Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Mangas

Signaler
Mangas

Grosse session de remise à niveau sur Ubel Blatt, une série de Dark Fantasy qui fut une de mes très bonnes surprises de 2008 (à une époque où j'ai commencé à revendre mes mangas à tour de bras).

Ubel Blatt est un titre de dark fantasy, publié depuis 2007 au Japon dans le Young Gagan de Square-Enix. Le titre paraît depuis 2008 en France chez Ki-Oon et a connu une pause de plus de 2 ans avant de reprendre sa parution en 2012 (ce qui n'a pas aidé à me rappeler de l'histoire et des personnages). La légende raconte que pour lutter contre une terrifiante armée des ténèbres, l'empereur missionna 14 vaillants guerriers a qui il confia 14 lances sacrées. Trois d'entre eux, les glorieux guerriers sans retour, périrent au combat. Quatre autres, surnommes les "Lances de la trahison", furent exécutés par leurs compagnons pour félonie. Les sept derniers accomplirent leur mission et furent accueillis en héros à leur retour. Mais 20 ans plus tard, des rebelles baptisés eux aussi les lances de la trahison défient de nouveau l'autorité de l'Empire. Le tome 0 fait office de prologue : un jeune semi-elfe à l'apparence chétive, Koinzell, s'en prend aux 4 "Lances de la Trahison" qui sont des usurpateurs. Dès les 2/3 de ce tome 0, l'histoire prend un tournant inattendu. 'En fait, les 7 Héros sont des lâches qui ont laissé les 4 "Lances de la Trahison" faire le sale boulot à leur place. Ils les ont ensuite massacrer pour garder pour eux seuls le bénéfice de cet héroïsme, et condamnant les 4 héros courageux à l'infamie. En fait, le héros n'est autre que le plus doué des 14 héros, Ashelit, revenu d'entre les morts et empruntant le corps d'un elfe pour pouvoir assouvir sa vengeance ...

Dans sa quête de vengeance, Ashelit se fait des alliés et fait preuve de bien plus de mansuétude qu'il n'ose le prétendre. Cependant, ses actions ont des conséquences sur la cohésion de l'Empire, qui repose sur un mensonge. Parmi les 7 Héros, si certains se révèlent abjects, d'autres comme Glen ont mûri, et se sentent responsables de la survie de l'Empire à tout prix. Le tome 8 avait marqué un coup de théâtre, avec l'élimination sans trompettes de Glen par Koinzell. De fait, un des autres héros, Lebellond, a tenté de prendre l'ascendant dans l'Empire. Les tomes 12 et 13 (que j'ai donc lus à la suite) voit le retour (pour l'instant inexpliqué) d'un personnage d'entre les morts, entérinant de fait la guerre civile au sein de l'Empire.

Ubel Blatt est un bon titre de dark fantasy (dans la lignée de Berserk), dont le seul véritable défaut est d'avoir eu dans ses premiers tomes des scènes de sexe particulièrement gratuites et dérangeantes (du fait que Koinzell / Aschelit soit un homme de 35 ans avec l'apparence d'un gamin de 12 ans au plus). J'ai trouvé que les tomes 12 et 13 étaient aussi moins denses que les précédents, mais gageons que l'histoire va reprendre son rythme de croisière.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Mangas

Dernière ration d'aventures bizarres avec la publication simultanée des tomes 5&6 de Stardust Crusaders, qui marquent un tournant plus humoristique, à base de scatologie et de choc des cultures. Il y en a pour tous les goûts entre villes nappées de brouillard, parasites, soleil de plomb et cauchemars à la Freddy (pas Mercury, hein, Krueger). Toujours autant de suspense, de violence graphique outrancière et une équipe à laquelle on s'attache de plus en plus. Du génie encore une fois !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mangas

Le tome 66 m'avait vraiment laissé sur ma faim, avec la conclusion poussive d'un arc tout aussi poussif, dans l'île des hommes-poissons. Le nouvel arc qui s'annonçait avait au moins le mérite d'être intrigant. Luffy et son équipage découvrent la vérité sur l'île où ils ont été attirés par un appel à l'aide, l'occasion de subir de nouvelles mésaventures (la couverture donne le ton avec ses personnages aux attitudes étranges), de croiser de vieilles connaissances et d'affronter de nouveaux dangers. Un tome extrêmement dense, avec l'humour coutumier de la série, l'inventivité (même si les résultats graphiques sont moins dérangeants que dans JoJo's Bizarre Adventure) et la noirceur (puisqu'il est question d'un savant fou qui mène des expériences toxicologiques)

Bref un tome qui redonne la foi après un précédent qui avait fait craindre le pire. Reste maintenant à prendre son mal  en patience pour la suite !

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Mangas

Jyro et Johnny sont en mauvaise posture : victimes des pouvoirs magnétiques de la famille Boom Boom, ils sont de plus poursuivis par Mountain Tim, lui aussi victime des manigances de cette association de malfaiteurs. S'il parvient à rejoindre nos héros, il risque de causer leur perte.

Encore un tome parfaitement maîtrisé par Araki, avec une inventivité visuelle à nul autre pareil (un type qui peut tout transformer en bombe, et quand on dit "tout", c'est vraiment "tout", pas un simple effet Michael Bay-esque) et des révélations sur le passé de Gyro et la Paume du Diable (la montagne qui donne des pouvoirs à ceux qui la foulent). Araki en profite également pour réinventer les Stands, sa création datant de Stardust Crusaders. Car oui, le mot est lancé, intégrant officiellement Steel Ball Run dans la saga Jojo (faisant office de reboot).

Du grand, du bon, du fort. De quoi redonner foi dans les mangas en ces temps de Japan Escro.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mangas

Le dernier gros carton surprise du manga débarque enfin en français. Je devais en avoir le coeur net, et me procurer cette nouveauté.

On est projeté très rapidement dans le vif de l'action, sans réelle explication de background : dans ce qui semble être la Terre, des êtres gargantuesques ont fait irruption. Leur force, leur cannibalisme et leurs capacités prodigieuses de régénération ont eu vite fait de mettre l'humanité à genoux,  dont les rares survivants sont cloitrés derrière de hautes murailles. En dépit du caractère désespéré de ce combat inégal, les hommes continuent à combattre pour tenter de reprendre possession de la Terre ... Le héros de cette histoire est Eren, un jeune garçon déterminé à patrouiller au delà des murs, qui vit avec ses 2 parents et son amie Mikasa. Le semblant de vie paisible que mènent les humains est bouleversé par l'attaque d'un titan de 50 mètres de haut, là où leur taille oscille normalement entre 3 et 15 m.

Le premier contact avec le titre est difficile : les couvertures ne font pas envie, le dessin est très quelconque (seule Mikasa se distingue d'un casting très générique) et les designs des titans extrêmement laids (des hommes et femmes nus, sans organes génitaux et aux visages normaux). Pour autant, la crudité de la violence, le contexte patiemment mis en place, les questions restées en suspens (d'où viennent les titans ? Qu'y a-t-il vraiment au delà des murailles ?) tiennent le lecteur en haleine. De même, chacun de ces 2 premiers tomes se termine sur un cliffhanger haletant. Une lecture à approfondir, en dépit de l'effet de hype.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Mangas

Unité de temps et d'action dans ce tome, avec la fin de l'arc sur la tentative d'assassinat sur John Kennedy à Dallas en 1963. Kevin Yamagata réussira-t-il à empêcher la réalisation de son histoire ? Lee Harvey Oswald décidera-t-il de passer à l'acte ?  La chauve-souris mettra-t-elle son grain de sel ?

Urasawa donne sa version d'un des évènements les plus intrigants de l'histoire du XXème s., l'accomodant parfaitement  à son intrigue. Reste à voir où la prophétie de la chauve-souris emmènera le lecteur, puisque pour l'instant j'ai un peu de mal à voir où l'auteur veut en venir. La lecture est toujours haletante, mais espérons que ce ne sera pas en pure perte.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Mangas

Jayro se voit dépossédé de sa victoire, après une disqualification sous des prétextes oiseux, et qui ont plutôt à voir avec son passé mystérieux. Mais pas le temps de se lamenter, puisque la 2ème étape, en plein désert de l'Arizona, débute ! Il n'est plus question de course pure, mais de survie en milieu hostile, tandis que des meurtres (sans doute motivés par les récompenses) ont lieu parmi les participants.

Ce 3ème volume confirme la tendance à plus de sobriété dans l'histoire et le découpage de l'action, même si on retrouve les petites touches de violence surréaliste propres à la saga. On ne ressort pas soufflé comme par le passé, mais on a quand même moins mal à la tête qu'avec Stone Ocean. La suite ... au prochain numéro !

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Mangas

Article groupé à l'occasion de ma trouvaille des tomes 3 et 4 de Stardust Crusaders au Furet de Lille aujourd'hui, tomes dévorés dans le train du retour.

Après la mise en déroute de Strength, la fine équipe de Jotaro tombe de Charybde en Scylla avec de nouveaux manieurs de Stands ennemis qui leur tombent dessus à chaque étape du voyage (en l'occurence Singapour et l'Inde) aux pouvoirs toujours aussi variés et aux personnalités tout aussi détestables. Il y en a pour tous les goûts, du tueur en série difforme au mercenaire couard, en passant par un tueur à gage masochiste et une manieuse plus belle qu'elle tumeur.

 Polnareff est le plus mis à contribution, entre une attaque sournoise dans sa chambre d'hôtel puis dans des toilettes peu catholiques, l'occasion pour lui de solder sa vengeance.

On retrouve tout ce qui fait le sel de la série : la tension psychologique, les tirades cabotines (même si elles ont moins d'impact que dans la traduction de J'ai Lu) et la violence outrancière. Il reste cependant quelques zones d'ombre qui m'avaient déjà interpellé à l'époque (le Stand de Devil est-il celui qu'on voit en pleine page ou est-ce la poupée ? Comment Yellow Temperance a-t-il pu prendre l'apparence de Kakyoin ? Où se trouve ce dernier durant le combat ?)

Une lecture au goût définitivement "pulp", plus que jamais différente du tout venant shônen.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Mangas

Pour la première fois depuis le début de One Piece, j'ai peur. J'ai peur que le meilleur de la série soit derrière elle et que son intérêt patine. L'équipage est réuni depuis quelques volumes déjà et passée la joie des retrouvailles, force est de constater que cet arc dans le royaume des hommes-poissons s'est terminé dans l'indifférence la plus totale, tant les enjeux semblent anodins (ce qui n'est pourtant pas le cas) et que l'intrigue s'est trop étirée. A aucun moment Luffy et ses amis n'ont été réellement en danger, et les péripéties qui leur sont arrivées sont bien commodes, vu que les ennemis ont été balayés d'un revers de la main.

Le principal intérêt est de revoir des personnages perdus de vue depuis très longtemps, car le prochain arc qui s'annonce ne semble gère plus palpitant et les nouveaux antagonistes (?) très étranges, même pour One Piece.

La série s'est toujours remise de méformes passagères (Skypeia, Thriller Bark) mais je tremble pour la première fois pour la série. Et si à son tour, elle me décevait ?

Voir aussi

Groupes : 
One Piece
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Mangas

La première étape de la course Steel Ball Run se révèle pleine de rebondissements : certains favoris sont déjà hors course tandis que des parfaits inconnus, faisant preuve de prouesses incroyables, se tirent la bourre ...

Après les errements de Stone Ocean, Hirohiko Araki revient dans cette nouvelle saga à une action très limpide, au découpage clair et classique. Le suspens est sans cesse renouvelé, entre le génie de Dio (qui semble pour l'instant moins maléfique que son homonyme), la roublardise (et les boules de métal) de Jayro, les prouesses physiques de Sandman ... et la chance inouïe de Pocoloco, qui semble jouir de la présence d'un Stand. Est-ce vraiment le cas ?

En tout cas, un retour en très grande forme pour Araki, qui livre d'ailleurs une de ses préfaces les plus équivoques sur ses intentions en tant qu'auteur !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris