auto-limiter. Il y a bien des clubs comme Lyon qui le font dans leur centre de formation. Ils le font systématiquement. J'étais à Marseille là. Et Henri Stambouli le met en place sur Marseille. Pareil, ils vont limiter le nombre. Voilà. Les clubs, ça y est, ils sont en train de réfléchir. Et ils vont le mettre en place aussi. Ils le supportent plus

Francis Smerecki: J'entends bien, mais si on enlève tous ces gens-là ? ! Si le mec a envie d'être international, c'est quand même normal qu'il aille vers un pays où il va pouvoir jouer. Je pense que c'est humain quand même. T'as été joueur de très haut niveau, Laurent. Si tu n'avais pas pu jouer en équipe de France...

Laurent Blanc: J'aurais pas demandé à jouer ailleurs. C'est aussi simple que ça.

Francis Smerecki: Non mais y en a. Et on peut reconnaître que c'est humain de vouloir jouer.

Laurent Blanc: Je le reconnais. Mais il ne faut pas que ce soit tous les joueurs qui puissent faire ça. Parce que tous les blacks, si tu enlèves les Antillais, ils ont des origines africaines. Donc, africaines, ils vont pouvoir aller dans une équipe africaine.

Francis Smerecki: Les Polonais, quand on est arrivé, on était blanc, et puis la France a eu cette influence polonaise. Et puis ça nous a quand même servis. Aujourd'hui, les règlements ont évolué. Les blacks aujourd'hui, parce que ça a été l'Afrique, et on est fautifs quand même parce qu'on a été les chercher quelque part par wagons entiers. Et aujourd'hui, on voudrait s'en séparer?

Laurent Blanc: J'ai pas dit s'en séparer.

Francis Smerecki: Ben si, quelque part, puisque certains avancent le nombre de 30%. C'est qu'on veut s'en séparer, d'une manière ou d'une autre. Il faut être concret. Le deuxième point, c'est que si tous ces gens-là, blacks ou beurs, ou autres, on les enlève, est-ce qu'il va nous rester une division?

Erick Mombaerts: On ne veut pas les enlever! Les clubs pros, ils peuvent les prendre. Ils se répartissent! Là on parle des structures fédérales. Nous on travaille pour le football français, on ne travaille pas pour les sélections étrangères.

Francis Smerecki: Et en même temps que tu travailles pour le football français, tu travailles pour l'équipe de France et aussi pour les clubs. Le football français, c'est pas que l'équipe de France! Mais aujourd'hui, ceux-là, si on les enlève... je sais pas si on a une division.

Laurent Blanc: Tu retournes l'argument!

Erick Mombaerts: Mais on veut pas les enlever. Ils vont dans les sections sportives élites.

Francis Smerecki: Je ne retourne pas l'argument. Je dis: première chose, c'est discriminatoire. Et si on enlève la totalité des gens qui peuvent choisir, pour une autre sélection éventuellement, je ne sais pas si on a une division. Parce que quelque part, même s'ils vont jouer dans un autre pays, il y a des clubs de Ligue 2 qui vivent avec ces joueurs-là.

(... un des participants rappelle qu'il y a "300 joueurs français" formés dans l'Hexagone qui jouent dans des clubs étrangers. Laurent Blanc revient, insistant, sur les critères de selection des jeunes...)

Laurent Blanc: Là, on parle d'enfants de 12 ans, 13 ans ou 14 ans.

Francis Smerecki: Tu peux pas dire à des gens de troisième génération, qui sont nés sur notre sol... Un gamin qui va jouer, je sais pas, pour la Libye ou pour la Guinée, s'il a le choix, si tu le prends, il va aller avec toi, Laurent. Il ne va pas aller là-bas.

Erick Mombaerts: S'il te plaît. Moi je vais prendre le problème à l'envers. Quand on parle des structures, c'est aussi la place qu'ils prennent. Moi ce qui m'intéresse c'est que le jeune qui va jouer pour l'équipe de France puisse être en équipe de France de jeunes.

Francis Smerecki: Ecoute, moi, ce qui me gêne sur le fond, c'est (qu'il y a) celui qui a la possibilité d'être français-français et d'aller avec Laurent, et celui, parce qu'il n'a pas assez d'aptitudes et de talent pour aller avec Laurent et qui va aller dans un autre pays, et c'est celui-là que vous voudriez éliminer. C'est impossible.

François Blaquart: C'est pas forcément l'éliminer.

Francis Smerecki: Le limiter? Ça veut dire que vous allez garder lesquels? Les blancs? Les moins bons?

Erick Mombaerts: Ça ne te choque pas que l'INF ait sorti quatre internationaux français et 26 internationaux étrangers? Est-ce qu'on peut pas basculer un petit peu. Basculer.

Francis Smerecki: Attends, vous allez pas prendre "Dédé" pour plus con qu'il l'est. Les bons jeunes blancs, s'il avait eu un jeune talentueux blanc, il aurait pris, non?


(... près d'une heure plus tard, le sélectionneur des Bleus reprend la parole pour relancer le débat sur ces thèmes...).

Laurent Blanc: On veut pas éliminer les étrangers, pas du tout, mais faire en sorte que les pôles Espoirs ou les pôles de la DTN testent sur des critères mieux définis pour pouvoir attirer d'autres personnes, parce que si on a toujours les mêmes critères, y aura toujours les mêmes personnes. Et plus ça va, plus ça va être encore davantage. Parce que je suis sur les terrains tous les samedis, je vois quelques centres de formation: on a l'impression qu'on forme vraiment le même prototype de joueurs: grands, costauds, puissants. Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les blacks. Et c'est comme ça. C'est un fait actuel. Dieu sait que dans les centres de formation, dans les écoles de football, ben y en a beaucoup. Je crois qu'il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d'autres critères, modifiés avec notre propre culture. Je vais vous citer les Espagnols: ils n'ont pas ces problèmes-là. Ils ont des critères de jeu qui sont très précis, à 12-13 ans.

Erick Mombaerts: C'est ça le projet.

Laurent Blanc: Avec notre culture, notre histoire, etc. Les Espagnols, ils m'ont dit: "Nous, on n'a pas de problème. Nous, des blacks, on n'en a pas."

Erick Mombaerts: Mais Laurent, le phénomène que tu évoques, c'est tellement ancré chez nous que les petits gabarits blancs qui sont dans les pôles Espoirs, les clubs pro me les laissent sur les bras. Ils ne les prennent pas, n'importe comment, même si c'est des bons joueurs!

Laurent Blanc: Les clubs ils auront toujours leurs critères de sélection. Ça tu pourras pas... Même si en formant des éducateurs, tu vas pouvoir peut-être à la longue changer un petit peu les choses, ou influencer un peu. Mais c'est surtout dans les pôles qu'il faut avoir ces critères-là. Un participant sort de ses gonds et rappelle qu'un bon joueur est efficace quelle que soit sa couleur de peau, rouge ou blanche, sa taille, grande ou petite.

Laurent Blanc: Oui, mais en ce moment tu n'as pas le choix puisque tu as toujours le même stéréotype de joueurs, tu exagères. Je vois les centres de formation, je les vois de Bordeaux, des cités, et tu as toujours le même stéréotype de joueurs, je suis désolé ! Tu vas aller au centre de formation de Bordeaux, tu vas prendre les joueurs, mais des petits bons joueurs, tu n'en auras pas. Donc il faut inciter.

Erick Mombaerts: Est-ce qu'on peut essayer de proposer avant la fin de l'année un projet, quelque chose de différent, bon pas fondamentalement différent, mais qui va être force de projet. Dire: voilà on va s'attaquer à ça. Bon, on a compris aussi qu'on a besoin d'ouverture, de proposer quelque chose et qu'on peut s'attaquer à quelques croyances bien établies, notamment le jeu, hein, le jeu, au détriment peut-être de l'individu. Mais le jeu, forcément, ça va être d'intégrer d'autres types de joueurs. Parce que le jeu, c'est l'intelligence, donc c'est d'autres types de joueurs. Donc tout est lié, tout est lié!

Pour la ministre des Sports, Chantal Jouanno, "l'affaire est grave", suffisamment pour suspendre immédiatement François Blaquart, le directeur technique national (DTN) de la FFF (qu'elle avait elle-même nommé), en attendant les conclusions des enquêtes menées par la FFF et par l'IGJS (Inspection générale de la jeunesse et des sports). Opportuniste, comme le chante si bien Dutronc dans sa chanson, Chantal Jouanno sera alors toujours à temps de modifier son discours. Dans l'intervalle, c'est autant de temps et d'espace en moins dans les médias pour commenter le fiasco de la politique gouvernementale.

Toujours est-il qu'à la lecture de ce verbatim, le titre et l'accroche du premier article de Médiapart énervent tant ils s'apparentent à un raisonnement sophiste comme le démontre très bien Daniel Schneidermann dans son article daté du Samedi 30 Avril: Racisme : les dirigeants du foot français condamnés sans preuves. Reste que Médiapart a réussi son coup en créant le Buzz et il est plus que regrettable que le site d'information s'en soit réduit à un titre fallacieux afin d'assurer ce Buzz comme il est tout aussi regrettable qu'une grande partie la presse ait emboité le pas sans y voir à redire. D'autant, que la proposition (à priori) discriminatoire retranscrite dans le verbatim suffisait certainement, en elle-même, à susciter l'intérêt de l'opinion.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

The-reaper
Signaler
The-reaper
Ca n'a rien à voir avec l'eugénisme, faut arrêter d'utiliser les mauvais mots à la mauvaise place! Il s'agit juste à la base de limiter la formation de joueurs qui vont partir pour jouer ailleurs (parce que bon, 26 sur 30, ça devient problématique). Le souci, c'est que le football étant principalement animé par des joueurs issus des classes populaires, donc immigrées, donc de couleurs (il y a 50 ans, c'étaient les Polonais, les Italiens et les Espagnols, aujourd'hui ce sont les Maghrébins et les Africains sub-sahariens), on y voit une terrible ségrégation ethnique, qui n'a pas lieu d'être.


Je crois que notre pays devient fou à force de voir du racisme partout là où il n'est pas forcément. Et c'est la blondasse qui s'en frotte les mains.

Par contre, que personne ne s'offusque du traitement des Africains par des agents qui se comportent comme des négriers pour rabattre des joueurs vers l'Europe ou d'un système qui fait croire à des gamins issus des cités que grâce au foot, on va devenir riche et célèbre facilement et que l'ascenseur social est à leur portée (alors que la sélection est violente ) me gêne beaucoup plus. Et ça, c'est un système profondément raciste. Bien plus que ces histoires de quotas, qui ne sont certes pas la solution, mais existent pourtant dans plein d'autres domaines (quotas de femmes à l'Assemblée ou de jeunes issus des cités dans les grandes écoles), ce qui est aussi grave mais a priori ne dérange personne.
lasecousse
Signaler
lasecousse
pour obtenir des informations complémentaires lisez cette excellent article : http://blogs.mediapa...otball-francais
lasecousse
Signaler
lasecousse
'eugénisme, tout simplement hallucinant !!!
lasecousse
Signaler
lasecousse
Voila une belle leçon d
The-reaper
Signaler
The-reaper
Ah bah tiens merci de publier les extraits de la fameuse discussion. Ca renforce un peu plus ma pensée que Mediapart a fait du racolage avec son titre et que les instances politiques ont, une fois de plus, réagi sans réfléchir. Car bon, s'il y a bien un domaine dans lequel la mixité sociale et ethnique se fait, c'est bien plus le football que les bancs de l'Assemblée. Enfin bref.

On hurle encore une fois au racisme institutionnalisé sans prendre le temps de réfléchir deux secondes, au risque de faire le jeu du Front National. Que la FFF veuille réduire le nombre de joueurs formés qui vont jouer pour d'autres sélections, je le comprends. Par contre, instaurer des quotas est un peu ridicule. Cela dit, si la FFF avait proposé des quotas pour intégrer des minorités peu présentes dans le football (des Français d'origine chinoise par exemple), tout le monde aurait applaudi au "nom de la diversité", alors que c'est de la discrimination tout autant ; on favorise quelqu'un non pas parce qu'il est plus compétent, mais parce qu'il est "différent", au risque de créer des frustrations et des rancoeurs.

Bref, encore une fois, les politiques et les médias s'enflamment pour pas grand chose, juste pour détourner les discussions d'autre chose, alors qu'il y a un problème (non pas de race mais bien de "qualité de joueurs") et qu'il faut juste essayer d'y réfléchir. Le truc, c'est qu'en essayant de faire ça en douce, ça n'a fait qu'amplifier l'histoire. Mais cette polémique est tellement stérile. Surtout qu'on ne débat pas, on ne fait que pousser des cris de vierge effarouchée sans prendre le temps de poser le problème calmement.

L'article de Schneidermann est très intéressant, et dis (en mieux) ce que je pense. Merci! :)
tyga
Signaler
tyga
Je ne réponds pas, on vas encore me traiter de raciste :)

Le Blog de Samy_fit

Par Samy_fit Blog créé le 03/04/11 Mis à jour le 05/03/17 à 02h46

«Un jeu retardé sera peut-être bon un jour, un mauvais jeu sorti sera toujours mauvais»
MIYAMOTO SHIGERU (Nintendo)

«Il faut faire Shenmue III»
SUZUKI YU

Ajouter aux favoris

Archives

Favoris