Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Triquites de jeux

 

Je sors de 3 semaines intenses de Dragon's Dogma, la nouvelle IP lancée avec force communication par Capcom. En fin de compte, un jeu avec de réels défauts, qui ne tient pas toutes ses promesses ... mais assurément l'un des meilleurs jeux de l'année.

Reprenant le principe général de Monster Hunter (licence florissante au Japon de « chasse aux monstres »), Dragon's Dogma plonge le joueur dans un univers très occidentalisé, avec un mélange de créatures issues de la mythologie grecque (harpies, cyclopes) et du bestiaire médiéval fantastique. On incarne un personnage qui en tentant de sauver son village de l'attaque du dragon, se voit arracher son coeur par la créature ! Survivant à cette épreuve traumatisante, le héros (ou héroïne) hérite du titre d'Insurgé(e), chargé de vaincre le dragon. On ne tarde pas à découvrir qu'il y a une longue lignée d'insurgé(e)s et qu'on a le privilège d'être accompagné par un serviteur loyal appelé « pion ». 2 autres pions, « prêtés » online par les autres joueurs ou issus du jeu, peuvent être adjoints. Ils ne seront pas de trop face aux hordes de créatures qui surgiront dans un monde ouvert dense mais relativement restreint (1 village et 1 ville, quelques campements épars, quelques donjons) où la progression sera liée au niveau de l'équipe, des ennemis trop forts faisant office de barrage. Le principal intérêt du système de combat, très dynamique, surgit dans les combats contre les plus grosses créatures, qui seront plus délicats à négocier. Il faudra exploiter les points faibles et grimper sur leurs dos ! Cela permet des passages d'anthologie, où les personnages luttent de manière acharnée une nuit entière contre des meutes d'ennemis ! Ces combats jouissifs sont la grande force du titre. Le reste est un peu moins exemplaire ...


La réalisation est hoquetante, avec quelques ralentissements et des problèmes techniques envahissants (la végétation qui « poppe » , l'aliasing). Dommage car la direction artistique est très bonne, tandis que l'animation est également excellente. Les créatures les plus grandes se meuvent avec autant de réalisme que possible.


Le background est intéressant, avec la nature des pions, l'immuabilité du dogme du dragon et les intrigues politiques, mais hélas, la mise en scène et l'écriture sont très médiocres, et l'histoire est aussi insignifiante que dans Kingdoms of Amalur. Les quêtes secondaires ne sont pas plus intéressantes, se contentant d'être des quêtes FedEx (tuer X monstres, ramasser Y objets). La fin se révèle plus surprenante, mais le jeu se transforme en hack'n'slash plus fastidieux.


Alors, pourquoi malgré ces défauts, ai-je adoré le jeu ? Parce qu'il réussit à être toujours amusant, à être exigeant sans être cruel. Dragon's Dogma, c'est un défouloir dans un univers fantastique, où le fond est plus important que la forme. J'ose à peine imaginer une suite sur des machines plus évoluées techniquement ...

Voir aussi

Jeux : 
Dragon's Dogma
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

seblecaribou
Signaler
seblecaribou
J'ai fini le jeu ce matin et c'est vrai que la fin est fastidieuse pour rien et surtout quand on fait toute la partie donjon hack'n slash, à ce moment là il n'y a pas d'enjeu scénaristique parce qu'on croit avoir déjà tué le boss final. C'est bien dommage parce que sinon le jeu est vraiment extra!
ansonqvd
Signaler
ansonqvd
Mais il manque quelque chose. Je ne saurais pas dire quoi.
Image IPB
MACHEBOULON
Signaler
MACHEBOULON
Je dois avouer que j'ai été déçu par ce jeu et pourtant je l'aime, je continue d'y jouer et j'insiste.

Il fait partie de ces jeux où on retrouve tout ce qu'on aime mais où on se dit : "j'en veux plus ! Donnez m'en encore !". Le jeux est fini (à la différence d'un Skyrim farci de bugs qui empêchent de finir le jeu), mais on a une sensation de vide à la fin. Une faim que le jeu n'a pas comblé après nous avoir offert un festin de roi : le jeu est bon (excellent même), prenant (mon dieu le nombre de fois où je suis arrivé déchiré au boulot parce que j'avais pas réussi à m'arrêter de jouer), jouissif (comme à Monster Hunter, on se sent bonhomme quand on tue une chimère ou un cyclope), épique (on se sent empli d’héroïsme quand on joue), mature (on est loin des choix manichéens évidents des 2 premiers Fable) ... Et je ne parle même pas des révélations sur l'histoire liées aux différentes "fins" (mais qui ne sont pas vraiment des "fins", il vous faudra jouer à Dragon's Dogma pour comprendre ce que je dis) qui sont tout bonnement fabuleuses, on ne les voit pas venir et on pose sa manette en ce disant : "Mon dieu ... C'EST GENIAL !".

Mais il manque quelque chose. Je ne saurais pas dire quoi. Le pire c'est que ce vide n'est même pas frustrant (j'avoue il est un peu désagréable mais il ne dévalue pas le jeu). Et on pardonne bien vite les maladresses du jeux puisqu'au final, un peu comme la caméra dans Monster Hunter, on s'y habitue bien vite.

Le petit garçon dans ma tête a les yeux qui brillent quand il se met à penser : "et si ils faisaient un 2 ? La même chose avec un peu plus de contenu et une meilleure interface ça serait déjà bien mieux que beaucoup d'autres jeux"

Jouez à Dragon's Dogma, vraiment. Je ne dis pas que vous aimerez, mais il faut vraiment que vous testiez ce jeux. C'est une expérience à faire
inFy
Signaler
inFy
Bon, je pense qu'il va me falloir ce jeu.

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris