Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
  
Signaler
Triquites de jeux

Je profite de ma partie sur Virtue's Last Reward en version nord-américaine sur Vita pour remettre en avant mon test sur le premier épisode de Zero Escape, 999.

Nine Hours, Nine Persons, Nine Doors fait partie de ces jeux méconnus que l'on peut encore découvrir sur sa DS non zonée (contrairement à la 3DS, une grave erreur à mon avis). Sa disponibilité aux Etats-Unis est déjà assez étonnante en elle-même. Ce jeu (que j'appelerai par la suite 999, pour ne pas répéter le nom, long mais explicite du jeu) est en effet un visual novel, un genre de jeu très populaire au Japon, qui a le même principe qu'un "Livre dont vous êtes le héros", une aventure textuelle interactive où vos choix déterminent la suite de l'histoire, et agrémentée d'écrans fixes. En fait, si on devait rapprocher ce jeu d'un titre paru en France, on peut dire qu'il rappelle Hotel Dusk et sa suite, mais avec l'accent mis davantage sur les descriptions textuelles.

Le jeu commence avec le réveil de Junpei, un étudiant qui revient à lui dans un lieu inconnu, et doit se frayer un chemin hors de la pièce. Il tombe nez à nez avec 8 autres personnes, tout aussi étonnées de se trouver dans ce qui semble être un bateau de croisière. Mais une voix retentit alors d'un vieux haut-parleur crachotant : ces personnes ont été enlevées pour jouer au "Nonary Game". A l'aide de leurs bracelets électroniques inamovibles (accessoirement munies de bombes), les 9 protagonistes doivent se frayer un chemin à travers 9 portes, afin de s'échapper du bateau qui explosera au bout de ... 9 heures ...

Le jeu se découpe en 2 types de phases :

- Des phases où il faut s'échapper de pièces du bateau en utilisant des objets glanés (leur nombre est très parcimonieux, et tous les objets ont leur utilité dans les pièces même) et résoudre des énigmes, surtout mathématiques (il y a une calculatrice implémentée pour ceux qui auraient quelques soucis comme moi). En dépit de l'urgence de la situation, les énigmes ne sont pas minutées, et vous pourrez autant vous creuser la tête qu'il le faut sans le stress du chronomètre.

- Des phases textuelles, qui décrivent l'action et orientent le scénario, suite à des choix dans les dialogues.

Il y a effectivement 6 fins disponibles, mais une seule bonne (la vraie fin), qui ne sera accessible qu'au bout de 5 parties. Autant dire que lors de la première partie, vous aurez droit à une fin abrupte au bout de 4 petites heures de jeu, où vous n'auriez rien appris et subi un jargon scientifique a priori incongru. Lors de vos 2ème et 3ème parties, ce ne sera  guère mieux (avec des fins encore plus dramatiques, éventuellement), tant les quelques éléments appris semblent lacunaires. En fait, il faut attendre une 4ème partie pour avoir quelques réponses (mais une fin frustrante). Mais c'est au bout de la 5ème partie (difficilement accessible sans FAQ) que tout devrait s'éclaircir et devenir logique (même si c'est quand même tiré par les cheveux et qu'il faut avoir fait une certaine fin avant pour éviter une nouvelle fin décevante). Le jeu vous propose de recommencer votre partie en prenant en compte vos choix des parties précédentes, afin d'éviter de reproduire le même cheminement. Le jeu propose heureusement de passer très rapidement les dialogues déjà vus.

Vous avez peut-être constaté que le jeu a la classification "M" (Mature) et ce n'est pas vraiment usurpé. La violence graphique est presque absente (du sang, quelques cadavres mais rien de pire qu'un Phoenix Wright), en dépit du pitch qui fait penser à Saw, mais certaines descriptions très cliniques vous mettront peut-être l'estomac au bout des lèvres. L'ambiance est sombre en dépit de quelques notes d'humour, mais les thèmes abordés et la plupart des fins justifient également ce classement.

J'ai été happé dans ce jeu, dont la durée de vie avoisine la quinzaine d'heures (si on fait toutes les fins, ce qui me semble obligatoire). L'histoire, bien qu'un peu capillotractée, est prenante, les personnages attachants et complexes. Au rang des défauts éventuels, je dirais seulement qu'il y a quand même beaucoup de textes, et qu'il ne faut pas être rebuté par l'anglais (pas très compliqué mais en très grande quantité). Une découverte faite par hasard quand j'ai vu les notes de Metacritic pour ce jeu inconnu (le jeu a été dans un premier temps noté au dessus de 90, mais est redescendu depuis à un quand même exceptionnel 82 pour un jeu d'un petit studio et d'un genre segmentant). Je ne regrette pas ma trentaine d'euros investis dans le jeu.

Voir aussi

Jeux : 
999 : Nine Hours, Nine Persons, Nine Doors (DS)
Plateformes : 
DS
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Je suis en train d'y jouer justement, j'ai eu 2 fins (et des cul-de-sacs scénaristiques).
Japman
Signaler
Japman
Il ne te reste plus qu'à faire Virtue's Last Reward maintenant, et cette fois, y a 24 fins différentes...
Martinman
Signaler
Martinman
Bravo, maintenant j'ai envie d'y jouer :(
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Je l'ai fais en anglais, donc je n'ai pas pu juger de la traduc' (m'enfin, "caves du temps", ça n'aide pas à partir optimiste, effectivement), et c'est vrai qu'il est court, mais il y a de l'idée, c'est mieux que rien. Lux Pain est plus long mais là, même la version anglaise donne envie de s'auto-dévorer.
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Time Hollow est quand même assez naze : concept intéressant mais durée de vie ridicule (le New Game Plus est un foutage de gueule honteux), traduction française nanarde (pour un jeu même pas sorti en France !). C'est un peu le Shadows of Memories du pauvre.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Elle est à la mode, cette pépite, en ce moment, et elle le mérite bien. Loin devant les pourtant sympathiques Time Hollow et Lux Pain (hélas massacré à la traduction), il est incontournable... et passe sur 3DS, puisque le zonage, effectivement, ne s'applique qu'aux jeux spécifiques à la console.
thuillejm
Signaler
thuillejm
Bonjour, J'ai fait figurer un lien sur votre article sur la page d'accueil mon site Grainsalt.com. Le texte et le jeu y sont mes deux thèmes favoris. Mon site est un peu brouillon mais plus ambitieux avec 16 personnages ...
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Tu as raison pour le terme "rétrocompatibilité". Je change tout de suite. Sinon, je ne pense pas que le jeu sortira en Europe (il a fallu déjà presqu'un an pour que le jeu sorte aux Etats-Unis, et distribué par Aksys, pas la plus connue des boîtes) ou alors en anglais seulement.
Noru-Da
Signaler
Noru-Da
Bah ça par exemple; j'ai découvert le jeu mercredi, par hasard (assez sordide comme histoire m'enfin passons), et j'ai adoré. J'ai fini le jeu une fois -bad ending... :x mais je suis en train de recommencer le jeu pour découvrir le fin mot de cette histoire! Un jeu vraiment passionnant et formidablement écrit; et ça fait plaisir de voir un article sur le sujet :)
J'espère vraiment qu'il sortira un jour en Europe...

Par contre l'introduction de ton article est erronée, c'est pas la rétrocompatibilité qui est abandonnée, mais le zonage qui est mis en place (et d'ailleurs il me semble que le zonage s'applique uniquement aux jeux 3DS et n'empêche pas de jouer aux jeux DS d'une autre zone, m'enfin ça je n'en suis pas sûr.)

Bref, super article!

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris