Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Comics

Signaler
Comics

Dire que j'attendais avec impatience de lire un nouveau titre de Matt Fraction serait un mensonge. Si la série Immortal Iron Fist (en collaboration avec Ed Brubaker sur le premier arc) était une très bonne surprise, on ne peut pas dire que j'ai vraiment apprécié sa production sur Invincible Iron Man (alias 12 "épisodes pour rien") et sur les X-Men, au point qu'il fut l'une des raisons pour lesquelles j'ai arrêté toutes les revues Panini / Marvel il y a quelques années.

Mais les critiques positives sur ce titre moins exposé m'ont incité à sauter le pas. Je ne sais pas si c'est pour éviter la désillusion d'un arrêt brutal, mais ce premier album contenant les 5 premiers épisodes de la nouvelle série régulière consacrée à l'archer des Avengers,  n'est composé que de one-shots (à part une dernière histoire en 2 parties). C'est en tout cas léger, drôle, bien écrit et réhaussé par le beau dessin de David Aja (déjà l'oeuvre sur le premier arc d'Immortal Iron Fist) et de Javier Pulido sur les 2 derniers épisodes. Une lecture originale, plus intimiste et décontractée que la plupart des séries Marvel.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Comics

Le numéro 15 de Batman Saga marque le début du crossover Le Deuil de la Famille (Death of the Family en VO). A peine Batman a-t-il récupéré de la Nuit des Hiboux qu'il doit faire face au retour du Joker, bien décidé à frapper parmi les proches du héros. Le Joker avait en effet disparu depuis le numéro 1 de Detective Comics, où il avait laissé le Taxidermiste lui arracher le visage. Le "nouveau" Joker, outre sa folie meurtrière coutumière, a donc de surcroît une apparence atroce, puisqu'il enfile son visage comme un masque de chair !

Batman 13 : C'est la série majeure du Batverse qui voit le retour officiel du Joker, qui récupère son visage en plein commissariat de Gotham, massacrant les policiers autour de Jim Gordon ! Tandis que Batman mène l'enquête, il tombe dans un piège tendu par ... Red Hood ! L'occasion de voir un personnage proche du Joker sous son nouveau design (proche de la série JV des Batman Arkham). La toute dernière page est digne d'un film horrifique et donne envie de lire la suite. Le back-up qui compléte le numéro est l'occasion de voir cet allié du Joker mal à l'aise devant la nouvelle personnalité du Joker (qui en change au fil des époques).

Batgirl 13 : En dépit du rattachement de la série au crossover, il faut attendre la toute fin de l'épisode pour voir ses conséquences débouler. Avant cela, Batgirl a fort à faire face à l'ennemi du moment. Je ne lis la série que parce qu'elle se rattache au crossover, mais elle demeure particulièrement faible.

Catwoman 13 : La série consacrée à la féline voleuse débarque dans la revue à l'occasion du crossover. Je n'ai pas lu les 2 TPB de sa série New 52, donc je suis un peu largué sur les différents personnages secondaires. D'un point de vue du crossover, Catwoman est victime d'un jeu de piste sans doute orchestré par le Joker.

Detective Comics 13 : Dans ce récit qui n'est pas connecté au crossover, le nouveau scénariste du titre, John Layman (Tony Chu chez Image / Delcourt), met en scène le Pingouin, qui échaffaude un plan pour damer le pion à Bruce Wayne en tant que philanthrope de la ville. Pour cela, il décide d'occuper Batman pour qu'il ne le gêne pas dans ses plans. L'intrigue est en tout le cas intéressante.

Batman & Robin 13 : Bruce Wayne tente de protéger son fils de la double menace du Leviathan (cf Batman Saga H-S 2) et du Joker, mais Damian tombe cependant sur un autre danger imprévu : une attaque de zombies ! Voilà qui est pour le moins insolite !

Au final

Ne crachons pas dans la soupe : si les titres annexes ne sont pas vitaux pour ce début de crossover, ils permettent d'élargir un peu l'éventail du riche Batverse. Tous les proches de Batman sont menacés par le retour du Joker, et la suite risque d'être peu réjouissante pour eux !

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Comics

Milady Graphics semble avoir repris le chemin de l'édition en revenant avec une nouveauté, une mini-série adaptée de la nouvelle the Cape de Joe Hill (le scénariste de Locke & Key, écrivain à ses heures perdues et fils de Stephen King).

Alors qu'il jouait aux super-héros avec son frère Nicky, Eric, 8 ans, est victime d'une terrible chute d'arbre, dont il ressort avec des séquelles psychologiques. Il veut en effet retrouver la cape de laquelle il était vêtu lors de son accident, car il se sentait bien avec elle sur les épaules. Adulte, il est devenu aigri, sans emploi, jalousant la réussite de son frère (qui après de brillantes études à Harvard se destine à une carrière médicale) et vivant aux crochets de sa copine Angie (qu'il soupçonne de coucher avec Nick, qui lui avait présenté durant leur adolescence). Après la rupture avec sa copine, Eric n'a d'autre choix que de retourner vivre dans la cave de la maison familiale. Là, il retrouve la fameuse cape, dotée du pouvoir de voler, et va tenter de remettre de l'ordre dans sa vie.

Là où on aurait pu s'attendre au traitement classique de l'histoire d'un "raté" qui retrouve le goût à la vie via ses rêves d'enfance, pour s'accomplir en tant qu'adulte, et devenir quelqu'un de bien, il y a un total contrepied : que se passe-t-il quand le "raté" en question est un psychopathe ? Le ton est donné lors de la fin du premier épisode, quand Eric emmène Angie admirer la pleine Lune dans le ciel. Là où c'est une scène romantique dans Superman par exemple, elle prend ici un tour atroce quand Eric, se vengeant d'Angie, la lâche. Dernière planche où on voit le corps d'Angie disloqué par la chute ! Dès lors, Eric va assouvir sa vengeance contre ses proches pour leurs méfaits supposés.

Le premier épisode est enthousiasmant, par contre les autres versent trop dans le grand guignol, avec des meurtres de plus en plus spectaculaires et sanglants (mention spéciale au meurtre des 2 policiers qui ne s'embarrasse pas de vraisemblance). Le prix est un peu élevé (presque 20€ pour un album de 130 pages) mais c'est une bonne lecture pour ceux qui en ont assez des grands pouvoirs qui impliquent de grandes responsabilités, et qui veulent lire un récit où les rêves d'enfance sont pervertis par la folie.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Comics

La revue prend son rythme de croisière, avec des histoires bien mises en image, mais qui confirment qu'il n'était pas particulièrement nécessaire de toucher au mythe Watchmen.

Minutemen 4 : la série revient une dernière fois sur la Silhouette (juste avant son assassinat) et son passé, tandis que l'Insecte s'enfonce de plus en plus dans la dépression. On voit également le Comédien à l'oeuvre dans le Pacifique après son éviction de l'équipe. Darwyn Cooke est toujours au top au niveau du dessin, l'histoire en elle-même se lit sans déplaisir, toujours la meilleure série de l'ensemble.

Le Hibou 3 : Le Hibou continue son partenariat avec la Dame du Crépuscule, tandis que Rohrsach fait une incroyable découverte ... Il ne reste plus qu'un épisode, et on recherche encore la finalité de cette mini-série sur le personnage le plus "normal" des Watchmen, à part montrer des seins (wahou, quelle subversion !). Quelle est donc cette révélation sur Hollis Mason qui met Dan tellement à mal ? Espérons au moins qu'elle ne rentre pas en contradiction avec Minutemen.

Ozymandias 3 : Retour de la mini-série dans la revue. Enquêtant sur la mort du Juge Masqué, Ozymandias connaît sa première défaite (ou tout du moins son premier match nul) contre le Comédien (qui semble également s'intéresser au Juge Masqué ... mais est-ce pour découvrir la vérité ou la cacher ? Une des interrogations de Watchmen ...). On le voit également rencontrer le Dr Manhattan et les Minutemen survivants lors d'une soirée, prendre la mesure de la "menace" constituée par le seul être doté de super-pouvoirs et bâtir sa base en Antarctique. C'est très joli, mais ça n'apporte vraiment pas grand chose au personnage originel.

Rorschach 2 : Rorschach se remet difficilement de sa rencontre avec la pègre dans le premier épisode, mais continue quoi qu'il en coûte. Une équipe artistique au sommet ... pour un récit anecdotique.

Dr Manhattan 2 : Variations sur le chat de Schrödinger pour le héros omnipotent. Un exercice de style très séduisant ... mais un exercice de style quand même, tant le personnage n'a pas besoin de réel développement après l'épisode magistral de Watchmen qui lui était consacré.

Le Corsaire Sanglant : Le récit qui reste le plus surprenant à lire, tant tout peut arriver sans le poids de la continuité.

Au final

Alors que certaines mini-séries sont sur le point de finir, force est de constater que sans être honteux, et même très honorable sans la polémique, le projet Before Watchmen révèle ses limites : être obligé de broder ou de faire des récits sans conséquences pour ne pas entâcher la maxi-série mythique. A la limite, ne faire qu'une mini-série Minutemen aurait largement suffi.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Comics

Après une douzaine de jours de vacances, je reviens plus à bloc que jamais pour un nouvel article comics (bien que je n'ai pas eu particulièrement le temps de lire ... et c'est presque tant mieux !). Premier "compte-rendu" avec ce Batman Saga H-S 2. Le premier H-S était consacré à Gates of Gotham de Scott Snyder, qui bien que se passant avant New 52 posait les bases des intrigues développés au sein du reboot. Pour ce 2ème hors-série, Urban propose les 4 premiers épisodes (plus l'épisode 0) de Batman Incorporated par Grant Morrison, le seul titre que l'Ecossais scénarise encore dans la Bat-Family, après son run plus que mémorable et en cours de (re)publication dans la collection DC Signatures. La revue Batman Saga avait présenté le préambule de Leviathan Strikes, le run opposant Batman Incorporated à l'organisation criminelle internationale Leviathan.

Autant le dire tout de suite, ceux qui n'ont pas lu ces épisodes - mais que (ne) faites-vous (pas), malheureux ? - seront complètement largués. Morrison développe effectivement son concept de Batman Inc. Pour ceux qui l'ignoreraient, Morrison avait réintroduit l'idée d'un Club international de Batmen, exposée dans les années 1950 (une époque où les auteurs se souciaient peu de story arcs et de cohérence) dans l'arc l'Ile de Mr Mayhew, qui voyait Batman et des gens qu'il a inspiré dans le monde entier victimes d'un tueur, préfigurant les ennuis de Batman avec le Gant Noir. Au terme de Batman RIP, Bruce Wayne lançait l'idée d'une "multinationale de la justice", Batman Inc. Ces épisodes furent publiés en partie par Panini dans Batman Universe, avant qu'Urban ne termine la série dans un hors-série pré-New 52.

Dans les épisodes préambules, Batman et Robin (Damian, son fils) avaient découvert l'identité de Leviathan ... Talia al 'Ghul, fille du conquérant Ras al'Ghul, et la propre mère de Damian, qui a mis la tête de son propre fils à prix ! Avec ses alliés, Batman se lance à la poursuite du Leviathan, tout en tentant de préserver son fils du danger. Morrison continue à développer son intrigue, mais cette fois de façon limpide (à condition que l'on ait lu tout son run), servi par le dessin de Chris Burnham, aux proportions parfois maladroites mais au découpage et au style exemplaires.

L'épisode 0 prend directement suite après la fin de l'Ile de Mr Mayhew, et voit Batman convaincre ses compagnons de mésaventure, et d'autres, de lui prêter main forte. Pour les fans du Batman de Morrison, un must read. Pour les autres, essayez de vous y plonger au plus vite !

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Comics

Suite et fin de mes impressions sur le relaunch Marvel NOW chez Panini, avec une présentation d'Avengers Universe et d'Iron Man.

La revue est consacrée à l'univers élargi des Avengers, avec 3 séries individuelles et une série Avengers plus légère.

La revue s'ouvre sur Avengers Assemble ! au ton beaucoup plus humoristique que les autres séries présentes dans la revue Avengers. Une lecture qui devrait être rafraîchissante à défaut d'être ébouriffante.

La série Thor est la plus intrigante et réussie du magazine : l'histoire se passe durant 3 périodes (passé, présent et futur) où Thor mène l'enquête sur un serial killer de dieux. Le dessin superbe d'Esad Ribic ne gâche rien.

Le Captain America de Brubaker avait une orientation sombre, presque policière dans le traitement. Rick Remender prend le contrepied en envoyant Captain America dans une dimension parallèle, après une énième manigance de son vieil ennemi Arnim Zola. Principale inquiétude : John Romita Jr est-il en forme ou pas ? Disons qu'on se trouve plutôt dans sa moyenne.

Hulk a connu des fortunes diverses, des traitements bien différents. Ici, Mark Waid (un "coureur de fond" des comics) en fait un partenaire privilégié du SHIELD. Pourquoi pas après tout ?

Fearless Defenders  est une autre série d'équipe, mais qui a pour particularité de n'être composée que de femmes. Ici, ce sont surtout Misty Knight et la Valkyrie qui sont mises à l'honneur.

Seule survivante du relaunch polémique de l'année dernière, Iron Man s'avère la meilleure revue du relaunch, avec des séries inattendues et des auteurs en regain de forme. La revue cosmique du relaunch. J'ai d'ailleurs longtemps suivi Marvel Universe, avant d'abandonner suite au relaunch bidon et l'enlisement des histoires.

Iron Man voit le héros confronté au retour d'Extremis. Apparemment, ce premier épisode ne présage pas réellement de l'orientation cosmique du héros. Je jugerai sur pièces dans le prochain épisode.

L'épisode de Guardians of the Galaxy n'est pas le premier de la nouvelle série, mais un épisode zéro présentant les origines de leur leader Starlord. L'occasion de voir Iron Man aux côtés des Gardiens alors qu'il est encore sur Terre dans le premier épisode sa propre série. Bendis et McNiven aux manettes, j'ai hâte de voir le résultat !

 Coup de coeur pour Nova. Ce n'est plus le Nova traditionnel (et qui avait retrouvé ses lettres de noblesse il y a quelques années) mais un jeune adolescent, qui pense que les histoires de son père au sein des Nova Corps sont des bobards. Jusqu'à ce que son père disparaisse subitement et qu'il reçoive la visite d'un raton-laveur en combinaison et doté de parole et d'une sculpturale guerrière à la peau verte ... J'ai été enthousiasmé par ce premier épisode, ce qui était loin d'être gagné vu l'équipe aux commandes (Jeph Loeb et Ed McGuinness, qui avaient fait n'importe quoi sur Batman / Superman : Public Ennemies et Red Hulk). Mais ici, l'histoire est légère à souhait et le dessin plus raisonnable.

Je serai beaucoup plus mitigé vis-à-vis de Fantastic Four : je n'ai jamais été un grand fan de l'équipe et ce sont les médiocres histoires de Matt Fraction (ah, cet arc d'Iron Man sur 12 épisodes de vent !) qui ont contribué à m'éloigner de Marvel. Ce n'est pas cette histoire qui va me faire changer d'avis : je n'ai pas compris grand chose et je n'ai pas vraiment cherché à creuser, à vrai dire !

De manière globale, si je ne suis pas aussi enthousiaste qu'avec les New 52, Marvel a su redonner de l'intérêt à son univers, avec des auteurs en regain de forme (Bendis, Loeb, McGuiness) et de très bonne surprises (All New X-Men, Nova). En espérant que la motivation reste là !

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Comics

Sans doute inspiré par le raz de marée commerciale des New 52 de DC en 2011, Marvel a lancé l'année suivante son relaunch, intitulé Marvel NOW : toutes les séries recommencent au premier numéro. Différence de taille cependant, la continuité n'a pas été effacée (ce n'est d'ailleurs jamais arrivé à ma connaissance chez Marvel). En France, ce relaunch a posé quelques soucis à Panini, qui avait opéré un relaunch particulièrement peu inspiré l'année dernière, pour tenter de surfer sur le succès phénoménal du film Avengers. Voilà donc Panini contraint de faire la promotion de ce "vrai" relaunch. A titre personnel, je n'ai pratiquement rien acheté chez Panini depuis 2 ans (j'avais déjà arrêté les revues X-Men il y a 4 ans) et les multiples sorties tant en quantité qu'en qualité chez Urban n'avaient pas aidé.

J'ai donc décidé de redonner sa chance à Panini / Marvel, en m'aidant du guide de lecture de Comicsblog. J'ai donc acheté les 4 revues conseillées, et mon avis est globalement positif.

Le plus grand défi à relever était X-Men. Je n'ai rien lu de X-Men depuis le crossover Utopia et j'ai arrêté la lecture régulière de l'univers mutant depuis 4 bonnes années. J'ai donc découvert avec surprise la mort de Xavier ... des mains même de Cyclope, dont la radicalisation n'était pas une mauvaise passe ou une intervention maléfique, ainsi que l'effacement du contexte difficile d'House of M, où les mutants n'étaient plus qu'une poignée (comparativement aux millions de l'ère Morrison).

La tête de proue de la revue est la série All New X-Men de Bendis et Immonen, qui part d'une idée a priori grotesque : le Fauve retourne dans le passé, aux tous débuts des X-Men, et tente de convaincre le Cyclope des débuts de raisonner le Cyclope extrêmiste ! Concept casse-gueule mais qui passe bien pour l'instant dans les 2 premiers épisodes. Je passe plus rapidement sur Uncanny X-Men (par Bendis et l'excellentissime Bacchalo au dessin) dont le premier épisode se termine sur un twist qui peut déboucher sur quelque chose de très bien comme de tout raide et sur Cable & the X-Force. Je n'ai jamais trop aimé le personnage de Cable (emblématique de la période des années 90) et je considère cette série comme accessoire ... peut-être à tort.

La revue Avengers s'ouvre avec 2 épisodes de la série éponyme. Après des années qui ont fini à tourner à la routine sous la férule de Bendis (dont la lassitude se sentait au moment où j'ai arrêté de lire les revues Panini), c'est désormais Jonathan Hickman qui s'occupe du titre. La narration est complètement différente de celle de Bendis : plus de décompression mais des ellipses. Dans un pied de nez au film, les Avengers mis à l'honneur au cinéma sont mis au tapis au bout de quelques pages, ce qui contraint Captain America (libéré par l'ennemi) à rassembler une vaste équipe pour libérer ses coéquipiers ... et sauver le monde ! Au dessin, Jérome Opena fait des merveilles.

New Avengers est désormais consacré aux aventures des Illuminati, un "conseil permanent de sécurité" de super-héros qui tente de contrôler les évènements de l'univers Marvel (ce sont notamment eux qui ont manigancé l'exil spatial d'Hulk ... ce qui avait entraîné Planet Hulk et World War Hulk). La Panthère Noire est mis à l'honneur dans ce premier épisode. Face à une menace qu'il a eu bien du mal à contenir, il n'a d'autre choix d'appeler les autres membres à la rescousse. 

Secret Avengers est le versant Black Ops d'Avengers, avec une équipe composée de la Veuve Noire, Hawkeye et le Nick Fury Noir (ce qui était auparavant l'apanage de la version Ultimate et cinématographique), et au service du SHIELD. On retrouve également Phil Coulson, transfuge du film intégré dans la continuité des comics.

La dernière série de la revue est Young Avengers, un concept intéressant mais à la parution erratique. Gageons que cette nouvelle série sera un nouveau point de départ durable à ce qui est bien plus qu'une version "djeun's" des Avengers.

Je me rends compte que cet article est déjà pas mal long. Demain, je reviendrai sur les 2 autres revues que je me suis procuré : Avengers Universe et Iron Man.

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Comics

Grosse session de rattrapage à l'occasion de la réédition des 3 premiers tomes d'American Vampire chez Urban. J'avais laissé passer ce titre quand il avait commencé à paraître chez Panini, la faute à beaucoup de lectures en retard et la crainte de tomber dans un énième titre de vampires. Entre temps, j'ai lu le Batman de Snyder et les louanges de la critique sur ce titre Vertigo.

L'intention des auteurs (Scott Snyder et Stephen King, qui a participé au premier arc, sa première expérience de scénariste de comics) était de livrer une nouvelle vision des vampires. Le défi, contre toute attente, est relevé !

Dans le premier arc, la première moitié des épisodes est consacré aux mésaventures d'une aspirante actrice à Hollywood en 1925, et sa rencontre avec Skinner Sweet, le premier vampire américain. La deuxième moitié présente les origines de Skinner Sweet, un impitoyable hors-la-loi, dont le dernier coup a une issue imprévue : attaqué par un vampire européen, il est infecté accidentellement à l'oeil par le sang du vampire et devient le premier vampire américain, capable de vivre sous le soleil (c'est même là où il est le plus fort) et sans les faiblesses apparentes des vampires traditionnels.

Un premier arc brillant, un récit à la fois haletant et violent. Pour ne rien gâcher, le dessin de Rafael Albuquerque, est superbe. C'est un artiste brésilien au style très différent de ses homologues américains.

Le 2ème tome se passe à Las Vegas en 1936 : en pleine Grande Dépression, la ville embrasse son titre de "ville du péché". Des meurtres terrifiants touchent les investisseurs du barrage Hoover. Tandis que Skinner Sweet entame une nouvelle carrière, sa disciple tente de mener une vie normale avec Henry, son mari humain. Mais les Vassaux de Vénus, une ligue de chasseurs de vampires, rôdent. Désormais seul aux commandes, Scott Snyder enrichit sa mythologie vampirique, dressant le portrait d'un Skinner Sweet retors et impitoyable.

1943, guerre du Pacifique. Henry, sentant de plus en plus qu'il vieillit (contrairement à sa femme vampire), veut se rendre utile à son pays, mais son âge le cantonne à un poste logistique éloigné des combats. Il se voit proposer par Lidden Hobbes, le leader des Vassaux, de faire une mission secrète sur une île abritant un nid de vampires. Skinner Sweet n'est jamais très loin, mais pourrait perdre de sa superbe dans cette mission commando. Toujours aussi brillant et haletant, avec des twists en veux-tu en voilà.

En 18 épisodes, American Vampire s'impose comme un classique de Vertigo et un nouveau chef d'oeuvre de Scott Snyder pour une thématique pourtant vue et revue. J'ai vu qu'il existe un spin-off, American Vampire Legacy, qu'est-ce qu'il vaut ?

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Comics

Si je continue à lire Batman Saga, je préfère ne pas faire de simples comptes-rendus de lecture mensuels et routiniers. Mais ce 14ème numéro est très spécial, puisqu'il contient les épisodes 0 des 4 séries du magazine, plus l'Annual de Detective Comics.

Batman 0 : C'est un prologue à un futur arc de Batman par Scott Snyder. Cet épisode 0 ne revient pas sur les origines ultra-connues de Batman, mais sur le gang des Red Hood qui mène la vie dure à Batman dans sa première année d'exercice. Comme c'est un simple prologue, je me garderai de jugements trop hâtifs.

Batman 0 (back-up) : Ce récit se centre sur Gordon et les futurs Robin. Reste à savoir comment ils ont pu se succéder sur une période de 6 ans à peine.

Batman Annual 1 : Le récit s'intéresse au retour de Black Mask (nanti de pouvoirs hypnotiques, alors qu'il était jusqu'à présent un "simple" criminel particulièrement sadique) et à sa lutte de pouvoir avec le Chapelier Fou.

Detective Comics 0 : Un récit passe-partout sur un épisode du voyage initiatique de Bruce Wayne avant son retour à Gotham.

Detective Comics 0 (back-up) : Le récit s'intéresse à Alfred et ses doutes alors qu'il est contraint par un membre de la famille de Martha Wayne de lui remettre le manoir en l'absence de Bruce Wayne (parti dans son voyage initiatique). Un point de vue intéressant, mais peu développé vu le maigre nombre de pages.

Batman & Robin 0 : Les origines de Damian, son enfance très particulière, jusqu'à sa rencontre avec son père (la dernière page est la même que pour le premier épisode de Batman par Morrison, si on excepte le dessinateur différent)

Batgirl 0 : Récit modernisé des origines de Batgirl, avec l'intégration de James Gordon Jr dans la continuité une bonne fois pour toute, et une dernière page qui reprend la fameuse scène de the Killing Joke.

Au final

Le mois des numéros 0 fut un gros coup commercial, mais force est de constater qu'il n'y a rien de réellement édifiant pour les titres du Bat-universe, vu qu'elles ont été peu touchées par le relaunch. C'était un peu plus intéressant dans DC Saga (sur lequel je reviendrais un autre jour)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Comics

Les (més)aventures de Batman sous la férule de Grant Morrison connaissent un 5ème tome, consacré comme son nom l'indique à la mini-série en 6 épisodes consacrée au retour de Bruce Wayne.

Pour rappel, Bruce Wayne était apparemment tombé sous les coups de Darkseid lors de Final Crisis. Dick Grayson, le premier Robin qui a pris l'identité de Nightwing, avait repris la cagoule de Batman pour continuer le combat de son mentor. On avait appris dans la série Batman & Robin (parue dans le tome 3 de Grant Morrison présente) que la dépouille de Batman, revenue à la vie, n'était pas le vrai mais un clone dégénéré. Bruce Wayne s'est en fait perdu aux confins du temps.

Associé à de nombreux dessinateurs (au talent variable), Grant Morrison relate les voyages temporels d'un Bruce Wayne amnésique ... qui détruira le continuum spatio-temporel s'il parvient à revenir à son époque d'origine. Amnésique certes, mais toujours aussi déterminé, Bruce Wayne retrouvera-t-il la mémoire ? Arrivera-t-il à revenir à son époque ? Déjouera-t-il la dernière exaction de Darkseid, qui a piégé son corps ?

Dans cette mini-série, Morrison donne quelques clés à ses intrigues précédentes (la vérité sur l'identité du docteur Hurt) et brode une intrigue complexe, tournant autour d'un culte totémique de la chauve-souris (par une incroyable coïncidence, cette mini-série fut contemporaine des débuts de Billy Bat d'Urasawa, qui tourne aussi autour d'une chauve-souris !). Là où Marvel s'était planté avec le retour de Steve Rogers (lui aussi envoyé dans le passé), DC réussit le retour d'un personnage "civil" emblématique, au terme d'épisodes exigeants mais captivants. Bruce Wayne ne va pas avoir trop le temps de souffler, et le prochain tome de la collection sera consacré au sauvetage de Gotham et des Batman et Robin "intérimaires", en proie aux derniers méfaits du dr Hurt et du Gant Noir.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris