Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
     
Signaler
Triquites de jeux

Alors que le 4ème épisode se profile en version américaine (précommandé en édition Premium pour ma part), j'ai refait un Cycle du 3ème épisode, qui fut mon premier jeu "fini" sur Playstation 3.

J'ai découvert la série Disgaea à l'occasion de la sortie du premier épisode sur Playstation 2 en France il y a déjà 7 ans. J'ai tout de suite accroché à l'univers délirant, l'accessibilité du gameplay (on peut très bien finir le jeu en exploitant à peine 5% de la richesse du système !) et sa réalisation simple mais efficace. Le jeu est marqué par une démesure toute japonaise, avec des personnages qui peuvent monter jusqu'au niveau 9999 (mais on peut "stocker" encore plus de niveaux) et infliger des centaines de millions de dégâts !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, il s'agit d'une série de Tactical RPG produit par Nippon Ichi (alias N1), qui se distinguent des autres ténors du genre par un design bien plus manga et des histoires bien plus humoristiques et des systèmes de jeux qui peuvent rallonger la durée de vie d'une centaine d'heures si on veut tout débloquer et tout pousser à fond. Disons que faire le scénario principal prendra une trentaine d'heures (avec quelques séances obligatoires de level grinding) mais que le New Game Plus peut durer 10 fois plus !

Le 2ème épisode, sorti 3 ans plus tard, apportait quelques modifications et restait formidable. J'ai ensuite fait les remakes de ces 2 épisodes sur PSP (agrémentés de quelques bonus).

Il a fallu attendre novembre 2010 pour que je puisse jouer au 3ème épisode, le temps d'acquérir la console. Le jeu reste excellent mais aurait largement pu tourner sur PS2.

Ce troisième épisode propose de suivre les aventures de Mao, fils d'un Overlord, "élève" à l'Académie du Mal. Alors qu'il cherche à se débarrasser de son père, il dépouille un jeune héros humain de son titre. Mais tout ne se passe pas comme prévu, et Mao devra voyager dans son coeur (littéralement) et l'ouvrir à des émotions bien humaines ...

L'histoire se veut encore plus déjantée que celles des 2 premiers épisodes, avec moins de moments d'émotion et une mise en abyme des jeux vidéos et des shônen mangas. Dans les grandes lignes cependant, il s'agit une fois de plus de montrer que les démons de l'Overworld sont parfois bien plus humains que les véritables Hommes ...

Au niveau du gameplay, on est encore en face d'un Tactical RPG, avec ses aires de combats qui opposent l'équipe du joueur (composée de 10 membres, chiffre relativement élevé) à des ennemis. Les phases de jeu alternent entre le joueur et l'ennemi. On retrouve les attaques combinées (quand les personnages sont les uns à côté / devant / derrière des autres) et les "Géopanneaux" typiques de la licence. Les Géopanneaux donnent des effets positifs et négatifs sur certaines zones du terrain. Certaines cartes deviennent donc des puzzles où il faudra d'abord se débarrasser des Géoeffets gênants. La licence a aussi comme originalité la commande "Prendre / Lancer" : les personnages peuvent se soulever et se jeter sur le terrain pour permettre de circuler plus vite sur l'aire de combat. Sa maîtrise sera vitale dans certaines cartes (où les ennemis sont boostés par des Géopanneaux).

Le 3ème épisode introduit les attaques spéciales combinées et les géocubes (qui "portent" sur eux leur effet, et dont on se débarrasse en les jetant sur d'autres de la même couleur). Certaines cartes acquièrent donc plus de verticalité, puisqu'il faudra escalader ou au contraire détruire les piles de cubes.

Il y a eu quelques modifications au sujet de l'acquisition des techniques spéciales (autrefois uniquement soumises au niveau de maîtrise des armes) et de l'apprentissage des magies. Le Mana est ainsi bien plus mis à contribution qu'auparavant (où il servait uniquement à accomplir des requêtes au "Sénat"). Ce "Sénat" est une assemblée de monstres qu'il faudra convaincre (par la corruption ou la force) de voter pour des "lois"  : débloquer de nouvelles classes de personnages, de l'équipement plus cher, et d'autres fonctionnalités bien nombreuses.

Au sujet de ces classes de personnages, elles sont d'ailleurs plus difficiles à débloquer qu'auparavant, et les "transmigrations" seront nombreuses pour débloquer toute la palette des classes.

Au sujet de la réalisation, le jeu est symptomatique de l'échec des développeurs japonais à sauter le pas de la next-gen. La réalisation est en effet identique aux 2 premiers épisodes de la série, qui avait certes son charme sur Playstation 2 mais était en dessous des standards de la machine (et dire que les autres Tactical de N1 étaient encore plus laids !). Sur Playstation 3, les sprites en basse définition sont pratiquement du foutage de gueule. Dieu merci, les développeurs vont enfin livrer des sprites en HD pour le 4ème épisode. On retrouve le design très manga de la série que personnellement j'aime beaucoup.

Au niveau des musiques, elles restent sympathiques, mais tournent sérieusement en rond pour ceux qui sont habitués au travail de Tenpei Sato (qui a fait pratiquement toutes les OST des Tactical de N1 depuis Disgaea 1). Pour les autres, on découvre des thèmes variés, souvent joyeux, parfois mélancoliques.

Au niveau de la jouabilité, aucun problème : on peut planifier comme on veut les attaques, les lancers sont précis, la porté et les effets des attaques clairement indiqués. Les dégâts amis étant possibles, il faudra faire attention à ne pas (trop) blesser vos camarades, que vous pourrez cependant retaper en échange de quelques pièces à l'infirmerie.

Le titre étant distribué par Square Enix en France, le jeu bénéficie d'une traduction française correcte, mais sans doute un peu trop littérale. Par contre, les DLC restent en anglais. lls sont très nombreux (et disponibles dans un pack intégral  à 49 €) et jouent surtout la carte du fanservice, permettant d'intégrer la plupart des personnages des Tactical de N1 (les 2 premiers Disgaea, Phantom Brave, la Pucelle Tactics, Makai Kingdom, Soul Nomad & the World Eaters).

La durée de vie est quasiment infinie si on veut tout pousser à fond (et battre le traditionnel boss caché à la force stratosphérique). Le scénario principal en ligne droite vous prendre entre 30 et 40 heures, entre cutscenes assez bavardes mais amusantes et combats parfois acharnés.

Disgaea 3 est clairement un jeu pour les fans. Les néophytes seront rebutés par le dépouillement graphique du titre et la richesse effarante du contenu. Pour autant, c'est un bon jeu en soit, qui ne tombe pas dans les clichés des J-RPG de cette génération par son humour et son autodérision permanentes.

J'attends le 4ème épisode avec impatience, même si je me doute qu'il ne révolutionnera pas la licence !

Voir aussi

Groupes : 
Disgaea
Jeux : 
Disgaea 3 : Absence of Justice (PS3)
Sociétés : 
Nippon Ichi Software
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

LordGenome
Signaler
LordGenome
Le jeu qui à ruiné ma vie sociale ! et le seul que je regrette depuis la vente de ma PS3 ... Sa suite me fera acheter à nouveau une ps3. Certainement le jeu sur lequel j'ai passé le plus de temps sur cette gen de console. Tu as su trouver le terme juste avec : "la richesse effarante du contenu".

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris