Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Mangas

Signaler
Mangas

Etais-je meilleur public dans ma jeunesse estudiantine ? Cette nouvelle aventure d'Onizuka pue-t-elle la redite à plein nez ? Toujours est-il qu'après un premier tome peu convaincant, le tome 2 confirme mes impressions mitigées sur le retour d'Onizuka : héros réduit à s'auto-caricaturer (mêmes grimaces, coups de gueule), intrigue qui sent la redite à plein nez (une ado "à problèmes" se fait enlever par des pervers et Onizuka part à sa recherche), discours sur les parents qui ne s'occupent pas de leur enfant qui tourne sérieusement à vide.

Toru Fujisawa, le mangaka d'un seul succès ?

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Mangas

8ème tome de la série atypique de l'équipe créatrice de Death Note et confirmation de la schizophrénie scénaristique du titre : d'un côté, une plongée fascinante dans les coulisses éditoriaux du Shônen Jump, de l'autre une intrigue sentimentale grotesque et premier degré. A se demander si elle est vraiment naze ou si elle reflète une certaine réalité des relations entre les 2 sexes au Japon. Choc des cultures, tout ça

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Mangas

Après un 8ème tome trop tordu même selon les critères de la série, retour à une ambiance plus cohérente, avec une course-poursuite haletante dans les marais floridiens entre les bateaux de Jolyne et Anasui et les gardiens de la prison. Les 2 compagnons doivent compter sur la présence envahissante d'un Stand aussi servile que fourbe.

Au niveau du dessin, Araki va très loin dans la violence graphique et surréaliste, entre le Stand qui transforment les victimes en plantes, celui qui dissout les parties du corps et enfin celui qui les désarticule. L'effet loin d'être cartoon est surtout atroce.

Dans tous les cas, le manga reprend enfin de l'intérêt après plusieurs tomes vraiment fumés.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mangas

Le combat entre Goku et Nappa tourne court, avec la domination écrasante du héros sur le guerrier de l'espace ... qui se fait éliminer sans ménagement par son compagnon ! Végéta se révèle être un ennemi beaucoup plus coriace, voire plus fort que Goku qui est poussé dans ses derniers retranchements, au risque de sa propre vie ...

Place dans ce tome au combat le plus époustouflant à ce niveau de la série, au travers notamment de 2 chapitres en couleur. Toriyama au sommet de son art, même si à partir de là les combats toujours plus démesurés vont se succéder.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mangas

Les retournements de situation s'enchaînent à une vitesse folle : Pirates contre Marine, Capitaines corsaires déchus contre capitaines corsaires promus, et au milieu de la mêlée Luffy qui tente de sauver son frère Ace de son exécution. Aucun temps mort dans ce tome, au risque d'une certaine confusion ... Et puis le sauvetage trouve son issue dans une dernière double page d'anthologie ... qui changera l'histoire (et l'Histoire) de One Piece à jamais.

Je préfère garder la surprise pour la prochaine parution française, dans de longs mois, mais plus rien ne sera jamais comme avant.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mangas

Je suis un grand fan de GTO, de son héros fou et génial, de son mélange entre gros délire et gravité. Comme beaucoup de gens, je suppose, j'ai attendu que Torû Fujisawa revienne sur les aventures d'Onizuka après des années de projets inachevés et/ou nazes. Ce fut chose faite en 2009 au Japon, avec GTO Shonan 14 Days.

Au lieu de choisir de faire une suite aux péripéties du Great Teacher, l'auteur a fait le choix du retcon, en expliquant ce qu'Onizuka a fait pendant les 14 jours où il a disparu de l'hôpital où il avait été admis après avoir été grièvement blessé par Teshigawara (GTO 19). Le héros peroxydé n'a rien trouvé de mieux que d'avouer sur une chaîne de télévision qu'il a failli enterrer vivante une élève (Urumi Kanzaki dans GTO 7).

Il est obligé de se mettre au vert le temps que l'histoire se tasse. Il retourne à Shônan (sa ville d'origine) et va mettre à profit ses 2 semaines de vacances pour apporter son aide aux jeunes à problème d'un foyer ...

Si j'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Onizuka dans des aventures inédites, je trouve que le titre est une pâle resucée de GTO : la même recette avec les mêmes ingrédients (mélange de baston et d'humour gras sur fond de troubles adolescents), la fraîcheur en moins. Onizuka semble être devenu une caricature de lui-même, sans la (relative) subtilité dans les leçons qu'il assène aux jeunes à problèmes. La "méchante" est elle-même un amalgame sans inspiration entre différents "ennemis" d'Onizuka. La suspension d'incrédulité ne marche pas, avec sa totale impunité même si cela va jusqu'au meurtre. De plus, le choix de fixer une durée arbitraire de 14 jours fait que le titre a une durée de vie limitée.

J'espère que la suite verra une amélioration de l'histoire, parce que vivre dans le souvenir n'est jamais positif à long terme.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mangas

Trap a été arrêté par décision éditoriale.Les 2 héros se remettent en cause et n'ont pas encore défini comment ils vont rebondir et font feu de tout bois (multipliant les projets parallèles).Ce tome coupe en plein élan le succès des personnages qui repartent presque de zéro (même si la performance d'avoir eu un titre publié dans le Shônen Jump et d'avoir eu 5 tomes reliés de sa série est une performance exceptionnelle pour 2 lycéens). Ce tome s'intéresse surtout aux tensions avec leur nouveau responsable éditorial, qui entend leur imposer de faire un manga humoristique. Une intrigue secondaire se met en place autour de Kô Aoki (qui a vu son manga s'arrêter également) qui tente d'écrire une comédie romantique mais doit demander des conseils à Takagi sur les sentiments masculins dans les relations amoureuses. Une intrigue qui risque d'être caricaturale au possible vu le traitement réservé aux intrigues sentimentales dans Bakuman.

La plongée au sein de l'édition de mangas reste intéressante, et apporte quelques révélations sur les coulisses du vrai Shônen Jump. On a ainsi l'explication du revirement complet du titre Reborn ! du gag manga au titre de baston à partir du volume 8 : la recette ne fonctionnait plus et c'est sans doute la réorientation vers plus d'action qui a contribué au succès grandissant du titre (toujours en cours de publication au Japon si je ne m'abuse). L'humour restant une affaire de goût, on comprend qu'avoir du succès avec un manga humoristique est assez difficile (et que même un titre délirant comme Bobobo a dû se focaliser davantage sur les combats, même si le titre ne sacrifie rien à son humour).

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Mangas

Ce 33ème tome marque la fin dans une indifférence générale (mais injustifiée) de ce shônen bien plus profond qu'il n'y paraît, derrière son univers enjoué et ses "combats de monstres".

Zatch a vu tous ses alliés retourner dans le monde des démons (sous la forme d'âmes) et il ne reste plus que Brago pour l'aider face à Clear Note, qui a bien l'intention de détruire le monde.

L'issue du combat met bien en avant le pouvoir de l'amitié, et le manga se termine sur une fin douce-amère, avec des  amis séparés à tout jamais (?)

Au final, un très bon shônen, à la profondeur cachée, mais qui n'aura pas rencontré son succès face aux Naroutard et autres Seigle-Epée.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mangas

Dernier tome pour ce manga inspiré d'une intrigue de l'Astro Boy de Tezuka. Le tome précédent s'était terminé sur le réveil d'Astro, qui avait été neutralisé par Pluto quelques tomes auparavant. On apprend enfin toute la vérité sur Abullah et ses relations avec Goji, ainsi que sur l'opération Bora. Astro se dresse donc contre Abullah et Pluto (qui n'était en fait que l'exécutant) mais les émotions qui l'ont rescussité pourraient bien compromettre sa bonne volonté ...

Final explosif pour un manga qui a su faire monter la tension de manière progressive. Le style et la narration d'Urasawa font toujours mouche, mais ne surprennent plus quand on a lu Monster et 20th Century Boys. A l'instar de ces 2 titres, la fin est assez déconcertante.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Mangas

Après 15 volumes parus chez J'ai Lu, c'est chez Sakka que se sont poursuivies les aventures de Shin Chan, sur un rythme bimestriel, coïncidant avec l'arrivée d'une petite soeur pour le sale garnement.

Contrairement à nombre de mangas humoristiques, je prends toujours autant de plaisir à lire ces aventures, avec un intérêt sans cesse renouvellé, avec de nouveaux personnages, de nouvelles situations. Depuis quelques tomes, les membres de la famille Nohara sont obligés de vivre dans un immeuble à cause de la destruction de leur maison. C'est l'occasion de faire la connaissance de leurs voisins déjantés auxquels ils causent bien des tracas.

Une lecture toujours aussi recommandable !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris