Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Comics

Inutile de revenir sur le culte que je porte à Grant Morrison. La disponibilité du premier volume de ses épisodes Action Comics (du nom de la toute première série où Superman est apparu en 1938) au sein de Renaissance me donne l'occasion de parler à nouveau de l'Ecossais.

Grant Morrison a déjà oeuvré sur Superman au travers de All Star Superman (une réédition pour remplacer la honteuse version Panini, je vous prie, monsieur Urban Comics). Mais s'il s'était plutôt penché sur l'âge d'Argent dans All-Star, Morrison livre ici un récit des origines qui doit tout au Superman des tout débuts : redresseur de torts impétueux, pouvoirs plus limités (il ne vole pas mais saute très haut, très fort mais pas invulnérable). De même, l'enfance et l'adolescence sont vite expédiées, puisque le premier épisode s'ouvre sur le dernier coup d'éclat de Superman (qui comme l'indique la couverture, se balade en jean et T-shirt) qui obtient les aveux des magouilles de Glen Glenmorgan, alors le personnage le plus riche et influent de Metropolis, en le jetant du haut de son building (le rattrapant au dernier moment, une méthode plus proche de Batman que du sempiternel boy-scout en slip rouge). Pourchassé par la police de la ville et l'armée (dont un des consultants n'est autre que Lex Luthor), Superman n'a de cesse de combattre avec flamboyance les injustices sociales. Par la suite, Superman va être confronté à une menace plus extraterrestre ...

Lire ce recueil évite les tracas de la parution originelle de ces épisodes, puisque la saga court d'Action Comics 1 à 4 ... avant de reprendre dans Action Comics 7&8. Entre temps, sans doute pour épargner le dessinateur attitré, Morrison s'est lancé dans un arc intermédiaire évoquant les relations entre Superman et la Légion des Super-Héros (bravo  à Urban pour 2 pages qui ne sont pas de trop pour comprendre ce qui se passe) et on a droit à des "interludes" mettant en scène Steel (par une autre équipe artistique).

Moins fous que sa production sur Batman, ces épisodes écrits par Morrison sont la dernière version officielle des origines de Superman, renouant fortement avec la mythologie mise en place par Joel Siegel et Joe Shuster (Superman redresseur de torts, super "homme fort de foire"  plutôt que héros omnipotent, parents Kent décédés). Superman est extrêmement intéressant par son côté chien fou et Lex Luthor est fourbe à souhait. L'histoire principale reste relativement accessible contrairement à l'histoire annexe. Superman est placé dans des situations relativement inédites : pourchassé par les forces de l'ordre, torturé par l'armée.

Peut-être pas un indispensable comme la Cour des Hiboux, mais un très bon titre quand même, en tout cas infiniment supérieur à la série Superman (dans la revue DC Saga) qui fait beaucoup de peine à lire.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Donald87
Signaler
Donald87
Cela m'interpelle ...
Lounatiik
Signaler
Lounatiik
Il sera à moi !
botteur
Signaler
botteur
Je veux!

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris