Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Séries télé

Fiche technique : 86 épisodes en 4 saisons, 1996-2000 + 2 téléfilms (2001-2002)

Qu'est-ce que ça raconte ?

 

Il existe des êtres doués d'une intelligence supra normale, des génies qui possèdent entre autres la faculté d'assumer n'importe quelle identité. En 1963, les chercheurs d'une entreprise appelée « Le Centre » ont mis en isolement un de ces êtres, un jeune garçon nommé Jarod et exploitèrent son génie pour des recherches secrètes. Mais un jour le « Caméléon » leur échappa...

 

 

Chaque épisode s'ouvre sur la récitation de ce synopsis. Le très jeune Jarod est enlevé à sa famille par le Centre. Sous la direction du psychiatre Sydney, il est chargé de réaliser des « simulations » pour des entreprises ou organisations. Il se met à la place de tous les protagonistes pour résoudre des affaires (par exemple, Jarod établit qu'il y avait 2 tireurs lors de l'assassinat de JFK) ou établir des plans de sauvetage. Complètement coupé du monde extérieur pendant une trentaine d'années, il s'échappe en 1996 quand il se rend compte que ses simulations ont été perverties. Il découvre alors le monde extérieur, mettant à profit ses capacités pour pratiquer tous les métiers possibles et résoudre des injustices, tentant ainsi de réparer toutes les morts dont il est indirectement responsable. Il tente également de découvrir son passé. Il est pourchassé par le Centre, et notamment par son ancien mentor Sidney et Mademoiselle Parker, la fille du directeur du Centre ...

Qui sont les personnages ?

  • Jarod (Michael T. Weiss) : Le héros de la série. Véritable caméléon humain (capable de se fondre en quelques jours dans n'importe quelle identité : chirurgien, pompier voire truand) et doté d'une intelligence largement supérieure à la moyenne, il met à contribution ses capacités pour défendre les plus humbles face aux puissants restés impunis pour leur négligence ou leur malveillance. Il piège les coupables en rendant une « justice émotionnelle » : il les met dans la même situation que leurs victimes pour les faire avouer, mais sans les conséquences tragiques (même si les coupables croient sincèrement qu'ils vont mourir ou être handicapés à vie). Pour autant, cela apparaîtrait comme de la torture psychologique si on insistait pas tant sur la profonde bonté de Jarod et sa fascination pour la nature humaine. Les premiers épisodes sont l'occasion pour Jarod de découvrir une nouveauté qui peut nous paraître triviale ou banale (mais dont il a été privé dans son enfance recluse), de la glace à la fausse crotte de chien. Jarod est donc le mélange complexe entre une nature bon enfant et une personnalité plus tourmentée.

  • Mademoiselle Parker (Andrea Parker) :Femme impitoyable qui pourchasse Jarod sans relâche. Elle a furtivement rencontré Jarod dans son enfance au Centre. C'est d'ailleurs la première fille qu'il a rencontré. On découvre rapidement qu'elle cache une blessure profonde : la mort de sa mère dans des circonstances mystérieuses au Centre alors qu'elle n'était qu'une enfant. Signalons que c'est la même actrice qui joue le rôle de la mère et de la fille, pour montrer à quel point le traumatisme est profond. Sa relation avec Jarod est complexe, mêlée de haine et d'affection. Elle découvre que le Centre a bien des squelettes dans son placard ... Grande tradition de la série, on ne connaît pas son prénom.

  • Sydney (Patrick Bauchau) : Psychiatre d'origine belge (comme son acteur), il s'est occupé de Jarod lors de sa captivité au Centre. Il est tiraillé entre son affection sincère pour Jarod et son sens du devoir. Très rapidement, il ne cherche plus à ramener Jarod au centre et sert de garde-fou à la conduite plus radicale de Melle Parker. Un homme bon mais au passé trouble.

  • Broots (Jon Gries) : Arrivé dès le 2ème épisode, cet informaticien complète le trio de chargé de traquer Jarod. C'est un peu le double du téléspectateur plongé dans l'ambiance étrange et anxiogène du Centre.

Ces 3 personnages sont relativement sympathiques, mais le Centre compte des personnages bien moins recommandables tels que M. Raines, véritable Nosferatu dans tous les mauvais coups ; M. Parker, le directeur du Centre, qui cache sous des dehors policés de lourds secrets. La saison 2 introduit M. Lyle et Brigitte, de nouveaux personnages chargés de traquer Jarod et bien moins scrupuleux que Mademoiselle Parker.

Points forts / points faibles

 - Un casting exceptionnel : Michael T. Weiss est très charismatique, et son physique assez atypique le rend aussi crédible en grand enfant qu'en sociopathe au regard inquiétant. Andrea Parker explose de classe dans son rôle quasi homonyme (pur hasard) , et ses superbes jambes sont très souvent mises en valeur. Les seconds rôles sont parfaitement choisis : de l'inquiétant M. Raines au charmeur psychopathe M. Lyle (aujourd'hui plus connu sous le nom de Mike Delfino).

- Des thématiques simples mais touchantes : la famille, la recherche des origines.

- Le début de la série est marqué par le décalage humoristique entre la très grande intelligence de Jarod et sa méconnaissance complète de la pop culture et des expressions familières.

- Les mises en scène de Jarod pour piéger les responsables des injustices sont souvent jubilatoires : faux accidents, simulation de contamination par un virus, ... Le tout souvent agrémenté d'un "Je ne peux pas vous aider, je ne suis pas vraiment [métier du jour]". Le plus drôle, c'est que la vie des victimes de Jarod est très rarement mis en danger, même si ces derniers pensent avoir vu leur dernière heure arriver.

- Une certaine répétitivité dans les premières saisons : Jarod se fait passer pour un médecin / un pompier / un policier / ... pour punir un meurtre / une négligence motivée par la cupidité / la malhonnêteté / ... Le coupable est identifiable facilement, et Jarod a forcément flairé un truc louche. Quand il n'est pas en "mission", quelque chose d'imprévu surgit subitement.

- Des mystères qui ne cessent de s'épaissir. Chaque épisode ou presque est l'occasion de découvrir un frère / soeur / enfant caché d'un des personnages ou un nouveau projet caché du Centre. C'est à croire que les scénaristes improvisaient au fur et à mesure des épisodes.

- Des révélations qui ne mènent nulle part. Après l'annulation de la série au bout de 4 saisons, les créateurs ont eu droit à 2 téléfilms pour boucler les nombreuses intrigues, mais ils ont complètement gâché cette chance. Le 3ème téléfilm semble ne plus être qu'un voeu pieux.

Qu'est-ce que ça vaut aujourd'hui ?

Les premières saisons ont beaucoup vieilli au niveau esthétique et technique (avec des effets de ralentis ou de répétition complètement ridicules). Elles sont également devenues involontairement drôles par rapport à la représentation de l'Internet, où on trouvait apparemment dès 1996 tout et n'importe quoi : archives numérisées de la moindre gazette locale depuis 30 ans, données bancaires sensibles (près de 15 ans avant le hack du PSN), fichiers confidentiels du FBI et autres agences secrètes. 

Au final, une série qui a indéniablement gâché son potentiel, avec un excellent casting et des personnages excellents, mais exploités n'importe comment par une équipe créatrice et des scénaristes paresseux / incompétents / brimés par les networks (ou les 3 en même temps).

Un reboot sur une chaîne câblée (pour permettre des intrigues plus matures et des personnages plus sombres) serait le bien venu, même s'il serait très difficile de trouver des acteurs aussi charismatiques que Michael T. Weiss et Andrea Parker.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Le problème, c'est que la "mythologie" de la série, très simple à la base (Jarod recherche sa famille, Parker veut savoir la vérité sur la mort de sa mère) a été complexifiée à outrance, sans que les auteurs n'aient voulu expliquer quoi que ce soit, sans doute dans le seul but de garder le public devant sa télé. C'était le contexte pré-CSI, où les gens voulaient un minimum de continuité entre les épisodes. Les téléfilms auraient pu apporter des réponses, mais le premier est un double épisode qui "retconne" l'évasion de Jarod et apporte de nouvelles interrogations ... auxquelles le 2ème téléfilm ne répond pas du tout ! Il réussit même l'exploit d'avoir une fin à dormir debout à base de prophéties moyen-âgeuses et de société secrète ! Par rapport à d'autres séries feuilletonesques arrêtées avant terme, les créateurs avaient eu la possibilité de conclure les intrigues par le biais des téléfilms. Et qu'ont-ils fait ? N'importe quoi ! Elle a bon dos l'excuse du 3ème téléfilm dans les limbes à cause des problèmes de financement !
Pedrof
Signaler
Pedrof
J'adorais cette série quand j'étais au collège et qu'elle passait sur M6. Je n'avais pas été déçu par l'histoire. Je crois que l'orientation de la série était plus celle du stand alone, avec comme seul fil rouge entre les épisodes l'évolution des personnages, leurs relations et leur connaissance des mystères de la série. Ça me fait penser à Stargate Universe de ce point de vue. De fait, les téléfilms n'étaient pas indispensables étant donné que le côté feuilleton de la série n'a jamais été prégnant sur les stand alone.
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
J'ai changé le vert des "points forts". ;-)
Sinon, le frère caché n'aurait pas été trop gênant, si on avait pas eu le même coup à plusieurs reprises par la suite. Je pense vraiment que les scénaristes improvisaient vers la fin.
Skel
Signaler
Skel
J'aimais beaucoup cette série mais ayant la très net impression que ça partait en testicule des l'arrivé du frère de Jarod (oui la comme ca d'un coup poum un frère ...). Je n'ai donc pas été surpris par le fait que la fin soit raté vu qu'a mon avis les scénaristes ne savaient même pas ce qu'ils foutaient.
Par contre ton vert fluo des points fort pique vachement les yeux.
Seishoujyo
Signaler
Seishoujyo
Tres joli test. Tu me rappeles des souvenirs la, ca passait pas sur M6 a cette epoque le soir, y avait X Files aussi avant ^^

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris