Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Ciné

Voici enfin sorti le film évènement, largement relayé par le matraquage médiatique, l'unanimité critique et le triomphe du film au Festival de Cannes, où Jean Dujardin s'était vu remettre le prix d'interprétation masculine par Robert de Niro.

On retrouve le trio gagnant d'OSS 117 Le Caire Nid d'Espions : Michel Hazanavicius à la réalisation, et en couple vedette Jean Dujardin et Bérénice Béjo. Eu égard au sujet très américain du film, on retrouve dans les seconds rôles des acteurs et actrices coutumiers des seconds rôles dans les films et séries hollywoodiennes.

L'histoire, maintes foies racontée, relate les trajectoires croisées de Georges Valentin, star arrogante du cinéma muet et de Peppy Miller, une figurante hissée au rang de star avec l'avènement du cinéma parlant. Plus qu'une histoire prévisible, c'est la mise en abyme qui est fascinante : un film en noir et blanc et muet sur le cinéma de cette époque. On évitera par contre les discours rebattus par les médias grand public sur le parallèle avec l'irruption de la 3D dans les salles obscures, tant la pérennité commerciale et l'intérêt de cette "trouvaille" restent à prouver. Sans spoiler, on peut également dire que la parole (dans tous les sens du terme) est au coeur de l'intrigue, du cheminement des personnages.

La mise en scène est souvent très inspirée, et l'utilisation du son très bien pensée. Les acteurs font bien leur boulot, cabots quand il le faut (après tout dans le cinéma muet les acteurs se devaient d'être bien plus expressifs), passant du rire aux larmes. Une fois n'est pas coutume, l'intrigue sentimentale est subtile : beaucoup de non-dits (forcément) et des gestes tout en pudeur.

Au final, on peut dire que ce film a la "classe américaine" : intemporel, universel, un hommage appuyé au cinéma et une reconstitution d'un certain âge d'or méconnu de tous (les stars du muet sont tombées très vite dans l'anonymat avec l'arrivée du parlant).

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris