Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Triquites de jeux

 

Je n'ai jamais accroché à la saga des Tales of ... Je n'ai joué qu'au portage 3DS de Tales of Abyss que j'ai abandonné au bout de 10h, la faute à un univers anonyme, un héros horripilant et des clichés ambulants sur pattes (la gamine de 10 ans insupportable et l'atroce mascotte kawaii). Je possède quelques autres épisodes de la série (Tales of Phantasia sur GBA, Tales of Symphonia sur GC et Tales of Eternia sur PSP) mais je n'y ai jamais joué car j'avais piscine à chaque fois.

De loin, la série m'a toujours donné l'impression d'être une usine à gaz et de produire à la chaîne des jeux tenant plus de l'animé que des RPG : personnages archétypaux, univers fantasy sans cohérence. En plus, Motoi Sakuraba, l'un de mes compositeurs préférés, est réputé pour livrer sur la série ses plus mauvaises prestations.

En ces temps de disette de RPG sur PS3, je me suis cependant laissé tenter par la version française de Tales of Graces F, agrémentée de quelques bonus non négligeables : mini artbook, bande-son (même si elle est décevante) , DLC de costumes, DVD du making off.

Quelques mots tout d'abord sur la réalisation. Comme il s'agit d'un jeu Wii à la base, la modélisation des personnages est plutôt simple, mais les graphismes restent fort convenables pour de la PS3. Les musiques sont hélàs assez quelconques, parfois pompeuses et creuses, souvent indigentes, surtout venant de la part d'un tel compositeur.

Le système de combat est très dynamique mais est demeuré assez opaque à mes yeux. Les points de magie ont disparu et chaque coup (entre 2 styles assignés chacun à un bouton) consomme un point d'action. Ces points d'action se régénèrent quand on ne bouge pas ou accomplit certaines actions spécifiques (bloquer un coup, esquiver). Il faudra exploiter les points faibles des ennemis pour les vaincre rapidement. Les indications de tutorial sont balancées sans que l'on ait réellement la chance de les maîtriser, et du coup, je suis passé à côté de certaines particularités (je n'ai jamais réussi à lancer une seule attaque style Limite avec mon personnage joueur). Certains boss se révèlent ardus. Du coup, je suis passé rapidement à la difficulté la plus facile pour profiter de l'histoire, qui reste le coeur de tout bon RPG qui se doit.

Et là, les impressions sont plutôt mitigées. L'histoire est très classique et ne décolle jamais vraiment. On se contente, surtout au début, de se balader entre 3 villes, au gré des rebondissements de l'histoire. De fait, l'oekoumène reste assez réduit : il n'y a pas tout à fait 10 villes (de toute manière assez petites) séparées entre elles par des étendues assez vastes. Point appréciable : les voyages entre les villes et dans les donjons ne sont pas hâchés par les combats, puisque les ennemis apparaissent sur la carte et sont facilement évitables. S'il y a bien une chose que je ne regrette pas dans les RPG des générations précédentes, c'est bien les combats aléatoires difficiles à fuir et crispants quand on erre pendant des heures ...

L'histoire fait la part belle à des thèmes maintes fois abordés : le pouvoir de l'amitié, la méchanceté humaine, la civilisation futuriste dont il ne reste plus que des ruines au moment où l'aventure commence. De plus, la mise en scène des nombreuses cutscenes (avec le moteur du jeu) est archaique au possible : les personnages sont statiques, parlent pour ne rien dire. Comme dans les anciens RPG me direz-vous, sauf qu'elles n'ont même pas le mérite d'être concises puisqu'elles sont (heureusement ou malheureusement) doublées. Et dire qu'avec des personnages muets et peu animés, on arrivait à des scènes bien plus poignantes auparavant. Il est vrai que les musiques décevantes n'aident pas à l'empathie. De même, on a du mal à ressentir la menace qui pèse sur le monde : la ville natale du héros est attaquée 3 fois au cours de l'aventure sans réelles conséquences, la destruction d'artefacts précieux ne semble pas avoir l'impact terrible décrit (une ville oasis en plein désert qui même privée d'eau ne semble pas souffrir). Je suis en train de rejouer à Wild Arms sur PSP et on voit clairement dans ce cas les méfaits des forces du Mal (cités dévastées, univers mourant).

Ceci étant dit, j'avoue avoir été assez surpris par la déconstruction efficace de certains personnages (le héros qui cherche à devenir plus fort pour protéger ses amis et qui se prend pas mal de claques, la scientifique délurée et surdouée qui s'attire la rancoeur de sa soeur plus travailleuse mais moins douée) et la toute-fin où le discours nihiliste du vilain est déconstruit. Les personnages sont assez intéressants dans leur ensemble et bénéficient d'un design plutôt accrocheur : pas de fillettes chats à gros yeux ou d'immondes bestioles minaudantes.

La durée de vie est plutôt courte : une petite trentaine d'heures, et ce ne sont pas les quêtes annexes inintéressantes qui donnent envie de creuser : jeu de cartes injouable (un peu comme si la règle de Magic stipulait d'apprendre par coeur les textes d'ambiance), quêtes FedEX, crafting d'objets et recherche des lieux ou objets insolites pour débloquer des saynètes (qui cassent le rythme du jeu). La version PS3 bénéficie d'un scénario supplémentaire (se passant quelques mois après la fin de l'histoire principale), qui rallonge apparemment la durée de vie de façon conséquente, mais vu les prochaines sorties je ne pense pas avoir le temps de m'y atteler de sitôt.

 

Au final, un bon petit jeu, porteur d'un savoir-faire des RPG qui semble perdu, mais trop timoré (ou conservateur) pour se hisser au niveau des références passées. Tales of Xillia m'intrigue beaucoup par son design plus mature. Il sort l'année prochaine en France. Rendez-vous pris !

Voir aussi

Jeux : 
Tales of Graces F (PS3)
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Pour dire que Sakuraba à fait du bon boulot sur Tales of Graces, il faut ne jamais avoir écouté ce qu'il a fait sur les Star Ocean, Baten Kaitos et autres Valkyrie Profile. Sur Tales of Abyss, je suis désolé mais un RPG, surtout sur console portable, doit accrocher rapidement. Les RPG période 16/32 bits n'avaient aucun souci à accrocher
nanami999
Signaler
nanami999
Peut être que si tu avais joué à un peu plus que 10h sur tales of the abyss, tu aurais pu l'apprécier. En ce qui concerne les musiques euh... Motoi Sakuraba fait du super boulot dans les tales. Je vais reprendre encore the abyss, c'est une perle. Si tu démens, alors va vite écouter futa, promise, mirror, ... Je ne saurais tous les citer tant il y a d'excellents morceaux de Sakuraba. Le truc c'est que je crois que tu ne t'intéresse pas assez aux tales pour faire une bonne critique de ce jeu. Décevant venant de quelqu'un qui critique dès son intro cette magnifique saga.
Jonah
Signaler
Jonah
Pareil que toi, je n'ai jamais trop été attirée par les Tales of. Exception faite de Tales of Symphonia, qui m'avait fait acheter la/le GameCube à l'époque (entre autres). Je dois dire que je ne l'ai pas regretté !

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris