Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Triquites de jeux

Okami est ce qu'on peut appeler un jeu culte : son aura est toujours intacte à l'heure actuelle en dépit de son semi-échec commercial, tant sur Playstation 2 que sur Wii. Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce jeu (honte à eux !), il s'agit d'un Action RPG où on incarne la déesse Amaterasu (sous une forme de loup blanc) qui doit sauver Nippon (un Japon mythologique) des puissances des Ténèbres. Le jeu s'était illustré par un style graphique sublime, rappelant les estampes japonaises, des musiques fabuleuses et un style de combat dont les techniques les plus redoutables se faisaient à l'aide du Pinceau Céleste (l'action était figée et il fallait alors dessiner une bombe, tracer un trait sur l'ennemi tel in coup d'épée ou relier des éléments des décors). L'ambiance très exotique pour les Occidentaux était également un gros point fort du jeu, et on sentait l'impact des actions dans ce monde qui revenait peu à peu à la vie.

L'annonce d'une suite à ce jeu formidable sur DS a provoqué autant d'enthousiasme que d'inquiétude. Le choix de la plateforme faisait craindre un nivellement technique vers le bas.

L'histoire commence 9 mois après la fin d'Okami. La victoire d'Amaterasu sur les Ténèbres est déjà remise en question par la résurgence de puissances maléfiques. Mais cette fois, ce n'est pas Amaterasu qui descend sur Terre, à la grande surprise de son partenaire Issun, mais Chibiterasu, le fils de la déesse. Issun, occupé à ses tâches d'Envoyé Céleste, décide de ne pas accompagner Chibi, et lui trouve un nouveau partenaire, Kuni, le fils de Susano et Kushi. Leur quête les mènera dans des lieux bien connus des joueurs du premier épisode, mais aussi à la rencontre de nouveaux alliés et ennemis dans des contrées insoupçonnées.

L'aventure vécue est aussi dépaysante que celle du premier épisode, mais comme on pouvait s'y attendre, les contraintes techniques font que le monde arpenté est beaucoup moins vaste. Le jeu est beaucoup plus dirigiste, mais pour autant on retrouve bien l'ambiance féérique de Nippon. L'histoire est très sympathique, et prend même un tour intimiste et dramatique inattendu. La fin est très émouvante.Cette histoire est développée au travers de cutscenes un peu trop nombreuses et bavardes.

Au niveau technique, le jeu est un des plus beaux de la DS : le style de cell shading si particulier utilisé est reproduit à la perfection. On déplorera quelques gros pixels sur les décors dans les cutscenes, mais la patte graphique est si léchée que l'on pardonnera ces quelques faiblesses. Les environnements sont un peu moins vastes, mais restent superbes. Il y a d'ailleurs quelques passages en pseudo 3D. Les personnages et les ennemis sont impeccables dès lors qu'on accroche au design.

Au niveau des musiques, on est clairement au même niveau que sur PS2, tant au niveau mélodique que du rendu. Certains thèmes reviennent, mais il y a aussi des morceaux inédits tout aussi valables.

Le gameplay tire partie des spécificités de la DS. On retrouve le système de Pinceau comme dans les jeux sur console de salon, mais stylet et écran tactile obligent, son utilisation gagne énormément en précision. Les quelques problèmes que j'ai pu constater étaient plus dûs à des petits problèmes de positionnement de la caméra.

Les combats se déroulent encore dans des arènes fermées, où l'utilisation des techniques du Pinceau vous sauvera la mise contre des ennemis de plus en plus coriaces.

A l'instar de Zelda Phantom Hourglass, le jeu introduit une complémentarité entre Chibi et son allié : certains interrupteurs devront être activés par votre cavalier, qu'il faudra guider entre les embûches.

La durée de vie est fort correcte pour un jeu portable (une vingtaine d'heures, soit 2 fois moins que l'épisode initial) et la rejouabilité est assurée par un New Game Plus et des récompenses qui se débloquent en fonction de vos performances durant votre partie. Le jeu n'est pas très compliqué, les items de santé sont nombreux et peu coûteux. 

C'est un des derniers grands jeux de la DS, à se procurer à tout prix, même si la décision de sortir le jeu en anglais est un choix contestable qui éloigne un public potentiel.

 

Voir aussi

Jeux : 
Okami Den (DS)
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Onink
Signaler
Onink
Venant juste de finir Okami premier du nom, sa suite me fait bien évidemment envie! Je pense que je vais l'acheter, malgré la non traduction...
Sinon, au niveau de l'OST, il y a beaucoup de thèmes inédits ou c'est surtout de la repompe du premier?
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Clairement en deçà du premier Okami pour des raisons techniques, mais un des meilleurs jeux DS !
Mika
Signaler
Mika
Super article!
J'ai adoré ce jeu comme son prédécesseur et son seul défaut, pour ma part bien sur, c'est l'anglais, mais pas insurmontable!!!

JEU A DÉCOUVRIR D'URGENCE!!!

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris